Récit de la course : 3 jours de Chartreuse - Chartreuse Maratour 2013, par ArnoS

L'auteur : ArnoS

La course : 3 jours de Chartreuse - Chartreuse Maratour

Date : 11/5/2013

Lieu : St Pierre De Chartreuse (Isère)

Affichage : 1164 vues

Distance : 45km

Objectif : Se dépenser

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

12 Mai 2013 - Maratour de Charteuse

Bonjour à tous,

 

Grand pont en Chartreuse en famille afin de faire découvrir la région, randonner, visiter le monastère de la Grande Chartreuse et ... trottiner sur le Maratour. Une semaine après le Nivolet-Revard, pas d'objectif particulier, uniquement faire du dénivelé et découvrir de nouveaux coins de ce superbe massif.

 

Par contre, la météo n'est pas des plus clémente et des sommets encore enneigés ont poussé les organisateurs à nous proposer un parcours de repli. Par contre, pas de distance ni de dénivelé officiels pour ce parcours. Une carte a été mise en ligne.

 

 

Le parcours est constitué de 3 boucles. Une première boucle de 10 km autour de St Pierre, une deuxième boucle de 13 km autour du Monastère de la Grande Chartreuse (ces deux premières constituent le trail court appelé Trail du Petit Som) et une troisième de 23 km qui nous fait monter au pied du Charmant Som (alt 1700m) et retour via col de Portes.

 

 

L'arrivée, inscription et retrait des dossards sont toujours devant et dans l’hôtel de ville. J'ai retrouvé sur place des anciens collègues de travail qui étaient venus avec des amis pour faire le pack 3 jours.

 

 

Départ à côté de l'usine Radilight, à 8h00 pour le Maratour et 9h00 pour le Petit Som. Je retrouve David et Yann qui font avec moi le Maratour et des amis à eux venus nous encourager avant de prendre à leur tour le départ du Petit Som. Le debriefing annonce un distance de 42 km et un parcours délicat sur toute la partie haute...

 

 

Le parcours attaquant directement par un single (parcours du KV), une "Start Loop" de 1km dans SPC a été proposé afin d'étirer le peloton. On part raisonnablement sachant que derrière, ce sera la file indienne pendant une montée de D+400m. Inutile de doubler, c'est l'échauffement. Suit derrière une descente le long des pistes de ski, très glissante où la technique dite de Tarzan est le plus adaptée. De la route jusqu'au col du Cucheron, puis alternance de montées et descentes sympas mais sans plus.

On rejoint la route pour entamer la deuxième boucle qui va nous mener au Monastère via La Correrie, où se situe le musée visité jeudi. Jusqu'au musée, ce passage sera à double sens. Le première (et deuxième ravito) a été placé sur le parking de la Correrie. Pas d'arrêt au ravito à l'aller. Après le musée, on part sur la droite pour une boucle qui va dans un premier temps nous emmener derrière le monastère puis après une longue montée, nous emmener au Harbert de Billon (alt 1256m).

 

 

 Montée après le Musée


Vue sur l'arrière du Monastère (prise jeudi)

 


 Harbert de Billon (alt 1250m) - Sommet de la deuxième boucle. 


Descente après le Harbert

 

La descente se fait d'abord sur une route assez délabrée que l'on quitte pour un chemin qui a encore gardé les séquelles de l'hiver. Je retrouve David, qui m'avait doublé dans la montée et l'on finit la descente ensemble.

 

 

En bas de la descente, on retrouve la route qui remonte jusqu'à la La Correrie et le ravito. Arrêt obligatoire pour faire le plein d'eau et manger quelques délicieux bouts de nougats. En effet, lors du briefing  on nous avait bien préciser que du fait de la neige, le prochain ravito se situe au col de Portes soit ... pas avant quelques heures. Je repars avec David et on reprend le chemin de l'aller pour retrouver la route. On croise des amis qui sont sur le Petit Som et l'on s'encourage mutuellement.

 

Fin de la deuxième boucle et les choses sérieuses commencent. Jusqu'à là, même si ce n'était pas la très grande forme, les 23 premiers kilo ont été négociés à un rythme tout à fait honorable, en moins de 3 heures.

 

Après la bifurcation des deux parcours, le parcours s'élève rapidement pour une montée quasi continue jusqu'à 1700 m, soit plus de 900m de D+. La première partie est très glissante sur des chemins forestiers, pour rejoindre un sentier qui monte en lacets où l'on voit appraître d'abord des névés, qui de temps en temps viennent recouvrir le chemin.

 

 

 

 

Arrivée au lieu dit le Collet (1550m), les lacets s'arrêtent pour faire place à un long chemin traversant et montant. A ce stade, la neige dans un premier temps disparaît et je crois avoir atteint la fin de la galère mais très rapidement la neige réapparaît pour être à nouveau omniprésente. La disparition des arbres s'accompagne d'une chute de la température ressentie qui a du se rapprocher du zéro. Je ressors les gants mais qui vont être très vite mouillés et gelés suite au crapahutage dans la neige.

 

 

 

Le final a été particulièrement difficile, gros coup de barre, fatigue lourde, le froid, les appuis glissants, un peu le voile par moment. Un grand soulagement lorsque j'ai enfin vu le point le plus haut même si la première image que je découvre est un coureur couché sur le côté, dans sa couverture de survie, avec de nombreuses personnes qui l'avaient déjà prise en charge. Elles attendaient la venue de l'hélicoptère que l'on entendra tourner par la suite. On apprendra qu'il a eu une entorse de la cheville.

 

 

Néanmoins, ce point le plus haut que je pensais être le point culminant de la galère n'était que le début. La suite, tout un passage sur les hauteurs et quasiment en permanence dans la neige de près de 5 km. Il a fallu attendre de redescendre suffisamment pour que la neige disparaisse et que les appuis deviennent plus stables. Dans cette partie, de nombreux coureurs m'ont doublé, c'est dur pour le morale mais c'est ma forme actuelle...

  

 

Arrivée au col de Porte de Porte (alt 1326m), je me fait rattraper juste avant le ravito par une charmante traileuse avec qui je ferai finalement un bout de chemin et qui finira 4ème féminine. Je prends le temps de bien manger et d'essayer de me requinquer. A ma montre, 37 km. On m'annonce au ravito 7 km restant, soit 44 km.

 

 

 

 

C'est parti pour une descente qui est humide par endroit mais roulante. Je déroule avec un rythme lent mais constant. Au 43ème km, toujours pas de SPC en vue, un bénévole m'annonce encore une montée et 1,5 km de descente. Je reconnais le finish du winter trail et je visualise mieux le parcours restant, on est sur plus de 46km finalement. Je gère avant la dernière montée qui aboutit sur la place de l'hôtel de ville, l'arrivée. David et Yann déjà arrivés m’aperçoivent d'en haut et m'encouragent ... super, c'est la délivrance.

 

Je finis en 6h43'51'' pour à ma montre 46,6 km et D+2560m.

Classement : 68ème/132 arrivant et 14ème/32 V1M.

Tous les résultats ici : http://www.terrederunning.com/medias/news_medias/111/3JC_Maratour.pdf

 

Bilan : beau parcours, exigeant, de repli mais pas tant que cela. Néanmoins, les deux premières boucles présentaient moins d'intérêt mais ont bien entamé mes réserves ce qui ne m'a pas permis d'apprécier à sa juste valeur la boucle du Charmant Som. Cette course m'a donné envie de retourner en Chartreuse pour faire ce sommet (et les autres) par beau temps afin de pouvoir découvrir (enfin) la beauté de ce magnifique massif.

 

A suivre, le 02/06/2013 - 4ème Maratrail de Lans en Vercors - 47.8Km pour 2290m D+.

 

A+

 

Arno

http://arnotraileur.blogspot.fr/

3 commentaires

Commentaire de Free Wheelin' Nat posté le 12-05-2013 à 21:24:49

Joli parcours!
Sauf pour la neige... En ce qui me concerne, beurk, j'ai ma dose pour 2013! lol

Bravo à toi, la neige molle, c'est nul :-p

Commentaire de Trimoreo posté le 12-05-2013 à 22:29:04

Super ton résumé avec les photos et toutes les infos qui vont bien.
C'est vrai que la deuxième boucle était vraiment plus sympas mais j'ai trouvé le parcours de repris à la hauteur. La plus grosse difficulté était surtout les quelques kilomètres supplémentaires(perso j'étais partis sur 39). A refaire

Commentaire de Jean-Phi posté le 16-05-2013 à 06:56:31

Belle course de repli effectivement. Bravo pour ton résultat au vu des conditions. Tu as raison de vouloir revenir. La Chartreuse par beau temps est superbe même si le terrain reste très exigeant. Il te reste à faire le grand duc pour le découvrir. Bonne recup.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran