Récit de la course : Saintélyon 2011, par sylviesportetfoi

L'auteur : sylviesportetfoi

La course : Saintélyon

Date : 4/12/2011

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1890 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

14 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

saintélyon 04/12/2011


SAINTELYON le dimanche 04 décembre 2011 Départ Minuit

HISTORIQUE

RETOUR SUR 55 ANS D’AVENTURE.>
L’histoire de ce raid extrême, disputé de nuit, en hiver, sur une distance d'une soixantaine de kilomètres se confond avec celle de la course à pied moderne. Que de chemin parcouru depuis l’époque ou les organisateurs du CT Lyon se frayaient un passage parfois à ski (les hivers étaient plus rudes, alors...), au milieu de la neige et des ronces, avec une poignée de courageux randonneurs, quelque part au dessus de Sainte-Catherine.

> En 1951, Les cyclotouristes Stéphanois et le «Cyclotourisme Lyonnais» créent une randonnée pédestre hivernale de 60km, organisée sur 2 jours en alternance entre Saint-Etienne et Lyon, via le GR7. Les premiers participants doivent venir à bout des 64 bornes de ce raid nocturne.

> A l’époque, ils ne sont que quelques-uns à tenter l’aventure, arborant chaussures de montagne et sacs à dos. Le raid s’effectue sur deux jours avec coucher dans une auberge à Sainte-Catherine. L’objectif essentiel est alors le maintien de la forme des cyclotouristes lors de la saison hivernale.

> L’épreuve évolue et s’organise au fur et à mesure des éditions. La participation grandissante entraîne le chronométrage du raid sur une seule nuit, qui devient ainsi une compétition de marcheurs (interdiction de courir sous peine de disqualification) sur un parcours de 63,2 km.

Personne n’imaginait alors qu’il était possible de relier les deux grandes métropoles régionales en courant sans interruption. En quelques années, les temps réalisés passent de 9h à 7h30, un chiffre symbolique, puisqu’il représente le temps mis par la diligence pour relier Lyon à Saint-Etienne au siècle dernier.


Les microbes sont plus que là, les trois jours précédents la course, merci Jack Wink , j’ai de la fièvre et me soigne uniquement au doliprane et propolis pour la gorge et les bronches bien encombrées malade . C’est aussi la fin de saison et mon organisme commence à être fatigué je pense, puisque la blessure est présente depuis plusieurs mois, il est temps d’arrêter et de régénérer à tous les niveaux, respecter la physiologie et la biologie du corps.

Le samedi, tout est prêt enfin presque, Jack est venu en renfort à Lyon pour m’aider, je ne pose pas de jours de congés ni avant ni après d’ailleurs … Côté technique je mets mes lacets xteenex sur mes nouvelles chaussures les RG 890 arlequin pour routes et chemins, j’ai craqué pour ce mélange de couleurs, elle semble même pailletées.

Je ne mets pas mes semelles correctrices qui me gênent en descente car j’ai la sensation qu’elles changent mes appuis et que mes pieds vrillent davantage. Côté vêtements, une brassière, le manche longue BVSport, le TS manches longues NB qui couvre une bonne partie des mains, donc pas de gants pour moi, un corsaire, les manchons, un buff au cou et sur le front pour caler la frontale et la transpiration même par ce temps qui est plutôt au doux d’ailleurs. Un porte bidon speed 2, mon garmin, et une chevillère de chaque côté puisque la droite a été atteinte aussi Mr.Red Tout est au point.

Une petite sieste dans l’après-midi dodo , puis direction St Etienne avec Jack, je suis euphorique Laughing et surtout très taquine et c’est Jack qui sera le premier assailli par mes attaques, comme si, je pressentais que c’était mes derniers moments de sourires et rires avant les souffrances.
Le stade est bondé de monde, le salon est chaleureux, Kylian est toujours aussi souriant super bien que la fin de soirée ou il a signé des tas de livres et posé pour les photos. J’essaye les nouvelles chaines chaussures XTENNEX.
http://www.unionrunningworld.com/actualite-xtenex--urw_399.html

Des discussions avec les uns et les autres en attendant le dossard remis à Jack sans faire la queue car « Elite ».

Je commence à taquiner un peu tout le monde et surtout ceux que je ne connais pas Mr. Green . Satan ! Sors de ce corps ce n’est plus moi, mort de rire surtout que certaines de mes boutades sont un peu olé olé à la surprise de quelques personnes Razz , mon chéri me regarde parfois d’un œil amusé, je pense qu’il se dit, c’est bon elle m’oublie, elle a d’autres proies, je peux enfin souffler. mort de rire

La cerise sur le gâteau, c’est Pomme, oui, oui ! Pomme, une organisatrice de la Saintélyon, je lui fais surtout remarquer que ce n’est pas un prénom çà ! Désolée, je pouffe de rire, mais c’est bien la vérité pourtant. Pom, pom, pom, pom !!!! clown
On part manger enfin on essaye de trouver un endroit boulet , de toute c’est pas mieux lorsque je suis rassasiée car je rigole comme une cruche, encore.

Nous rejoignons Mika, Maria, le staff qui court en relais, et nous aurons quelques moments sérieux avec Maria qui rencontre des problèmes avec son genou depuis plusieurs mois. Bastien arrivera plus tard.
Nous partons en footing sur la ligne de départ en s’échauffant avec Maria, il pleut, cela glace les os.

Allez, hop ! Marre de faire la queue pour rejoindre le départ des centaines de mètres à slalommer au milieu des coureurs qui sont toutefois charmants devant deux petits bouts de femmes, je vous passe les commentaires. Sitot dit, sitot fait, j’enjambe la balustrade sous le regard amusé de ces messieurs, grrr! fumeur Et Ma brunette aussi. for you
Echauffement de l’autre côté des barrières, quelques lignes droites et il nous faut nous placer devant, telles les stars. queen queen

Le compte à rebours est donné, la pression monte, ils mettent le feu, c’est parti, tous s’élancent et je tiens un moment avec la tête de course, mais pas longtemps. Je glisse sur les bandes blanches, çà commencent bien tiens ! affraid Un peu de mal à trouver mon souffle. Très peu de plat, cela monte rapidement et descends, je retombe vite à 5.20 au kil après être parti à 4.10.

Au bout d’un moment, nous voilà dans les chemins tous, plus bouillasseux et pierreux les uns que les autres, j’allume ma frontale et il faut commencer à doubler tous les relais, j’avoue en avoir marre rapidement, alors au début je cours, m’arrête, essaye de passer sur le côté puis j’abandonne rapidement, je marche telle une âme en peine derrière eux. C’est épuisant de relancer constamment et je me suis fatiguée rapidement, je râle intérieurement grrr , déjà je n’aime pas la nuit, les côtes, les descentes, la boue, la pluie, les cailloux, mais là, j’ai des ménhirs plantés devant moi et de partout. grrr Je suis le stroumph grincheux.
Qu'est-ce que je fais là! That is the question? Beinh faire mieux que 2010.

Allez Sylvie, pas grave, dès que le chemin est plus large, je double et heureusement que mes chevilles sont tenues car je les ais senti partir mais sans douleur.
Je vois jack au premier ravito, je ne connais pas les noms et puis je ne sais pas à combien de kilomètres, et lorsque c’est long, je ne regarde absolument pas les kilomètres au garmin, bref ! Jack me dit que j’ai de l’avance, ok tout roule sans me faire violence super , car du coup je marche en côtes, je suis prudente en descentes et j’accélère un peu plus sur les parties goudronnées, ma foi si cela continu comme cela, je ne m’en sors pas trop mal. Wink
http://www.saintelyon.com/upload/saintelyon/File/stl10-denivele.pdf

De la boue à gogo, pour grimper certaines côtes bien raides, impossible de courir, même pas en rêve, tu fais un pas, tu chasses de deux, c’est désagréable et fatiguant et oui, je suis fainéante . Je descends toutefois un peu plus vite, dans la pénombre, car me voilà rassurée par les chevillères, ma frontale n'éclaire plus tongue Je double sur le côté un coureur, et paf ! Le chien, ... Je m’écroule au sol, mon pied a du heurter une pierre sous la boue, mon genou claque, on dirait que mon ischio se déchire. Je souffre, j’ai mal, j’ai envie de pleurer Crying or Very sad . Des coureurs de suite prennent de mes nouvelles, je me relève rapidement dans d’atroces douleur 8/10 sur mon échelle. pin pon

Je boite en marchant, je boite en courant, c’est foutu, je vais abandonner comme l’année dernière alors que je suis première. Mon ame, mon corps se brisent en deux. "Pourquoi tu es là ? Tu savais que ce n’était pas une course pour toi, tu n’aimes pas les changements d’allures, la relance, tu ne sais pas descendre, tu ne vois rien la nuit, tu es tombée au trail de Mirmande, résultat une grosse entorse ligamentaire, tu as eu le quadriceps déchiré sur le 100 km de Crest, tu t’es tordu la cheville à l’UTMB , et maintenant c’est le genou", en quelques secondes je remets tout en question Question .

« Oui mais tu oublies que tu es allée au bout dans la douleur, te souviens-tu que c’est moi qui t’ai aidé et qui vais t’aider encore ? Ne sais-tu pas que les peurs ne sont pas là pour être ôtées, mais pour être VAINCUES. Je suis avec toi. »

Je vais prier, tout le long de la course, je vais mettre de côté ma douleur, bien que présente on est d’accord, je vais continuer uniquement au courage. rambo
J’ai mal au ventre depuis la chute, et j’ai la courante, (IL ME PLAIT TROP CE GIF)obligée de me garer sur le côté. Plus grand-chose passent, envie de vomir, mon corps subit de gros traumatismes, je sais que je ne lui fait bien du bien, j'ai mal. Je vois Jack et lui raconte mes malheurs, je suis stupéfaite lorsque je lui dit que je souffre, car il me répond simplement que "c’est le métier qui rentre" lol! , je reste un peu sur les fesses Shocked , mais Idea je relativise encore davantage en me disant, bah ouaih alors ! C’est rien vu sous cet angle.
C’est le coach qui parle et non le chéri dans ces conditions et heureusement car si il m’avait plaint, je mettais le clignotant de suite, car j’attendais cela en fait. Je pense qu’il me connait très bien et il sait qu’il ne faut surtout pas me caresser dans le sens du poil.C’est reparti, j’essaye de tenir le coup, la fatigue est bien présente, usante, même si mon corps est en activité c’est la nuit et je dors normalement, mon organisme est déboussolé, il m’en faut peu, je le sais. J’alterne donc course-marche sur tout le long de la course, même sur le goudron ou je suis blasée.
Que dire, je vois une dernière fois Jack et il m’annonce 3.30 de retard, je ne comprends plus rien Question What a Face Shocked clown , on m’annonce première tout le long avec de l’avance, je ne vois personne me doubler et j’apprends que je suis deuxième, euh ! C’est quoi ce bordel, tous les chemins mènent-ils à Rome ??? Je prends un coup sur la casquette maboul et je ne me ferais pas violence vers cette fin de course, par dépit je pense.

Il reste la dernière grande et longue côte sur goudron sur laquelle je marche, ensuite je relance en descente, impossible sur le plat d’atteindre de bonnes vitesses, voilà les marches d’escaliers, on s’encourage tous. Les 12 derniers ont été un véritable calvaire, on approche de Lyon, mais la distance est longue malgré tout, je ne vois pas la fin, je ziotte le garmin pour regarder si je suis proche de l’arrivée, je n’en peux plus.
Je cours devant les photographes, queen , mais je marche si c’est trop pour ma petite personne boulet . Je souffre, il me semble courir de travers, tellement mon genou est douloureux, ainsi que l’ischio.

Jack fera les derniers kilos avec moi, heureusement qu’il est là merci , sinon je marchais jusqu’à l’arrivée, et la troisième me passait devant aussi. Je lui dis tout de même qu’il va trop vite et pourtant au relevé garmin les derniers kilos sont à 5.40, pas folichon quoi ! hein



Une arrivée grandiose m’attends avec Séverine la première féminine qui est arrivée 6 min avant accompagnée d’un vélo, je la félicite en l’a disant plus forte au micro aussi. La première des choses qu’elle me dit, « je ne t’ai pas vu te doubler et on m’annonce première un moment donné ».

A ne plus rien comprendre, et ce n’est pas grave, on se sert dans les bras. trinque
Un peu de blabla au micro, bah oui, c'est risible, Séverine me battra de 10s sur le Trail de Toussieu 18 km, je mettrais 7 min de moins sur le 31 km de Jogg'iles et Séverine me bat de 6 min sur le 69 km.

Une belle remise des prix ou malheureusement ils cumulent les prix, donc 2° femme et première V1 pour des doubles cadeaux à gogo, qui aurait pu ravir la 2° V1.


Je reste satisfaite de mon courage de courir dans la douleur et la souffrance sans avoir abandonné. J’ai très mal géré la course en revanche, mais trop de monde pour prendre mon traintrain. J’ai fait le boulot mais sans plaisir, voilà une expérience de plus qui me rend forte . Sylvie Sport Et Foi


Pour la vidéo:
http://www.unionrunningworld.com/videos-running.php

Merci à Jack, vraiment car il me chouchoute aussi. bisous whaouuu
Maria c'est mal réceptionnée et c'est blessée assez gravement. for you
Bastien fini 33° je crois. bisous
Mika et son pote 1° en relais Saintélyon, mais aucune remise de prix pour tout cela. premier

_________________
Si tu fais ce que tu as toujours fait, tu obtiendras ce que tu as toujours obtenu.


http://sylviesportetfoi.over-blog.com/
SAINTELYON le dimanche 04 décembre 2011 Départ Minuit

HISTORIQUE

RETOUR SUR 55 ANS D’AVENTURE.>
L’histoire de ce raid extrême, disputé de nuit, en hiver, sur une distance d'une soixantaine de kilomètres se confond avec celle de la course à pied moderne. Que de chemin parcouru depuis l’époque ou les organisateurs du CT Lyon se frayaient un passage parfois à ski (les hivers étaient plus rudes, alors...), au milieu de la neige et des ronces, avec une poignée de courageux randonneurs, quelque part au dessus de Sainte-Catherine.

> En 1951, Les cyclotouristes Stéphanois et le «Cyclotourisme Lyonnais» créent une randonnée pédestre hivernale de 60km, organisée sur 2 jours en alternance entre Saint-Etienne et Lyon, via le GR7. Les premiers participants doivent venir à bout des 64 bornes de ce raid nocturne.

> A l’époque, ils ne sont que quelques-uns à tenter l’aventure, arborant chaussures de montagne et sacs à dos. Le raid s’effectue sur deux jours avec coucher dans une auberge à Sainte-Catherine. L’objectif essentiel est alors le maintien de la forme des cyclotouristes lors de la saison hivernale.

> L’épreuve évolue et s’organise au fur et à mesure des éditions. La participation grandissante entraîne le chronométrage du raid sur une seule nuit, qui devient ainsi une compétition de marcheurs (interdiction de courir sous peine de disqualification) sur un parcours de 63,2 km.

Personne n’imaginait alors qu’il était possible de relier les deux grandes métropoles régionales en courant sans interruption. En quelques années, les temps réalisés passent de 9h à 7h30, un chiffre symbolique, puisqu’il représente le temps mis par la diligence pour relier Lyon à Saint-Etienne au siècle dernier.


Les microbes sont plus que là, les trois jours précédents la course, merci Jack Wink , j’ai de la fièvre et me soigne uniquement au doliprane et propolis pour la gorge et les bronches bien encombrées malade . C’est aussi la fin de saison et mon organisme commence à être fatigué je pense, puisque la blessure est présente depuis plusieurs mois, il est temps d’arrêter et de régénérer à tous les niveaux, respecter la physiologie et la biologie du corps.

Le samedi, tout est prêt enfin presque, Jack est venu en renfort à Lyon pour m’aider, je ne pose pas de jours de congés ni avant ni après d’ailleurs … Côté technique je mets mes lacets xteenex sur mes nouvelles chaussures les RG 890 arlequin pour routes et chemins, j’ai craqué pour ce mélange de couleurs, elle semble même pailletées.

Je ne mets pas mes semelles correctrices qui me gênent en descente car j’ai la sensation qu’elles changent mes appuis et que mes pieds vrillent davantage. Côté vêtements, une brassière, le manche longue BVSport, le TS manches longues NB qui couvre une bonne partie des mains, donc pas de gants pour moi, un corsaire, les manchons, un buff au cou et sur le front pour caler la frontale et la transpiration même par ce temps qui est plutôt au doux d’ailleurs. Un porte bidon speed 2, mon garmin, et une chevillère de chaque côté puisque la droite a été atteinte aussi Mr.Red Tout est au point.

Une petite sieste dans l’après-midi dodo , puis direction St Etienne avec Jack, je suis euphorique Laughing et surtout très taquine et c’est Jack qui sera le premier assailli par mes attaques, comme si, je pressentais que c’était mes derniers moments de sourires et rires avant les souffrances.
Le stade est bondé de monde, le salon est chaleureux, Kylian est toujours aussi souriant super bien que la fin de soirée ou il a signé des tas de livres et posé pour les photos. J’essaye les nouvelles chaines chaussures XTENNEX.
http://www.unionrunningworld.com/actualite-xtenex--urw_399.html

Des discussions avec les uns et les autres en attendant le dossard remis à Jack sans faire la queue car « Elite ».

Je commence à taquiner un peu tout le monde et surtout ceux que je ne connais pas Mr. Green . Satan ! Sors de ce corps ce n’est plus moi, mort de rire surtout que certaines de mes boutades sont un peu olé olé à la surprise de quelques personnes Razz , mon chéri me regarde parfois d’un œil amusé, je pense qu’il se dit, c’est bon elle m’oublie, elle a d’autres proies, je peux enfin souffler. mort de rire

La cerise sur le gâteau, c’est Pomme, oui, oui ! Pomme, une organisatrice de la Saintélyon, je lui fais surtout remarquer que ce n’est pas un prénom çà ! Désolée, je pouffe de rire, mais c’est bien la vérité pourtant. Pom, pom, pom, pom !!!! clown
On part manger enfin on essaye de trouver un endroit boulet , de toute c’est pas mieux lorsque je suis rassasiée car je rigole comme une cruche, encore.

Nous rejoignons Mika, Maria, le staff qui court en relais, et nous aurons quelques moments sérieux avec Maria qui rencontre des problèmes avec son genou depuis plusieurs mois. Bastien arrivera plus tard.
Nous partons en footing sur la ligne de départ en s’échauffant avec Maria, il pleut, cela glace les os.

Allez, hop ! Marre de faire la queue pour rejoindre le départ des centaines de mètres à slalommer au milieu des coureurs qui sont toutefois charmants devant deux petits bouts de femmes, je vous passe les commentaires. Sitot dit, sitot fait, j’enjambe la balustrade sous le regard amusé de ces messieurs, grrr! fumeur Et Ma brunette aussi. for you
Echauffement de l’autre côté des barrières, quelques lignes droites et il nous faut nous placer devant, telles les stars. queen queen

Le compte à rebours est donné, la pression monte, ils mettent le feu, c’est parti, tous s’élancent et je tiens un moment avec la tête de course, mais pas longtemps. Je glisse sur les bandes blanches, çà commencent bien tiens ! affraid Un peu de mal à trouver mon souffle. Très peu de plat, cela monte rapidement et descends, je retombe vite à 5.20 au kil après être parti à 4.10.

Au bout d’un moment, nous voilà dans les chemins tous, plus bouillasseux et pierreux les uns que les autres, j’allume ma frontale et il faut commencer à doubler tous les relais, j’avoue en avoir marre rapidement, alors au début je cours, m’arrête, essaye de passer sur le côté puis j’abandonne rapidement, je marche telle une âme en peine derrière eux. C’est épuisant de relancer constamment et je me suis fatiguée rapidement, je râle intérieurement grrr , déjà je n’aime pas la nuit, les côtes, les descentes, la boue, la pluie, les cailloux, mais là, j’ai des ménhirs plantés devant moi et de partout. grrr Je suis le stroumph grincheux.
Qu'est-ce que je fais là! That is the question? Beinh faire mieux que 2010.

Allez Sylvie, pas grave, dès que le chemin est plus large, je double et heureusement que mes chevilles sont tenues car je les ais senti partir mais sans douleur.
Je vois jack au premier ravito, je ne connais pas les noms et puis je ne sais pas à combien de kilomètres, et lorsque c’est long, je ne regarde absolument pas les kilomètres au garmin, bref ! Jack me dit que j’ai de l’avance, ok tout roule sans me faire violence super , car du coup je marche en côtes, je suis prudente en descentes et j’accélère un peu plus sur les parties goudronnées, ma foi si cela continu comme cela, je ne m’en sors pas trop mal. Wink
http://www.saintelyon.com/upload/saintelyon/File/stl10-denivele.pdf

De la boue à gogo, pour grimper certaines côtes bien raides, impossible de courir, même pas en rêve, tu fais un pas, tu chasses de deux, c’est désagréable et fatiguant et oui, je suis fainéante . Je descends toutefois un peu plus vite, dans la pénombre, car me voilà rassurée par les chevillères, ma frontale n'éclaire plus tongue Je double sur le côté un coureur, et paf ! Le chien, ... Je m’écroule au sol, mon pied a du heurter une pierre sous la boue, mon genou claque, on dirait que mon ischio se déchire. Je souffre, j’ai mal, j’ai envie de pleurer Crying or Very sad . Des coureurs de suite prennent de mes nouvelles, je me relève rapidement dans d’atroces douleur 8/10 sur mon échelle. pin pon

Je boite en marchant, je boite en courant, c’est foutu, je vais abandonner comme l’année dernière alors que je suis première. Mon ame, mon corps se brisent en deux. "Pourquoi tu es là ? Tu savais que ce n’était pas une course pour toi, tu n’aimes pas les changements d’allures, la relance, tu ne sais pas descendre, tu ne vois rien la nuit, tu es tombée au trail de Mirmande, résultat une grosse entorse ligamentaire, tu as eu le quadriceps déchiré sur le 100 km de Crest, tu t’es tordu la cheville à l’UTMB , et maintenant c’est le genou", en quelques secondes je remets tout en question Question .

« Oui mais tu oublies que tu es allée au bout dans la douleur, te souviens-tu que c’est moi qui t’ai aidé et qui vais t’aider encore ? Ne sais-tu pas que les peurs ne sont pas là pour être ôtées, mais pour être VAINCUES. Je suis avec toi. »

Je vais prier, tout le long de la course, je vais mettre de côté ma douleur, bien que présente on est d’accord, je vais continuer uniquement au courage. rambo
J’ai mal au ventre depuis la chute, et j’ai la courante, (IL ME PLAIT TROP CE GIF)obligée de me garer sur le côté. Plus grand-chose passent, envie de vomir, mon corps subit de gros traumatismes, je sais que je ne lui fait bien du bien, j'ai mal. Je vois Jack et lui raconte mes malheurs, je suis stupéfaite lorsque je lui dit que je souffre, car il me répond simplement que "c’est le métier qui rentre" lol! , je reste un peu sur les fesses Shocked , mais Idea je relativise encore davantage en me disant, bah ouaih alors ! C’est rien vu sous cet angle.
C’est le coach qui parle et non le chéri dans ces conditions et heureusement car si il m’avait plaint, je mettais le clignotant de suite, car j’attendais cela en fait. Je pense qu’il me connait très bien et il sait qu’il ne faut surtout pas me caresser dans le sens du poil.C’est reparti, j’essaye de tenir le coup, la fatigue est bien présente, usante, même si mon corps est en activité c’est la nuit et je dors normalement, mon organisme est déboussolé, il m’en faut peu, je le sais. J’alterne donc course-marche sur tout le long de la course, même sur le goudron ou je suis blasée.
Que dire, je vois une dernière fois Jack et il m’annonce 3.30 de retard, je ne comprends plus rien Question What a Face Shocked clown , on m’annonce première tout le long avec de l’avance, je ne vois personne me doubler et j’apprends que je suis deuxième, euh ! C’est quoi ce bordel, tous les chemins mènent-ils à Rome ??? Je prends un coup sur la casquette maboul et je ne me ferais pas violence vers cette fin de course, par dépit je pense.

Il reste la dernière grande et longue côte sur goudron sur laquelle je marche, ensuite je relance en descente, impossible sur le plat d’atteindre de bonnes vitesses, voilà les marches d’escaliers, on s’encourage tous. Les 12 derniers ont été un véritable calvaire, on approche de Lyon, mais la distance est longue malgré tout, je ne vois pas la fin, je ziotte le garmin pour regarder si je suis proche de l’arrivée, je n’en peux plus.
Je cours devant les photographes, queen , mais je marche si c’est trop pour ma petite personne boulet . Je souffre, il me semble courir de travers, tellement mon genou est douloureux, ainsi que l’ischio.

Jack fera les derniers kilos avec moi, heureusement qu’il est là merci , sinon je marchais jusqu’à l’arrivée, et la troisième me passait devant aussi. Je lui dis tout de même qu’il va trop vite et pourtant au relevé garmin les derniers kilos sont à 5.40, pas folichon quoi ! hein



Une arrivée grandiose m’attends avec Séverine la première féminine qui est arrivée 6 min avant accompagnée d’un vélo, je la félicite en l’a disant plus forte au micro aussi. La première des choses qu’elle me dit, « je ne t’ai pas vu te doubler et on m’annonce première un moment donné ».

A ne plus rien comprendre, et ce n’est pas grave, on se sert dans les bras. trinque
Un peu de blabla au micro, bah oui, c'est risible, Séverine me battra de 10s sur le Trail de Toussieu 18 km, je mettrais 7 min de moins sur le 31 km de Jogg'iles et Séverine me bat de 6 min sur le 69 km.

Une belle remise des prix ou malheureusement ils cumulent les prix, donc 2° femme et première V1 pour des doubles cadeaux à gogo, qui aurait pu ravir la 2° V1.


Je reste satisfaite de mon courage de courir dans la douleur et la souffrance sans avoir abandonné. J’ai très mal géré la course en revanche, mais trop de monde pour prendre mon traintrain. J’ai fait le boulot mais sans plaisir, voilà une expérience de plus qui me rend forte . Sylvie Sport Et Foi


Pour la vidéo:
http://www.unionrunningworld.com/videos-running.php

Merci à Jack, vraiment car il me chouchoute aussi. bisous whaouuu
Maria c'est mal réceptionnée et c'est blessée assez gravement. for you
Bastien fini 33° je crois. bisous
Mika et son pote 1° en relais Saintélyon, mais aucune remise de prix pour tout cela. premier

_________________
Si tu fais ce que tu as toujours fait, tu obtiendras ce que tu as toujours obtenu.


http://sylviesportetfoi.over-blog.com/


14 commentaires

Commentaire de Mamanpat posté le 10-12-2011 à 09:38:42

C'est dingue ! J'ai l'impression d'avoir fait exactement la même course : mêmes bobos, mêmes soucis digestifs, une belle gamelle qui fait mal...
Bon évidemment, je ne fais que ton echo... 1h30 derrière...
Je suis très contente pour toi, une revanche en partie prise sur 2010 mais je mise sur toi pour les prochaines éditions pour gravir encore une marche !

Bravo et merci pour tes sourires, encouragements et ta bonne humeur sur la ligne de départ ! Ca fait plaisir de trouver d'autre pinky girl au sourire ultra bright !!!

Commentaire de sylviesportetfoi posté le 10-12-2011 à 10:59:30

Coucou mamanpat!

Bravo aussi pour ta course. En fait c'est dur.
Je pense du coup aimer plus le pur trail, ou que la route.
On se découvre sur ce genre de course:)
Bonne récupération à toi aussi.
Merci pour le sourire ultra bright, lol, je continu alors au bicarbonate, lol.

Commentaire de domi81 posté le 10-12-2011 à 20:10:44

pas évident de se lancer dans une aventure que l'on aime pas...
bon ben, maintenant repos,des soins et c'est reparti pour 2012.
je suis quand même déçu....2ème...arggg ! ;)

Commentaire de Jean-Phi posté le 11-12-2011 à 08:11:26

2° en étant malade... Ca me laisse rêveur ! Mais tu carbures à quoi Sylvie ? Ah oui ! Amour, humour et foi ! Je devrais m'y mettre, ça te réussit drôlement bien ! Bravo pour cette super perf à nouveau ! Comme d'habitude, tu masques ton talent derrière ta simplicité et j'ai bien rigolé en lisant ton récit (surtot le gif animé ! ^^).
Repose toi bien maintenant, 2012 sera une belle année, j'en suis convaincu !
JP

Commentaire de sylviesportetfoi posté le 11-12-2011 à 19:51:27

Merci Domi :)

Et viiii 2°, je sais acceptée et c'est normale. J'étais à fond de ce que je peux suporter en souffrance et fatigue.
Cela ne me gêne pas du tout, je me trouve bizarre aussi, dans ce monde de compétitions-compétiteurs, j' entends "on ne retient que le nom des premiers", lol. Et alors? Je n'ai pas besoin qu'on retienne le mien, pour info:
Sylvie Cartoux-Boissy puis que Cartoux dans quelques mois encore:)))
J'espère que tu vas bien et merci pour le mot,
Bisous

Commentaire de sylviesportetfoi posté le 11-12-2011 à 19:54:20

Coucou Jean Phi!
Fidèle au post:)

Yesss, pour le gif, trop rigolo, il est vrai que j'aime rire.
Sinon pour le carburant, c'est cela, et je me demande si mon mental n'est pas supérieur à mon physique parfois???
Euh pour certains, veuillez noter pour les soins DOLIPRANE - PROPOLIS, ils me font trop peur les méchants qui veulent me bang! bang!!! Lol
Allez bises à tous et sportives.
Bisous à Jean Phi!

Commentaire de gdraid JC posté le 12-12-2011 à 17:47:12

Merci Sylvie pour ton beau récit, toujours plein d'humour et d'allégresse !
La prochaine fois, n'écris pas si petit, mes yeux n'en peuvent plus, je termine larmoyant, sur ton sourire radieux des photos de la fin.
Bises Sylvie.
PS: l'amie Maria a donc bien souffert ?
Je l'embrasse bien fort, et lui souhaite un prompt rétablissement.
JC

Commentaire de LtBlueb posté le 12-12-2011 à 23:28:34

fichtre, ma loupe ! ou est ma loupe ? :))
en tout cas, bravo c'est une superbe perf !

Commentaire de sylviesportetfoi posté le 13-12-2011 à 15:11:47

Coucou Gdraid!

Oui, Maria c'est fait bien mal, mais elle met tout en place pour être de retour rapidement. Merci pour ton message, bah mince, alors j'ai zuste changer la police et paf, c'est tout mini.
Bisous.

Commentaire de sylviesportetfoi posté le 13-12-2011 à 15:12:50

Hello LTBLUEB!

Bah ouaih, là ch'ai po ce que j'ai fait????
Le prochain sera en version loupe:)
Bisous

Commentaire de o[Bob] posté le 18-12-2011 à 23:52:53

Merci pour ce récit plein de vie et de vécu (et de photos, je devrais en prendre de la graine..).
Bravo pour le résultat.
Et, c'est maintenant ou post STL 2012 : Bon annive..;-)

Commentaire de sylviesportetfoi posté le 19-12-2011 à 21:46:41

Bonsoir oBob!

Merci pour ton message et mon anniv:)
Pour les photos, cela fait de beaux souvenirs, et c'est plus facile pour nous reconnaitre par la suite lors de rencontres sportives. Un visage, un regard, signifie plus de choses qu'une suite de mots.
Ceci dit, on fait comme on peut et non comme on veut, suvent dans la vie. Donc reste toi. Par les écrits, je vois l'intérieur:))) et toi, c'est beau.

Commentaire de thunder posté le 24-12-2011 à 18:03:19

La Blonde dans toute sa splendeur... sacré ambiance d'avant course et pendant toujours aussi pro.

Commentaire de sylviesportetfoi posté le 25-12-2011 à 13:14:13

Plus près de toi, M...... Cantique bien connu,de mes services lol.
Comment vas-tu mon ami?
Dommage que tu ne fusses point là! Je t'aurais bien embêté, Jack aurait eu besoin d'un relais, lol. Ah! J'étais en forme avant la course:))))
Bon! Dès que j'eu chus, bien moins drôle la blonde:)))) Mdr de mes conneries té!
2012 sans doute je passe au blond Californien, pour encore plus de boulettes comme c'est ma spécialité naturelle.
Joyeux Noel, et cours ou je me fache, hein!
Bisous

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran