Récit de la course : Marathon de New-York 2019, par Carofred83

L'auteur : Carofred83

La course : Marathon de New-York

Date : 3/11/2019

Lieu : New York (Etats-Unis)

Affichage : 273 vues

Distance : 42.195km

Matos : adidas boost

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Marathon de New York 2019 sub 3h

Marathon de NY : 0 Fred Boyer : 1

 

J’ai réussi à vaincre l’Ogre marathon de New York, le marathon mythique que tout le monde connaît coureur et non coureur…

Pour certaines personnes quand on leur parle de marathon, il pense de suite marathon de New York sans savoir que des marathons il y en a des milliers a travers le monde. Un jour de Novembre l’année dernière j’ai décidé de m’inscrire au fameux marathon grâce à mon temps de qualification j’ai pu m'inscrire en direct sans passer par un tour operator.

 

1 an plus tard nous voilà avec ma femme (qui elle a du passé par un tour operator) à New York le jeudi soir. Nous voilà pendant 2 jours à déambuler dans les rues de Manathan, times square, Broadway…Nous avons joué aux touristes et avons marché, marché encore marché toujours marché…Même si nous avions pris le plus possible les transports, la ville se visite en marchant, la tête dans le ciel, ma montre indiquant 20000 pas le vendredi et 18000 le samedi, pas cool avant de courir un marathon mais nous allions pas passer ses deux jours dans notre chambre d’hôtel…

 

La seul chose que nous avions fait pas trop mal c’est garder le décalage horaire français et donc coucher ultra tôt heure local pour faire le hibou à 3h du mat, ce qui nous a bien servi la veille de la course ou le lever à 4h du mat fut très facile après 8h de sommeil. Ma femme part de son coté car elle a une navette affrétée par son tour operator, pour moi c’est le métro et le Ferry dont le départ était à 5h30 à Staten Island…Arrivée sur place après la 2ème fouille par la police omniprésente dans la ville comme sur la marathon, on rentre dans notre Corral, par malchance ma femme est dans une vague dont le départ est à 10H35 mais dans un corral different du mien Orange pour elle et moi bleu 1ère Vague 9h40 bref une longue attente dans le froid chacun de son coté (3 degrés à 6h30) heureusement il y a du café chaud mais pas de tente pour s’abriter, nous sommes tous hagard allongés par terre à même le sol, seuls les connaisseurs sont venus avec leur tapis de sport, leurs matelas gonflables et même des bouées gonflables, bref des pros du marathon de New York, pas simple j’avais prévu des affaires chaudes et jetables récupérés par des associations pour les pauvres de la ville. Malgré cela j’avais froid et attendre 3h dans de tels conditions ce fut vraiment pas cool, gros point faible de ce marathon, je pensais à ma femme qui partait une heure après moi et qui a du attendre 4h dans ce froid…

 

Enfin 8h40 je rentre dans mon box le B, juste derrière le A des gars en moins de 2h45, impressionnant quand même on se dirige vers le départ à environ 400m des box, plus que 10 minutes d’attente, hymne américain, les hélicos qui passent, et le départ, qui commence directement par un faux plat de 1km500 le pont de Verrazano je savais qu’il fallait être très prudent, j’avais examiné minutieusement les résultats des gars de l’année dernière en moins de 3h grâce à leur strava, j’avais vu que la moyenne au premier kilo était vraiment pas terrible, donc je suis parti très cool aussi 4’40, puis 4’10 (le 2ème kilos c’est 500m de faux plat montant qui s’atténue et 500m de faux plat descendant) ensuite 1km de descente au 3ème km en 3’49 puis jusqu’au 10ème parcours roulant sans difficulté majeur tous courus entre 4’08 et 4’10, temps de passage au 10ème 41’41 

 

Ma stratégie était simple, rester calme pendant les 21 premiers kilomètres ce que j’ai fait pour moi rester calme c’était ne pas dépasser les 150 pulses de moyenne et j’ai tenu grâce à un parcours plutôt roulant hormis un pont au 14ème je passe au semi en 1h29’10 je ne sens pas de grosses sensations, je ne suis pas dans un grand jour mais grâce à des conditions climatiques exceptionnelles ça compense ma pseudo méforme du moment, les 5km qui suivent du 21 au 26ème sont une succession de faux plats montants et je fais un peu trop confiance à mon cardio et je m’endors un peu, je perds du temps et je me fais rattraper par les deux meneurs d’allures des 3h avec un groupe d’une 20taines de coureurs, dans ma tête le doute s’installe, vais je pouvoir tenir la cadence du groupe qui est sur le moment bien supérieure à la mienne ?, je retrouve un deuxième souffle et j’enclenche la machine, je ne regarde plus mon chrono et je décide de taper dans les réserves que je n’avais pas du tout toucher, on rattrape du monde à tout va qui essaye de se mettre dans le groupe mais qui lâche et derrière je devais toujours me replacer, car à chaque fois que quelqu’un lâche et que vous êtes derrière lui il vous fait perdre 1 mètre puis 2…à chaque fois on doit relancer pour essayer de revenir, arrivé au 30ème je n’ai plus aucune seconde d’avance sur le sub 3H passage en 2h07’30.

 

Le groupe s’amenuise, nous ne sommes plus qu’une dizaine à se battre contre nous-même, moi je ne souffre pas, j’ai débranché le cerveau, je me suis mis en mode commando, à l’arrivée d’un pont monstrueux presque 2km de montée 4’50 et 4’40 j’ai réussi à tenir les 2 lièvres en faisant un peu le yoyo mais plus dans la gestion que dans l’agonie, la descente 4’10 et 3’59 pas suffisant pour récupérer les secondes perdues dans la montée, à partir de là les lièvres ont mis le turbo 4’08 au kilo, et je me sens pas encore à bloc, je ne suis pas frais mais je sens que j’ai des réserves dans le groupe nous sommes plus que 3, entre le 38ème et le 40ème encore un putain de faux plat montant qui n’en finissait plus, et là je donne tout, je vais même dépasser les Pacers pour garder un rythme suffisant pour parvenir au 40ème avec une poignée de secondes d’avance, je savais après avoir regarder plusieurs vidéos qu’il y avait dès l’entrée de Central Park une belle descente, là je me suis dit que c’était bon pour le moins de 3h, je déboule les 1500m de faux plat descendant à fond la caisse, et les 500m de montée vers la finish line je la savoure j’arrête même mon effort pour voir enfin le monde qui acclame chaque coureur comme un héros, comme un vainqueur, comme un champion, j’ai du perdre quelques secondes dans cette montée mais je savais que j’avais de la marge, a l’arrivée je franchis la ligne en 2h59’23 (mon 5ème temps) je ne lève même pas les bras, j’étais content mais un peu déçu, j’avais envisagé sérieusement de faire 2h57’59 après avoir fait 4 fois 2h58 lors de précédents marathons j’avais espéré un dénouement en feux d’artifice avec la cerise sur le gâteau mais je pense que je ne pouvais pas faire mieux aujourd’hui, j’étais prêt avec une préparation sans anicroche mais New York reste New York ; aujourd’hui j’avais sans doute le potentiel de faire un chrono inférieur à 2h57 sur Berlin ou Seville voir Valence mais pas à New York donc même si je l’ai vaincu à l’usure il n’a pas tout perdu, ça restera une petite victoire mais la guerre n’a pas été gagné, l’année prochaine ce sera Berlin et là il faudra prendre des risques et faire un chrono magique, j’y crois et c’est pour ça que je le ferai…

 

Après le franchissement de la ligne d’arrivée je pense à ma femme, j’espère que ça se passe bien pour elle, je marche je marche encore et encore, j’ai pris l’option poncho donc nous sommes censés sortir plus tôt que les autres qui doivent récupérer leur sac (2km plus loin) pour récupérer un poncho bien chaud et molletonné, ensuite encore 2km pour récupérer le métro, je rentre à mon hôtel je prends ma douche et je suis Caro sur le tracker de la course, elle me téléphone son pied lui fait mal, elle souffre, le chrono s’envole, mais ce n’est pas grave le public la portera jusqu’au bout de mythe… 4h47 chrono anecdotique le moins bon de ses 6 marathons mais elle a pu découvrir la ferveur des new yorkais, l’engouement, l’hystérie collective de la ville pour leur marathon.

 

Aujourd’hui 2 jours après la course je n’ai aucune courbature, j’étais bien préparé, le sentiment du devoir accompli et d’une page qui se tourne…

 

En conclusion : Je n’ai hélas pas trop profité de l’enthousiasme de New Yorkais car j’étais trop dans la gestion de mon chrono.

 Ce qui m’a pas plu ; les longues artères des fois 5 ou 6km de ligne droite avec des nids poule, l’attente 4h avant le départ, les 4km après la course, les ponts à répétition, ce qui m’a plus la population chaleureuse pour les marathoniens, les encouragements pour chacun d’entre nous, les bénévoles extraordinaires, les conditions climatiques (attention cette année on a eu de la chance), la ville, et un conseil a vous donner prenez 1 semaines après pour la visiter et beaucoup de dollars la ville est très très cher, les transports, la bouffe, les spectacles, les musées, bref c’est horriblement cher, personnellement je ne le referai pas sauf si on m’invite, mais a ce prix c’est un marathon caviar…

4 commentaires

Commentaire de Miche posté le 08-11-2019 à 08:10:29

Merci pour ton récit. Perso, si j' vais, et ce que tu racontes confirme ce que je pensais, je crois que je ne viserais pas un temps sur ce marathon. Je songe aussi à faire la qualif au temps pour y aller. Sur quelle épreuve (lieu et distance semi ou marathon) avais tu obtenu ce temps et est-ce que cela a été compliqué vis-à-vis des organisateurs de justifier ce temps acquis en france je suppose ?

Commentaire de Carofred83 posté le 08-11-2019 à 08:16:54

bonjour Miche je me suis qualifié à La Rochelle 2h58 l'année dernière pour les plus de 50 ans la qualification est de 3h15 il me semble, attention il y a que 3 marathon qui compte pour la qualification en france, Nice, La Rochelle et Paris, les autres ne sont pas qualificatif, ensuite pour les semis je sais que celui de Paris, BOULOGNE BILLANCOURT sont qualificatifs mais je ne connais pas les autres, renseigne toi bien avant de faire un semi s'il est qualificatif tu dois avoir la liste encerclant sur google des courses qualificatives en france...bonne chance pour l'année prochaine merci pour ton commentaire amitié Fred

Commentaire de augustin posté le 15-11-2019 à 16:49:13

Super récit, belle perf sur un parcours pas propice! bien joué en tout cas!

Commentaire de Carofred83 posté le 16-11-2019 à 13:18:44

je te remercie Augustin pour ton commentaire ca me fait plaisir bon run

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran