Récit de la course : Trail 91 2014, par Patricia.B

L'auteur : Patricia.B

La course : Trail 91

Date : 13/9/2014

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 726 vues

Distance : 93km

Objectif : Terminer

12 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Une belle journée dans le Gâtinais

Cette année encore je décide d'aller à Mondeville le second samedi de Septembre, pour la journée du trail. J'y ai fait mon premier trail en 2009 : La décou'Verte et j'ai une grande affection pour l'organisation familiale de ces courses. On s'y sent chez soi.

Depuis j'y passe au moins une fois par an, surtout sur le trail long.

 

Je sais que ça sera dur, d'abord parce que la distance est de 91 km et ensuite parce que j'ai fini le Tour des Cirques 3 semaines avant et que je sens encore l'effet des Pyrénées sur mes jambes.

Les éditions se suivent et ne se ressemblent pas. La version longue de 2013 faisait 62 km et s'est déroulée intégralement sous une pluie battante tandis que pour ce samedi la météo nous promettait du soleil avec des températures estivales.

 

Samedi 4h00 : Le réveil sonne. Il me fût cependant plus facile de me lever qu'en semaine alors que le réveil sonne 3h plus tard. Allez comprendre !!

Samedi 4h30 : Je suis habillée, nokée, et j'ai avalé mon petit déjeuner. Je prends la route.

Samedi 5h00 : je sors de l'autoroute, peu de voitures sur la départementale, comme un fait exprès je rejoins une voiture devant moi, celle de Caro, reconnaissable à ses autocollants ARETT TOI POUR COURIR UN PEU. Au fait, si vous voulez courir pour une bonne cause, regardez sur le forum la prochaine édition c'est en mai ( je ferme la page pub).

Samedi 5h15 : Je suis à pied d'oeuvre dans la salle des fêtes de Mondeville. Martine est aux dossards, Pascal à l'animation. Quelques Kikous sont également de la fête. Cédric, Etienne et d'autres. Nous sommes 66 dont 6 filles dont Anne-Marie avec laquelle j'avais joué au yoyo dans la dernière boucle de l'Origole en 2010. C'est l'heure du briefing et des consignes

Samedi 6h00 : Nous sommes sur la ligne de départ. Un rappel des consignes et à 6h10 nous nous élançons toutes frontales allumées pour ceux qui ne les ont pas oubliées;).


Une première boucle en 2 temps : la première partie de nuit dans les plaines qui ne nous paraissent pas encore interminables. 8 kms à plus de 10 de moyenne en suivant Caro, Etienne et les quelques coureurs qui nous ont rejoints. Je tente de me rassurer sur ce train d'enfer en me disant que tout ce qui est fait à la fraîche est bon à prendre et que cela en laissera moins sous la cagnard. Anne-Marie nous double, Julie nous doublera un peu plus tard.

Dès la première côte la dure réalité se rappelle à mon bon souvenir, je ne suis pas une bonne grimpeuse. Par contre en descente je me refais une santé. A ce petit jeu Je fais le yoyo une ou deux fois avec Julie.

Vers le 18  ème km j'ai mal aux pieds. J'ai mis mes cascadia qui ont déjà des kilomètres, des trous dans le mesh et les semelles un peu rapées. Vais-je devoir abandonner mes vieilles compagnes d'ultra pour cause d'incompatibilité d'humeur avec mes jolis petons ? Nous verrons au ravito !

Retour à Mondeville par 3 kms dans les plaines. Mes pieds se font oublier

2h31 pour 23,3 km. Je vais le payer plus tard. Je change de gourdes (Elles sont toutes pré-remplies), je mange et je repars pour la boucle 2 après 7 mn dans la salle.


La seconde boucle fait 25 km avec quelques belles côtes dont celle des italiens. Je suis maintenant seule la plupart du temps. Seuls me rattrapent quelques coureurs isolés. Je commence à en avoir plein les pieds, c'est décidé, je vais échanger mes cascadia pour les trabuco au prochain stop. En plus les cailloux rentrent plus facilement dans les cascadia ce qui m'est parfois désagréable sous les plantes des pieds.

Le soleil donne et la température monte assez fort. En prévision je me suis mise en débardeur à la fin de la première boucle. Vous ai-je déjà dit que la chaleur et moi en tant que runneuse nous avons un différend depuis des années ?

La moyenne chute et les 4 kms de plaines avant Mondeville me paraissent interminables. Les 2 coureurs vêtus d'orange qui m'ont doublée peu avant deviennent des lilliputiens sur fond de ciel bleu et de champs dégarnis.

Il est 12h15 : je pointe 4ème féminine et la 3ème, Julie vient de repartir. Changement de gourde, de chaussures, quelques mots dans le micro de Pascal. Jean-Claude Blum, premier coureur, arrive après en avoir fini avec la 3 ème boucle. Je reste 16 mn au ravito pour manger une succulente assiette de pâtes au gruyère et une tranche de jambon, boire, boire et reboire puis repart pour la B3 qui fait 24 km en ayant appris que l'organisation, qui nous chouchoute, a déposé des points d'eau à mi-parcours et dans les voitures des signaleurs.

 

12h30 : Sonia et Thierry sont là et m'encouragent. Encore de la plaine pour 4 km avant une première descente vers Champcueil pour aller chercher les fameuses marches de grés. Il fait chaud, je bois sans trop me rationner. La chaleur fait encore baisser la moyenne, je marche une centaine de mètre tous les 1,2 à 1,5 km histoire de ne pas trop tirer. Les mollets durcissent. Les quadris aussi.

Au 60ème km je trouve la réserve d' eau promise. Il n'en reste plus beaucoup. J'en prélève un demi-litre. Le prochain signaleur en a également une réserve. Au 64ème km, au passage d'une route plus fréquentée, le signaleur me propose de m'arroser. Ça fait du bien à la tête. Encore 4 côtes et 2,5 km de plaine et j'aurai bouclé cette boucle d'enfer. A partir du 68 ème je me sens mieux. Il est 16h00. Il fait plus frais en forêt.

16h30 : Arrivée à Mondeville juste derrière la 1ère féminine de la décou'Verte. Je bois près d'un litre de coca et me restaure. Sonia est là aux petits soins et me prend en photo. « La 3ème est repartie il y a un quart d'heure. Elle n'avait pas l'air en forme, tu dois pouvoir la rejoindre ! » me dit-elle. Je me sens bien, aussi je lui réponds que ça doit être jouable. Cela me booste et je repars avec enthousiasme pour les 19 derniers kilomètres après être restée 7 minutes en salle.

 

Sur les 4 kilomètres de plaine, je reprends un marcheur qui se met à courir lorsque j'arrive à sa hauteur. « C'est grâce à toi que je suis là » me dit-il. C'est Laurent du club de Montigny auquel je viens de m'inscrire et dont j'ai fait la connaissance mardi dernier lors de notre série de 1200m. Je ne l'avais pas reconnu. Il a bouclé l'UT4M il y a 3 semaines et il en encore plein les pattes. Il était inscrit sur la décou'Verte et lui ayant dit que le 91 était un peu démuni il est venu grossir les troupes. Il court plus vite que moi et je le laisse filer.

 Entre le 80 et le 85, coup de mou, je suis seule, il fait encore chaud et je ne suis pas sure qu'il y ait de l'eau sur la route. Je verrai un point d'eau mais il sera vide. Je bois tous les 1,2 km, je compte le liquide qu'il me reste à 100ml tous les 1,2 ou 1,5 km ça devrai me permettre de terminer. Je cours et marche de temps à autre pour garder les muscles souples. J'en ai presque oublié la « chasse » au podium.

En sortant du bois au km 86 on a une vue sur 1000m de parcours. Celui-ci tourne à gauche en montant légèrement après avoir traversé une route et on peut y voir les coureurs de profil. Je vois Laurent assez loin et surtout un groupe de 3 coureurs avec Julie en dernière position Le groupe marche, ça monte un peu. Ils sont 600 à 700 m devant, à petite vitesse cela représente un peu plus de 5 minutes. Cela me booste de savoir que j'ai bien remonté. Je décide d'aller chercher le podium.

Je suis à 150 m de Julie au 88ème quelques 500m après avoir rejoint le parcours commun avec la boucle 3. Elle marche toujours derrière un coureur. Le troisième a dû partir devant.

Je reste à bonne distance, le chemin ne se prête pas trop à une accélération pour doubler rapidement.

Moins de 100m, elle se retourne, elle sait que je suis derrière, elle ne modifie pas son allure. Il doit rester 3,5 km, je reste encore 500m à distance pour préserver mon forces. Ensuite j'accélère le pas toujours en marchant et arrivée à sa hauteur nous échangeons quelques mots. J'accélère encore un peu dans le faux plat qui même à la route , les muscles répondent sans durcir, j'ai bu toute mon eau un peu avant, me disant que si nous nous tirons la bourre je n'aurai plus l'occasion de boire.

Sur la route je relance en courant. Personne derrière. Il reste 2 km, d'abord la route puis un chemin de terre sur la gauche à angle droit après le hangar. Là je rattrape un coureur qui est exténué. Toujours personne derrière mais comme je me sens bien je continue de courir.

Laurent est devant qui marche. Je le rattrape et il se remet à courir une fois que j'arrive à sa hauteur, on échange quelques mots et je prends sa foulée.

Puis c'est le chemin qui tourne à droite pour descendre . « On t'attend pour le podium » me lance un coureur qui a abandonné et qui est posté là 

Le chemin descend vers le stade et remonte vers la salle des fêtes. Je termine 3ème en étant tout de même un peu surprise d'avoir pu reprendre les 25 minutes d'avance que Julie avait en fait au départ de la 4ème boucle.

 

93 km bouclés en 13h30. Avec 30 minutes d'arrêt. Cela fait une belle journée passée sur les chemins du Gâtinais. Une équipe de bénévoles toujours au top de l'organisation, de la gentillesse et de l'animation pour les coureurs.

La journée du trail réunit quelques petites centaines de coureuses et coureurs et pourrait accueillir plus de monde.

Qu'on se le dise !

12 commentaires

Commentaire de jack91290 posté le 14-09-2014 à 20:50:20

Bravo patricia, t es trop forte, mais comment fais tu ??? Tout ca apres le grp.
vous etes formidable.
Bizzz
jack

Commentaire de Patricia.B posté le 14-09-2014 à 22:27:50

Merci Jack, c'est vrai que c'est un peu fou mais je sais que j'ai de la ressource sur le long. Je ne vais pas vite mais longtemps :)

Commentaire de caro.s91 posté le 14-09-2014 à 20:58:40

Finalement tu as su bien gérer ta course. C'est super d'avoir eu les ressources de revenir sur Julie qui était heureuse, même 4ème, de finir son premier ultra !
Bravo,
Bisous
Essaye de bien récupérer
:)

Commentaire de Patricia.B posté le 14-09-2014 à 22:29:09

Oui, elle aurait eu plus d'expérience je pense qu'elle aurait été plus combattive. Mais finir un ultra est déjà tellement gratifiant surtout pour un premier.

Commentaire de gdraid posté le 14-09-2014 à 21:09:26

Merci Patricia pour ce bon récit, si agréable à lire.
Ta remontée fabuleuse sur la jolie petite Julie blonde aux yeux bleus, est une épopée courageuse, applaudie par tous au moment du podium.
Bravo Patricia, tu prouves une fois de plus, ton talent d'Ultra Marathonienne.
Je le savais déjà depuis nos 72h00 d'Antibes de juin 2012, où tu avais bouclé sans peine apparente, près de 305km.
Bises
JC

Commentaire de Patricia.B posté le 14-09-2014 à 22:31:10

Merci Jean-Claude, Antibes m'a aussi donné l'expérience d'aller chercher au fond de moi les ressources nécessaires à se dépasser.
Au plaisir de te revoir sur une autre course

Commentaire de Jean-Phi posté le 15-09-2014 à 09:01:00

Bravo Patricia pour cette belle place, 3 semaines après le tour des cirques !

Commentaire de Mamanpat posté le 17-09-2014 à 06:20:04

Mais tu es increvable ! Tu n'arrêtes jamais ?!!!
Bravo !

Commentaire de Patricia.B posté le 18-09-2014 à 14:53:20

Je me rends compte que je n'ai plus 20 ans et je suis un peu fatiguée :)

Commentaire de gdraid posté le 18-09-2014 à 15:47:08

Un peu fatiguée dis-tu ma chère Patricia ?
Alors repose toi tranquillement,
sur les 20 ans de ta gentillesse naturelle,
sur les 20 ans ton si joli sourire, et
sur les 20 ans de ton mental si fort, sans doute dans la Vie, comme dans la compétition sportive !
La CAP en majuscules, nous la devons pour notre bonheur à des coureurs comme toi.

Commentaire de ejouvin posté le 18-09-2014 à 14:39:51

Une bien belle course. Comme pour caro, il faut se reposer maintenant.
Et merci pour le petit bout de lumière ;)

Commentaire de Patricia.B posté le 18-09-2014 à 14:55:12

Le plus dur c'est les fournmis dans les jambes quand on te propose de courir une autre course :).
De rien pour le petit bout de lumière, cela aurait été dommage de se vautrer sur le départ.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran