Récit de la course : AravisTrail - 42 km 2013, par paspeur

L'auteur : paspeur

La course : AravisTrail - 42 km

Date : 15/6/2013

Lieu : Thones (Haute-Savoie)

Affichage : 1255 vues

Distance : 42km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

42 Km aravis trail

Samedi 15 juin, j’avais prévu le grand parcours de l’Aravis trail, mais après un début de saison chaotique ou se suivent douleurs et blessures, me voilà donc à Thônes  mais sur le parcours de 42 Kms revu et corrigé à cause de l’enneigement, en fin de compte : 36Kms et 2900 D+. Vu mon état de forme se sera bien suffisant.

 

6 Heures, départ des navettes pour nous emmener au départ à  Le Bouchet .

1ère personne que je rencontre, Nicolas ; nous avons fait connaissance à Lyon sur l’ultra boucle de la Sarra, bon souvenir ? Nous avions abandonné en même temps… ! Aujourd’hui, notre objectif majeur est de terminer.

L’ambiance est bonne, surtout avec une sono à faire pâlir tous les DJ, moi j’étais écroulé de rire à voire la tête de certains et puis moi çà me fait marrer, la compile d’Henri SALVADOR, le blues du dentiste dans le noir, Ruanita Banana etc…… je n’aime pas les attentes de départ, et  bien là pas vu le temps passer.

 

Le départ et donné, Nicolas part devant et moi, comme à mon habitude, je n’arrive pas à avancer, pourtant j’ai fait les choses sérieusement, échauffement et tout le protocole, mais il n’y a rien à faire, l’ancien il est lent au démarrage.

1ère flaque de boue, tous l’évite, 2ème flaque on met un pied et la 3ème on a compris tous les chemins en sous bois seront des crépisseurs à chaussures ; cette année on a l’habitude.

 

La 1ère montée commence tranquille, pas difficile et je suis derrière un groupe que je ne vais pas tarder de doubler, et oui la machine est lancée.  Après ce dépassement, je me retrouve derrière un gas qui monte à mon rythme, impeccable, je pense que l’on va rester ensemble longtemps.

Et bien non, un bout de plat, et le voilà qui me prend 10, 20 et 30 Mètres. Je suis incapable de suivre sur les plats, et lui ne donne pas l’impression de forcer. Une autre montée, je le rejoins, un autre plat et il repart. Je ne fais plus de fixation sur lui, çà m’énerve. La montée suivante, sur une piste avec un pourcentage plus fort, je le rejoins et me met à côté, j’aime mieux monter cote à cote que l’un derrière l’autre. Apparemment ce n’est pas sont cas et il se met derrière. On est sortie de la forêt est la pente est de plus en plus forte, et au détour d’un lacet, je voie mon compagnon qui décroche,  je rattrape et double d’autre coureurs.                        J’aime bien quand çà monte.

Arrivé au 1er col, des bénévoles nous propose de l’eau, c’était pas prévu, bien sympa.

Beaux paysages sur le massif des Aravis, et on voit le prochain objectif  le sommet de  la montagne de Sulens, avant il faut descendre sur une piste en lacets sans difficulté, çà permet de se décontracter avant l’assaut du sommet. La montée, c’est un champ bien pentu de 300m de dénivelé. Un beau sentier tout frais tout neuf  en lacets taillé à la pioche, chapeau pour le boulot! Là çà monte raid et en plus c’est beau. Au sommet, rencontre avec François Camoin organisateur de l’ultra trail du Beaufortain, les trois courses du challenge “le plateau montagnard“ sont là.

Maintenant la descente ! 1000m D- 3 ravitaillements, 2 en eau et 1 solide.

Le début, c’est à travers champ avec quelques sentiers à vaches, c’est bien jusqu’à ce que l’on rejoigne une piste, et là, pour moi ce n’est pas bon. Une descente qui ne descend pas, je me fait doubler, je ne sais pas faire, je trouve cette descente très longue. Arrivé au col de plan bois, le ravitaillement solide. Je ne vous ai pas dit, sur les conseils de Stéphane Grand de “NaturAlpes“ http://www.ecole-naturalpes.com/ , je ne doit rien manger pendant la course, uniquement des boissons énergétique nutratlétique http://www.nutratletic.com/, donc au ravitaillements, c’est de l’eau avec de l’eau.

Après le ravitaillement, encore cette piste….., et enfin un bout de chemin à travers bois, c’est gras, c’est excellent. Je rejoins un groupe, dans ce groupe un gas fait une théorie sur les comportements des chaussures sur terrain gras, sa conclusion : aucune chaussure ne tient la route sur terrains glissants. (Mon pauvre, vu comme tu t’y prends, même avec des clous sous les semelles tu glisserais). Je double, cette descente me tape sur le système, je suis en colère après moi-même, je suis une luge dans ces descentes. Au pied de la dernière monté, je suis hyper motivé,  ou çà passe ou j’explose en route ?

 

Dernière montée (la montée des 30): 800 D+  4Kms.

Je pars sur un rythme élevé, et on verra, très vite, je double 1 et puis 2 coureurs, le soleil cogne mais on ne va pas se plaindre. Sur une piste bien boueuse et bien pentue, je double je double je double, fallait pas me doubler dans la descente. Vers le sommet, je rejoins Nicolas, il n’est pas au mieux, on échange quelques mots et je continu. En 1 Heure je suis au sommet, bilan j’ai doublé 30 concurrents, je les ai comptés, c’est bon quand je suis en colère. 31 et 32 sont juste devant moi, je les passerai au chalet du Rosairy, facile, ils se sont arrêtés.

 

C’est parti : 1000m D-  10 kms et c’est fini.

De la descente, de la vraie. Le départ dans des pierres, et ensuite sur un chemin pierreux bien pentu, personne ne me rejoint, au contraire, je rejoins quelques coureurs au ravitaillement du parking de la tournette. Encore une petite montée (150 D+) juste pour nous casser un peut les jambes. Ensuite c’est descente en pente douce jusqu’à Thones.

 

Bilan : une journée formidable, dans un décor magnifique, des bénévoles aux petits soins pour nous, une organisation sans faille, que dire : ? La prochaine édition, ne la loupée pas, vous ne serrez pas déçus.

 

Résultat : comme je trouve qu’un classement ne veut rien dire, voilà mon analyse :

Si sur les 201 partants, les 58 qui sont arrivés avant moi n’étaient pas venus, je serais vainqueur. Sur ces 58, si seulement les 6 de ma catégorie n’étaient pas venus, je serais 1er de ma catégorie. Comme quoi une victoire tiens à peut de choses ?????

Sérieusement, je partais sur une moyenne de 5 à 6 Km/h , et en fin de compte, j’ai tourné à 6,9Km/h, je suis très satisfait.

6 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 17-06-2013 à 23:54:48

Ben moi, je trouve que "l'ancien" il avance bien !

bravo pour ta course.

Commentaire de Esprit-des-elfes posté le 18-06-2013 à 06:59:42

Personne les produits énergétique sont a la poubelle ;-) tu aurais du goûter le petit gâteau aux noix fait maison, un délice !
Bravo pour ta course et ton récit sympa !

Commentaire de PhilippeG-586 posté le 18-06-2013 à 09:01:50

Bravo paspeur et bonne récup.
Grâce à ton récit je revois des détails de ce parcours qui allaient m'échapper...
Une question: pourquoi écris-tu" la prochaine édition ne la loupez pas" ??
Quelque chose de spécial est prévu ?
Merci

Commentaire de tidgi posté le 18-06-2013 à 13:58:31

C'est sûr que s'il y avait eu de la neige, les 58 ne seraient pas venus ;-) Quoique... il y aurait bien eu quelques fous qui se seraient déplacés...

Ca va vite. Bravo en tout cas...

Commentaire de Jean-Phi posté le 19-06-2013 à 09:59:10

Ca a l'air facile comme ça ! Bravo pour ta gestion et la vitesse de course ! Pas si simple à réaliser !

Commentaire de paspeur posté le 20-06-2013 à 11:23:40

Merci pour vos commentaires, pour répondre à philippeG94, comme beaucoup de coureurs de cette édition, je suis un peut frustré de n'avoir pas fait la tournette, donc je retourne l'an prochain et la liste des inscrits risque vite d'être complète.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran