Récit de la course : Trail des Trois Dents - 20 km 2007, par Bicshow

L'auteur : Bicshow

La course : Trail des Trois Dents - 20 km

Date : 3/6/2007

Lieu : Veranne (Loire)

Affichage : 2039 vues

Distance : 20km

Matos : Comme on peut le voir, Kalenji + NB872 + Ceinture des Cabornis

Objectif : Se défoncer

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pas dernier cette fois

Récit tiré de mon blog : http://bicshowsport.blogspot.com 

Ce trail, http://www.trail-troisdents.org/ , je l’avais préparé mollement, un bon week end de VTT avant par contre rien dans la semaine. J’avais mis l’accent sur mon alimentation notamment en vitamines du groupe B, levure de bière, et même une soupe. J’ai été invité par Jérôme (photo) à loger chez lui. En effet il postule pour le BackSide Running Team. Au passage je vous signale que nous avons les honneurs de la version web du journal « Le Point » http://www.lepoint.fr/slideshow/sports/view_slide.html?id=192&pageroffset=6 , faire un petit F5 si la photo n’apparaît pas tout de suite. Photo 6, 7 et 8, pas mal pour un début. Jérôme nous invite donc chez lui à Lupé à quelques encablures de Véranne point de départ du trail des trois dents. Très consciencieux je viens avec mes pâtes au blé complet bio et ma levure de malt, bio également. Il avait lui-même prévu les pâtes au blé complet mais pas bio, il avait juste rajouté les saucisses au barbecue et le Monbazillac à l’apéro. Plus un petit Hautes Côtes de Nuit et un vin de pays qui se laisse boire. Avec ça nous étions fin prêt pour la course. Bourré 10h avant le départ : Bravo les gars !!! Une semaine de préparation physique fine foutue en l’air. Le réveil à 7h fut un peu rude. Après quelques grammes de gatosport on embarque avec une tactique alimentaire affûtée. Un bidon isostar plein et un autre avec juste la dose de poudre « endurance » pour faire le plein d'eau au ravito situé au 14ème km. On y ajoute 4 gels pour faire bonne figure. Sur place je retrouve Nathalie qui a fait son entrée dans le Team pendant les Cabornis accompagnée de mon coach Yves. Yves pars s’échauffer pendant que nous choisissons un léger étirement comme préparation musculaire. Je commence à stresser puisque mon point de côté chronique (10 jours) se réveille. Dès que je marche un peu vite c’est parti. Parfois, il arrive même comme ça sans raison apparente. Enfin 9h15 le départ est lancé. Je démarre fort pour rester dans l’arrière du peloton. Peine perdue. Dans la première cote j’y vais trop fort, crise d’asthme, je suis obligé de ralentir. Et tout le monde me passe tranquilou. Je dois être entre 130 et 160 (sur 230) ça passe rapidement et je reprends mon rythme habituel ce qui me stabilise. Je souffre quand même de ce fichu point de côté et je sais que ça va durer. Mais je sais également que je suis grillé car un secteur très roulant se profile entre le km2 et le km9 et je n’aime pas du tout ça. Ca ne rate pas au moins 30 concurrents me passent en discutant sur le plat. Ca doit être là que Jérôme me double mais je ne le vois pas et je vais croire qu’il est derrière moi jusqu’à l’arrivée. Ouf la pente se durcit et j’enraye l’hémoragie on ne me double plus, je me paie même le luxe de rattraper une ou deux personnes. Ca devient vraiment super raide. J’en chie mais je me régale. Passage à la Chapelle on nous promet un ravito pour dans 500m, en fait c’est plutôt 1km. Du coup au bout de 300m on croise un groupe de 10 ou 15 coureurs qui ne voyant plus de balisage ont fait demi-tour. Je les ignore, puis quand même me moque un peu d’eux en demandant quel autre chemin est possible même en gros free-ride. Comme la réponse est à l’évidence aucun !! Ils refont demi-tour et se mettent dans ma roue. Ca ne dure pas, la partie est de moins en moins technique voire devient plate, alors plus de la moitié me repassent. Fuck et refuck !!!! Le ravito arrive, je rempli mon deuxième bidon croque du chocolat et en route pour la descente. Vertigineuse elle est !!!!! là j’envoie un peu malgré mon point de côté, il m’emmerde vraiment celui là. Je redouble encore 4 ou 5 personnes. Un gars s’accroche me parle, il en chie car il a couru un marathon 8 jours plus tôt mais cherche un lièvre. Je sais qu’il y a encore entre le km17 et le km19 du faux plat montant très roulant, je cherche donc à mettre un max de distance entre nous deux et surtout avec deux feminines que je viens de passer dont une toute en noir avec deux jolies tresses qui a l’air terriblement affûtée. Le faux plat montant arrive, je suis mort, le point de côté est maintenant aussi gentil qu’un poignard enfoncé jusqu’à la garde. Les deux dames me repassent en papotant, j’entends le gars qui revient à ma hauteur et se met à marcher dans cette petite montée (comme moi). Je sais qu’il n’a plus rien (comme moi) et qu’il attend le sprint pour me passer. J’entame la dernière descente (1km) à bloc, enfin dans la mesure des moyens disponibles, je lui met à peine 10m. Je ralentis un peu pour en garder pour le sprint, il fait pareil et me laisse à 5 ou 6 m devant. Arrive la partie goudronnée et les 150 derniers mètres. Je me déchire complet, me met au sprint à grandes foulées, il ne peut pas suivre et je passe la ligne détaché à 14 secondes. Malheureusement ça n’aura pas suffit pour rattraper les deux dames, Brigitte et Michèle, devant de 37 secondes. Passé la ligne d’arrivée, je vois Valérie et les filles qui comme d’hab arrivent un petit peu à la bourre mais c’est déjà super de venir m’encourager. Je m’assois, Valérie me demande comment ça va. Et là je m’effondre en larmes sur le mode « j’ai maaaaaal, j’ai très maaaâaaal ». Heureusement un bout de chocolat et un verre de coca me redonnent le sourire au bout de deux minutes. Mais j’ai quand même eut super mal au côté toute la course et c’est long. Je crois que je vais consulter si ça dure encore une semaine. Après ça, massage par l’école de Kiné locale et je dois leur dire un grand merci. Nous attendons Gégé pour s’apercevoir qu’il est arrivé en fait 17 minutes avant moi. De toutes façons arriver après le président fondateur du BackSide Running Team le jour de son examen d’entrée ça faisait un peu fayot. Il est tout de même reçu avec les honneurs. Une charte du BackSider est en préparation elle sera discutée avec l’ensemble du Team. C’était un très beau trail, merci à l’organisation. Avec nos amis du Team nous constatons nos niveaux en deçà de ce qu’ils pourraient être : Yves court avec les meilleures femmes, Nathalie avec les papys et moi avec les mamies. Je progresse il y a quelques mois je courais tout seul, vivement que je sois un papy pour courir avec Nathalie…

Yves : 40km 4h37m49 (74ème sur 142) avec un classement pareil il est admis
Nathalie : 20km 2h18m02 (143ème sur 232 4ème en V1F)
Gégé : 20km 2h32m16 (182ème sur 232)
Bicshow : 20km 2h49m25s à 7,08 km/h (216ème sur 232)

 

3 commentaires

Commentaire de totote01 posté le 06-06-2007 à 10:30:00


--------------------------------------------------------------------------------

salut bicshow !

je viens de lire ton CR et devine qui est la femme en noir avec deux tresses...
hein???
ben c'était moi
pour le terriblement affutée... c'était pas mon jour, j'ai eu des points de côté pratiquement sur tout le parcours.
j'ai eu l'impression de courir vingt bornes avec des moellons à la place des mollets! je pense que je paye encore le marathon de lyon il y a un mois... faut bien trouver une escuse mais depuis, je ne retrouve pas la forme
pourtant j'avais la casquette KIKOUROU !!!
j'ai donc terminé la course avec Brigitte que je ne connaissais pas, elle avait un peu de mal elle aussi et nous sommes arrivées ensembles en papotant.
pour ce qui est du chrono, c'est la misère, 2h48 , mais c'était avant tout une sortie en préparation de l'Aubrac.
je me souviens de toi sur la course, tu courais bien avec des batons????
à bientôt sur une autre

Commentaire de raideur69 posté le 07-06-2007 à 19:54:00

Avé bicshow!!!bravo et courage,tu es un vrai de vrai un tatoué.
Bravo pour ton CR et tes photos.
a bientot

Commentaire de titifb posté le 09-06-2007 à 06:54:00

Salut Bicshow !
Bravo pour ton courage...je sais ce que c'est que de courir avec un point de côté : j'en ai dès que je cours et ça depuis 10 ans, quant à l'asthme...il ne m'a pas quitté depuis la petite enfance, autant dire que c'était pas hier ! Ca ne m'empêche pas de courir, mais c'est douloureux !
Alors, chapeau pour ce que tu fais !!!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran