Récit de la course : Marathon de Marseille 2016, par Runforfun

L'auteur : Runforfun

La course : Marathon de Marseille

Date : 20/3/2016

Lieu : Marseille 01 (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 831 vues

Distance : 42.195km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Revanche...

Salut les kikous !!

Et oui 2016 était synonyme de revanche entre Marseille et moi. L'année dernière avait été une désillusion pour moi après avoir perdu mon genou au 30e alors que j'étais sur la base de moins de 4h. Bref, je m'étais juré de revenir. Merci Papa Noël de m'avoir offert ce joli cadeau.

Après une courte nuit de 4 heures, levé 6h du mat: ça pique un peu, serai bien resté sous la couette. Douche et pdj en express pour attraper la dernière navette de 7h. Autant l'année dernière y'avait le temps, autant cette année ils sont en place. Des jeunes en pleine forme et souriant sont là pour nous indiquer les navettes, nous distribuer les ponchos... Ca fait plaisir de voir un peu d'entrain à cette heure. 

C'est partit pour ½ heure de car. Notre chauffeur se prend pour Sébastien Loeb, si ça continue on sera malade avant d'arriver sur la ligne de départ. On finit par arriver, mais pas trop en avance. A peine le temps de rejoindre la ligne en s'échauffant qu'il faut de glisser dans le sas. Pour moi, ça sera celui de 4h. J'ai l'impression d'être un peu à l'étroit: je me retourne et me rends compte qu'on est le double de l'année dernière. Ma voisine de départ (casquette et tutu rose) est pleine d'énergie. Je me dis qu'il y en a quand même, comme moi, qui sont là pour le plaisir. Ca change des mecs qui te scrute de bas en haut, pour savoir comment tu es équipé, si t'es un concurrent potentiel...

Bang !!! ça y est lâchez les fauves c'est partit!!! ça met un peu de temps à s'étirer et à se lancer. Je me fait un peu coincer et vois mon meneur s'éloigner un peu rapidement à mon goût. Pas de stress, on va vite se revoir... Début de course un peu compliquée: ça coupe les trajectoires, crache, se mouche, s'arrête d'un coup en plein milieu parce qu'on a perdu un gel... sans regarder derrière. ça serait peut-être bien de rappeler quelques règles au moment de l'inscription sur le fait de courir en groupe.

Bref, ça commence à dérouler tranquillement. 1ère descente je recolle direct au meneur. J'ai trouvé mon rythme, je suis bien, je ne tape pas dans les réserves. Je continue. Nouveauté cette année: je cours sans montre, juste à l'écoute de mon corps et de mes sensations. Je me cale avec un coureur (débardeur blc de la diagonale des fous) qui a un bon rythme, et je me rends compte qu'on a a peu près le même. 

On continue de dérouler, et on arrive facilement à la mi course. Je ne sais pas où j'en suis dans le chrono mais ça roule donc on continue. C'est à ce moment qu'on rejoint le semi. Contrairement à l'année dernière je ne me laisse pas déconcentrer et ne perd pas mon rythme. Je vois mon "lapin" s'éloigner mais pas grave, je suis bien je ne vais pas me cramer.

Sortie de Borély, double ligne droite. Il ne faut pas se laisser aller. On attaque la Corniche, juste de quoi faire monter le cardio et casser un peu les pattes. Il commence à faire chaud.

Retour vers le Vieux Port où le Semi se termine, et pour nous direction la Cannebière pour encore un tour. Et là gros coup de mou, plus rien. Je ne sais pas pourquoi. Je marche pour me remettre dedans, m'étirer... Direction l'interminable rue de Rome. Je n'avance plus, je n'y suis plus. Tout le monde commence à être dans le dur. Je reprends péniblement à courir. ça commence à me résonner dans le dos et l'épaule. Je marche en m'étirant un maximum. Un monsieur me pousse pour me relancer mais c'est pas facile. Mon meneur me double mais je m'y attendais donc pas de problème. Retour pas Borély où je me relance un peu. Tout le monde est au bout du rouleau, je voir un mec qui s'écarte pour aller vomir, d'autres choppent des crampes... Bref on est tous dans la même galère. Je croise même un mec prévu en 3h30... Avec ma voisine de départ, on se suit, je me dis qu'on arrivera sûrement ensemble. 

J'entends derrière moi un petit groupe qui s'exclame au 32e: "3h07 plus que 10 kms". ça me rebooste un peu et me dis que pour les 4 h c'est mort mais en 4h15 c'est jouable. On rattaque la double ligne droite: c'est l'hécatombe et tout le monde prend cher. Il fait très chaud maintenant. 

2e passage par la Corniche: je pense à l'attaquer en marchant pour garder un peu de jus pour la fin. Et puis non, quitte à finir en rampant autant aller au bout du bout. J'attaque en trottinant et mine de rien je passe tranquillemnt. Je vois les coureurs du 10 kms être déjà à la peine, ça me motive encore plus. C'est dur mais je retrouve un petit rythme, je recommence à doubler pas mal. 

11h50 je passe le 38e: allezzz on y est presque. Je lâche rien. Dans le dernière montée je marche pour récupérer pour la fin. On redescend vers le Vieux Port et l'arrivée. Encore 1 km, je jette mes dernières forces. Grâce au prénom sur le dossard le public encourage personnellement et ça c'est top!!! Je sers les dents, j'ai mal partout, elle est où cette pu... d'arrivée ?? 

On y arrive, dernière ligne droite, je mets tout ce que j'ai jusqu'au bout !!!! 

Je franchis la ligne en 4h18min06s (23s de moins que l'année dernière), quelques secondes après ma voisine de départ. 

J'ai été chercher la ligne d'arrivée au fin fond de mon mental et de mes tripes. 

Je remercie tous les bénévoles pour leur bonne humeur, leur soutien, leurs encouragements...

Et peut-être à l'anne prochaine

 

5 commentaires

Commentaire de alpaco posté le 21-03-2016 à 23:14:03

Et moi que j'ai voulu faire le guerrier... mais c'était un vrai champ de bataille ce marathon ! J'ai eu mal à un tendon et deux muscles se sont étranglés rieng qu'à la lecture.
J'ai trouvé le semi assez facile à encaisser. Les (rares) douleurs sont pour le lendemaing. Je ne me sens pas "l'état d'esprit" nécessaire pour supporter les scènes décrites.
Du coup, je me tâte à venir "scruter" des vétérans aguerris l'année prochaine ;)
Bravo en tout cas, belle aventure bieng racontée. On s'y croirait à en souffrir presque.

Commentaire de Runforfun posté le 22-03-2016 à 00:26:32

félicitations à toi aussi
j'ai trouvé particulièrement dur cette année, et j'ai trouvé que beaucoup de coureurs étaient à la peine.
J'ai rarement été à la peine aussi tôt dans une course.
on va réfléchir à la prochaine...

Commentaire de Japhy posté le 22-03-2016 à 07:39:40

Bravo pour ta course !
Un peu étonnée que tu aies eu chaud, ça n'a pas du tout été mon cas. J'ai même gardé mes manchons (de bras) jusqu'au bout alors que j'avais prévu de les laisser en passant à des copines, au niveau du semi. Mais j'ai été étonnée de voir certains coureurs très chaudement habillés. La dame en tutu par exemple, elle était très couverte, et d'ailleurs complètement écarlate dès les premiers km ! Bonne récup !
(je crois que j'ai vu aussi le monsieur vomito ;)

Commentaire de Papakipik posté le 22-03-2016 à 10:16:24

Bravo pour ta course et le mental dont tu as fait preuve !
Ton CR résume bien ce marathon finalement assez dur :
- un départ intime type "course se village";
- un 1er semi paradoxalement roulant...
- ...mais avec une 2ème boucle qui frise la torture, mentale et physique (combo rue de Rome / Prado, un enfer) ;
- le croisement sympa avec les coureurs du semi puis du 10 ;
- une corniche qui paraît plus pentue au deuxième passage.
Et effectivement un peu de chaleur à la fin.
A faire ou refaire et, avec un parcours sans double boucle, ce serait top.
Bonne récup'

Commentaire de CROCS-MAN posté le 22-03-2016 à 10:16:37

bravo

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran