Récit de la course : Jogg'iles - 21 km 2008, par vial

L'auteur : vial

La course : Jogg'iles - 21 km

Date : 16/11/2008

Lieu : Miribel (Ain)

Affichage : 1706 vues

Distance : 21km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Joggiles 2008 un peitt semi

30 ou 21 km ? 30 pour la préparation saintélyon ou bien 21 km pour assurer suffisamment de jus pour le 10 km de Vénissieux qui se court dimanche prochain ? Je choisis les voies de la sagesse, considérant que mon manque de prépa pour la saintélyon a été pour partie corrigée par le 30 km de reconnaissance parcouru en 2h 45 dimanche dernier sur la boucle de Saint Catherine.

Donc me voilà inscrit sur le 21 km de l’incontournable Joggiles , La COURSE DE MASSE organisée par Amitiés Nature Lyon avec le support de la fédération française de cardiologie (A votre bon cœur M’sieur Dames, merci).

Petit crochet par Bron pour récupérer un collègue de la section course à pied Finances parmi les 15 inscrits sur les différents parcours, ainsi que David kikourou fraîchement arrivé (comme la température du jour) sur Lyon, à la demande de Tounik. Me suis-je mal conduit ou ai-je mal conduit ? David repartira en courant sur Bron, peut-être pour mieux découvrir l’est de Lyon, ou bien « parce qu’il n’en a pas assez bouffé sur le 30 km » comme il me le dira plus tard au téléphone.

Arrivée sur le site de Miribel Jonage. Organisation impeccable (comme d’hab merci les bénévoles) pour le parking proche du départ, pour une remise rapide des dossards. Je retrouve d’autres collègues des finances (une bonne vingtaine de sportifs) ainsi que quelques kikourous : Langevine, piaffant d’impatience pour aller s’échauffer avant de s’élancer sur le 30 km, Yayoun qui entre deux phrases, prend le temps d’aller s’inscrire sagement sur le 10 km pour une reprise après blessure, Tounik , et quelques autres qui m’excuseront d’avoir oublier leur pseudo…

Le 30 km s’élance alors que je suis à l’échauffement. Vite retour sur la ligne où je me place sagement derrière la corde, blablatant non moins sagement avec plein de potes plutôt que d’écouter le brieffing. 8h 30 « pétante », mais sans l’agression sauvage du pistolet, la troupe s’élance sous une météo un peu fraîche, dans la grisaille, mais sans la petite bruine qui nous glace depuis le petit matin. Cette année, la mécanique est bien réglée, la corde retirée avant que la horde ne s’élance (exit l’erreur 2007). Les exités prennent les manettes, ça part fort et me voilà derrière le paquet de tête. Cela ne dure pas longtemps, au 3ième km, juste le temps de saluer les canards d’eau (un p’tit bonjour à la famille d’Alain KHANARDO !) et les distances se stabilisent. Plus sauvages que les canards cavalent en tête 6 ou 7 costauds, puis je me retrouve seul pour un petit moment. Un groupe revient derrière, mais seul deux gars passeront dans un premier temps. Vers le 6ième km après quelques places concédées, je fais le relais avec un jeunot. Novice dans les courses, semble-t-il, s’excusant de m’accrocher plusieurs fois les baskets en me marquant à la culotte. Pas moyen de décrocher le bougre, car nous sommes qu’à 1/3 de la course. Donc prudence. Il m’indique de la voix les pièges du circuit. Je lui donne le truc : avertir du bras les obstacles, beaucoup moins pénalisant pour le souffle que de parler. Il comprend vite la leçon, pour me laisser  vers le 12ième km, lorsque je lui propose d’aller chercher le précédent ! Pour l’instant on fait route ensemble, reprenant un peu de jus sous les lignes à haute tension de la centrale du Bugey. Je le surprends sur une petite bosse, lui montrant comment on laisse un concurrent à la relance. Il me rendra la monnaie de ma pièce au 12 ième km !

Départ donc au 12ième km pour tenter d’aller chercher le précédent, je ne peux suivre et lui dis de faire sa course. Je n’accrocherais pas de suite et il me place plusieurs dizaines de mêtres. Je verrais bien pour la suite et la fin de course, selon la forme. Surprise, à 4 bornes de l’arrivée, je visualise bien la rubalise indiquant de filer à droite dans le virage. Mon jeune ami a commis une grave erreur : celle de passer tout droit, à côté de la rubalise bouclant le sentier d’en face ! je gueule comme un veau car je ne suis pas encore trop bœuf. Au deuxième coup de gueule le gars capte le message, me remercie et fais demi-tour. Compte tenu de sa vitesse de croisière,  je comprends qu’il a perdu une place dans la régate ! Lui aussi l’a compris et m’avouera qu’il était furieux de son erreur de jeunesse…. Manque de métier,  ça viendra plus tard, tout comme mon prochain coup de gueule vers l’arrivée… Pour l’instant il faut tenir le rythme en dépassant quelques joggers du coin. 3 km, 2 km de l’arrivée, 1 km c’est toujours bon. 1 km ça sent l’écurie. Le gué.  Le temps de faire le clown pour remercier le fiston d’un copain qui va s’élancer sur la ruée des gones, et puis je gueule « Put…( censuré) qu’est ce que c’est que ce bordel ? » Ais-je manqué une balise ? Aller tout droit sur la piste cyclable ou filer à gauche sur le chemin de terre. Je ne me reconnais plus, prend la piste cyclable, cherche les balises de confirmation, hèle les spectateurs « c’est où l’arrivée ? ». Et personne devant pour me guider !! Ouf je reconnais le virage à l’entrée du parc de « planète tonique ». Me voilà un peu plus tonique. Une dernière gueulante pour demander le passage à une famille barrant tranquillement le circuit « Attention y’a une course ». Derrière les bâtiments de l’arrivée, petit coup d’œil dans le rétro : mon poursuivant a pris un gros coup au moral, il n’est pas revenu, alors qu’il méritait de finir devant moi. La petite descente au bord des eaux bleues pour remonter sur l’arrivée. Banderole à droite toute. Bip bip. 1 h 20 mn au gps pour 20,250 km. Une petite connerie au speaker car « ça manquait de filles en maillot de bain sur la plage de Miribel !». Elles sont excusées, avec 7 degré au thermomètre ! classement final 11ième au scratch, 3ième V2. Consolé d’un petit mot mon poursuivant malchanceux.  2 km de récup avant la douche (tempérée). Puis le grand bain de foule dans la halle qui nous héberge. Une bonne organisation, une course très appréciée pour l’ambiance « merci l’orchestre », bon enfant, très prisée des joggers et passionnés de course. Dans un parc réserve, et sans se frotter à la circulation auto. Et ça aux portes de Lyon c’est sacrément appréciable !!

3 commentaires

Commentaire de flapi38 posté le 16-11-2008 à 18:56:00

Une course tranquille, finalement...;-)

Commentaire de langevine posté le 16-11-2008 à 23:12:00

ça parait tellement simple à te lire... toujours sympa de te recroiser! rendez vous le we prochain, certainement à l'arrivée, ça ira d'office trop vite pour moi! ;-)

Commentaire de Gibus posté le 17-11-2008 à 16:06:00

Eh Michel
-07° en 2007
+07° en 2008
°21° en 2009
Tu vas les avoir les nanas sur la plage

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran