Récit de la course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise 2014, par bruno230

L'auteur : bruno230

La course : Le Tour des Glaciers de la Vanoise

Date : 6/7/2014

Lieu : Pralognan La Vanoise (Savoie)

Affichage : 1405 vues

Distance : 72km

Objectif : Pas d'objectif

10 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Je cherchais un trail qui tomberait avant mes vacances car je sais que lors de celles ci j'ai tendance à faire quelques abus gastronomiques et ne plus être très affûté apres;
C'est ainsi qu'en cherchant dans le calendrier kikourou,je tombe sur le TGV-73 kms et environ 3900 m de dénivelé,pile ce qu'il me faut.
En plus,après lecture des nombreux CR,il apparait que celui-ci est consideré comme l'un des plus beaux de fRANCE.
en guise de prépa ce sera les cabornis format 40 kms en mars le BVT version petit format en avril 30 kms et 1250 d+ et le maratrail de lans en juin 46 kms et 2300 de D+,les trois courses se déroulant plutôt bien.
Bon,niveau orga ,on aurait pu faire mieux,on cherche un hôtel sur internet au dernier moment et on trouve notre bonheur à 5 kms (à vol d'oiseau) de Pralognan à Courchevel
Seulement on est pas des oiseaux et c'est 30 kms qu'ils nous faudra parcourir pour rejoindre le départ de l'hôtel.
Les jours approchant de l'échéance je commence à angoisser un peu,certes je connais ce genre de distance encore que ne l'ayant fait qu'une seule fois lors de la Saintélyon mais on a multiplié le D+ par deux et une bonne partie du parcours se déroule entre 2000 et 2500.
Autant dire que la nuit précédant le départ sera courte,d'autant que ma fille qui partage notre chambre regarde les derniers épisodes de "Devious Maids"et que j'ai du mal à décrocher pour dormir.
Résultat dernier coup d'oeil sur la montre à 0h30 pour un réveil à 2h30,autant dire que quand la sonnerie retentit je suis déjà reveillé et bien qu'essayant de me montrer relax,je ne sais pas à quelle sauce je vais être mangé.
Direction Pralognan à 3h00 sur les routes désertes et arrivée à 3h30 à Pralognan.Pour l'heure,ce sont ma femme et ma fille venues m'accompagner qui forcent l'admiration de l'assistance.
petit café,histoire de se réchauffer un peu en attendant le départ en discutant avec des locaux bien sympas qui prennent le départ(qui qu'a dit que les savoyards étaient pas sympas!).

 


PRALOGNAN-REFUGE DU COL DE LA VANOISE (7 KMS-1000 MD+)


4 heures ça y est ,le départ est lancé sur une musique d'Era,"Ameno".
On court dans les rues de Pralognan mais on a pas le temps de s'essouffler que l'on attaque la première ascension,il fait nuit du fait du départ avancé a 4 h00 et je rentre dans mon rythme.
Au dernier moment j'ai décidé de metttre le cardio et j'essaye de rester dans les 150.
je me sens bien ,j'ai l'impression d'avoir toujours utilisé les batons alors que c'est la premiere fois que je m'en sers.Je dépasse plus que je ne me fais dépasser(en même temps je suis parti dans le dernier quart)quand cela est possible et dès que le cardio monte un peu trop,je ralentis imperceptiblement l'allure.
On arrive( déja!), au "fameux" lac aux vaches qui n'est jamais oublié dans tous les CR que j'ai pu lire sur Kikourou(a ce propos je tiens à remercier tous les contributeurs car même si on est pas une "plume"il y a toujours quelquechose à retirer d'un CR).
Revenons en à nos mou...euh vaches du moins leur lac,je le traverse donc en sautillant de dalle en dalle en me rejouissant car cette fois-ci je ne suis pas derrière mon écran,j'y suis et en montant au refuge du Col de la Vanoise dans la lumière du jour naissant,j'ai cette sensation qui m'etreint qui me fait me sentir "chez moi",en parfaite harmonie avec cet environnement magnifique.
J'arrive donc au premier ravito en environ 1h45,je prend le temps de bien me ravitailler en taillant un bout de bavette(le lac aux vaches n'est pas loin)avec les bénévoles.

 


REFUGE DU COL DE LA VANOISE-REFUGE DE L'ARPONT (7KMS-22KMS)


Je quitte donc le ravito en ayant pris soin de ranger mes batons,oui j'ai décidé de ne les utiliser que pour les deux "grosses"montées et c'est guilleret que je me jette à l'assaut du deuxieme ravito
j'aime assez cette partie du parcours,le paysage est somptueux etla lumière est magnifique.
De plus les jambes vont bien,je maintiens le cardio et je n'ai pas l'air de souffrir de l'altitude bref tous les signaux sont au vert.
En chemin,je tombe sur "Laure au joli minois qu'on oublie pas"qui avait partagé notre table lors de l'AAB au Flore.On discute un peu puis je la laisse à la faveur de mes jambes étincellantes en pleine discussion sur la "diagonales des fous" avec un autre participant.
j'arrive au refuge de l'Arpont toujours aussi bien,je prend le temps de me restaurer,je refait le plein du camel,verse mon petit sachet de poudre isotonique en profitant du paysage.
je verrais Laure filer avant moi du ravito et ne la reverrai plus.
REFUGE DE L'ARPONT-REFUGE DE PLAN-SEC
Une bonne descente succède au ravito,enchainée par une non moins belle montée,c'est marrant comme ça parait plus facile sur le prfil de course.Néanmoins je laisse les batons dans le sac et progresse certes à un rythme pas foudroyant mais régulier car je dépasse pas mal.
Puis subitement la machine(oui je suis une machine)va commencer a se gripper,je commence à avoir du mal à courir là ou normalement je devrais courir.En plus j'ai devant moi deux couillons et je pèse mes mots car le sentier permet rarement le dépassement et quand c'est possible j'ai vraiment l'impression qu'ils font des écarts pour ne pas que je les double.
Au bout d'un moment je craque et crie un gros"PARDON" et les passe.Je pense marquer une distance mais dans une descente en lacets,les même gars ne se casse pas la tête et coupent allégrement dans la pente,ce qui fait que je vais me retrouver avec ces gars derrière moi et là,l'enervement sans doute,mon pied heurte une rôche et vlan je m'étale de tout mon long.
Première frayeur,j'ai mal au genou,la main gauche bien éraflées et bien mal au pouce droit et au doigt;J'essaie de trottiner,le genou grince un peu mais ça disparait OUF,je peux continuer.
C'est donc un peu moins reluisant que j'arrive à Plan-sec,j'y retrouve Bernard qui finit de se restaurer et qui partira quelques minutes avant moi.Je prend 10 minutes pour bien m'alimenter assis dans l'herbe tendre.

 


REFUGE DE PLAN-SEC - REFUGE DE L'ORGERE kms 37- kms49


La petite halte au ravito a l'air de m'avoir fait du bien et c'est un peu plus frais que je me dirige vers mon prochain objectif:le refuge de l'Orgère.
Les 12 kms qui suivent ne comportent sur le papier qu'une "bosse" de 200 de D+ et d'une bonne descente d'environ 500 de D-
Il commence à faire chaud et je profite de chaque ruisseau pour me rafraichir,la petite bosse est plus dure qu'il n'y paraissait sur le papier mais dans la montée je double toujours régulièrement.
Par contre je trouverais la grosse descente assez longue et fatiguante,j'y retrouve zeze69 qui ne l'apprecie pas plus que moi mais on sait qu'a son terme le ravito d'Orgère sera là.
Enfin il faudra juste gravir quelques mètres de D+ pour s'y restaurer.
Bon ben presque 50 bornes d'avalées"plus que" 1100 m de D+ et autant de descente et je pourrais boire une bière.Je me restaure et refait le plein du Camel avec ma poudre et c'est reparti
REFUGE DE L'ORGERE- REFUGE PECLET POLSET kms49-kms58
On repart ensemble avec zeze69 et un bénévole annonce l'un de nous 239 ème,tiens c'est vrai que c'est une course,qu'il y a un classement,moi qui depuis le départ ne m'en suis pas soucié,je ne sais pas mais ça provoque un truc.
j'attaque la montée avec la ferme intention de grapiller quelques places car j'ai peur d'en perdre un paquet sur la partie descendante et roulante.
Allez,premier candidat tout la haut,je baisse la tête et en avant,je vais ainsi tout au long de l'ascencion jouer au Pac-Man(rond comme un ballon et plus jaune qu'un citron avec mon tee-shirt UBS 2013).
Plus on monte et plus le ciel devient noir et menacant et je me rend compte que s'il se met à faire un orage,je suis mal barré avec mon petit coupe-vent D4,raison de plus pour ne pas trainer.
J'avance toujours bon train en "dévorant" les concurrents mais qu'est ce que c'est long,j'atteinds la partie enneigée du col,là c'est franchement raide,je regarde le sol en essayant de mettre mes pieds dans les traces des coureurs précedents et arrive enfin au sommet.
On m'annonce 214 ème,25 places de gagnées,avec un peu de chance je ne perdrais pas tout dans la descente.
Le début de la descente s'avere un peu tehnique du fait de sa déclivité et de son enneigement mais ça ne sera pas bien long et le ravito arrive assez vite

 


PECLET-POLSET - PRALOGNAN


Après m'être bien ravitaillé dans une bonne ambiance ,où l'on sent que tout le monde va aller au bout et que l'écurie est proche,je repars pour attaquer cette looooonggguuueeee descente sur Pralognan,j'essaie de trouver un rythme régulier et de stabiliser le cardio,j'entend un gars derrière moi qui revient,aie ça y est je vais perdre tout le bénéfice de la montée,.
Après tout ,tant pis je prend du plaisir et c'est là l'essentiel,je reste au contact sans trop forcer mais le gars avait dû se mettre un peu en sur-régime car en quelques héctomètres,je vais recreuser l'ecart.
Au final,j'ai beau regarder derrière et personne ne revient,au contraire je reprend régulièrement des coureurs.Je profite de la présence de quelques marmottes spéctatrices et croise un gars qui remonte en courant dans l'autre sens et qui me dit"courage plus que 8 kms!!!",mais pourquoi diable me dis tu ça,bon pas grave tu pensais bien faire.
De temps en temps,quelques faux-plats montants viennent entamer ma fulgurante progression mais malgré tout j'avance pas trop mal et grapille encore quelques places.La civilisation se fait de plus en plus présente et Pralognan arrive enfin,les encouragements fusent des terrasses,merci ça fait du bien,j'ai comme une sensation de chaire de poule.
D'un coup ma femme et ma fille apparaissent elle vont faire les quelques héctomètres me séparant de la ligne avec moi,merci les filles et je passe enfin cette ligne d'arrivée en 14 h13.
Voila,c'est fait,je me hâte de trouver la tireuse à bière mais l'organisation n'en a pas prévu,bon ,tout ne peut pas être parfait non plus et les terrasses accueillantes sont nombreuses à Pralognan.
J'ai vraiment passé une superbe journée sur ce TGV et c'est,à mon humble avis ,une très bonne course pour celui qui n'a jamais fait de trail "un peu long" en montagne dans un cadre franchement superbe.


Voila,j'avais promis à quelqu'un de faire ce CR,ça arrive un peu tard mais c'est fait et j'espère qu'il pourra t'être utileClin d'œil

10 commentaires

Commentaire de Kirikou69 posté le 17-06-2015 à 19:37:28

Merci pour ce cr et encore bravo pour ta course.
Depuis que tu l'as fait et avec tes commentaires d'après course plus que positifs, j'aimerai moi aussi d'être capable de faire ce tgv (malheureusement je pense que pour cette année , c'est raté).

Commentaire de bruno230 posté le 18-06-2015 à 18:56:07

Mince,je pensais vraiment que tu en étais cette année.
Pour la capacité à le faire ,ça ne fait aucun doute que tu l'as,tu prendras le prochain wagon,voila tout.

Commentaire de Arclusaz posté le 17-06-2015 à 21:19:22

Dire que tu voulais m'entrainer dans cette aventure qui se serait transformée en galère pour moi ! c'est vrai qu'on l'a "un peu" attendu ce CR mais ça valait la peine : on sent toute l'expérience accumulée en peu de temps. Tes origines vertacomicorienne t'aident surement car tu es un vrai montagnard.

Commentaire de bruno230 posté le 18-06-2015 à 18:58:38

Je ne désespère que l'on se retrouve de nouveau sur un trail alpin depuis le temps que tu fais du jus!!!
Peut être en vertacomicorie???

Commentaire de Trixou posté le 18-06-2015 à 17:47:40

Bravo Bruno, un beau récit pour une belle course ! Ca a l'air si facile comme ca !

Commentaire de bruno230 posté le 18-06-2015 à 19:02:31

Honnêtement,c'était peut-être la "course" ou je me suis le plus senti"en ballade "tellement le cadre est beau et le cerveau oublie par la même occasion la notion de chrono,ce qui rend la chose plus facile.

Commentaire de Jean-Phi posté le 19-06-2015 à 13:08:18

C'est vrai que dans ton CR tu as l'air vraiment facile !! Jolie perf également, bravo !
Jolis récit et photos. Va falloir vraiment que je me décide un jour à le faire celui-ci...

Commentaire de bruno230 posté le 19-06-2015 à 13:17:12

Si seulement ça pouvait être pareil la semaine prochaine,je signe de suite.
C'est tout le mal que je te souhaite également pour ta "petite ballade"de riquet.

Commentaire de Vik posté le 27-06-2015 à 21:57:24

Super course Bruno !

Les photos donnent envie !

Dommage que ça ne monte pas un peu plus haut, alors que ce massif héberge nombre de bons sommets :) Si j'ai manqué ce trail, ce n'est que pour me ratrapper en vacances, j'en ferais la traversée en juillet !

Super sympa le départ en famille, tu en as de la chance ;-) Bravo à ta femme et ta fille

Commentaire de franck de Brignais posté le 27-07-2015 à 22:38:22

Il est beau ce récit !... et les photos, superbes... tu as fait une course de fou. on t'a suivi de loin, mais on sentait bien que ça se passait pas mal. Ton récit donne en tous cas l'impression que tout est resté assez fluide.
Allez profite bien de ces vacances méritées... et rdv en automne au détour d'un off pour se retrouver et siroter une bonne bière !!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran