Récit de la course : Eco Trail de Paris Ile de France - 80 km 2011, par laurent-trail

L'auteur : laurent-trail

La course : Eco Trail de Paris Ile de France - 80 km

Date : 26/3/2011

Lieu : St Quentin En Yvelines (Yvelines)

Affichage : 981 vues

Distance : 80km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Bien, voilà une affaire de faite

Bien, voilà une affaire de faite. Habitant la région parisienne, chaque fois que l'on parle de course à pieds, on nous demande si nous avons fait le Marathon et l'EcoTrail. Le Marathon, on a donné il y a quelques années et l'EcoTrail nous venons de le boucler. Ch sur le 50, moi sur le 80km. Au final, bien que nos courses ne soient pas communes nos impressions sont semblables.

L'année dernière nous avions hésité, reculant devant le prix et les conditions d'inscription un peu tordues à notre avis. Cette année idem mais les copains nous ont entraînés dans leur sillage.

 

Que l'on soit "régional" ou "provincial" cela demande un minimum de logistique : c'est une course en ligne : lieu(x) de départ(s) différent(s) de celui d'arrivée. Les dossards se prennent sur le site d'arrivée et de préférence la veille. La logistique d'arrivée est plus simple, tout est regroupé ou très proches l'un de l'autre : pratique et bien fait. Bénéficiant d'une possibilité d'hébergement sur la capitale cela nous facilite bien la vie, et il est vrai que prendre les dossard la veille permet de finir tous les préparatifs tranquillement.

 

Et c'est parti. Je prends le RER avec Ch, pour l'accompagner à son départ (gare de St Cyr) l'histoire d'être un peu plus avec elle et de lui faire un dernier bisou d'encouragement (en réalité plus qu'un bisou). En chemin nous faisons la rencontre d'un jeune trailler Belge, agréable conversation.  "A ce soir", je laisse Ch à St Cyr et continu de mon coté jusqu'a St Quentin : nous voilà chacun de notre coté.

Mon arrivée sur l'espace départ, avec une dizaine d'autres coureurs, surprend les bénévoles ; il est vrai que nous avons près d'une heure d'avance sur les premières navettes. Néanmoins le thé et le café sont chauds, le pain d'épice tranché, les 4/4 aussi. Tout est bien, tout le monde est souriant, il en sera ainsi jusqu'a l'arrivée. J'ai donc largement le temps de me préparer, de bouquiner un peu tout en surveillant l'heure pour ne pas louper le départ de Ch et lui adresser mentalement un dernier "bonne course".  Ce faisant les participants(es) sont de plus en plus nombreux sur place, les petits sac vert fluo (sac de vestiaire) aussi. 

La collation proposée par l'organisation (voire plus haut) étant succincte je suis bien content d'avoir à ma disposition une part de gâteau course et une banane. Les copains, et les copines Kikou ou non arrivent progressivement et la dernière heure avant le départ passe rapidement au travers de joyeuses conversations.

 

Entrée dans le sas de départ, dernières consignes, derniers propos entre nous, et c'est parti. La zone de départ est suivie d'un espace assez large permettant au peloton de s'égailler et de s'étaler librement en dehors d'un passage court qui forme un goulot d'étranglement. 80km plus tard, on a déjà fait 3km (le parcours fait en réalité 83km), que reste – t – il de tout cela ?

 

Jusqu'à Buc le parcours est assez roulant, trop peut être pour certains qui vont se laisser emballer. Par la suite en dehors de quelques "coups de cul" on est confronté à d'assez interminables faut plats. Même en les prenants avec tempérance, on n'est jamais dans le bon rythme. C'est plus un parcours usant que dur ; mon expérience de l'année dernière sur 6h et sur 24h m'est plus utile que mes courses de montagne.

Ce parcours est bien plus forestier qu'on ne pourrait le penser. Nous avons trouvé la forêt un peu triste, un peu terne, manquant d'oxygène par rapport à ce que nous connaissons mais elle est bien là. Il y a quelques beaux points de vue sur la capitale puis sur la tour Effeil (la voila enfin !). Les 10 derniers km sont différents, rentrant en milieux urbain c'est beaucoup moins facile (il y a même quelques passages ou il faut être très prudent). Avec l'ingéniosité de quelques détours et retours cela passe bien. Il y a même une petite fantaisie, juste avant d'arriver au pont d'Iéna et à la tour, qui est assez sympathique. De plus l'accueil en "altitude" est agréable.

Quand au plus de 90% de chemin, j'ai un petit doute. En dehors d'une éventuelle bataille de chiffre visant à gratter un ou deux pourcents, le parcours est en effet très majoritairement hors goudron-route. Routes forestières encaillassée et passage de chemin, parcs et esplanades constituent l'essentiel du cheminement. De toute façon, il ne faut pas se leurrer, on ne fait pas passer 1800 coureurs sur des monotraces pour différentes raisons. Il y a juste une petite descente nocturne que j'ai trouvé délicate après St Cloud.

Le tronçonnage est bon. Je dirai même opportun. Les 21 premiers permettent d'étirer le peloton.  Le tronçon de Chaville donne le temps de se faire plaisir, j'arriverai même à y être tout seul par moment. Couper la fin en deux c'est nécessaire surtout pour ceux/celles qui vont mettre un peu plus de temps que ce qui était envisagé. 

 

En ce qui concerne ma course, pas de problème majeur. Je suis parti raisonnablement vite, sans me mettre dans le rouge (pas même l'orange) en n'hésitant pas à marcher dans les petites bosses ou "coups de cul". Etant vraiment autonome, très peu d'arrêt aux contrôles. Chaville sera la pose la plus longue (trop longue peut être ?). C'est l'histoire de :

ü      remplacer les gels/barres consommées dans les poches latérales par des "à consommer" qui attendaient leur tour au fond du sac,

ü      me regraisser copieusement les pieds, il sont un peu capricieux en ce début d'année,

ü      de changer de maillot, pour prévenir d'une éventuelle baisse de température. Trempé par l'orage je modifie un peu ce que j'avais prévu mais le temps redevenant moins pluvieux, il faudra que je m'arrête à nouveau pour optimiser cela.

ü      et positionner la frontale pour ne plus a voir à s'arrêter.

 

En ce qui concerne le balisage j'ai trouve cela minimaliste. D'un autre cote, compte tenu du nombre de coureurs il y en a toujours un ou une qui est devant. A condition que le premier ne se trompe pas de chemin cela ne pose pas de problème de jour. De nuit c'est un peu différent. Par moment c'est juste, les lucioles ne sont pas toujours visibles. J'ai failli me planter complètement une fois et le petit groupa que nous étions à quelques fois marque le pas : restons vigilent. Pour les passages difficiles, ou potentiellement dangereux, avec l'appui (et la patience) des signaleurs in n'y a aucun problème.

 

Les ravitos sont convenables (en dehors de la "collation" du départ) sucre, salé et très bonne soupe sur les deux derniers. Boissons a volonté, poubelles accessibles j'ai rien a dire. Certains on trouve que c'était pagaillou et peu accessible, moi non. C'est peut être du fait que j'étais dans le premier quart de course et que nous étions peut être sensiblement moins nombreux en même temps ?

Quand au repas de fin de course super et a volonté, une très belle restauration.

 

Au final, pour notre asso (ASR Trail / Auffargis-78) et nos amis :

- filles et garçons terminent ; entre 7h / 7h56 sur le 50km ; entre 9h26 / 10h10 sur le 80km ; temps officiels car nos chonos ou GPS perso marquent un peu moins.

- un petit regret lié à un abandon sur blessure ; un autre arrêt volontaire sur coup de froid et pour se réserver pour une course à 15 jours de la.

 

En conclusion de tout cela :

- nous étions partis un peu dubitatifs sur cette épreuve, au retour content et conscient du travail fait, somme toute le tarif n'est pas si exorbitant que cela ; il faut le maintenir comme cela pour que la course reste accessible au plus grand nombre.

- un parcours intéressant avec quelques points de vues agréables, un profil plus usant que dur

- est ce a refaire ? A titre d'entraînement pourquoi pas ?

 

 

2 commentaires

Commentaire de caro.s91 posté le 06-04-2011 à 08:56:00

Laurent,

Comme d'hab, tu as bien géré ta course. Je suis contente d'avoir pu échanger quelques mots avec toi sur le parcours, même si j'aurais bien sûr préféré moi même pouvoir salir mon dossard! En 2012?

Bises,
Caro

Commentaire de JLW posté le 06-04-2011 à 22:53:00

Somme toute une bonne organisation, un parcours qui optimise ce qui est à disposition dans le coin, et une difficulté réelle par rapport à la facilité apparente du début de parcours.
Merci pour ton témoignage.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran