Récit de la course : Trail de la Pérouse - 25 km 2011, par fulgurex

L'auteur : fulgurex

La course : Trail de la Pérouse - 25 km

Date : 6/3/2011

Lieu : Plombieres Les Dijon (Côte-d'Or)

Affichage : 878 vues

Distance : 25km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L'Aigle

 

Tout le monde s'est déjà sorti une épine: on presse des deux côtés et ça remonte au milieu.

La géomorphologie dijonnaise, c'est pareil. Coincé entre deux fosses d'effondrement, le seuil bourguignon se dresse pour séparer la plaine de la Saône du bassin parisien.

Ce calcaire, né dans une mer peu profonde où les dinosaures paressaient, se relève lentement pour permettre aux traileurs de s'éclater les WE. Les lignes de failles sont globalement orientées Nord-Sud. Donc, à chaque fois qu'on se dirige Est-Ouest, on gravit une pente raide, et à chaque fois qu'on est Nord-Sud, on parcourt la faille, c'est une pente douce.

 

Le théatre du WE respectera cette disposition: au programme, 25 km et 600 de dénivelé dans les deux sens, puisque c'est une boucle. Et une belle, qui a la forme d'un aigle, qu'elle prestance. A Plombières, j'aurais pu éthymologiquement choisir une Palombe, mais un aigle, c'est plus la frime.

 

 

Nous allons parcourir cet aigle dans le sens des aiguilles d'un montre.

Si vous avez suivi mon explication du début, rien qu'en regardant le plan, vous pouvez imaginer que

  • de la queue jusqu'à l'aile gauche: le départ est en côte forte – allégée par une route en épingle, puis une descente forte, une nouvelle montée forte, une nouvelle descente forte

  • toute l'aile gauche sera en pentes douces ou plat

  • la tête idem, sauf les épaules et le sommet du crâne

  • l'aile droite idem, pentes douces ou plat

  • par contre, on imagine une pente forte au début de la queue, un milieu quasi plat et de nouveaux quelques raideurs en fin.

En vue 3D, ça donne ça

le kilomètrage

 

Avec tout ça, je ne vous ai toujours pas parlé de moi. Modeste, je vais retranscrire l'article paru dans le mondialement célèbre magazine de course: KiKouRoù

KKR: Bonjour fulgurex, et merci d'avoir accepté cet interview

fulgu: C'est toujours un plaisir

KKR: Pas trop tendu pour ce premier trail de l'année?

Fulgu: Non. Bien sûr, depuis octobre, je n'ai fait que du lent et du long, mais j'ai des fourmis dans les jambes. En plus, il fait un temps splendide. Ça fait bien longtemps qu'on subit le brouillard dijonnais, cette lumière nous fait revivre.

KKR: et le parcours, vous le connaissez?

Fulgu: au cours de ma longue carrière, j'ai fait plusieurs clubs et j'étais à Plombières dans les années 2000. A cette occasion, j'ai été plusieurs fois de l'autre côté de la barrière. L'organisation c'est bien aussi. Après, j'ai fait un break dans ma carrière sportive, j'ai mis un peu de côté les compétitions, mais que voulez vous, quand on aime, on y revient. L'an passé, je préparais mon exploit sur les Carbonis (Ndlr: battre tidgi sur le fil à domicile) et je m'étais contenté de suivre la course pour faire des photos des participants. C'est sympa aussi, mais ça m'avait donné envie de revenir avec un dossard.

KKR: un petit objectif de temps?

Fulgu: comme c'est le début de saison, mais que je me sens bien, je vais tenter de finir en 2h20

KKR: Merci fulgu, je crois qu'il est temps que vous vous échauffiez, je vois vos comparses Le Styx et Mame qui s'impatientent. Alors, nous vous souhaitons bonne chance et.... à tout à l'heure?

Le Styx est venu de Bretagne, et Mame, de moins loin


Mame et fulgu


Quelques minutes plus tard, le peloton s'élançe. Notre fulgu s'est placé sur l'avant et a retrouvé El Pepito, un autre coureur de son team.

Vue 3D du départ


Le départ en côte est rapide. Fulgu discute avec son ami Vincent qui est normallement en convallescence suite à une mauvaise chute de peloton sur le marathon de La Rochelle. Mais le Vincent en question court vite... pour les photos du départ nous avouera t il en apparté.

Vincent ne s'économise pas le genou

El Pepito est encore loin derrière (c'est celui qui fait le malin)



La première montée se fait à un train d'enfer. Au sommet, la ferme de la Pérouse. Située à 2,5 km du départ, 122 m sont déjà montés et les places sont faites. El Pepito et Fulgu sont dans un mouchoir de poche, ils passent respectivement 24 et 25 ème.

El Pepito, 24ème


Fulgu accélère pour photographier El Pepito, Vincent a coincé un peu dans la deuxième partie de la montée, il ne revient pas sur le plat.

El Pepito est tranquille, et ça se voit. Il a la grande forme et se permet de prendre l'appareil photo de fulgu, pour immortaliser l'instant. Il court en marche arrière à 15 km/h. AIE PEPITO!

 


Fin de la première descente, ça remonte fort immédiatement. El Pepito et fulgu cessent de discuter. Les choses sont sérieuses. Le jeune El Pepito prend de l'avance sur son ainé qui cherchera en vain à le rattraper toute la course.

Fulgu a l'air content d'être arrivé en haut sans marcher (encore 70m de D+), pourvu qu'il ne le paye pas plus tard.

Notre hélicoptère survole maintenant une longue combe en pente « douce » (presque 3 km pour 120m de D+). On entraperçoit fulgu qui ne faiblit pas. Personne ne le double, mais il peine à rattraper quelqu'un.

En haut de la côte, un peu de plat pour dérouler. Fulgu accélère et recolle. Puis, là, on sent qu'il aime: 4 km de single en balcon. Une ambiance plus sauvage, plus montagne, plus technique, plus oscillante: il s'extasie.

4 km d'extase du fulgu


Une combe

fulgu court plus vite que son hombre

15ème kilomètre, 1h15 de course. La route de Troyes est atteinte, les coureurs rebroussent chemin sur un sentier plat, mais glissant. Le givre vient de fondre et le sentier est gras. On voit que fulgu glisse beaucoup. Il court au bord du chemin, dans les branches pour privilégier ses appuis. Ça pousse fort, puisqu'on le chronomètre à plus de 14 sur certaines parties plates.

Puis, une grande descente assez forte. Il s'accroche à un « court tout doubs ». Pas bête, on sait que ces gens là on une bonne expérience de la dénivelé. Sa vitesse de descente est proche de la VMA, on le voit scruter son cardio. C'est impressionnant! Pourvu qu'il ne le paye pas.

 


une autre combe

Le bois des Pisseux est atteint. Comme son nom l'indique, de nombreuses sources jaillissent dans cette combe. Mais les faibles précipitations de ce dernier mois laisse un sol sec.


Fulgu court toujours, il regrignotte quelques places. Aïe! On le voit marcher en haut de la combe. Non! Fausse alerte! Il repart aussitôt à la poursuite de son « cours tout doubs ». C'est que le bougre suit un rythme rapide sur cette portion large et gravillonnée. Un peu trop élevée pour notre fulgu, on le sait mais lui, en a t il conscience? Pourvu qu'il tienne jusqu'au bout.

Les derniers concurrents du 12 km sont doublés.


De nouveau une descente forte. On voit le fulgu se détendre. Une très petit portion de route et ça remonte. Il a l'air de faiblir. Non, ça avance. Pourvu qu'il tienne jusqu'au bout.

De nouveau une descente. On entend son souffle de soulagement jusque dans l'hélicoptère de suivi.

Malheureusement, la descente est très (trop?) courte, on l'aperçoit en train de marcher sur une vingtaine de mètres dans cette partie de pente forte. Mais il repart. C'est bon signe. Pourvu qu'il tienne jusqu'au bout.

Ça redescent au milieu des cailloux. Il aime ça. Surtout qu'il y a du public. Arrivé en bas, le stand de tir. Il s'arrête! ?! Ah, non! C'est juste pour donner sa gourde d'eau à l'organisation qui secourt une dame tombée la tête en avant. Il repart. Pourvu que cet arrêt ne lui soit pas préjudiciable.Pourvu qu'il tienne jusqu'au bout.

La route finale est goudronnée. Il reste 500 m au virage quand il aperçoit sa Jupette au loin. Il accélère, mais ralenti d'un coup. Plus de doute, il ira au bout, mais sur cette portion où on l'attendait à plus de 15 km/h, il n'est qu'à 12,5.... et se fait doubler!

C'est la ligne d'arrivée.

2h05! Un quart d'heure d'avance

 

El Pepito frime, mais trop fatigué, il est obligé de se tenir à la barrière.

tentative de revanche à la Transmontagne

 

 

Nous retrouvons notre héros du jour.


KKR: alors fulgu, votre impression sur ce trail et sur votre réussite du jour?

Fulgu: je me sentais en forme, mais je doutais un peu de mes capacités du jour. Je pense que la petite scéance de côte avec mon copain Elcap m'a fait du bien. Je me suis dégagé les bronches et j'ai réactivé la vitesse. J'ai douté de tenir ma place pendant assez longtemps car ce trail est très roulant. Je m'y attendais, mais quand même. J'étais content de trouver ces 4 km de single. Ça j'aime! Si ça pouvait être comme ça tout le temps...avec un peu plus de dénivelé forte: les alternances course-marche me vont bien.

KKR: avez vous un plan d'entrainement à divulguer à nos lecteurs?

Fulgu: malheureusement non, je ne suis pas très sérieux de ce point de vue là. Je fais beaucoup de choses au feeling, mais j'essaye de ne pas choisir mes courses au hasard. Par exemple là, j'ai forcé sur 25, la semaine prochaine, je vais sur Beaune pour un « petit » 15 km. J'ai failli faire les 40 km des Cabornis, mais je ne peux pas, finalement, ça tombe bien. Sinon, côté entrainement, je me déplace en vélo. Grosso modo, mes déplacements représentent le double de ma distance de course. Depuis quelques temps, je mouline. Fini les gros développement, je préfère aller un poil moins vite, mais ne pas forcer. Cela me décontracte les muscles et m'oblige à avoir une fréquence de rotation plus importante. Je me demande si ça ne paye pas sur la course à pied...

KKR: quelques regrets sur ta gestion de course?

Fulgu: oui, surtout le poids embarqué. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai rempli ma gourde complétement. 1 kilo d'eau pour démarrer ma course, alors que je sais que je bois très peu, surtout avec ce froid. J'ai attendu la moitié du parcours pour réaliser et vidanger le trop plein.

KKR: c'est tout?

Fulgu: non, il y a aussi l'appareil photo. J'ai pris beaucoup de photos floues, et souvent, je n'ai pas pris le temps de m'arrêter pour photographier.... Je courais après le chrono, ça demande quelques contre-parties.

KKR: On t'a vu ralentir dans les 500 derniers mètres de faux plat descendant et goudronné, cela nous a surpris.

Fulgu: oui, j'ai tout donné et géré ma course au maximum. Mais quand j'ai vu ma Jupette au loin, j'ai voulu accélérer pour finir main dans la main avec elle. Mauvaise idée, je me suis déclenché une crampe à chaque mollet...

KKR: merci, et bonne chance pour la suite

fulgu: merci à vous

Nicolas et Jupette étaient sur le 12

 

 

Arrivé à la maison, c'est le moment des analyses de course:

ce camembert montre l'effort accompli:

pas de doute, j'ai vraiment fait mon maximum.

Tiens? je me suis reposer? ça doit être le temps que mon coeur monte en régime après le coup de feu

La vitesse et la dénivelé ont varié beaucoup plus que la fréquence cardiaque: bonne gestion

seulement 8 battements d'écart entre la fréquence moyenne et la fréquence maxi

(en épurant les dysfonctionnement du début)

 

Ce qui est drôle, c'est de comparer ce premier trail de l'année avec son symétrique, le dernier de 2010: le trail du bouton d'or (une dénivelé un peu plus forte, mais un parours un peu plus court).


Le premier met 3 minutes de plus (+3,0%), j'en mets 4,5 (+3,7%), ça se tient, et je reste 26 ème. Et mon effort cardiaque est comparable.

date

Course

Distance

D+

D-

Rang

Résultat

1er

D istance
Corrigée

vitesse corrigée

moyenne cardio

31/10/10

bouton d'or

23,47

692

692

26/157

02:01:04

01:37:32

29,01

14,38

91.2%

06/03/11

la Pérouse

24,7

610

610

26/182

02:05:23

01:40:19

29,58

14,20

91.8%

 

Cotation Rodio:

Rodio n'a pas pu me coter cette course car il n'a pas assez de données sur les premiers.

Mais si je me base sur la distance corrigée (avec la dénivelé) et que je ramène au pro rata sur la valeur du semi, cela donne:

distance corrigée = 29,58

Temps= 125 minutes

temps semi = 125/29,58*21,1= 89 min

 

Or, le 1200 est à 87 minutes sur le semi, ce qui fait un petit 1200 sur semi. Je m'auto-estime donc avoir fait un 1200 sur ces semis... ma valeur reconnue sur 10 km.

 

C'est cool!

mais c'est faux. Je me range derrière l'avis de Rodio: "Franchement j'ai rarement vu un lot aussi opaque de coureurs. Quasiment tous en reprise de compet, sans grandes fiabilités, avec un vainqueur triathlète long... Tout pour plaire. J'ai quand meme réussi à coter (fiabilité à 2-3%) = 1131. En tout cas, 1200 non, très certainement pas. Grand max 1150, mais 1130 me paraît le plus fiable"

et je retiens 1130

 

Merci Rodio pour le temps passé.

7 commentaires

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 10-03-2011 à 19:16:00

Eh bien, cher KKR, merci pour ce reportage sur le célèbre Fulgu mais il est dommage de n'avoir pas eu en plus de nouvelles de la célèbre et fort accorte Jupette.

Pour les zoologues amateurs : Des dinosaures qui se prélassent dans la mer, je veux voir ça !

Commentaire de rodio posté le 10-03-2011 à 20:16:00

Les distances corrigées à partir de la dénivelée... j'en pense pas du bien. Un de mes amis bossent dessus et ce n'est pas très concluant, souvent très faux, etc... Donc, je te confirme ce que j'ai dit en mp, c'est tout de même un peu moins bon que ce que tu estimes. Maintenant j'avoue que mon modèle est totalement inopérant dans des lots aussi hétérogènes que celui-ci. Faudra faire une course saucisson avec les ténors du village. Le trail c'est vraiment ... du coureur qui ne fait plus de cross -;).

Commentaire de @lex_38 posté le 11-03-2011 à 10:05:00

Très sympa ton récit, beaucoup de détail et surtout d'humour!

Commentaire de Mame posté le 11-03-2011 à 21:42:00

A mon avis, l'aigle en question a du se prendre un dinosaure en pleine poire...

Commentaire de Gibus posté le 12-03-2011 à 09:34:00

Bravo Fulgu
Original l'interview de KKR

Commentaire de gilou01 posté le 12-03-2011 à 14:21:00

bravo et quelle classe fulgurex

Commentaire de le Styx posté le 16-03-2011 à 16:04:00

Ce serait pas un ptérodactyle ton aigle ? Le mien, il avait les ailes qui touchent la piste dès la mi-course... Bravo pour ton CR (ps : des nouvelles de Fulgurange et Rémon ? Tu les as laissés dans les coulées de boues de l'UTMB ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran