Récit de la course : 12 heures de Bures-sur-Yvette 2006, par Isa

L'auteur : Isa

La course : 12 heures de Bures-sur-Yvette

Date : 21/5/2006

Lieu : Bures Sur Yvette (Essonne)

Affichage : 1325 vues

Distance : 0km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

les 12 heures de Bures


Encore une journée à marquer d’une pierre blanche : après le Raid 28, le trail de la vallée de Chevreuse, un week-end mémorable à Tiranges (1ère rencontre avec une partie des Ufos), voici ma 1ère course horaire qui s’annonce…

Je suis en ce lundi d’une humeur radieuse, un peu courbaturée mais j’aime bien ces lendemains de courses, ou les endorphines font encore leur boulot, ou l’esprit est encore imprégné de toutes les émotions ressenties, bref le Paradis, et voici le récit de cette magnifique journée :

Dimanche 20 mai, le réveil sonne à 3h (2 h et des brouettes de sommeil, on aurait pu mieux faire mais il faudra s’en contenter.)
A peine debout, je sors rapidement du brouillard (1ère performance de la journée et non des moindres) en ayant l’intuition que les heures qui vont suivre seront bien belles !

2-3 préparatifs et nous quittons la maison pour rallier le point de rdv où Manu (leSanglier) et Koline viendront nous chercher en voiture pour rejoindre Bures.

Je suis accompagnée de Bruno, mon meilleur ami, tout récent coureur, qui s’est laissé entraîner dans l’aventure sans se faire prier.

Nous récupérons Gé au passage et quelques autre Ufos et nous voici à 2 voitures en route pour Bures !

Pas si évident de s’y rendre (je me souviens m’être déjà perdue pour aller à la soirée des Panards, remise des prix du Raid 28 pour les non-initiés, nous nous étions alors retrouvés à…l’aéroport d’Orly..) cette fois, c’est moins grave, des policiers, intrigués de voir 2 voitures remplies d’individus louches, à cette heure indue rôdant en pleine zone industrielle, nous ferons une escorte et nous permettrons d’arriver avec seulement 5 mn de retard.

La règle du jeu : c’est une course par équipe, la victoire sera remportée par celle qui totalisera le max de kms.

Pas de temps à perdre, sac posé, inscription remplie, dossard épinglé, c’est parti !

Il fait doux, juste un peu frais, la t° idéale pour courir, nous démarrons un peu vite, Bruno qui n’a jamais couru plus de 15 km est archi motivé et j’ai en tête de rattraper ces 5 mn perdues (tout en me disant de me calmer, ai-je bien imprimé qu’il va falloir courir 12h ?)

Découverte du parcours dans la nuit, cette fameuse boucle que nous allons fouler à maintes reprises….

C’est agréable, ça sent la campagne, la rosée du petit matin, nous ne sommes pas encore nombreux, je n’ai aucun mal à trouver mon rythme et j’essaie de tourner à peu près à 4 tours/h (c’est trop rapide, je le sais, mais je me sens bien et me dis que ce sera toujours ça de pris)

Le jour se lève, découvrant un joli petit parcours et je trouve ça rigolo de crier mon n° de dossard à chaque passage.

Je commence dès le début à me ravitailler et à boire (alternance eau, coca accompagné d’un morceau de pain d’épice, un bout de banane ou un quartier d’orange, je ne louperai pas un ravito au cours de ces 12h mais ne m’arrêterai jamais plus de 30 secondes)

Un rêve fou, quasi informulable, vient me titiller l’esprit (il était là tapi dans l’ombre attendant son heure)…100 kms…après tout…j’ai le temps, plutôt la patate…je n’y crois qu’a moitié mais me visualise quand même en centbornarde…dans quelques heures…c’est si proche et pas impossible !

Je me sens pousser des ailes, archi motivée que je suis par mon tout récent projet, je rigole comme une môme qui prépare une blague…

Je ne m’ennuie pas, je compte mes tours, je fais des calculs : si je fais tant de tours en tant d’heures, c’est tout bénef et même si je suis crevée sur la fin, le compte sera bon, je marcherai, je sais que je peux marcher d’un bon pas même en étant fatiguée.

Je retrouve Bruno, qui a déjà 10 tours à son actif et qui s’accorde finalement un peu de repos.

Je croise Koko et Gé, nous nous encourageons mutuellement.

Manu, qui s’est méchamment entaillé le pied quelques jours auparavant est obligé de s’arrêter, j’ai de la peine pour lui mais il surmonte sa déception avec le sourire.

Sylvain, l’extra-terrestre, avec ses jambes d’1m50, me double régulièrement à une allure de métronome, il est parti pour la victoire, ça ne fait aucun doute.

J’aperçois Alexandra, une amie qui est venue accompagnée de toute sa famille pour prêter main forte à l’équipe, un coucou rapide, j’aurai aimé m’arrêter un peu mais chaque seconde compte.

Déjà 11h10, je boucle mon 23ème tour, 6h à tourner et je me sens toujours bien, je vole, je suis euphorique (et encore, le tableau d’affichage des résultats que je consulterai au prochain passage me fera l’effet d’un camion de Prozac : je suis 1ère féminine avec un tour d’avance sur la championne en titre)

Je compte, je recompte, 27 tours à 12h30 soit 70 kms et des brouettes, il me reste donc 4h30 pour faire 30 kms , bizarrement, maintenant que je sais que c’est quasi gagné, que je vais les avoir ces 100 bornes, l’euphorie fait place à une grande sérénité.

Je retrouve Bruno au ravito, il a parcouru 19 tours et décide de s’arrêter là, 50 bornes…chapeau !

Mes jambes commencent à me rappeler à leur bon souvenir mais je suis tellement contente que je n’en tiens pas compte, je suis dans ma bulle, dans un espace spacio-temporel, je profite pleinement de chaque seconde, déconnectée de la réalité je laisse mon esprit divaguer, j’adore ces moments propices à l’introspection.

En courant, je retrouve des sensations liées à l’enfance, et même au-delà, quelque chose de quasi animal, d’atavique, une insouciance, le bonheur d’exister, de sentir son corps qui fonctionne parfaitement, je me sens alors en symbiose avec la nature, tout devient évident, cohérent.

Depuis un bon moment l’animation bat son comble, coureurs et marcheurs dans tous les sens, j’échange sourires et quelques mots avec de nombreux Ufos et d’autres participants, l’ambiance est très conviviale, je me surprend même à faire des sourires à une petite biquette qui broute tranquille son petit carré d’herbe en bordure du chemin.

Notre équipe est alors en tête…une victoire possible…ça serait vraiment génial surtout que quelques nouveaux Ufos bien frais viennent de débarquer.

Je rejoins Cyril et nous faisons un tour ensemble, il me donne maints conseils et m’encourage, tout en papotant, nous nous apercevons que nous courons à…11km/h. Hé, mais il y a encore de l’essence dans le moteur alors…

Je me sens vraiment sur une autre planète et je me dis que je peux aller au-delà des 100 kms, je comptais m’arrêter en les atteignant mais si il reste du temps…je plane, je n’y crois pas…j’avance, je marche un peu puis reprend la course, le parcours est rythmé par la nature du terrain, ici un passage avec de gros cailloux (au début on ne fait pas attention, à la fin, on essaie de ne pas poser les pieds dessus) puis le sol devient plus souple, là un petit passage en sous-bois et un virage qui annonce la 2ème partie de la boucle et un long zig-zag bordé de jolies maisons.

Je ne suis plus 1ère mais peu importe, cette journée est avant tout une aventure intérieure et le résultat final sera déjà bien supérieur à toute probabilité.

Les Ufos non plus, ne sont plus 1ers, l'équipe comptant le plus d'inscrits revient en force et fait exploser le compteur.

Je franchis les 100 bornes à 15h45 soit 38 tours (d’après mes calculs car il s’avérera que ce ne sont pas ceux de l’organisation…) et je rejoins Koko et Gé, nous alternons alors marche et course, elles totalisent également un bon nombre de kms et la p’tite Gé n’était pourtant pas en grande forme !

On papote pour oublier nos jambes, de tout et de rien, de gâteaux magnifiques et délicieux avec force description.

Nous sommes rejointes par Zabou pour former un quatuor d’Ufottes et rejoignons l’arrivée en alternant marche-trottinage. Je suis ravie d’avoir terminé cette aventure avec ces 3 sacrées nanas aux tempéraments aussi différents qu’affirmés !

Et voiloù, c’est fait ! Ces 12h ont passé à une sacrée vitesse sans réelle souffrance (à croire que les trails-commandos enchainés ces dernières semaines m’ont bien entrainée)

Remises des prix et 1er podium de ma vie_2ème féminine_et 1ère S2 (ils ne m’ont totalisé que 39 tours au lieu de 41 mais peu importe, le résultat est déjà au-delà de toute espérance et je ne vais pas chipoter…)

Même si nous ne sommes pas victorieux au classement par équipe, les podiums sont occupés par bon nombre d’Ufos (victoire de Sylvain bien entendu) et toutes les Ufottes qui ont fait de super perfs.

J’ai vraiment passé une journée merveilleuse, rencontré pleins de nouveaux Ufos et revus d’autres, Cyril, Annick, Manu, Phil, Sylvain et bien sûr, Gé, Koline, Zabou et tant d’autres que j’oublie !

Je n’ai pas parlé avec tout le monde et ne connais pas encore les prénoms de tous mais mille mercis pour votre charmante compagnie, votre bonne humeur, vos encouragements !

Vite, la prochaine course !!!


4 commentaires

Commentaire de taz28 posté le 23-05-2006 à 12:18:00

Alors là....Isa...tu m'époustoufles, tu m'épates, je vais arrêter de lire tes merveilleux CR !!!! Quel bout de chemin tu as fait depuis quelques mois, c'est tout bonnement incroyable....
Bravo pour ta performance et pour cette forme que tu gardes intacte !
Bisous !

Commentaire de riri51 posté le 25-05-2006 à 22:14:00

Félicitations!!!

Commentaire de l'ourson posté le 27-05-2006 à 15:05:00

Incroyable !! C'est bien toi Isa... que j'ai rencontré au MdP ?!! Non mais je rêve !! un p'tit bout d'femme comme toi qui est aussi à l'aise sur un 12h... Fô penser aux 24h maintenant !..
L'Ourson_admiratif_et_très_fier_de_te_connaître!

Commentaire de PatrickL13 posté le 01-07-2006 à 13:30:00

Magnifique CR pour une magnifique course.. Quand on te lit, on ressent cette passion ...
Place aux 24h00 !!! (Mais ne brûlons pas les étapes).

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran