Récit de la course : Trail des 5 Moulins - 50 km 2010, par MOUNE78

L'auteur : MOUNE78

La course : Trail des 5 Moulins - 50 km

Date : 3/7/2010

Lieu : Mondeville (Essonne)

Affichage : 916 vues

Distance : 50km

Matos : camelbak avec 2 litres de hydrixur/malto (c'était trop)

Objectif : Objectif majeur

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des Moulins 50 km

Tout d’abord je voudrais apporter une petite précision : un trail de 50 km ce n’est pas « juste » un marathon + 8 km. En effet, si c’était le cas, j’aurai bouclé la course en 4 heures environ.

Mais voilà, il n’y a pas de bitume bien stable, juste des chemins avec de la boue, des cailloux, des gravillons, du sable fin, des pierres plates qui glissent en côte, en descente, des arbres à enjamber, des racines et cailloux qui dépassent à peine, des chemins pavés glissants, des marches, bref, les chevilles jonglent et se tordent parfois dangereusement et ralentissent la course.

 

Ce matin en me réveillant, quel bonheur, il tombe une pluie bien franche et rafraichissante, après avoir eu + de 30° les jours précédents, le trail de cet après midi devrait se faire sous de bonnes conditions atmosphérique.

 

11h30, Claude et moi quittons la maison direction Mondeville, petit village dans l’Essonne où les portables Bouygues ne passent pas. Il met son VTT dans la voiture pour essayer de me retrouver sur certains points de la course.

Malgré les départs en vacances, l’A6 est fluide, et nous arrivons avant 13 h.

 

Je prends rapidement mon dossard, retrouve mes 2 collègues Michel et Eric, puis on attend assis dans l’herbe à regarder des coureurs qui s’échauffent comme s’ils partaient faire un semi, ceux qui sont équipés comme de vrais « UTMBistes » et ceux qui ressemblent à des touristes.

Le départ est retardé d’1/4 heure, car une vingtaine de coureurs sont coincés dans le RER D.

Nous sommes + de 200 au départ, la moitié d’entre nous fera le parcours de 25km, le choix peut encore se décider à la bifurcation du 13ème km. En tout cas, pour moi c’est décidé, mon objectif est de faire mon 1er 50 km, c’est un défi lancé pour mes 50 ans. Si j’avais su dans quelle galère je me lançais j’aurais peut être réfléchi à 2 fois.

Ca y est on part, il est 14h15, le soleil arrive juste en même temps, on passe un petit goulet d’étranglement pour arriver dans les champs que l’on suit pendant 3 km. Rapidement on se retrouve avec 1 kilo de boue sous chaque pied, ça commence bien, puis c’est la forêt qui nous procure de l’ombre et des chemins plus praticable, succession de côtes, descentes bien comme il faut, puis de nouveau les champs. Au 13km nos chemins se séparent, je pars à droite direction  50km, Michel et Eric prenant à gauche. Au 1er ravito en eau, on m’annonce que je suis la 1ère femme, plutôt bonne nouvelle, cela me motivera pour le reste de la course.

De temps à autre je retrouve Claude, qui fait des photos et nous encourage.

Nous traversons de jolis villages avec des moulins très bien restaurés, le parcours est vraiment très agréable et bucolique.

Au château de Courances c’est un nouveau ravito, avec saucisson, fromage, bière… je me contenterai d’un coca et de produits plus diététique. On papote un moment avec les bénévoles et les coureurs, cela fait un break bien sympa.

Nous étions au km 22,5 et j’avais mis 2h20. Rapide multiplication par 2, je pensais terminer la course dans un temps très honorable environ 5h15.

Je suis bien, et c’est reparti, nous sommes un petit groupe on papote un peu, certains un peu kéké, se « la pète un peu », car ils sont en entrainement UTMB (166 km en montagne) et font ce trail comme une bonne sortie, on verra bien la suite…. car certains se perdent et arrivent après moi.

La chaleur moite et lourde nous épuise un peu et le prochain ravito en eau est dans 10 km, j’y arrive la langue pendante, pourtant j’ai plein à boire dans mon camelbak, mais j’ai besoin d’eau fraiche. Les difficultés du type champs en faux plat montant avec vent de face et soleil, de chemins type voie romaine comment à m’épuiser et je commence à marcher.

Au 33ème km c’est de nouveau le ravito, je bois au moins ½ litre d’eau, et mange un peu, je m’asperge la tête d’eau et rempli ma petite gourde qui me sert à me rincer le visage quand la transpiration m’attaque de trop.

A peine repartie, je me rends compte que j’ai oublié de prendre un gel, je l’avale en buvant cette eau si précieuse qui me fera défaut.

A ce stade, on commence à ne plus être très lucide et les 17 km restants seront un supplice, je calcule 2 heures de course encore, ça va être dur. Déjà peu de temps avant on s’était trompé dans la forêt en loupant une énorme flèche qui disait de tourner à droite, mais en se suivant comme des moutons, on oublie de regarder le balisage qui était, pourtant, très bien positionné. Donc, demi tour et on retourne dans le droit chemin après avoir remonté une côte. Je récupère un coureur que j’avais doublé il y a un bon moment.

Bientôt une 40taine de marches achèvent un coureur qui est allongé par terre et dont le copain lui « tire la crampe », moi au contraire ces marches me font du bien en étirant les ischios jambiers. Pendant un temps je cours avec un gars qui avait l’air très entrainé, il fini par me lâcher en accélérant, le pauvre s’est ensuite perdu dans la pampa et est arrivé très longtemps après moi. Puis je récupère un autre qui est en entrainement UTMB et restons un moment ensemble, nous avons failli nous tromper sur le flèchage qui nous aurait remis dans la boucle du départ, ouf on l’a échappé belle.

Il a encore du jus et me distance alors que je marche dans tous les faux plats montants, je suis à l’agonie, ma cuisse droite est complètement engourdie et j’ai l’impression que mon genou est enflé, je n’y arrive plus et marche de plus en plus. Puis on récupère le tronçon commun aux 2 courses et les flèches verte et rouge sont là. Un temps, je pense m’être trompée, car en plus il n’y a personne aux environs, je fais demi tour et tombe sur un coureur qui m’assure que nous sommes sur la bonne voie, je m’accroche à lui en serrant les dents, car si je marche trop je n’arriverai jamais, alors je me concentre sur mon MP3, c’est la 1ère fois que j’écoute de la musique en course, mais j’avoue que vu le temps que j’ai passé seule ou presque, ça fait une compagnie.

Nous quittons la forêt et la route est là, 2 bénévoles sont là pour arrêter la circulation à notre passage, il nous annonce encore 3 km, je n’en peux plus, ce sont à nouveau les champs en grande ligne droite avec le vent et la boue, les 18 minutes qui restent furent interminables.

Une dernière petite côte vers l’arrivée, je retire mes écouteurs pour entendre le speaker annoncer mon arrivée comme 1ère femme, quel moment de bonheur. Je ne vois pas Claude qui est là, tellement obnubilée par la proche délivrance, je m’écroule à l’arrivée sur la chaise qui était juste là : 5h48, je suis un peu déçue je pensais faire 5h30, mais ça fait rien j’ai fait mes 50 bornes. Je ne peux plus me lever, ni marcher, je n’ai jamais été dans cet état là, cet effort de près de 6heures était vraiment trop dur.

Je ne me sens pas prête à refaire une telle distance, les marathons sont plus faciles à mon goût et puis c’est décidé : pour mes 100 ans je ne ferai pas de 100km.

7 commentaires

Commentaire de jp75018 posté le 05-07-2010 à 21:04:00

Bravo pour ta course et ta 1ère place!

J'ai aussi trouvé le temps un peu long sur la fin dans les dernières côtes!

Commentaire de Bastouille posté le 06-07-2010 à 11:01:00

Félicitation, très beau chrono!
Je reconnais très bien le faux plat au milieu des champs avec le vent de face... déprimant!
Et pour ceux qui ont 25ans, à 50ans ils feront 100km?

Commentaire de Mustang posté le 06-07-2010 à 13:08:00

belle course!!! je l'ai faite alors qu'elle se déroulais le soir encore et en automne!!

Commentaire de maya78 posté le 06-07-2010 à 21:39:00

Et ben, chapeau bas ma chère !!
Franchement, ça devait vraiment être dur car le temps était lourd ... En tout cas, j'espère que tu vas bien te reposer pour récupérer car j'ai trouvé que tu avais quand même l'air un peu "vidée" sur ton picasa (normal, avec cette épreuve !)
Donc, profite de l'été pour te requinquer et reprendre la saison prochaine bon pied bon oeil ;>)
Bizzzzz
Maya

Commentaire de caro.s91 posté le 08-07-2010 à 12:22:00

Toutes mes félicitations pour cette très jolie victoire sur un terrain pas facile du tout!

Bonne récupération,
Caro

Commentaire de tcall posté le 13-07-2010 à 13:02:00

Chapeau bas pour le chrono de ton premier 50 kms !
Ce n'est pas une course facile, chaleur, humidité, terrain nous emmènent loin des temps d'un marathon + 8 kms...

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 16-07-2010 à 17:53:00

"certains un peu kéké, se « la pète un peu », car ils sont en entrainement UTMB (166 km en montagne) et font ce trail comme une bonne sortie, on verra bien la suite…"

Bien vu ! Quand un type traîne sur un trail, il prépare l'UTMB, bien sûr ! Hi hi !

Bravo pour ta perf.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran