Récit de la course : Saintélyon - Relais à trois 2007, par blob

L'auteur : blob

La course : Saintélyon - Relais à trois

Date : 2/12/2007

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 4284 vues

Distance : 30km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

En 2005, je m’alignais pour ma première Saintélyon, en relais de 2, ce qui constituait pour moi et mon premier trail, et ma première course de nuit. J’en garde un bon souvenir, même si ça m’avait paru excessivement dur à l’époque.

 

2007, quelques expériences plus tard, me voici à nouveau dans le hall de St Etienne à attendre le départ, accompagné par quelques compagnons de course. Yannick et Alain viennent de Lille, les autres (Damien, les 2 Nicolas, Fred, François et Tanguy) sont du coin. Yannick, Fred et Nicolas 1 étaient avec moi il y a 5 semaines pour les Templiers.

 100_2711.jpg

voici la bande : nicolas 2, Fred, Yannick, moi, Alain, Damien, Nicolas 1 

Pour ma part, petit joueur par rapport aux 3 cinglés qui enchainent la Sainté en solo, je décide de le faire en relais de 3, et j’embauche Damien et Nicolas 2. Par contre, je m’aligne quand même sur le 30 km, tronçon intermédiaire dans le parcours.

 

J’aperçois à un moment un groupe de kikoureurs se former, mais anonyme que je suis (et oui, je n’ai ni casquette ni buff magiques), je reste plutôt avec mes compagnons. Je croise quand même Thunder dont j’avais fait la connaissance lors de la Thou Night et qui m’annonce être là uniquement pour l’AAB.

 100_2713.jpg

attente dans le hall de St Etienne

 

1h du mat’ : Damien prend le premier relais et démarre sur les chapeaux de roue. A ce moment-là, nous sommes déjà dans la voiture avec Nicolas sur la route de St Christo. Nous galérons un peu pour nous garer, je me prépare tranquillou, je fais une ou 2 lignes droites dans une pente pour me tester, et en route vers le lieu de passage de relais. Là, c’est la foire d’empoigne dans le sas. Le peloton n’a pas eu le temps de s’étirer, et les relais de 4 sont au chrono, le couteau entre les dents, donc majoritairement à la limite de l’hystérie à l’idée de perdre 30 seconde lors de l’échange de la puce témoin.

 

Damien arrive à St Christo après 1h24 de course, il a le temps de me dire que c’était super dur, me passe la puce, et me pousse à partir. Je traverse donc le ravito (sans en profiter, bien sûr) et attaque la première montée.

 100_2715.jpg

 Damien qui s'étire après son relais

 

Les premiers kms s’enchainent bien. Je remarque que je courre souvent là où beaucoup marchent, ce qui me rassure sur ma préparation. Je suis également confronté comme tout un chacun à l’état boueux des chemins, et bien content d’avoir enfilé des guêtres au dessus de mes chaussures de trail (en mesh et non en Gore Tex). J’attaque donc le circuit assez serein, me payant même le luxe de zapper le ravito de Moreau (après 4 kms de course, normal). Je prends également le rythme suivant : un gel et un comprimé de sporténine toutes les heures. J’arrive assez rapidement à la descente de St Catherine. Là aussi, je me surprends dans la descente à doubler pas mal de concurrents, même si ce n’est pas évident, le passage, naturellement délicat et encaissé, étant rendu plus complexe par la boue et l’eau, et le grand nombre de marcheurs ou descendeurs prudents (je les comprends).

Arrivée à St Catherine en 1h15, je prends le temps de boire 2 verres de Coca et je repars.

Petite inquiétude au début, car chaque montée, même légère, fait naitre une douleur sur le côté de mon genou gauche dès que je trotte. L’arrivée sur quelques portions bitumées et droites vont me permettre d’allonger la foulée pour me tester, et miraculeusement ça passe, et c’est avec de bonnes sensations que j’arrive dans le bois d’Arfeuille. Là encore, bonne descente pour moi, où je cours et dépasse pas mal de monde, même si je me fais dépasser également par quelques « fusées » qui dévalent la pente comme s’ils sprintaient sur du plat. Impressionnant !

Arrivé à St Genoux  après 2h17, je prends le temps de remettre ½ litre d’eau dans mon camelbak, de me prendre 2 rondelles de saucisson, et de passer un coup de fil à mes relayeurs pour les informer de ma progression.

Redémarrage de St Genoux par une forte pente qui me contraint à marcher quasiment tout le temps. Je n’oublie pas de réattaquer dès que la pente s’adoucit, quitte à m’arrêter quelques mètres plus loin …

On attaque enfin la longue descente vers Soucieux, lieu de relâche pour moi. C’est cette portion qui m’a causé le plus de difficultés. En effet, je l’attaque avec ma foulée de coureur sur route, mais mes chaussures de trail transmettent fidèlement tous les impacts de la descente à des jambes déjà fatiguées par le début du parcours. Je sens que je me tétanise (jambes, dos, épaules) et m’arrête une à 2 fois pour me délasser et m’étirer. J’aurais aimé pouvoir changer de chaussures à ce moment-là. Néanmoins, l’arrivée se rapproche et je me permets d’allonger la foulée sur la fin et de passer la ligne de relais avec une bonne allure et en 3h17 de course. Je passe alors le relais à Nicolas, et rejoins Damien pour rentrer en voiture attendre tout ce beau monde à la Doua.

 100_2718.jpg

voici ma tête après mon relais 

 100_2719.jpg

et mes pieds

 

Nicolas attaque à son tour sa partie. Il est témoin pendant sa course d'un épisode édifiant. Je le cite "

J'ai aidé un solo qui a eu un malaise à 2km de Beaunant : le type s'est effondré subitement (attaché à un lampadaire, inerte…) et personne pour s'arrêter et prendre soin de lui, je fais donc demi tour, je lui mets sa couverture de survie. Toujours aucune aide de la part d'autres coureurs… :-/

 

Quelques minutes plus tard, le type se reprend, se met à pleurer, j'essaie de l'aider autant que possible, je reste environ 10mn avec lui (j'arrête 2-3 voitures et personne n'accepte de l'emmener jusque Beaunant, re :-/ …) Le type a l'air d'aller un peu mieux, on discute, je décide de tracer au prochain ravito pour leur annoncer l'abandon de ce monsieur et son besoin d'assistance. Arrivé à Beaunant, j'alerte tout le monde de la défaillance du type, et tout le monde a l'aire de "s'en battre la queue" (© Tanguy). Re-re :-/ … Je vais voir tout le monde (bénévoles, ambulancier, organisateurs, spectateurs) et je repars avec l'espoir que mon message a bien été entendu…

"

 

 

Nicolas passe finalement la course après 7h29 cumulés pour le relais.

 100_2721.jpg

Nicolas, frais après son relais

Mon bilan perso :

Je n’aurai pas été capable de faire l’intégrale du parcours. A 30 kms, je commençais à percevoir les premiers signes « d’usure », qui auraient transformé la suite du parcours en galère

Il faut que je change de chaussures de trail. Mes Salomon XAPRO 3D ne m’ont pas plus convaincu sur la Sainté que sur les Templiers. Leur excellente tenue de pied en descente est gâchée par un manque d’amorti qui me pénalise directement (trop lourd Bertrand ?).

Par contre, j’étais senti que j’étais plutôt « facile » par rapport au niveau du peloton sur des parties sensibles (montées ou descentes), ce qui me donne envie de travailler cet aspect pour le renforcer à la prochaine saison.

Enfin, mes 2 autres relayeurs ont visiblement apprécié également l’exercice, ce qui aussi important à mes yeux.

 

Maintenant, on va s’engraisser un peu pour les fêtes de fin d’année, et il reste aussi à finaliser une discussion d’avant course sur le programme AGCR de 2008 (Templiers or not Templiers, raid multisport en Ardèche, TGV, etc…)

 

5 commentaires

Commentaire de vial posté le 04-12-2007 à 22:59:00

une bonne équipe
Vous aviez pris l'option fusée ....

Commentaire de tounik posté le 05-12-2007 à 15:54:00

Il faut qu'on s'organise un petit entrainement en début d'année.

Commentaire de blob posté le 05-12-2007 à 21:41:00

pas de pb Tounik, bien au contraire ...
Je vais trainer une semaine ou deux à trottiner ou faire du VTT, faire ma coupure de fin d'année, et je repars dès début janvier avec mes cadeaux de noël tous neufs au pieds dans les monts d'or ;-)

Commentaire de Gibus posté le 13-12-2007 à 15:17:00

Salut, la partie que tu as faite était la plus dure. La boue , les montées et les descentes. Le reste n'est qu'une formalité du mental. Alors rdv en 2008 en solo ?

Commentaire de Jerome_I posté le 23-12-2007 à 16:05:00

salut blobry,

meme sans buff ou casquette tu aurais du passer nous saluer, pas de problème...

Bravo pour votre course, la sainté c'est plus une course sur route qu'un trail, l'année prochaine prends des running!

Pour l'aide de ton relais à une personne en difficulté bravo, mais c'est vrai que les benevoles auraient du prendre le relais rapidement... dommage

Jérome

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran