Récit de la course : Trail Aquaterra - L'EDFi des Lacs - 110 km 2017, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Trail Aquaterra - L'EDFi des Lacs - 110 km

Date : 15/7/2017

Lieu : Bort Les Orgues (Corrèze)

Affichage : 1202 vues

Distance : 110km

Objectif : Se défoncer

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Parôles d'Aquaterrien


L'été défile à toute berzingue, il est bien temps d'écrire trois lignes sur ce superbe WE Aquaterra du mois de Juillet qui aura bien râpé mes semelles (et le bonhomme). En réalité ce récit je l'ai déjà écrit l'autre jour dans le TGV à l'occasion de mon déplacement à Vizille pour le BRA : 56 bornes jusqu'au bag drop de Beaulieu sur le voyage aller, et le retour au retour (ça va de soi). Y a juste que j'ai oublié mon stylo et (surtout) mon calepin dans le train ... Je m'en suis rendu compte en déballant le barda à la maison. Et là, franchement, j'ai pris un p'tit coup au moral. Un peu comme si au passage de l'arche d'arrivée à Bort les Orgues on m'avait dit que j'avais oublié de pointer à Beaulieu et qu'il fallait repartir pour un tour ...

Donc voilà, dix jour plus tard on y retourne, au clavier cette fois, pour 110 bornes et 4500 D+ ...

Nous avions donc quitté l'Alsace Vendredi matin, jour de Fête Nationale ... Huit heures de route pour rejoindre Bort en prenant le temps d'une pause casse croûte et de la petite sieste incontournable. Danièle assurant ce voyage aller, j'en ai profité pour multiplier les séances de capillarisation dans la voiture tout en me repassant le règlement, le profil et la présentation du parcours ...

Aucun soucis pour trouver la Place Marmontel au cœur du village. Aucune attente non plus. Quelques minutes et quelques sourires plus tard nous avions rejoint la chambre d'hôtes réservée sur les hauteurs du lac ... Nous sommes là en Haute Corrèze, exactement a la limite du Cantal, au pied du Parc Naturel des Volcans d'Auvergne ... Et pourtant en Région Nouvelle Occitanie !!!! Pas évident la simplification administrative ... Ceux qui n'ont pas changés ce sont les gens du coin. Simples, chaleureux, authentiques et heureux de nous faire découvrir leur terroir.

Vue sur le Lac et le barrage EDF depuis la Chambre d'Hôtes ...

Repas léger à 19 h et j'étais sous la couette avant 20 h pour une courte nuit en pointillés ... Réveil à 23 h, le temps de sauter dans mon short et de prendre mon sac et Danièle me déposait 10' plus tard sur le site de départ avant d'aller terminer sa nuit.

J'étais l'un des tous premiers trailers mais il y avait beaucoup d'animation dans les rues pour cause de 14 Juillet. J'ai patienté tranquillement en profitant du feu d’artifice tiré un peu plus loin ... Un peu plus tard nous étions 74 dans le Sas pour un départ à minuit après le traditionnel briefing et un vague contrôle des sacs.

Les conditions météo étant idéales, j'avais opté pour une tenue courte avec les manchettes, les Brooks Cascadia au pied, la grosse Ferei sur la tête relié a une batterie déportée dans une poche filet de mon vieux sac Raidlight, avec évidemment tout le matos obligatoire (raisonnable sur cette épreuve).

Quelques kilomètres de bitume pour sortir du village et nous étions rapidement sur les premiers sentiers, au cœur de l'Aquaterra. Comme d'habitude je trouve que ça part bien vite, je laisse tranquillement chauffer le moteur. La traînée des frontales s'enfonçant dans la nuit est un instant toujours aussi magique. Nous traversons plusieurs prairies en zigzagant entre les chicanes de barbelés ...

Et paf, voila que le câble d’alimentation reste accroché et pète tout net. Plus d'image !!! Merdouille de merdouille !!!Les gars me doublent les uns après les autres en me demandant gentiment si “ça va ???” tout en poursuivant tranquillement leur chemin ... Ben non, "ça va pas" justement. A peine une heure de course et me voilà déjà en galère ... Allez, on ne s'affole pas, j'ai eu la bonne (lumineuse ???) idée de fourrer une lampe de secours dans le sac. Quelques tâtonnements plus tard le timide faisceau de la petite Tikka me permet de sonder l'herbe humide à la recherche de la batterie. Sans succès. Et pour cause puisqu'en réalité elle était resté coincée dans la poche filet. J'aurais du commencer par ça, mais bon, le lucidité fait souvent défaut dans ces moments. Bref, je fourre le tout en vrac dans le sac et repars avec la petite Petzl en mode éco sur la tronche ... C'est pas bien violent, je songe déjà a préserver les piles en prévision de la nuit que je risque de trouver bien longue et je m'accroche aux basques des gars équipés de bons phares.

Je ne coures pas bien vite mais mon rythme étant un poil plus rapide, je remonte la file de frontales en sautant de grappe en grappe pour rester dans un champ de vision correct. En même temps j'ai la cafetière qui bouillonne a fond, je ne me vois pas passer toute la nuit comme ça. De toute façon je n'aurai probablement pas assez d'autonomie, même en mode éco ... Que faire ??? Quémander des piles au prochain contrôle ??? Bof, ça fait vraiment cake ...

Cahin caha j'arrive ainsi au premier point d'eau et je tente la solution miracle ... Je ressort la Ferei, démonte le câble d’alimentation sectionné et je branche le batterie en direct sur la lampe. Pas possible de mettre un tel binz sur la tête, mais à la main ça le fait bien ... Ouf, sauvé par le gong. Je peux repartir avec un vrai phare à la main et l'effet est immédiat sur le moral autant que sur les yeux !!!

Il me faudra 3 h pour rejoindre le premier ravitaillement à La Cousteix après 21 km de course. Il y a encore pas mal de monde regroupé à ce moment. Les tables sont bien garnies, je fais le plein de la poche à eau et ne m'attarde pas ... Ces quelques minutes auront suffis a me refroidir, je ne suis pas loin de grelotter en traversant une prairie humide d'ou s’échappe une brume légère. L'idée de passer le coupe vent m'a traversé l'esprit, mais il aurait fallu s’arrêter , défaire le sac, etc .. Le temps de réfléchir a tout ça et je m'étais déjà réchauffé.

Le balisage était très bien fait, bien placé, bien visible. Il y avait deux carrefours un peu douteux (malveillance ???) mais à chaque fois je suis tombé sur des petites troupeaux qui avaient dégrossi l'affaire. Et donc pour une fois je n'ai pas perdu de temps !!!!

Dans la nuit je me souviens de la traversée d'une petite rivière tumultueuse, sur des pierres savonnettes en s’agrippant a un câble tendu entre deux arbres ... Chaud chaud cette affaire avec la frontale à la main, dérapage non contrôlé garanti, le popotin a baigné plus tôt que prévu !!!

Un peu plus tard c'était bien moins drôle sur une large piste toute droite, toute plate, interminable ... Heureusement les jambes tournaient bien et cette portion a bien fait remonter la moyenne pour arriver à La Tartière (ça ne s'invente pas !!!) pour le second ravitaillement à l'heure ou le soleil se lève, et toujours parfaitement dans le timing prévu.

C'est là, perplexe, que j'ai aperçu un concurrent avec une simple ceinture porte bidon ... En réalité, compte tenu du matos obligatoire très light (mais suffisant) imposé et des nombreux ravitaillements et points d'eau, c'était tout à fait jouable. En assumant le fait de n'être pas conforme au règlement pour ce qui concerne la réserve d'eau et la pénalité qui aurait pu (du) s'en suivre.

C'est après que nous devions trouver la fameuse section “into the wild” ... Un petit vallon encaissé, une rivière capricieuse dont on suit globalement le cours tout en traversant régulièrement, passant d'une rive à l'autre sur une trace de sanglier (qui a fait le sanglier ?) grimpant à l'arrache sur un versant abrupte, puis l'autre ... J'ai vite compris qu'il était vain de vouloir garder ses pieds au sec et je me suis vraiment bien amusé sur ce passage. Avant de plonger sur le Lac et de découvrir les premiers points de vue sur le superbe Château de Val ...

Le drop bag qui nous attendait à Beaulieu était parfaitement justifié et bienvenu. Nous étions alors à mi course (km 56) et j'étais pointé en vingtième position. Là j'ai pris tout mon temps pour me sécher, repasser une couche de Nok, enfiler des chaussettes propres et remplacer les Cascadia trempées par mes vieilles Hoka Rapanui dont l'amorti assure toujours en dépit des nombreux kilomètres encaissés ... Puis passer a la table ravito pour refaire les niveaux solides et liquides ... J'ai perdu quelques places dans l'affaire, mais c'était je pense une bonne stratégie.

Nous étions alors à mi course (km 56) et j'étais pointé en vingtième position. Là j'ai pris tout mon temps pour me sécher, repasser une couche de Nok, enfiler des chaussettes propres et remplacer les Cascadia trempées par mes vieilles Hoka Rapanui dont l'amorti assure toujours en dépit des innombrables kilomètres déjà encaissés ... Puis passer a la table ravito pour refaire les niveaux solides et liquides ... J'ai perdu quelques places dans l'affaire, mais c'était je pense une bonne stratégie.

En repartant delà j'avais en tête qu'il y avait 7 km pour rejoindre le ravitaillement suivant à la Grange Haute pour y retrouver ma douce. Une pensée réconfortante , un parcours toujours aussi attrayant avec des points du vues exceptionnels, cette grosse heure de course aura passé très vite. Danièle était au RV, comme prévu ... Un bisou, quelques mots, je me pose et Danièle me cherche tout ce dont j'ai besoin, m'incite a manger ceci ou cela, m'apporte de la St Yorre. Ca c'est bon, trop cool l'ultra comme ça ... Pendant ces moments je me met globalement en pilotage automatique ... Je recharge mes poches de gels et barres, fait le vide de la poche à eau, rebisou et hop c'est reparti ....

A partir de là le parcours devient vraiment casse pattes, surtout avec la température qui grimpe de quelques degrés … Par chance un petit vent préserve des conditions de course optimum. Je commence à voir débouler les dossards jaunes des premiers concurrents du 70 km … J'échangerais bien leurs jambes de champions contre mes vieux bouts de bois un peu plus raides …. J'aimerais bien avoir quelques dossards rouges en point de mire, mais bon , ça ne court pas les rues. Ni les sentiers … Le parcours est toujours aussi plaisant, alternant sentiers en sous bois et passage dans les prairies, découvrant sans cesse des nouvelles vues sur le Lac et le Puy de Sancy …

A l'approche du Pont d'Arplat, a l'extremité du Lac, c'est le premier dossard orange du 40 km qui me rattrapes. Pfff, ça galope les jeunes …
Un couple aux dossards jaunes m'a doublé alors que je repartais du ravito piano en avalant tranquillement quelques victuailles. La fille aux couettes semblait particulièrement bien en jambes. J'avais bien noté lors du briefing que ce pont était situé au kilomètres 80 … Et donc qu'il en restait 30 et que le retour était compliqué.

Effectivement on navigue à nouveau sur des traces de sangliers, trés souvent en devers sur des pentes infernales dans un sens ou dans l'autre … On ne grimpe jamais bien haut, mais l’enchaînement est usant. Pour le coup les semelles hautes des Hoka n'étaient probablement pas la meilleure option, les orteils ont un peu morflés dans l'affaire … Par contre des que la piste redevient courrable, quel plaisir de pouvoir retrouver cet incomparable amorti qui permet toujours de terminer les ultras "confortablement".

Bref, je reviens progressivement sur le couple au dossard jaune. Le gars à l'air au bout du rouleau, je réussi finalement a repasser Miss couette. La fille fait des arrêts express et me double a chaque ravitos alors que je me pose plus longuement pour faire le plein et me ravitailler, papoter un peu aussi … A défaut de dossard rouge a rattraper, le petit jeu consiste donc a faire la chasse à Miss couette.

Je retrouve Danièle une dernière fois après à Outreval et la voilà qui m'informe qu'elle vient de voir passer un dossard rouge qui paraissait bien mal en point … Elle me connaît bien ma douce (33 ans qu'elle me supporte), il n'en faut pas plus pour me re-bosster et repartir de plus belle gratter une petite place au scratch ...

 

On retrouve des portions plus roulantes qui conviennent a merveille a ma petite foulée diesel. Un magnifique passage à proximité Château de Pierrefite … Puis " Il faut monter aux sapins et après ça bascule" m'avait dit le bénévole au dernier point d'eau. Bon ... passé les sapins je n'ai pas vraiment senti la bascule. Il a encore fallu relancer pendant quelques kilomètres, de profiter d'un ultime point de vue sur le Lac avant d'apercevoir les premières maisons, puis d'entendre enfin l'echo du speaker tout en bas. Là le cerveau à lâché tout ce qu'il restait d'endorphines et j'ai dévalé cette descente comme un dératé, les cuisses en feu mais complètement euphorique … Quel bonheur de slalomer au milieu des touristes dans la rue piétonne, de déboucher sous les platanes de la Place Marmontel sous les applaudissements d'un public nombreux et enthousiaste. 

Et voilà, j'ai rejoint la famille des aquaterriens après 17h46 de course, classé 14 ème au scratch et 2ème V2 … Je n'avais encore jamais reçu autant d'attention a l'arrivée d'une course … On me propose un siège, on va me chercher une boisson fraîche, on me présente le vainqueur de l'épreuve …

Guillaume Porche, un authentique champion. Ou plutôt un champion authentique qui prend le temps, vient échanger ses impressions de la journée. Guillaume aura couru seul tout le temps,bouclant les 110 bornes en 12h11'32  '' avec 1h1/2 d'avance sur le second. Une autre dimension  !!!!

Superbe performance de Simona Morbelli du Team Salomon Italie qui termine en 15h38'28'' avec une excellente 6 ème place scrtach ...


classement scratch


Mais tous les finisheurs de ce parcours superbe et sélectifs sont a féliciter. Tout comme l'équipe d'organsiation, aussi efficace que sympathique. Et bien sûr les nombreux bénévoles rencontrés durant la balade ….

Aquaterra c'est un joli nom, un parcours superbe, une organisation sans faille, un accueil chaleureux … C'est vraiment une épreuve à découvrir !!!!

 

 

 

 

14 commentaires

Commentaire de Tonton Traileur posté le 28-07-2017 à 18:03:16

c'est beau le Limousin, hein Poucet ?...
(désolé, mais "Nouvelle Aquitaine" , pfffff, j'y arrive pas et ça veut rien dire !)
bravo pour cet Aquaterra rondement mené !
j'ai vu que tu avais prévu l'UT4M chalenge, tu vas te régaler !

Commentaire de poucet posté le 29-07-2017 à 07:25:54

Ah oui, super ce coin ... Tu sais, Grand Est c'est pas mieux que Nouvelle Aquitaine ... du grand n'importe quoi !!! Et oui, UT4M Challenge à suivre ... j'avais fais la première édition en intégral, là j'espère vraiment profiter des paysages ... J'aime bien ce concept par étapes !!!

Commentaire de ch'ti lillois d'vizille posté le 28-07-2017 à 18:26:09

apparemment un beau trail avec un beau parcours et un super récit.
bravo pour cette 14è place et 2è V2.

Commentaire de poucet posté le 29-07-2017 à 07:28:05

Merci ch'ti lillois d'vizille
C'était très bien aussi à Vizille pour le BRA !!!
Si jamais tu es sur Face de Bouc ...
https://www.facebook.com/profile.php?id=100013534004454&sk=photos&collection_token=100013534004454%3A2305272732%3A69&set=a.306527723141692.1073741844.100013534004454&type=3&pnref=story

Commentaire de philkikou posté le 29-07-2017 à 11:51:20

Quel été de GEANT !!! A la sauce Poucet avec les bottes de 7 lieues !!!
Bonnes courses au pluriel .. pour la récup.. je me demande comment tu arrives à digérer tout ça....

Commentaire de poucet posté le 29-07-2017 à 20:49:42

Merci Philippe ... Le Poucet fatigue mais tiens bon ... la semaine prochaine je passe la casquette d'organisateur sur le TriRhena, je vais pouvoir souffler ... Enfin non, pas vraiment !!!! Bel été à toi

Commentaire de PhilippeG-586 posté le 29-07-2017 à 13:14:25

Chouette ton récit Gilles, comme d'habitude, avec des photos qui donnent envie de la faire... :)
Bravo pour ta belle réussite sur ce nouvel ultra, encore une très bonne place.
@+
Philippe

Commentaire de poucet posté le 29-07-2017 à 21:04:31

Merci Philippe ... Oui encore un joli coin, ou l'on court beaucoup, ou il n'y a pas trop de monde. Sur un tel parcours tu te baladerais !!! C'est la forme pour toi ??? Quel objectif a court terme ??? Bientôt les Pyrénées ???

Commentaire de PhilippeG-586 posté le 01-08-2017 à 14:32:08

Et bien oui, il me tente... (Je reviens de Bourg d'Oisans, trail de l'Etendard, 66km et 95 coureurs, super chouette !)
Oui, le gros morceau qui tue dans 23 jours :( )
Bonne reprise à toi Gilles :-)

Commentaire de poucet posté le 05-08-2017 à 21:00:39

Pfff ... encore une sacré perf Philippe !!!! BRAVO, y avait de sacrés "clients" sur cet Etandard !!! Je te souhaite le meilleur pour les Pyrénées.

Commentaire de PhilippeG-586 posté le 08-08-2017 à 11:45:05

Merci poucet, c'est gentil :-)
Bon challenge de l'UT4M, qui approche;-)

Commentaire de poucet posté le 08-08-2017 à 21:26:59

MERCI Philippe !!!

Commentaire de tricky posté le 20-06-2018 à 14:10:54

Je ne découvre que maintenant ce récit mais bravo à toi ! ;)

Commentaire de poucet posté le 20-06-2018 à 22:57:06

Merci Kikou Tricky

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran