Récit de la course : Le Tiers de Marathon 2018, par Le président

L'auteur : Le président

La course : Le Tiers de Marathon

Date : 28/10/2018

Lieu : Laverune (Hérault)

Affichage : 256 vues

Distance : 5km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

QUOI DE NEUF DOCTEUR ?

Le Tiers de Marathon / Lavérune / Dimanche 28 octobre 2018

5 km en 32’ 10’’ / 9,3 km/h (92ème / 128 coureurs classés)

Mon plus mauvais chrono…

Ma plus belle victoire !


GROS NUL – 2ème EPOQUE

An 1 après infarctus


Plus de neuf ans de silence sur Kikourou… Pas un récit de course à pied depuis Marvejols-Mende 2009 et la conclusion en fanfare de la lutte homérique Pilate, Le Président ! C’était le bon temps comme disent les anciens M3 en mal de chronos qui déchirent. C’était aussi une autre époque, celle d’avant l’infarctus…

Le temps a filé sans compter depuis la classique lozérienne de 2009. Comme tout un chacun, la vie a suivi son cours avec dans ses bagages de bonimenteur son lot de pierres précieuses et de verroterie, celles qui brillent en mille facettes de lumière et celles qui se goinfrent des rayons du soleil sans en restituer l’éclat. C’est ainsi que se mélange pêlemêle dans une partouze improvisée nos joies et nos peines, nos rires et nos larmes, nos plaisirs, nos doutes et nos colères.

Alors quid de ces neuf années ?

Tout d’abord je dois avouer aux Kikoureurs bernés par l’utilisation frauduleuse de mon pseudo « Le Président » avoir savamment entretenu l’équivoque sur mon statut alors que j’ai cessé toutes mes activités à la tête de VEDAS ENDURANCE le 18 octobre 2014 après 10 ans de bons et loyaux services rendus à la patrie de la course à pied. L’heure était venue pour moi de passer la main et de laisser à d’autres le soin d’impulser une nouvelle dynamique au club. J’ai pris beaucoup de plaisir tout au long de ces années à animer cette belle communauté sportive, à chercher des idées nouvelles et lancer des projets fédérateurs, parmi lesquels l’organisation des « Révolutions Védasiennes » en 2010 et 2011 (course par élimination sur circuit court) et de la « Pistole Volante » (Trail de 14 km dans la garrigue de Saint Jean de Védas) en 2012, 2013 et 2014.

Pour autant je n’ai pas déserté le monde associatif en devenant le 15 avril 2015 trésorier de l’association naissante COURIR EN SOLIDAIRE et en participant à la mise sur orbite familiale du TEAM SUPERSONIK RABBIT en souvenir de mon petit frère, magnifique coureur à pied de son état, emporté le 5 février 2016 par un cancer têtu et accrocheur, du genre charognard et qui ne fait pas de cadeaux…

 

https://www.facebook.com/search/top/?q=courir%20en%20solidaire

http://courirensolidaire.com/

 

 https://www.facebook.com/team.supersonik.rabbit/


J’ai également mis à profit tout ce temps pour enrichir ma collection de courses de 216 unités supplémentaires dont 4 Marvejols-Mende (2010 en 2H 01’ 16’’, 2011 en 1H 56’ 42’’, 2013 en 2H 04’ 18’’ et 2017 en 2H 13’ 23’’, autant de chronos décevants au regard des 1H 50’ 40’’ de 2008 contés sur kikourou…) qui s’ajoutent aux 329 courses précédentes. A la veille du 5 km de Lavérune 2018, mon compteur totalise 545 courses en 27 saisons de compétition (du 12 juillet 1991 au 12 novembre 2017, date de ma dernière sortie avant mon K.O. technique / voir mes statistiques ci-dessous.

 

 

Et puis, tapis dans l’ombre, rodant sournoisement dans mes artères depuis quelques mois, se pointe sans crier gare l’infarctus de la disgrâce coursico-pédestre. En ce matin du 8 avril 2018 tout s’emballe et tout s’arrête… Les pompiers, le S.A.M.U., le C.H.U. de Montpellier, la coronarographie, l’angioplastie et la pose d’un stent d’une part. Le repos, l’arrêt de travail, la suspension de l’entraînement d’autre part. S’ensuit une longue convalescence physique et psychologique, la prise de conscience de ma propre vulnérabilité, la redécouverte de mon corps et l’écoute exacerbée des signaux négatifs qu’il m’envoie avec en corollaire la pernicieuse inquiétude de la rechute. C’est l’entrée dans le monde merveilleux de Disney avec son grand huit émotionnel et sa parade d’Halloween…


Pendant ce temps mes chaussures de course prennent la poussière et m’attendent sagement dans leur placard…

Je ne les délivrerai de leur embastillement que le jour de la fête nationale. Tout un symbole pour la révolution pédestre qui va suivre, l’an 1 d’une nouvelle ère ! Je dois tout réapprendre en alternant marche et course (3 X 1’ pour ma première sortie, puis 3 X 1’15’’, puis 3 X 1’30’’ jusqu’à atteindre mon premier palier de 5’, puis 10’, puis 15’ jusqu’à atteindre 40’ le 21 octobre, une semaine avant Lavérune). Je retrouve un peu d’endurance mais je dois faire l’impasse sur la vitesse en respectant une fréquence cardiaque de 110 à 120 pulsations maxi comme l’a préconisé mon cardiologue. Je me traîne à 9 km/h mais l’essentiel est ailleurs. Je redécouvre le plaisir de courir et la sensation d’être libéré de mes entraves. Il ne me reste plus qu’à reprendre un dossard et poursuivre ce travail de reconstruction entamé dès ma sortie de l’hôpital…  

La course de Lavérune que j’avais coché dans mon agenda se prête parfaitement à ma forme du moment avec son 5 km dont le profil s’apparente au relevé d’un électrocardiogramme plat (humour noir) ! C’est la course idéale pour une renaissance…