Récit de la course : Challenge Charles & Alice - Les Aventuriers du Bout de la Drôme - 105 km 2014, par Raideurjbp

L'auteur : Raideurjbp

La course : Challenge Charles & Alice - Les Aventuriers du Bout de la Drôme - 105 km

Date : 10/5/2014

Lieu : Crest (Drôme)

Affichage : 1342 vues

Distance : 148km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Challenge Charles & Alice 2014 : Un défi exigeant !

Pour cette saison 2014 avec l’UTMB en point de mire fin août, un 100 km de préparation au mois de mai est idéal. Avec Gilles (mon collègue qui m’accompagne dans toutes ces aventures), nous regardons donc les épreuves et nous sélectionnons très vite celle du Grand Raid Dentelles Ventoux, dans une région que j’adore. Malheureusement, la course est annulée et nous cherchons rapidement une solution bis. Tiens, un 105 km pas très loin à Crest. C’est bon ça ! Gilles me dit ok et le lendemain, le bulletin d’inscription est prêt à partir… sauf que Gilles, avec ses brillantes idées, me fait savoir qu’il existe un challenge : 105 km le samedi avec plus de 5000 m de dénivelé positif et 42 km le dimanche avec plus de 1000 m de dénivelé positif… Voilà le début d’un défi hors-normes…

 

Nous voilà donc partis en direction de la Drôme avec Julie (ma femme), Gilles, et Flavien (engagé sur le 65 km qui part à la même heure que nous). Arrivés vendredi, nous prenons les dossards et les dernières infos et direction le camping à 200 m du départ (indispensable pour le challenge étant données les horaires d’arrivée et de départ des courses). Soirée studieuse avec un bon plat de spaghettis bolo et je vais me coucher vers 20h. Demain, ça va piquer !

 

Samedi 10 mai 2014, 2h ça sonne… et ça fait mal ! Le lever si tôt c’est vraiment LE truc dont je me passerais dans les trails… On part à 3h du camping pour un départ à 3h30. Cela devait suffire mais non car le départ à 3h30 se fait en haut de Crest au niveau du donjon (le plus haut de France). Un départ fictif est donné de la base vie à 3h20 et il faut au préalable se faire enregistrer pour que le dossard soit valide. Ouf nous sommes dans les temps et rejoignons au petit trot le donjon avec une première ligne 100 % féminine en compagnie notamment de la marraine Francesca Canepa qui va mettre la misère à tout le monde sur la course hormis à Frédéric Desplanches…

Km 0 Crest – Km 25 Barcelonne

Départ donné à 3h30 par Ludovic Collet (LA voix du trail et notamment celle de l’UTMB) sous un feu d’artifice, juste ENORME. Nous sommes 129 partants sur le 105 et 67 sur le 65 km (qui part en même temps) sur les sentiers escarpés Drômois et ce dès les premiers hectomètres… En effet, on grimpe immédiatement sur les crêtes et c’est parti pour un peu de file indienne. Etant sur la première ligne, je laisse passer les traileurs rapidement pour ne pas me mettre dans le rouge. Pour certains, j’ai l’impression qu’ils font un 10 bornes sur route et j’ai peur pour eux !

Le début de course dans la nuit est agréable et un peloton réduit à 200 coureurs permet d’aller à son allure, chose très appréciable ! Les bosses sont relativement simples sur ce début de parcours et j’arrive à Barcelonne pile dans les temps de passage. Premier ravito en compagnie de Michel, l’athlète et organisateur de l’étape avec ses 50 ans de sport… chapeau !

Km 25 Barcelonne – Km 40 Cobonne

A peine le ravito passé, nous attaquons la première « vraie » difficulté de la journée avec la montagne « La Raye » et ses 10 km de montée régulière. L’occasion pour tous les traileurs de voir le premier des nombreux panneaux confectionnés par Michel et qui jalonnent l’ensemble du parcours !

On grimpe, on grimpe et le jour est bien levé dorénavant. L’occasion d’admirer les premiers paysages et notamment le château de Barcelonne. Mais le mieux est à venir avec une vue magnifique en haut de cette difficulté.

On attaque alors la descente jusqu’à Cobonne avec beaucoup de pierriers (et ce n’est que le début) mais surtout pas mal de bitume à cause d’un débalisage (des agriculteurs pas contents que des traileurs passent près de leurs champs ?). Chapeau à l’organisation car personne ne s’est perdu ! Nous arrivons alors au village avec l’accueil toujours chaleureux des bénévoles pour ce deuxième ravito complet.

Km 40 Cobonne – Km 65 Saillans

Je repars de Cobonne en sachant qu’au prochain ravitaillement, ma femme sera là. Bonheur ! Je lui passe d’ailleurs commande de mes chaussures de change car mes nouvelles s-lab me font mal. Pourtant, ils ne changent pas les modèles entre les collections n’est ce pas ;-) ? Sur cette partie, j’échange pas mal avec les autres traileurs (comme sur toute la course) et notamment avec le 1216 alias Vincent Gatinot, habitant de Monfort L’Amaury qui a un début de mal au genou et qui fait le 65 km. Au ravito de Mirabel et Blacons, Julie le repérera et lui donnera un peu de ma bombe de froid. Anecdote marrante, Julie m’attendait avec sa femme et son fils… Le monde est petit !

Je repars de Mirabel et Blacons pour 15 km environ avec des paysages de vignes et deux belles difficultés dont la montée des Essarts (3 km à 17 % de moyenne -> merci Michel !).

Dans cette montée, on ramasse les premiers traileurs qui sont partis trop vite. Un japonais tatoué qui dort sur le côté, un autre 50 m plus loin qui n’a plus d’eau ni de réserve alimentaire (je lui filerai le reste de mon eau et une barre vu que je suis en forme et que le ravito n’est pas loin) bref ça commence à déglinguer !

J’arrive alors à Saillans avec les encouragements de ma femme. Cela fait énormément de bien au moral et après avoir repris des forces, changé de t-shirt, plongé la tête dans la fontaine, félicité le 1216 qui finit son 65 km, passé le check-up médical obligatoire et fait un bisou à ma femme, je repars pour le gros du trail avec les principales difficultés !

Km 65 Saillans – Km 89 Saou

Et ça repart fort ! La montée de Crestat est très exigeante avec ses 17 à 20 % de moyenne ! Mais que dire de la descente avec un passage sur 30 m où je ne savais même pas où mettre les pieds ! Mais ça passe et on attaque alors LA difficulté de ce trail, à savoir la montée du Pas de la Motte suivie des 3 becs. Je me sens très bien et remonte beaucoup de monde. J’encourage ceux que je dépasse mais certains ont l’air vraiment fatigués. J’arrive au Pas de la Motte où un contrôle des dossards est effectué et pars à l’assaut des 3 becs dans la foulée. Les paysages sont ici fabuleux et avec la forme que j’ai, c’est encore mieux !

Par contre, il ne faut pas s’emballer dans cette partie car ça monte et ça descend sans cesse jusqu’à la longue descente vers Saou. Petit passage vers le 83ème km au point de contrôle du Pré de l’Âne avant la descente en sous-bois qui durera 5 bons kilomètres. Très exigeante une fois de plus avec une succession de pierriers, feuilles, racines, OUF ! Après avoir passé une bonne partie de la descente avec un traileur, je finis par le laisser et arrive au ravito où ma femme m’attend une nouvelle fois (du coup l’abandon n’est même pas pensable). Je prends quand même le temps de bien me ravitailler car d’ici une bonne heure, la nuit va tomber !

Km 89 Saou – Km 105 Crest

C’est parti pour 16 km où je vais être seul au monde ! Une nouvelle fois nous avons le droit à une succession de côtes et descentes techniques. La nuit commence à tomber, je mets ma frontale pour environ 10 bornes et à ce moment arrive ma première hallucination dans ma vie de traileur ! Alors que je descendais tranquillement en forêt le long d’une clairière protégée par des fils électriques j’aperçois pas très loin deux chevaux droits sur leurs pattes. Il faut dire que nous sommes proche des écuries, prochain point de ravitaillement en eau ! Je les appelle pour qu’ils viennent me voir à mon passage histoire d’avoir de la compagnie mais en m’approchant au plus près, je vois que je parlais à deux arbres morts… la honte !

J’arrive au ravitaillement où deux bénévoles rient de mes élucubrations et me disent que l’arrivée est à 7 km. Pas de soucis ! Je repars dans la nuit avec comme seule compagnie les grillons (il y a plus à plaindre !). Je vois au loin Crest mais n’arrête pas de tourner autour du pot… J’arrive enfin sur Crest où selon le texto de ma femme une arrivée ENORME m’attend. Et c’est effectivement le cas ! Après 18h41 d’efforts, soit vers 22h15, j’arrive au milieu d’un spectacle du type « LIDO » et suis félicité par une salle entière, la Grande Classe !

Fin de la première journée avec une place de 31ème sur 67 arrivants dont seulement 17 challengers qui prendront le départ avec moi le lendemain. 

Dimanche 11 mai – Marathon et 2ème étape du challenge 

Après une soirée composée de massages, de préparation des affaires pour le marathon et quand même d’un peu de sommeil, Julie et Gilles (qui a dû abandonner au Pré de l’Âne après des problèmes d’essoufflements) m’accompagnent sur la ligne de départ où je prends une petite photo avec Frédéric Desplanches, vainqueur du Challenge. Les challengers ont droit aux honneurs en étant sur la première ligne.

8h tapantes, le départ est donné pour 42 km. Les 8 premiers consistent en un parcours sur bitume, puis arrivent les sentiers.

Malheureusement pour moi, le coup de mou arrive au 20ème environ et je dois prendre mon temps et des forces au ravito du 21ème pour pouvoir repartir avec un espoir de finir. S’ensuivent les principales difficultés du parcours avec des montées successives sur les crêtes situées entre Cobonne et Crest. Je suis alors bien content de trouver les serre-fil du semi (notamment Michel, encore lui) qui se court en même temps et (en partie) sur le même parcours que nous afin de discuter un peu le long des montées.

Finalement je finis comme je peux mais avec le moral qui remonte au fil des kilomètres et je retrouve Julie, et mes parents qui viennent d’arriver à Crest, après 6h25 de course.

Je suis finisher de ce défi exigeant ! 12ème place sur 37 engagés et 17 arrivants avec des chiffres cumulés impressionnants : 25h07, 147 km et 6800 m de dénivelé positif !

Le prochain trail sera cette fois dans les Pyrénées pour l’Euskal Trail avec Gilles mais d’ici là, apéro et vacances !

5 commentaires

Commentaire de Philkikou posté le 16-05-2014 à 14:00:20

Chapeau !! Belle course et belle gestion d'après ce récit. .. Et même sans photos, j'ai bien imaginé les paysages et les 2 chevaux droits sur leur pattes !! ..

Et repartir qqs heures après pour 42 bornes , impressionnant .. Bon repos, bonne récup. !!!

Commentaire de Raideurjbp posté le 16-05-2014 à 14:11:36

Merci ! Du coup quelques photos !

Commentaire de Philkikou posté le 16-05-2014 à 14:25:29

YES !!! impressionnant, même en photo, le "tout droit dans la pente!!!"

et sinon je m'étais rattrapé coté photos avec le récit de CROCS MAN !!!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 16-05-2014 à 16:11:16

Bravo pour l'enchainement et bonne récup

Commentaire de CAPCAP posté le 17-05-2014 à 13:00:06

Bravo pour cette très belle double course!
Y'a pas à avoir honte des hallucinations, faut juste être conscient que ça peut nous arriver et s'en méfier (du genre au bord d'un ravin de la Réunion...)
Je me rends compte que je suis juste derrière (32ème) mais 1 heure après quand même!
Bravo d'être reparti le lendemain (ce que je n'ai pas fait)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran