Récit de la course : Le Tour du Canigou 2009, par biggun

L'auteur : biggun

La course : Le Tour du Canigou

Date : 27/6/2009

Lieu : canigou (Pyrénées-Orientales)

Affichage : 1401 vues

Distance : 87km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un canigou sauvage et brutal

Pour le seconde fois je décide de refaire l'expérience ultra aubrac et canigou d'une semaine sur l'autre.

Une arrivée le vendredi après midi, bonjour à tous les présents, la tête des organisateur me revient en mémoire. Toujours un accueil chaleureux avec le petit mot pour rire.

 Cette année se sera un départ à 9H00 du matin, j'éspère qu'il ne fera pas trop chaud. Bon repas le vendredi soir, on lie connaissance, on essaie de ne pas trop penser à ce qu'il nous attend.

Secrètement j'aimerais rester dans les temps de l'an passé, environ 14heures.

Samedi lever 6H00, petit déjeuner, l'organisation est sur le pied de guerre et au petits soins. Préparatifs, breefing, et le départ est donné à 9H05. Je décide de partir en queue de peloton pour ne pas me mettre dans des postures indélicates.

On démarre tranquillement, parfait. Je remonte plusieurs canigouteur et au passage j'en profite pour faire l'article du trail que l'on organise le 6 septembre à Lacaune, le trail de l'enfant sauvage (excusez moi, je recommence à faire de la pub).

La première montée à la tour de batère se fera prudement, en 1H15, tour où je rencontre Jean Claude. Nous papotons, il est parti pour 18heures, on parle de kikourou...

Je le perd dans la descente suivante, descente où il tient à rester prudent. Arrive le premier ravito, Faig, en 2H45. Je décide de ne pas trop m'attarder et repars presque aussi sec.

 Devant moi un coureur m'ouvre le chemin, je le suis, ça descend, On rattrape un autre coureur. Celui que je suivais s'arrete pour bricoler ses chaussures, je poursuis ma route avec mon second. On papotte, papotte, papotte : "t'as vu une balise", oui me répond-il, des ronds de peinture jaunes. Problème: la peinture est censé être blanche. STOP. Altimètre + profil: nous sommes à 1200m d'altitude, alors qu'on ne devrait pas descendre sous les 1400m. RRRRR. Je m'étais pourtant fais la promesse de ne pas me perdre cette année, et voilà que je recommence, et bien plus tôt que l'an passé.

 Le moral en prend un coup, au bout de 20minutes on récupère le bon sentier. Tiens tiens, plein de petits camarades que j'avais vu au départ.

Cette errance me met un peu "les nerfs", je suis incorrigible, je décide de presser un peu le pas, en faisant attention de pas trop me fatiguer, Assez longue montée pour enfin redescendre sur les estables, où je continue à faire ma promo. Ah! si mon fidèle compagnon de reconnaissance du tracé me voyait, il serait fier.

Arrivé au Esatbles, Jean Claude me regarde d'un air plus que surpris. Oui j'mest trompé! Il repart pour affronter le montée vers Pla Guillem.

Je repars 10 minutes derrière lui. Cette montée est coriace, du vent venu de notre gauche lèche la crête, nous apportant des langues de brumes.

 A mi-côte on croise gérard, encouragement. La montée se fait moins raide, j'apperçois Jean Claude devant, un petit mot d'encouragement pour un coureur qui, assis, se relève. traversée de pla Guillem écourtée, car nous bifurquons presque de suite à droite. De là longue descente, dans laquelle je rattrape JC, vers Mariailles. Nous y arrivons ensemble, et là je fais LA bétise de la course. Je me dis que comme j'ai rechargé le camel y à 10 Km, inutile de le remplir, je mange un morceau, l'aubergiste est super accueillant, et je repars.

Grimpette de 450m suivi d'un long passag à plat. J'ai soif, je bois et ce qui devait arriver...  arriva, plus d'eau.BIEN FAIT. Je me risque à boir aux différentes cascades en prenant garde de boire l'eau filtrée par la mousse, si je suis malade ce sera de ma faute. Une interminable traversée de pierriers, avant d'entamer la montée vers les cortalets, me fait transpirer, et perdre un peu patience. 20 minutes plus tard j'arrive au refuge de bonne aigue, j'ai soif je boirais la mer et les poissons, une gentille randonneuse m'indique un tuyau d'eau un peu au delà de la bifurcation pour monter aux Cortalets. Je m'y rend, y arrive, m'y roule de bonheur. Je rempli mon camel à bloc et fait marche arrière pour attaquer cette TERRIBLE montée. Un coureur me dépasse, il va bien plus vite que moi, je commence à avoir le rythme promeneur du dimache. 3/4 d'heure de montée pour arriver au point culminant. Descent vers les Cortalets où j'arrive en 10H35. Je décide de prendre 1/4 d'heure de pause.

Je mets un manche longue, car ça caille. On m'annonce 24Km de l'arrivée, aie je pensais 18, 20 tout au plus.

Je vide mes poubelles rempli le camel, 3 coureurs sont partis devant moi. J'en rejoint deux assez vite. Je pars avec l'un d'entre eux, Patrice mon voisin de camping.

On fera nos 24 Km ensemble, en 2H25, faut dire que ça roulait particulièrement bien, et que quand le bourrin sent l'écurie c'est dur de l'arrêter. A 22H25, nous arrivons à la salle des fêtes de la bastille, en 13H 20 de course, où nous sommes applaudis par les personnes présentes.

Une bière, une douche, une assiette de pâtes, on discute, on refait la course en applaudissant les arrivants.

Encore une belle édition de ce tour du Canigou, un Grand merci à l'organisation, et un grand bravo à tous les participants.

 

 

3 commentaires

Commentaire de Eric Kikour Roux posté le 28-06-2009 à 13:06:00

Ouah! La vache! Super résultat!
Et pourtant on a du courir ensemble un petit bout, vu qu'à la Faig, j'ai quitté le ravito après 2h43 de course et que j'ai également perdu 20 minutes dans la descente qui suivait! + 10 minutes pour un tout droit à l'enclos des vaches plus tard, + ...
Du coup, j'ai quand même mis 14h40
Alors Bravo!!!
Eric

Commentaire de Papychan66 posté le 01-07-2009 à 12:24:00

Oui! Oui!
J'ai bien lu ton récit et ce doublé Aubrac / Tour du Canigou me rappelait vaguement quelqu'un. C'est bien moi l'homme aux Trabuco neuves. Pas de problèmes pour la récupération. Ce matin je suis allé marcher une douzaine de kilomètres dans la montagne. La mécanique fonctionne à merveille. Dimanche je serai à la ronde de la Carança, et ensuite préparation pour le Canigou.

Commentaire de PaL94 posté le 03-07-2009 à 10:06:00

Bravo ! Belle course !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran