Récit de la course : 100 km du Périgord Noir 2006, par Paqman64

L'auteur : Paqman64

La course : 100 km du Périgord Noir

Date : 22/4/2006

Lieu : Belves (Dordogne)

Affichage : 1449 vues

Distance : 100km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un frangin

Que c’est bien d’avoir un frère !!!
(100 km Belves Samedi 22 Avril 2006)

LES JOURS D’AVANT

En effet , c’est grâce (ça aurait pu se terminer par à cause) de lui, que je me suis engagé sur ce championnat de France des 100 Km à Belves dans le Perigord, à 66km de Perigueux … lieu d’habitation de mon Frangin.

Car rien d’autre ne devait me faire courir cette course. En effet après un maudit mal de dos, j’ai recommencé l’entraînement après les Cross, suite à une coupure de 2 mois, puis 4 semaines avant le 22 Avril, je me suis dis … Pourquoi pas Belves …Je ne vous raconte pas la tête de Muss notre entraîneur (4 semaines seulement de préparation !!! alors que je retrouvais à peine un peu de sensation). Du coup, je n’en parle pas trop, et ajoute donc du kilométrage, .. ça le fait jusqu’à 9j avant la date fatidique … Une espèce de tendinite au genou … qui m’oblige à m’arrêter 3j et à reprendre l’entraînement (toujours sur la douleur) pour 3j seulement (les 3 derniers étant réservés au repos).
Dans ces jours, j’étais vraiment dans l’inconnu le plus complet de savoir si j’allais ou non prendre le départ. Lors de ma sortie du Lundi de Pâques dans les bois de Bragny (en Bourgogne), j’en étais à me dire … Si je rencontre une biche, j’y vais … Et bien je n’ai pas rencontré de biches … mais un lièvre !!! bon ce sera le Kiné qui décidera.
Mercredi soir , visite chez le Kiné Magicien , et verdict … sûrement inflammation du ménisque, mais pas de fissure … donc c’est tentable.

Appel au Frangin , je viens donc vous voir ce Week-end…. Et lui pendant ce temps, il avait négocié comme un fou avec son Boss pour être dispo le Samedi … donc c’est sûr ce sera mon accompagnateur à vélo … et bien l’air de rien ça m’enlève un paquet de Stress quand à la préparation … je lui donnerais tout ce dont j’ai besoin, pas besoin de prévoir des sacs aux ravitos persos.

Vendredi matin, départ avec le sourire donc, en voiture pour Belves, mais quand même au bout de quelques heures de route cette désagréable sensation de bien sentir quelque chose au niveau du genou.
Arrivée à Belvès une belle montée de 2 km … avec les chiffres 98 & 99 marqués au sol … une légère pression monte, puis retrait des dossards et LA , incroyable, j’ai les jambes en coton, j’ai la TROUILLE !!! comme je crois rarement je l’ai eu.
C’est vrai que c’est long 100KM et bon sang le dénivelé , il a l’air bien sévère !!!!

Allez direction Perigueux, je découvre le nouveau Sweet Home du frangin … C’est vraiment chouette , on s’y sent de suite bien. On commence à préparer les affaires pour le lendemain, et du coup je crois qu’il prend un peu de mon Stress. On est ok, il me rattrapera à Siorac au 10eme km , et il pourra ainsi dormir un peu plus. Il nous prépare un plat de pâtes consistant … J’avais oublié ce qu’il mange !!! Il faut dire bien qu’étant mon « petit » frère il est nettement plus grand que moi … et je vous raconte pas la taille de ses paluches, en natation il ferait un malheur …
21h30 Nous allons chercher Virginie (son amie) et Valérie (la soeur de Virginie) à la gare.
Alors Eric en forme !!! Euh non stressé !!! Comment ça , c’est pas possible avec ce que tu as déjà fait … (mon frère m’explique alors qu’elles ont lu mes précédentes bafouilles sur les petits trucs que j’ai fait .. Grand Raid, Ironman ..) . Et ben si !!!


JOUR DE COURSE

Samedi matin, arrivée au Parking, 7h25, la crème, les toilettes … Bref le rituel… un petit test de footing .. aie, aie, aie, je la sens bien la douleur … y a plus qu’à espérer qu’elle reste à ce niveau c'est-à-dire supportable.
Direction le départ, je croise Olivier (collègue de bureau), il a l’air vraiment serein, on se souhaite bonne chance (il va finir en 10h13 !!! et ceci avec 3 entraînements par semaine seulement … il est vraiment fort dans sa tête).
Tiens des gens de L’Hay les roses … on se croise souvent au parc de Sceaux ou de la Roseraie … c’est vraiment incroyable de se retrouver les uns à côtés des autres à 600km de notre lieu habituel.

Départ, et là je fais comme j’avais imaginé, je me mes en footing et je ne tiens pas compte des autres, et de suite une belle petite côte pour aller visiter l’Eglise, puis la grande descente, puis long faux plat descendant vers Siorac. Bon le genou fait mal mais ça tient.
Au fait mon no de dossard … Le 218 … Et bien j’en ai entendu sur le 118 218 …

Siorac, le Frangin est au rendez vous, un peu bougon … j’ai pas eu le temps de prendre mon café, ni de fumer ma clop !!!!.
Je lui explique la règle .. Pas le droit de me donner mes boissons en dehors des zones de ravito et ce jusqu’à 11h00 (championnat de France oblige).
Le rythme de croisière est pris, et je discute un peu avec les collègues alentours … ça fait du bien de retrouver cette ambiance si particulière au 100 bornes.
Question Chrono ça va un peu vite, 4’10 / km , mais j’ai l’impression que ça descend (impression confirmée au retour) .. par contre le cœur va un peu vite aussi .. mais bon je ne force pas.
Le frangin se fait interpeller par les spectateurs (Salut Lapeyre) … vous devinerez donc ou il travaille.
Il me demande à chaque fois s’il peut m’abandonner, tantôt pour aller s’alléger, pour aller fumer sa 1ere clope de la journée … et surtout pour prendre une photo… Et bien la c’est moi qui rigole, il prend 100 mètres d’avance, se débrouille pour être prêt … mais à chaque fois j’entends un M…e tonitruant … Ca s’est terminé, qu’il a pris les photos en roulant !!!! même des films !!!
Le parcours est vraiment sympa et très beau, tiens on commence à choper des côtes … d’après le relevé du dénivelé , je ne m’attendais pas à ça.
On doit retrouver la famille de Virginie (Virginie, Valérie sa sœur , Christian le mari de Valérie et leur 2 filles) vers le 35eme km . Le frangin gère cela par téléphone portable.
Encore une côte mais bien plus raide et bien plus longue … Je gueule un coup … ça soulage.

Ca y est on voit la petite famille, je suis bien. Christian nous suit maintenant à vélo, un 2eme passage devant la famille (ils sont du coin et connaissent donc tous les endroits où se poser), on passe le marathon en 3h09 (impeccable), puis vient la montée vers Sarlat en Faux plat pendant bien 3km…. J’en reviens à regretter les murs .. En effet ce faux plat me fatigue vraiment car j’ai une foulée entre celle sur le plat et celle dans une vraie montée ….

Arrivée au 50eme : 3h45 22eme, les temps commencent vraiment à baisser .. Mais objectif avoué de moins de 8 heures (et dans les 20 premiers) semble encore possible.

La fatigue est par contre là et je ne dis plus grand-chose. Au 55eme Christian nous abandonne, et nous continuons notre route, et je commence à avoir sacrément mal…

C’est décidé je passe au coca + marche à chaque ravitaillement (marche juste le temps d’avaler mon verre). Dans ma tête , je ne m’autorise de la marche qu’aux points de ravitaillements (et je vais m’y tenir) … Même dans les montées les plus dures, je resterai en trottinant.

La foulée se rétrécit et je commence à voir des chronos au dessus des 25’ aux 5 km.
Et tout commence à se brouiller dans ma tête.

Je me souviens de cette descente infernale (ce devait être du 10% au moins) sur 400/500 m et de la douleur provoquée dans les quadri et surtout de la sale allure que je devais avoir.

Je me souviens aussi de la sensation d’un coup de chaud et dès ce moment la , je me suis souvent arrosé, mon frère anticipant tous mes désirs sans que j’ai pratiquement rien à demander.

Puis dans le trou, je me suis dit m’en fout je finirais en marchant s’il le faut .

Puis une côte infernale devant moi et la je sens que je suis vraiment mal, et mon frère me susurre, j’ai une autre paire de chaussure dans mon sac (et oui dans mes rêves les plus fous j’avait emmené une paire de chaussure « rapide » que j’utilise sur marathon).
C’est décidé au prochain ravito, je change de chaussure … je crois qu’on est au 70 eme ou 75 eme.

Ca repart doucement, mais ça repart, et même si ce sont encore des montagnes russes, je retrouve quelque chose de potable au niveau de la foulée.
Et puis je commence à rattraper du monde. Sur un ravito on m’annonce dans les 20 premiers, je discute un peu en leur disant de ne pas me faire de fausses joies.

Petit aller/retour, puis 85eme, je tourne aux environs des 25/26 minutes par 5 km.
Encore un de rattrapé, arrive le 90eme et je m’enflamme un peu, en effet les – de 8h sont encore possible, je suis à 7h09’ … mais le problème c’est que ça monte légèrement et je sais que les 2 derniers kilo sont vraiment très raides.
J’accélère donc un peu .. et la une grosse voix (issue d’un grand à vélo à côté de moi) me dit .. souviens toi objectif 1er finir … ce qui serait déjà beau …..et bon j’ai beau être le plus vieux, j’écoute les conseils de mon cadet … Arrive le 95 eme et j’en rattrape un autre, ravito et coup d’œil au chrono, 7h35’ … bon sang c‘est toujours possible – quoiqu’avec avec la côte ??? ???
Le frangin me rappelle à l’ordre mais ce coup ci je deal avec lui en disant que je suis joueur ….qui plus est , je vois 2 mecs pas trop loin devant …. Un mille en 4’45 … puis un autre en 4’55 … mais c’est que ça monte vraiment ce faux plat … et il reste 2km à la fin de vraie montée, allez tant pis laisse filer les 8h et finis correctement, arrive le 98eme …. Et puis la côte, 1er virage à droite et là je vois l’arche en Haut, on entend le speaker, et puis 99eme au sol, je sais que je vais finir, je tape dans la main du Frangin … On a réussi .. et je relance, dernier virage, je relance encore, une putain d’autre tape avec le Frangin et déroule tout en exprimant cette joie immense …..

La ligne d’arrivée 16eme 8h00’57 secondes (15 eme au chapionnat de France ! ! !) , tous mes supporters sont là et ça trépigne (les 2 sœurs sont intenables tellement elles sont contentes pour moi).
Un petit mot sympathique du responsable de l’organisation (organisation superbe d’ailleurs sans parler de la gentillesse des bénévoles)
Et d’un seul coup une grosse montée de fatigue, puis des larmes retenues … une vraie grosse émotion…J’entends le Frangin arriver (il a du déposer son vélo) on se sert l’un l’autre … mais vraiment il faut que j’aille m’allonger, très fatigué … plus de mots mais cette putain de joie d’avoir réussi une truc de fou et l’impression de l’avoir fait en équipe double encore ce plaisir.

APRES COURSE

Après une réparation des pieds par les podologues de l’organisation (superbe vraiment cette organisation), un petit massage, une bonne bière, un coup de fil à ma femme (afin de la rassurer … elle est aussi contente que moi), direction Perigueux avec Virginie, pour rejoindre mon frère parti en avance aller chercher son fils Antonin.
A propos du genou, et bien j’ai tellement eu mal ailleurs que je ne l’ai plus senti ! ! ! !
Virginie nous a acheté à mon frère et moi la photo officielle de la course où on est côte à côte … C’est sur qu’elle ne pouvait pas nous faire plus plaisir.
Antonin, trouve que j’ai une démarche bizarre .. Mais heureusement , il n’a pas voulu jouer au foot. Je lui laisse ma médaille …


Ah, au fait, il s’appelle Gilles (voire Gillou) … Mon frangin !!!!!

Signé : Eric alias Paqman alias Zeman

5 commentaires

Commentaire de l'ourson posté le 02-05-2006 à 19:22:00

Magnifique récit très émouvant et jolie performance
L'Ourson_clap_clap!

Commentaire de Manuwak59 posté le 02-05-2006 à 22:17:00

En effet, trés beau récit. Le suspense est à son comble, finira - finira pas ? Au final super chrono et belle complicité ! Bravo.

Commentaire de Manuwak59 posté le 02-05-2006 à 22:18:00

En effet, trés beau récit. Le suspense est à son comble, finira - finira pas ? Au final super chrono et belle complicité ! Bravo.

Commentaire de forrest78 posté le 03-05-2006 à 17:01:00

Salut Eric !

je ne savais pas que c'était toi Paqman64 !!!
Je te renouvelle mes félicitations, c'est une magnifique perf. Le podium l'an prochain ???

Olivier

Commentaire de augustin posté le 10-02-2016 à 17:29:11

Chapeau bas pour cette performance et ce récit haletant du début à la fin, et bravo pour la prose. Bien joué!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran