Récit de la course : 10 km de Caluire-et-Cuire 2008, par thunder

L'auteur : thunder

La course : 10 km de Caluire-et-Cuire

Date : 19/10/2008

Lieu : Caluire Et Cuire (Rhône)

Affichage : 1099 vues

Distance : 10km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

10 km de Caluire

Traditionnel CR, d'une traditionnelle course à label, bref rien de bien folichon.

 

Le choix :

Pourquoi choisir une course à label?  valider un chrono, courir sur une distance mesurée... On vient pas pour les paysages

 

La préparation :

 Là on attaque le coté comique de la chose.


21 septembre semi marathon de lyon. Chrono très positif, puis un besoin de me changer les idées. On range les baskets on sort de le vélo et on se lance sur le saucona tri avec 2 séances de course à pied. Après ça on range encore plus profond les baskets et on se ballade à vélo.


Petit WE à Buis les Baronnies avec le coach. Instants partagés, on vide la tête et on charge en super souvenirs

 

Retour sur lyon semaine sans courir ou presque : un extrait du mail à Jack

« Mardi 60 km de VTT dont 20 km de route et 18km avec Marie (donc sortie vraiment cool)
Mercredi 30 km de vélotaf en vélo de route sous la pluie et déchargement de conteneurs
Jeudi repos
Vendredi 35’ de footing + PPG et corde (j’arrive enfin à monter sans les jambes (travail des abdos)
Samedi cours de cuisine avec ma chérie (c’est bon pour le moral)
Dimanche 40 km de VTT pas à bloc mais avec du rythme et 1 h de footing avec le camel et 2 accèl »

Pas très sérieux mais bon ça fait du bien au moral sans faire mal aux jambes

A une semaine de la course je crois que la prépa va être nulle. Enfin toute manière c'est pas la dernière semaine qu'on s'entraine.


Jack m’envoie un planning de séance mais zappe la course du dimanche. Nan mais je vous jure une belle équipe de boulets.
Correction du plan
Mercredi 6 fois 500 en 1’45 puis 15’ à 14km/h
Jeudi 1h de footing
Vendredi repos
Samedi 30 min 5 lignes droites
Ça c’est pour la théorie. Jusqu’à jeudi tout va bien enfin bien les jambes sont un poil lourdes le jeudi soir et le planing est respecté à la lettre


Vendredi magnifique journée, je tourne en rond, les jambes sont lourdes faut que je m’occupe. 2 heures de vélo de route en balade dans un coin magnifique au sud de Lyon. Gavé de soleil et les jambes bien moins lourdes.


Samedi je passe ma journée sous la couette à chaque fois que je me lève je suis assommé 16h je sors enfin pour aller chercher mon dossard et inscrire langevine. Tant que je suis à Caluire je pousse la ballade jusqu’à Neuville pour mettre certaines choses au clair.
Retour à Lyon dans le froid avec la phrase du kéké qui revient si tu as froid c’est que tu pédales pas assez vite.
Pasta party avec Langevine nous sommes à bloc. Enfin à deux béquilles on arrive à faire une paire de jambes potable.

Dimanche matin

Chuisssss à la bourre rdv à 8h avec langevine il est 7h55 mon sac n’est pas fait. Oupssss
Finalement on se retrouve presque à l’heure et j’attends même la miss.

8h30 Stade de Caluire. Ça caille pas c’est pire, j’ai du signaler à un pingouin que mon vélo n’est pas un perchoir.

On se met à l’abri dans le gymnase et on papote entre membre du club. L’épouse de notre président vient épingler son premier dossard.
Nos miss vont s’échauffer et on reste entre poilus.
Puis il est temps de se préparer, entre temps je retrouve mon partenaire de choc : mister bicshow.
Passage au vestiaire nous retrouvons le sympathique Bastien, Yves un kikous avec le dossard n°2 au pétard là ça va pas traîner.
Changement de tenu au choix court ou court ? on opte pour le court. Sortie du vestiaire, zêtes sur les gars? franchement on a tous à manger, il fait chaud on pourrait passer un moment plein de convivialité en ces lieux…

Bon on va sortir de se mettre à température. Hier je claquais des dents en vélo, ce matin je claques des dents en courant. Au moins je vais me muscler la machoire.
Echauffement les sensations sont correctes, je suis très détendu et à la fois dynamique. Le 38’ doit être faisable aujourd’hui.


Je fais mes gammes et là je l’aperçois. Conformément aux consignes reçues je l’évite, détourne le regard. Il est beau le vainqueur, fuyant. Le vainqueur prend tout, tu parles... Mais c’est la lâcheté masculine, pas capable de faire face.
Je retrouve Langevine, je suis dans ma course, les points se sont serrés, le cœur bat fort et les yeux sont cachés derrière les lunettes. Maintenant j’ai mon taff à faire le reste n’est plus rien.

On va se poster sur la ligne Bicshow nous pond encore une analyse de règlement. Supersteph le rebaptise en bicschiant. Pour une fois je peux partir devant, bonjour la pression. D’ailleurs en parlant de pression, il y a comme un léger entassage, ma b.. dans le c.. de Bicshow et je sens comme une main dans mon fondement. Je touche à peine le sol les deux bras en l’air pour déclancher le chrono. Instant émotion, une partie de moi déconne avec les collègues et une autre attend le coup de feu concentré sur les 40 minutes à venir.

Paaaaaaan

La course


Voilà c’est parti ça piétine et on se lance, pas moyen de dérouler, en plus y’a un spécialiste de l’interprétation de règlement qui est juste devant. Je peux pas lui marcher dessus mais l’envie est présente.


On roule en se méfiant de la descente, bien vite je joue au saute trottoir : activité à risque qui me permet de me dégager du peloton et de prendre mon rythme. J’ai les jambes lourdes sans doute le vélo d’hier. Ta gueule bougre d’âne et court. Fin de la descente on remonte


Kilo 1 3:35.0 on a dit prendre son  rythme pas faire un 3000.
On poursuit dans la remonté, Caroline puis Hélène, deux filles du club sont là pour nous encourager. Ça fait du bien, j’essaye de gérer cette bosse, on raccourcit la foulée et on augmente la cadence mais ça chauffe quand même. Nous voilà sur la voie verte ça veut dire du plat et on va pouvoir allonger, mais le stabilisé glisse sans compter le virage en entrée qui est un peu chaud.


Kilo 2 3:46.9 là ça me paraît un temps de passage satisfaisant. La voie verte longue ligne droite je remonte sur Bastien


Kilo 3 3:38.7 là on s’emballe mais à deux la course se gère.


Kilo 4 3:38.7 une vraie horloge mais c’est pas fait exprès. On continue à rouler ensemble tout va bien on s’encourage mutuellement. J’avale mon gel.


Kilo5 3:42.7 avec le ravito 18’22 rapide calcul ça me paraît un poil rapide par rapport à 38’
On se jette dans la pente. Bastien : "on est des guerriers" Moi  intérieurement : tu veux jouer gros macho on va jouer. extérieurement le cœur triste toujours devant ! en avant ! Enfin pas trop quand même il reste 5 km à faire.
Les miss sont encore là pour nous encourager, gérer cette bosse, j’explique à Bastien la tactique pour monter sans trop se fatiguer.


Kilo 6 3:44.8 c’est encore nous sommes en bas de la bosse et cela n’a pas du nous ralentir tant que ça d’ailleurs ça


Kilo7 3:56.3 tout en haut de la bosse sur la voie verte. Correction c’est un vrai coup de frein cette bosse mais là c’est même plus une bosse c’est une falaise. Je pense au 3000 2000 1000
Un collègue revient et me demande si je m’endors pas. Tu parles jusqu’à présent c’est bibi qui imprime le tempo. Je fais ce que je peux.

Kilo8 3:40.4

Merci pour le coup de main, maintenant je regarde juste les mollets du collègue, je coupe ce qui me reste de cerveau, j’ai pas mal enfin j’ai mal mais je sais plus d’où.  Une pensée pour grand père. L’épingle et là Bastien s’envole. Le collègue me dit d’y aller

Kilo9  3:43.0 il reste 1000 petits mètres de rien du tout. JUSQU’AU BOUT
500 m dans moins de 2 minutes c’est fini, même dans moins de 1’45 souviens toi de ce 500 l’autre soir celui où ça brulait c’est le moment.
On rentre sur le stade du monde devant du monde derrière , j’envoie encore et encore.

 

Dernier virage 36’57 non encore plus fort 36’58 non je ne veux pas  36’59 je veux je p…. trou noir juste les secondes 37’ jusqu’au bouuuuuutt

37’06 ça c’est fait, la puce est désactivée, je vais contre les barrières, tout mon corps se rétracte, le sol m’attire, j’ai envie de vomir, de pleurer de disparaître définitivement, j’ai couru c’est fait oubliez moi. Non je ne peux pas tomber. Pas maintenant. Je sors de la zone d’arrivée, retrouve Karine, je suis défoncé ça pique de partout.
J’arrive pas à me calmer. Je suis désorienté, je réalise que j’ai amélioré ma marque. Je devrais être content. Je devrais mais je me souviens d’un Bastien qui m’avait fumé dans les 500 derniers mètres d’un cross et là il recommence et de la même manière. Je réalise aussi mon non entrainement et finalement tout ça n’est que de la course à pied . La vie ne se résume hélas pas à ça.

L’après course


Séance d’osthéo, tient je retrouve une équipe connue des jeunes toujours très sympa. Mon pied a encore morflé, je retrouve ce vieux point de coté et bien sur j’ai mal au jambes.
Petite séance d’osthépoathie, je ressors pas requinqué mais un peu moins mal. Tel un bon boulet je signale mes douleurs mais zappe ma douleur au mollet gauche et j’ai droit à un super massage du mollet droit, un vrai bonheur. Jamais je me suis senti aussi léger du mollet droit. Par contre le mollet gauche est assez sensible.

Après tout ça il est temps de retrouver le partner pour enchaîner… la suite dans le CR de la TDL

6 commentaires

Commentaire de bibiche posté le 22-10-2008 à 03:20:00


bravo pour ce chrono
rappelle toi en mars
l'entrainement paye
et puis tu es arrivé frais
les jambes lourdes avant la course
sont souvent signe de bonne perf
à +

Commentaire de agnès78 posté le 22-10-2008 à 12:47:00

eh beh matt c'est un très joli crhono que tu nous fais la! En plus c'est avant la saison de cross alors imagine après! BRAVO msieur!
bises
agnès

Commentaire de laurent05 posté le 22-10-2008 à 13:43:00

bravo matt pour ton super chrono
en plus de courir vite tu es très fort pour raconter
tes exploits un vrai plaisir à lire
à bientôt
laurent

Commentaire de martinev posté le 22-10-2008 à 21:59:00

bien joué gamin !!!!
Si tu manies le pinceau comme le 10Km.....lol


A bientôt pour un récit encore plus complet direct-live

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 22-10-2008 à 22:06:00

Si tu manies le pinceau... elle cause de quoi ?
37' ! Quel chrono !

Commentaire de yves_cool_runner posté le 26-10-2008 à 16:42:00


Respect man. C'est très fort 37'06''...

Yves-le-kikou-avec-le-dossard-n°2-au pétard

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran