Récit de la course : 100 km du Périgord Noir 2009, par alain

L'auteur : alain

La course : 100 km du Périgord Noir

Date : 25/4/2009

Lieu : Belves (Dordogne)

Affichage : 991 vues

Distance : 50km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

50 km de Belvès

Après avoir passé un hiver très médiocre en accumulant les blessures, quasiment 4 mois a rien « glander » ! la reprise un peu plus sérieuse début mars était laborieuse, même avec la meilleure volonté du monde, il ne m'était pas possible de me présenter sur ce 100 km, mais comme cette course me touche assez, je n'ai pu m'incliner, c'était plus fort que moi, donc me voilà au départ pour accomplir les 50 km tout en n'étant pas du tout sûr de finir dans de bonne condition, c'est vrai qu'il me manque un peu de sorties longues.

Au départ, j'ai toujours autant de plaisir de retrouver quelques têtes connues, le plaisir d'une poignée de main, de parler avec des coureurs de tout milieux social et de toutes régions, c'est ce qui fait la force dans notre course à pied.

Comment, je pourrais partir, quelle allure ? Je pars un peu dans l'inconnue car je n'ai aucunes idées de se que ma petite forme du moment peut encaisser, aller je me lance le défi de tenir le maximum de temps sur une cadence environnant les 12km/h.

Le ciel pleurait sur nos têtes et le départ est donné, je suis un peu en recul et je m'aperçois que je suis trop à l'arrière et que je suis un peu gêné, je cours sur le bas côté pour tenir ma cadence.

Moyenne 13km/h en bas de la descente, puis le plat déroulant où je tiens du 12,5 de moyenne,

je me dis que cette vitesse moyenne baissera inévitablement au passage des côtes sur la 2ème partie du parcours.

Les km défilent assez vite et on n'arrête pas de plaisanter entre les coureurs, c'est peut-être pour çà qu'il flotte ?

Km 35 les jambes commencent à s'alourdir, je me dis que c'est un peu normal au vu de petite préparation.

Km 40, le mur du « cinquantebornard », j'ai du mal a tenir les 12 de moyenne, je suis plutôt autour des 11,8 de maille,

km 45, Aïe ! Le réservoir est vide, panne sèche, où est la pompe à essence, je n'ai plus qu'à patienter, garder le mal en patience et garder une allure qui serait celle d'un coureur de 24h, du 8km/h !

La moyenne baisse, je ne regarde plus le chrono, je baisse la tête pour éviter de voir tout ce qui me reste a faire, vaut marque c'est un bon entraînement pour le corps et le mental de « travailler a sec » même sous la pluie :-) Tout les moyens sont bons pour rester positif.

Enfin l'arrivée en 4h26' au lieu de 4h10'. 16mm de perdu sur 5km, çà aurait pu être pire...

Le plus dur pour moi, c'est de rester mouillé et frigorifié à Sarlat sans fringues secs et attendre la navette pour rejoindre mes affaires à Belvès, va falloir que je m'organise mieux que çà à la prochaine édition si je réitère pour une préparation au 24h de Brive 2010.

3 commentaires

Commentaire de Karllieb posté le 26-04-2009 à 16:09:00

Pour quelqu'un qui n'est pas en forme, tu t'en sort plutôt bien. Bravo pour cette belle reprise.

Karllieb

Commentaire de myo posté le 27-04-2009 à 11:50:00

salut ,
c'est quand même sympa de pouvoir plaisanter entre coureurs (et accompagnateur);je suis le suiveur en veste orange , on a fait quelques kilomètres cote à cote .
Je vois que tu n'as pas fini en courant sur les mains comme tu l'envisageais à un moment...

bravo et à bientôt peut-être

Commentaire de CROCS-MAN posté le 27-04-2009 à 16:44:00

4h26, beaucoup aimeraient déjà le faire sur 42,195km.Bravo et merci pour ton récit.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran