les blessés comptez vous

Discussions sur des sujets "sérieux" en rapport avec la course à pied.
Entrainement, physiologie, nutrition, blessures, gestion de course, ...

Messagepar julvin » sa fiche K
» 23 Déc 2016, 11:29

Une appendicite pour moi ! :cry:
Dimanche je faisais un 10K à Houilles, mardi j'étais au bloc et ouïe :)

Rien à voir avec la pratique de la course bien sûr, mais le bilan sera le même sur l'entrainement ... pas de sport jusqu'à fin janvier, et tout le début de prépa Ecotrail 45K et Marathon de Paris qui tombe à l'eau :roll:

Messagepar Hockeyeur » sa fiche K
» 23 Déc 2016, 12:08

julvin a écrit:Une appendicite pour moi ! :cry:
Dimanche je faisais un 10K à Houilles, mardi j'étais au bloc et ouïe :)

Rien à voir avec la pratique de la course bien sûr, mais le bilan sera le même sur l'entrainement ... pas de sport jusqu'à fin janvier, et tout le début de prépa Ecotrail 45K et Marathon de Paris qui tombe à l'eau :roll:

Ce n'est jamais drôle je le sais bien surtout quand on a organisé son planning pour ses prépa mais il faut relativiser.
Tu pourras très vite reprendre et te faire plaisir. Alors 1 mois de coupure au final ce n'est pas grand-chose ...

Je serai dans le même cas que toi mais au mois de février. Coupure complète demandée par le kiné pour séances d'ondes de choc + cryo + renforcement du vaste interne à raison de 2 fois par semaine et ce tout le mois de février.
Je m'étais inscrit à une petite course de nuit dans cette période, à voir si c'est négociable ou si j'annule.

Messagepar julvin » sa fiche K
» 23 Déc 2016, 12:25

Merci je vais relativiser t'as raison !
ce qui me frustre c'est que j'ai déjà été arrêté 2 mois récemment pour un tendon d'Achille et que je retrouvais tout juste un niveau de forme correct.

Pour information, je ne connais pas ta blessure exacte mais de mon côté j'ai aussi connu un traitement d'ondes de choc (pour cette tendinite au tendon d'Achille justement) et çà n'avait pas vraiment marché (8 séances tout de même!).
A la suite j'avais fait de la mésothérapie et là tout s'est réglé très vite ! Bien entendu je ne sais pas si çà peut s'appliquer pour ton cas, qui sont tous différents.

Messagepar doudouX » sa fiche K
» 23 Déc 2016, 12:43

Comme je le marquais sur le fil de discussion de la STL 2016, j'ai bien géré ma course, je n'ai pas eu de douleur particulière (hormis remettre ma chevillère au milieu mais c'était plus ou moins prévu). Je finis comme une balle, ce qui veut bien dire que j'étais physiquement bien.

Et ben un peu plus de 24h après j'ai commencé à avoir des douleurs au tibia droit comme si on m'avait donné un coup de pied. J'ai pensé à un choc (que je n'arrivais pas à analyser d'ailleurs).
je suppose que c'est autre chose puisque la douleur est régulière - toujours cette impression de coup dessus - et change un peu d'endroit.

Je dois dire que je ne sais pas bien ce que c'est... ça ne part pas et je n'avais jamais connu ça.

Ca fait 20 jours que je n'ai pas couru et ça me manque un peu.

Messagepar Hockeyeur » sa fiche K
» 23 Déc 2016, 12:50

julvin a écrit:Pour information, je ne connais pas ta blessure exacte mais de mon côté j'ai aussi connu un traitement d'ondes de choc (pour cette tendinite au tendon d'Achille justement) et çà n'avait pas vraiment marché (8 séances tout de même!).
A la suite j'avais fait de la mésothérapie et là tout s'est réglé très vite ! Bien entendu je ne sais pas si çà peut s'appliquer pour ton cas, qui sont tous différents.

Tu ne me rassures pas sur l'efficacité des ondes de choc :lol:
Mais mon kiné m'a prévenu qu'étant une tendinite ancienne (plus de 5 ans), il était possible (mais pour lui la probabilité est quand-même faible) d'avoir recours dans un deuxième temps à des infiltrations si les ondes de choc + cryo ne suffisaient pas.

Au moins je suis rassuré sur l'efficacité de la solution back-up qu'est la mésothérapie :wink:

Messagepar IronKloug » sa fiche K
» 28 Déc 2016, 12:11

Bonjour les kikous
Je profite de mon intervention pour vous souhaiter à toutes et à tous une très bonne année 2017.
De mon côté je fini l'année avec une pathologie qui a débuté en juillet avec une grosse tendinite aux tendons d’Achille.
Mais malgré les traitements une douleur persiste, sans que les médecins et kinés n'aient résolu le problème.
Il persiste même à la marche (après tout un tas d'avis des médicaux). Y commencent à me saouler !
J'en fini par penser à une blessure que j'avais eu en 2004 puis 2008 au niveau du tibia : une fracture de fatigue.
J'ai un point douloureux sur le bas interne du talon droit (là où s'attache une partie du tendon d’Achille).
Est-ce que l'un d'entre vous a déjà eu ce genre de fracture (a priori peu courante) ?
Si c'est ça ce sera une petite scintigraphie pour vérifier et des béquilles pendant 4 semaines pour remettre ça en état.
Grosses bises pour le nouvel an.
KLOUG

Messagepar Japhy » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 08:48

Bonjour a tous et bonne annee !
Un peu d'apprehension a ecrire quelques mots dans ce topic ''qui fait peur'', un peu par superstition. Mais je me dis que ca pourra peut-etre servir a d'autres.

Debut juin 2015 premiere vraie blessure handicapante en 9 ans de course; auto-diagnostiquee comme une aponevrosite (talon et plante), confirmee par une echo en septembre.
Pour une fois je me suis arretee completement de courir, contrairement a ce que j'avais fait lors de petites alertes au talon d'Achille ou a la hanche il y a quelques annees. Cette fois, je n'avais pas trop le choix, je boitais meme en marchant, et ne serait-ce que faire du shopping etait tres desagreable.

Les causes: une grosse betise en debut d'annee, une ''prepa'' marathon de 8 semaines sur un coup de tete, entamee apres deux mois de coupure suite a une fracture accidentelle de cote fin 2015. Je dis grosse betise car la decision de faire ce marathon a ete prise sur une crise d'orgueil et d'amour propre pour reparer un ego un peu casse, ce qui est une tres mauvaise raison. Ajoutons une montee en puissance beaucoup trop rapide, jusqu'a des semaines a 55 ou 60 km, ce qui est beaucoup pour moi et bien trop pour une reprise ! Quelques mini alertes au talon que je me suis empressee d'ignorer !
Le marathon s'est bien passe (enfin, pas au niveau chrono, mais zero douleur au pied). Gros repos ensuite et reprise progressive (ca c'est bien) mais deux petits trails d'une vingtaine de km ensuite + un changement de chaussures de ville, et paf, installation d'une grosse douleur au talon et plante.

La prise en charge: Je n'ai pas fait le tour des medecins, juste vu mon generaliste au bout de deux mois sans amelioration et parle avec une amie generaliste elle aussi. Le premier m'a donne une ordonnance pour une echo en me disant que de toutes facons ca ne changerait rien et m'a donne un bon conseil finalement, celui de ne porter que des chaussures qui ne me faisaient pas mal ! Cela parait con et evident mais c'etait un tres bon conseil, j'ai balance toutes les chaussures de ville qui me faisaient mal.

Mon amie medecin m'a aussi conseille d'acheter de petites talonnettes en silicone et de les porter TOUT LE TEMPS. Ce que j'ai fait et ca a ete tres benefique. L'echographiste a trouve un epaississement modere de l'aponevrose, m'a dit que ce n'etait pas bien grave, en a profite pour regarder la ''cicatrice'' a mon tendon d'Achille qui faisait suite a une petite tendinite sans gravite sur laquelle j'avais continue a courir l'annee d'avant, et il m'a felicite car toutes les fibres s'etaient remises dans le bon sens. Il m'a confirme qu'il ne faut pas s'arreter de courir completement en cas de tendinite d'Achille (mais c'est une autre histoire).
J'ai fait beaucoup d'etirements egalement. J'ai aussi supprime le sucre pour d'autres raisons, a savoir supprimer des douleurs / raideurs articulaires dues au changement hormonal du a l'age :roll: , et peut-etre que ca a ete benefique aussi sur cette tendinite, je ne sais pas mais je vais continuer.

Cote entrainement, j'ai repris tout doucement, apres deux mois, en alternant marche et course lente. Uniquement de l'endurance pendant presque trois mois, en reussissant a monter a 20 km de sortie longue sans douleur. J'ai aussi beaucoup nage, beaucoup de crawl et pas mal de palmes, et j'ai remarque que les lendemains j'avais moins mal, peut-etre parce que ca assouplit les chevilles.
J'ai passe le mois dernier a beaucoup courir (le plus souvent pieds nus car en vacances dans un endroit qui le permettait), a remettre du rythme, et a oser courir en descente, ce que je m'interdisais a cause des douleurs.

POUR L'INSTANT ca va bien, je reste vigilante car la douleur reapparait lorsque je chausse des pompes de villes ''dures' (que je continue a jeter au fur et a mesure...)', mais avec mes petites PUMA Faas 100 et les talonnettes, plus du tout de douleur.
Pas encore prete pour reprendre la montagne, encore peur des cailloux.

Je n'ai plus qu'a trouver des chaussures de ville decentes et confortables (la petite Cristina Cordula qui est dans ma tete m'interdit tout de meme d'aller chez Mephisto), pour lacher mes baskets fluo qui font rire tout le monde, mais qui pour l'instant sont les seules dans lesquelles je n'ai pas mal.
A ce propos je voudrais aussi dire que contrairement a ce qu'on entend souvent, les chaussures rigides qui sont censees bien maintenir ne me conviennent pas du tout, elles me font immediatement mal. Donc faites attention aux theories courantes.

Voila, j'espere que ca continuera a aller mieux ! Et ne laissez pas votre etat psychologique vous pousser a faire des trucs idiots. Je n'ai fait qu'une erreur dans ma vie de coureuse, et je l'ai paye cash !
J'espere que tous ceux qui postent ici verront leur etat s'ameliorer rapidement !

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 09:52

Japhy a écrit:Voila, j'espere que ca continuera a aller mieux ! Et ne laissez pas votre etat psychologique vous pousser a faire des trucs idiots. Je n'ai fait qu'une erreur dans ma vie de coureuse, et je l'ai paye cash !

S'il ne fallait retenir qu'une chose, c'est ceci. Je plussoie d'autant que je peux dire avoir vécu la même chose avec ma pubalgie. Ne pas s'écouter, enchaîner, n'en faire qu'à sa tête "mode warrior" et tout et tout.
Bon courage, Japhy. Je suis content de te voir sur le retour malgré tout !
J'ajoute ma pierre à l'édifice en disant que je continue les conneries. 1 an de douleur à la cheville qui ne passe pas malgré les visites chez l'ostéo qui ne m'ont pas servi à grand chose malheuruesement. Quand je parle de connerie, c'est ce qu'évoquait Japhy ici :
Japhy a écrit:Je dis grosse betise car la decision de faire ce marathon a ete prise sur une crise d'orgueil et d'amour propre pour reparer un ego un peu casse, ce qui est une tres mauvaise raison.

Je me suis préinscrit à la TDS.
Par orgueil, parce que je me dis que si je n'y vais pas, je ne recourrai plus jamais vraiment. Maintenant, j'ai la trouille d'être tiré au sort parce que si je suis pris, voici l'état des lieux :
1- Ma cheville n'est pas guérie
2- Je suis en "surpoids" (+ 10kgs par rapport à mon poids de compétiteur)
3- Je suis complètement désentraîné, je ne suis plus capable d'enchaîner 2 séances difficiles d'affilée ou même 1 séance de fractionné.
4- Il n'est pas évident que je puisse m'entraîner si ma cheville ne tient pas mieux que cela.
Ce qui fait donc un très beau challenge !
Mais dans ce challenge, il y a le risque de repartir avec une blessure encore plus grave parce que je n'ai pas réglé les premiers problèmes que je vais en créer peut être de supplémentaires en chargeant la mule plus qu'il ne le faudrait !
Donc, comme le dit Japhy et je m'associe à cela, ne courez pas par orgueil, ne vous inscrivez pas à des courses pour faire comme...
Courez parce que vous êtes guéris et que vous en avez la possibilité ! :wink:

Messagepar Hockeyeur » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 10:13

Bonne année quand-même Japhy :|
Je ne suis absolument d'aucun conseil mais je suis de tout cœur avec toi :!:
Sois patiente surtout et je ne peux qu'être d'accord avec Jean-Phi sur notre propension à vouloir faire les warriors. Écoutons notre corps ...

Messagepar Hockeyeur » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 10:16

Du coup je rajoute un petit post pour mon cas perso.
Grosse rechute pour moi. Douleur revenue dans le bas du dos et diffuse dans la jambe :(

Je ne saurais dire si c'est suite à ma sortie de 22 km (pourtant tranquille) ou à ma tentative de travailler les lombaires en renforcement (exercice type "Superman" au sol, une très mauvaise idée, beaucoup trop violent au niveau de la cambrure du dos).
Je pense que la deuxième solution est la plus probable. Ou peut-être bien que c'est la somme des deux qui est le fruit de ce résultat.

Repos maintenant en espérant que cela passe rapidement et que je ne sois pas revenu au point de départ (et donc perdu plusieurs mois de labeur ...) :|

Messagepar Charpente » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 10:17

Jean-Phi a écrit:Je me suis préinscrit à la TDS. Par orgueil


La TDS, c'est en effet pas le choix le plus modéré qui soit... Je ne te souhaite que du bien, mais là, ce n'est pas rien, comme course !...

Messagepar Japhy » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 11:58

J'espère que ton cas va finir par se stabiliser du bon côté Hockeyeur...

Jean-Phi, plusieurs possibilités s'offrent à toi:
tu la prépares sans faire le fou, et sait-on jamais, peut-être que ça ira.
Dans le cas contraire, si tu sens dans quelques mois que c'est de la folie, tu peux y renoncer (je l'ai fait une année, alors que j'avais été tirée au sort à une époque où c'était pas évident). Il ne s'est rien passé, personne ne m'a lancée de pierres, et le ciel n'est pas tombé.

La troisième solution, c'est d'y aller et n'en faire qu'un bout !
Ne te laisse jamais dire de conneries du style "quand on commence une course on la finit". Dans la vie on fait ce qu'on veut dans nos loisirs, absolument ce qu'on veut. J'ai fait un bout de l'UTCAM en 2015, c'était prévu (même si je voulais faire 10 km de plus au départ) et j'en ai été ravie, alors que certaines de mes connaissances ne comprenaient pas pourquoi je partais d'après eux "vaincue d'avance".

Et puis tu as dit une grosse grosse connerie là:
parce que je me dis que si je n'y vais pas, je ne recourrai plus jamais vraiment.

Mais quelle idée ? Comment le sais-tu m'enfin ? C'est idiot !

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 12:11

Japhy a écrit:Mais quelle idée ? Comment le sais-tu m'enfin ? C'est idiot !

Je me connais bien ;)

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 12:11

Hockeyeur a écrit:Du coup je rajoute un petit post pour mon cas perso.
Grosse rechute pour moi. Douleur revenue dans le bas du dos et diffuse dans la jambe :(

Je ne saurais dire si c'est suite à ma sortie de 22 km (pourtant tranquille) ou à ma tentative de travailler les lombaires en renforcement (exercice type "Superman" au sol, une très mauvaise idée, beaucoup trop violent au niveau de la cambrure du dos).
Je pense que la deuxième solution est la plus probable. Ou peut-être bien que c'est la somme des deux qui est le fruit de ce résultat.

Repos maintenant en espérant que cela passe rapidement et que je ne sois pas revenu au point de départ (et donc perdu plusieurs mois de labeur ...) :|

C'est pas un peu beaucoup 22 kms pour une reprise ?

Messagepar Charpente » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 12:22

Jean-Phi a écrit:
Hockeyeur a écrit:Du coup je rajoute un petit post pour mon cas perso.
Grosse rechute pour moi. Douleur revenue dans le bas du dos et diffuse dans la jambe :(

Je ne saurais dire si c'est suite à ma sortie de 22 km (pourtant tranquille) ou à ma tentative de travailler les lombaires en renforcement (exercice type "Superman" au sol, une très mauvaise idée, beaucoup trop violent au niveau de la cambrure du dos).
Je pense que la deuxième solution est la plus probable. Ou peut-être bien que c'est la somme des deux qui est le fruit de ce résultat.

Repos maintenant en espérant que cela passe rapidement et que je ne sois pas revenu au point de départ (et donc perdu plusieurs mois de labeur ...) :|

C'est pas un peu beaucoup 22 kms pour une reprise ?


Me dis la même chose. 22 bornes, avec la banalisation des longues distances, cela ne paraît rien, mais en soi, tout considéré que tu repars presque à zéro, ça fait beaucoup, même sans y aller à toute berzingue...
Moi qui cours assez régulièrement, au moins deux fois la semaine, bin quand je fais 1h30/45, sans trop taper dedans, je finis pas tout frais, et le lendemain, je le sens. Enffffin...

Messagepar Hockeyeur » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 12:33

Oui je pense que vous avez raison.
Après ça faisait plusieurs semaines/mois que je courais 2 fois par semaine des sorties de 10 km. Mais néanmoins je pense que c'était trop.

Pour ma défense j'avais une folle envie de tester sac à dos et flasques achetées il y a maintenant 2 ans et jamais utilisés ... :oops:

En tout cas à ne pas renouveler ! :wink:

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 12:48

Hockeyeur a écrit:Après ça faisait plusieurs semaines/mois que je courais 2 fois par semaine des sorties de 10 km. Mais néanmoins je pense que c'était trop.
Tu sais, en maintenant un fond de course toute l'année (j'ai même fait un trail de 50 kms au mois de mai), je trouve aujourd'hui que 22 kms c'est beaucoup. Alors je pense que ce n'est pas les sorties que tu effectues actuellement qui permettent d'envisager des sorties longues de + de 20 bornes, surtout si tu es lesté !

Messagepar Mams » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 12:51

@Jean-Phi: c'est certainement pas raisonnable, mais tu peux quand même y aller en adaptant ton entraînement et en laissant ton orgueil de côté...
Je m'explique:
- au niveau entraînement, ne faire que de la marche normale et rapide, ça ménagera ton corps et lui permettra de récupérer tout en te préparant. + faire une préparation vraiment progressive, éventuellement sans autre compétition pour être sûr de ne pas forcer. ça marche!
- au niveau orgueil: tu ne feras sans doute pas un chrono! :wink: Cela veut dire être prêt à jouer avec les BH, gérer le mental et se "contenter" de la joie d'être finisher si ça passe! :mrgreen:
ça veut dire aussi être prêt à s'arrêter si la blessure se réveille trop fort, et ça, s'est dur à avaler (vécu TDS 2015). :cry: Dans tous les cas, ça reste une expérience formatrice!

@Hockeyer: je comprends ta démarche. Tu raisonnes peut-être encore selon le mode avant-blessure :wink: Après blessure, l'augmentation doit être encore plus progressive. De mon côté, augmenter de 2-3km à la fois ça a marché.

Bon courage à tous et tous mes voeux de récupération complète pour 2017!! :D

Messagepar akira9a » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 13:28

Salut les kikous plus experimentes que moi (ce qui n'est pas bien difficile ...),

Je suis arrive assez recemment a la course a pied (trois mois que je cours serieusement) a la suite de capsulites qui m'empechent depuis deux ans de pratiquer mes autres sports. Du coup je compense en courrant ... probablement avec un peu trop d enthousiasme. Je precise que je suis diabetique (type 1) et qu'il semble que ca soit un facteur aggravant pour la predisposition aux tendinites.

J'avais un TFL depuis assez longtemps (quand je courrai une fois toutes les 2 semaines). Apres des semelles de correction (j etais tres supinateur), ca va mieux de ce cote la (au dela de 1h30, ca commence a chauffer ...). Par contre, je traine des periostites un peu chroniques (ca va, ca vient ... ). C est penible et je ne sais pas trop quoi faire.

Faut il retourner voir le podologue pour ajuster les semelles (que je porte depuis 4 mois) ?
Faut il reduire l entrainement ? (je suis un plan kalenji semi en 1h45 en 10 semaines, 3fois/semaine). Je n'ai pas l intention de faire un vrai semi en course mais la distance me plait et suivre un programme me motive. Les seances ne sont pas tres longues (1h max en general avec qq SL de 1h30).
Je focalise pas mal sur l'EF puisque je commence (autour de 9km/h ... c est un peu frustrant mais je suis les conseils).

Y a t'il aussi des choses a changer dans le materiel, la facon de courrir ?
Je cours avec des brooks pure (Flow et drift) plutot en medio pied.

Est ce qu il est benefique de rejoindre une structure (club) pour des conseils d entrainements, de foulee, de soins pour blessures, etc ... Je ne cherche pas de chronos donc je sais pas s'il existe des clubs plus loisirs que competition.

Je suis preneur de tous les conseils ... j'ai evidemment deja largement fouille le web mais c est pas evident quand on a peu d experience.

Messagepar PodoHRD » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 13:30

@Japhy : Ce sont probablement des tensions dans les chaines musculaires postérieures (fortement présentes chez le gros coureur à pieds) qui ont été à l'origine de ton aponévrosite. Les antécédants de problématiques aux tendons d'Achille vont d'ailleurs dans ce sens. Or, les talonettes mousses ont permis de reculer ton centre de gravité et de calmer ces chaînes musculaires. Par contre il faut se méfier de ce genre de recette "talonnette silicone". Certaines aponévrosites ayant une origine biomécanique différente pourraient être aggravées par ce même traitement, du fait de ce recul des appuis engendré ou de l'instabilité de l'arrière pied apportée par la molesse du matériau.

@Hockeyeur : On peux trouver des lombalgies (centrées) à la course à pieds chez des personnes qui ont un déséquilibre dans le tonus des chaînes musculaires postérieure / antérieures (dans l'hypothèse que ce ne soit pas un blocage ostéopathique ou autre). N'as-tu pas consulté à ce sujet ?

Sinon, il y a parfois aussi des mauvaises habitudes au niveau de la posture en course qui peuvent provoquer ces soucis. Ça me rappelle les propos très intéressants de SEHEL dans son livre "Light Feet Running - Courir Léger", où il évoque le problème des coureurs qui ont tendance à courir avec le dos trop cambré et les épaules tirées en arrière. Il conseille alors :
"Si vous avez tendance à courir les épaules tirées vers l'arrière et le dos cambré, corrigez la position de votre colonne vertébrale en vous appliquant à réduire légèrement la distance entre le sternum et votre nombril. En général, il suffit de rentrer un peu les épaules pour cela. Il ne s'agit pas d'avoir une position voûtée mais bien droite et pas en hyper extension arrière.
Si vous hésitez à trouver cette bonne position, demander à un ami de vous appuyer fortement sur les épaules alors que vous vous tenez debout, posé sur vos deux pieds. Si vous épaules sont trop en avant ou trop en arrière, vous aurez du mal à supporter la pression de votre ami sur vos épaules. En revant, en vous tenant juste droit, vous constaterez que vous supporterez alors beaucoup mieux cette pression. C'est exactement dans cet aligenement que doit se positionner votre colonne vertébrale lorsque vous courez [etc..]


C'est un livre très intéressant :idea:


@Akira9a

Dans l'hypothèse que ta périostite ne soit pas liée à une mauvais geste technique ou une augmentation trop importante et rapide du volume d'entrainement; voilà ce que tu pourrais faire en première intention avant d'aller consulter... Ce sont les conseils de Brad, un des rares posteurs sur le forum courseàpieds.net qui ne soit pas un gros troll (on ne m'y reprendra plus à donner des conseils sur ce site.. D'ailleurs je crois que la plupart des personnes enclines à y donner des conseils se lassent très vite au regard de l'ambiance plutôt dégueulasse).

Masseur kinésithérapeute, Ostéopathe du sport pratiquant la CAP (2h52 au marathon). Maintenant que j'ai votre attention ;) voilà ce que je peux vous conseiller :

Je mets de côté les problèmes vasculaires dont le syndrome des loges.

Alors une périostite du tibia est vraiment douloureuse, pour vous donner une idée, la marche et les vibrations qui remontent suite à l'impacte au sol sont douloureuses ainsi que le contacte du pantalon ou du jean sur le tibia.
Avec une périostite on ne peut plus courir.

Si la douleur nous permet tout de même de poursuivre la CAP soit on est au tout début d'une périostite. Soit le plus souvent il s'agit de problème aponévrotiques.
Ce que je remarque le plus souvent, c'est qu'avec l'augmentation de l'intensité et/ou de la fréquence de course les muscles de la jambe dont notamment le soléaire, tibial antérieur et tibial postérieur se musclent, s'enraidissent et deviennent douloureux à la pression le long du tibia à l'intérieur et/ou à l'extérieur. Il faut donc relâcher ses muscles et "casser" les adhérences conjonctives à leur niveau.

Comment faire vous allez me dire ? voilà ce que je vous conseille :

1- étirement du soléaire par un flexion maximale de la cheville, genou fléchi (on peut utiliser dans une salle de musculation le banc qui sert à muscler les mollets en position assise pour effectué une posture d'étirement à l'aide de poids)
2-étirement des jumeaux (le mollet) : flexion de cheville genou tendu préalablement.
3- étirement du muscle tibial antérieur : en position assis sur ses talons saisir ses orteils en passant ses mains derrière soi en saisissant ses orteils avec les doigts de ses mains et les décoller du sol.
Pour ces étirements, aller y progressivement et lorsque la tension est forte mais supportable tenez la position 1 minute.

4- en position assise, masser soit même les muscles situés au bord du tibia avec ses 2 pouces pour casser les adhérences et relâcher la tension musculaire. Si c'est très douloureux appuyez lentement mais profondément comme si vous vouliez faire apparaître l'arête du tibia en refoulant le muscle sous elle.
5- En cabinet pour les "capeurs", j'utilise la technique du crochetage myofascial à l'aide de "crochets", je vous rassure les bouts sont arrondis ce n'est pas douloureux ! La technique du crochetage permet de restaurer les glissements et la mobilité des cloisons intermusculaires, interaponévrotiques des tissus ligamentaires et tendineux. Le point "4" est la pratique de cette technique avec vos doigts c'est moins précis mais rudement efficace ! Le temps que vous trouviez un praticien formé à cette technique, vous risquez d'épuiser pas mal de praticien et de séance de kiné pour au final avoir été traité par le repos...

6- vous pouvez aussi en cas de douleur faire fondre un ou plusieurs glaçons le long du tibia.

Voilà j'espère vous avoir donné quelques idées pratiques qui vous seront utiles.

Messagepar Hockeyeur » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 13:55

Merci pour tous ces conseils.

Je vais y aller plus progressivement la prochaine fois (en espérant que ça revienne assez vite). J'ai voulu griller les étapes ...
C'est vrai que 22 km finalement c'est beaucoup quand on pense qu'il y a quelques mois je n'étais même pas sûr de pouvoir courir 10 km.

Pour ce qui est de la posture, elle était très mauvaise avant mes 2 opérations mais depuis je l'ai fortement corrigée (tout comme ma foulée beaucoup plus sur l'avant du pieds) et je pense qu'aujourd'hui elle doit être relativement bonne.
Par contre la cambrure du dos dans la position "superman" sur le sol elle a été très mauvaise pour ma pathologie ça c'est certain. A proscrire pour très longtemps ...
J'ai été voir un ostéo 2 fois au mois d'octobre et décembre l'année dernière qui m'a fait beaucoup de bien. A la fin de la séance de Décembre il m'a dit que je ressemblais enfin à quelque chose :lol:
Je retournerai le voir d'ici 2-3 mois.

Patience donc et progressivité ...

Messagepar akira9a » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 14:33

Merci @PodoHDR.
Effectivement j'avais lu a plusieurs reprises que les symptomes que j attribue a une periostite pouvaient aussi etre un probleme aponevrotique. C'est pas evident a croire quand on appuie sur le tibia et que ca fait mal mais ca vaut le coup de suivre les conseils de Brad et voir si ca soulage !

Messagepar Jax » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 15:04

Intéressant ton message PodoHRD, merci!
J'abonde dans ton sens sur le forum courseapied. Incroyable la bêtise de certains!...

Messagepar Mams » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 15:14

Merci PodoHRD pour ces supers éclairages!
Je confirme, le crochetage, c'est génial!!

Messagepar Japhy » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 15:14

PodoHRD a écrit:@Japhy : Ce sont probablement des tensions dans les chaines musculaires postérieures (fortement présentes chez le gros coureur à pieds) qui ont été à l'origine de ton aponévrosite. Les antécédants de problématiques aux tendons d'Achille vont d'ailleurs dans ce sens. Or, les talonettes mousses ont permis de reculer ton centre de gravité et de calmer ces chaînes musculaires. Par contre il faut se méfier de ce genre de recette "talonnette silicone". Certaines aponévrosites ayant une origine biomécanique différente pourraient être aggravées par ce même traitement, du fait de ce recul des appuis engendré ou de l'instabilité de l'arrière pied apportée par la molesse du matériau.


Absolument d'accord pour la chaîne postérieure et l'Achille, l'échographiste m'a dit exactement la même chose que toi, je ne faisais pas assez d'étirements de ce côté-là, je n'en faisais que pour les hanches et le fascia lata. Je m'y suis mise plus sérieusement depuis cet été.

Pour ce qui est des talonnettes en silicone: par risque d'aggravation, veux-tu dire qu'une fois que je les enlèverai ce sera pire ? Ou alors je pourrais sentir que ça s'aggrave tout en les portant ?

Si c'est le deuxième cas, pas de souci, je n'ai plus du tout mal grâce à elles justement. Lorsque je marche pieds nus, ça va tout à fait bien maintenant, y compris le matin au lever. Et j'ai marché 3 semaines 80% du temps pieds nus sans souci, le mois dernier. Donc pour l'instant, je pense qu'elles ne me font pas de mal.
Pour être honnête, je me suis un peu raccrochée à ce que m'a dit l'échographiste (même si ce n'est pas vraiment de sa compétence) à savoir qu'il hésiterait à faire des semelles complètes puisque ma plante allait bien et d'après lui c'était prendre un risque de la faire rechuter.
Pour être doublement honnête, j'ai peur aussi qu'un podo me dise de ne porter que des chaussures "stables" et donc assez rigides, alors que ce type de chaussures ne me convient pas du tout, et que je suis plutôt tendance "Séhelienne" depuis longtemps ! Donc je n'y suis pas allée. :mrgreen:

Messagepar Jean-Phi » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 15:23

Mams a écrit:@Jean-Phi: c'est certainement pas raisonnable, mais tu peux quand même y aller en adaptant ton entraînement et en laissant ton orgueil de côté...

Merci Mams. C'est exactement dans cette démarche que je suis. Pas d'autre ambition que de retrouver le plaisir de franchir une ligne d'arrivée. Je souhaite vriment la passer par contre, pour des raisons qui me sont propres mais le chrono ne m'intéressera pas ici.
PodoHRD a écrit:Sinon, il y a parfois aussi des mauvaises habitudes au niveau de la posture en course qui peuvent provoquer ces soucis.

ca, ç m'intéresse fortement mais à sens inverse. j'ai tendance à courir voûté, les épaules légèrement rentrées (je suis voûté de toute façon). Est-ce que ça peut avoi un lient avec centraines tendinopathies comme la pubalgie ?

Messagepar PodoHRD » sa fiche K
» 03 Jan 2017, 15:46

@Jax : J'y retournerai plus.. La dernière fois, je me suis fait traité de tous les noms. Au moins ici, les gens sont courtois et j'ai pas vu de propos méprisants à l'égard de professionnels de santé.

@Japhy : En fait je parlais de risque d'aggravation en cas de port de talonnettes silicones pour une cause autre que des tensions dans les chaines postéro-médianes (grand fessier, ischios interne [semi tendineux et semi-membraneux], soléaire). On peut trouver des aponévrosite en défense à des tensions dans la chaîne antagoniste, c'est à dire Psoas-Iliaque, quadriceps (droit fémoral et vaste médial nottamment), extenseurs des orteils. Dans ces cas là, si tu recules le centre de gravité avec une talonnette silicone, tu aggraves la pathologie (car il faut les projeter vers l'avant ces patients).
De même, si la tension dans l'aponévrose plantaire est dûe à un effrondrement du médio-pied (pieds pronateurs++), la talonette silicone peut être bof bof. Car qui dit mou, dit instabilité (c'est comme marcher sur un matelas,c'est casse gueule). Or c'est pas forcément ce que tu recherches chez ce type de patient.

S'agissant du podo, ce que tu décris, c'est ce que j'ai appris à l'école (et plutôt récemment d'ailleurs vu que j'ai eu mon diplôme il y a 7 ans seulement) et qui correspond à l'héritage de la podologie d'il y a 20-30 ans, où on s'appuyait beaucoup sur le contrôle de pronation et les éléments de correction à l'arrière pied. C'est encore fort présent de notre pratique à l'échelle nationale, mais, de nos jours, de plus en plus de podologues se forment énormément après le diplôme, s'intéressent à la posture, les chaînes musculaires (etc..). Or en explorant ces voies, on se rend compte de l'importance capitale de la correction de l'avant pied; ce qui est tout à fait en accord avec une foulée médio-avant pied et la mouvance "minimaliste". Dis moi où tu habites en MP si tu veux. Je connais peut-être un podo dans ton coin qui conviendrait à ta vision des choses.

@Jean-Phi : Difficile à dire. Les pubalgies, c'est comme l'aponévrosite : toutes les chaînes musculaires peuvent être lésionnelles à ce niveau. Mais il y a certainement un lien. A titre indicatif (ça serait illusoire de te donner un diagnostic), sur une personne voûtée avec les épaules rentrées, on peut être dans un schéma avec des chaines antéro-médianes spasmées avec un rapprochement des ischions et un écartement de la symphyse pubienne à l'origine de tes douleurs; mais c'est un schéma plutôt rare. Sinon, ça peut être un problème au niveau des chaines antéro-latérales (avec des signes au niveau de la posture tels que des épaules qui rentrent, un écartement des épines iliaques antéro-supérieures, des rotules qui rentrent en interne par rapport à la tubérosité tibiale, des pieds pouvant être plutôt plats etc..), avec là une problématique de cisaillement, avec une branche ischio-pubienne qui descend d'un côté, alors qu'elle remonte de l'autre.
Après, c'est ce que je pourrais te dire parce que je m'intéresse aux chaînes musculaires et que c'est ma façon de raisonner. N'en tire aucune conclusion. C'est juste pour dire que lorsque l'on raisonne en globalité, on trouve que certaines petites caractéristiques se recoupent et donnent des indices sur ce qui se passe à un autre étage. Mais bon... Pour tout ce qui est podo/ostéo/kiné, il y a pas mal de courants de pensées différents donc on peut te dire tout et son contraire, sans que les uns ou les autres aient tord pour autant :mrgreen: :mrgreen: .

Mais plus concrètement; si tu as des soucis de posture en course, le livre de S. SEHEL pourrait t'intéresser pour le coup. Au pire, tu en seras quitte pour une lecture intéressante si les conseils qui y sont prodigués ne t'aident pas. Mais typiquement, c'est le genre de conseil qui est impossible à donner en consultation car c'est trop long à expliquer (au delà du fait que ça pourrait être un métier en soit), et c'est quelque chose que l'on doit expérimenter, sur la durée, en comprenant les mécanismes et en faisant des exercices spécifiques et progressifs. Le genre de conseils que pourrait donner un coach sportif en t'accompagnant courir sur plusieurs mois mais je suis pas sûr qu'il y en ait beaucoup qui s'intéressent à ces problématiques. Il n'y en a que pour le cardio-pulmonaire. C'est dommage. Il y aurait un marché énorme à ce niveau.

Messagepar SudOuestExpatàParis » sa fiche K
» 04 Jan 2017, 13:14

Bonne santé à tous :mrgreen: :mrgreen:

Je sors :arrow:

Messagepar shogunisback » sa fiche K
» 05 Jan 2017, 19:04

Comment ça se passe psychologiquement pour votre reprise ? vous n'avez pas de baisse de motivation ? ou au contraire vous avez très envie de reprendre :D ?

Messagepar Cidrolin » sa fiche K
» 08 Jan 2017, 19:30

Bonsoir à tous
En ce qui me concerne, c'est assez mitigé.
J'accumule les blessures cette année, actuellement je suis arrêté car en plus de ma tendinite aux ischios jambiers gauches, j'ai une périostite tibiale à droite. La course à pied est devenue une souffrance, et pour tout dire carrément impossible (à moins de me shooter). Donc, bien sûr je n'ai qu'une envie, c'est de reprendre mes 3/4 séances par semaine, et le plus tôt sera le mieux, mais la succession des blessures et des arrêts fait que l'appréhension s'installe en plus de la frustration, le manque de confiance également, mais aussi la colère. J'en arrive à en vouloir à ce sport que j'aime tant, et à me dire que je m'emmerde bien à enchaîner les visites chez les spécialistes, les kinés, les ostéos ... (en plus ça peut coûter un fric fou), ce serait si simple de ranger les chaussures et de se concentrer sur le vélo, uniquement. Et puis le feu sacré revient malgré tout, le souhait tenace de courir d'autres marathons, d'autres trails, en compagnie de mon épouse ...Il n'y a rien à faire, c'est comme ça.
Mais pour l'instant, c'est méso et séances de kiné !

Messagepar Jax » sa fiche K
» 09 Jan 2017, 09:22

Ce sport est une véritable torture pour les gens souvent blessés. J'ai toujours un pet de travers, quand un problème s'en va, un autre apparait, et à chaque fois, c'est la même torture psychologique: est-ce que c'est grave, est ce que ça va durer?!... Bon an mal an, j'arrive quand même à assouvir mon besoin de courir mais j'en arrive parfois à me dire que j'aimerais bien ne pas aimer tant que ça courir!!!

Messagepar PhilippeG-538 » sa fiche K
» 09 Jan 2017, 10:46

Jax a écrit:Ce sport est une véritable torture pour les gens souvent blessés. J'ai toujours un pet de travers, quand un problème s'en va, un autre apparait, et à chaque fois, c'est la même torture psychologique: est-ce que c'est grave, est ce que ça va durer?!...


Je ne sais pas ce que tu entends par pet de travers mais:
Je pense qu'il faut dissocier la vraie blessure de la gêne qui elle apparait au fur et à mesure des années, il faut apprendre à composer avec elle(s) qui vont et qui viennent en fonction des contraintes liées à l'entrainement :oops:
(Pour ma part, jusqu'à 45 ans je n'avais jamais ressenti de gêne qui m'accompagne pratiquement à chaque sortie, mais bon ça ne va pas jusqu'à la douleur :x )

Bon courage à toi...

Messagepar Jax » sa fiche K
» 09 Jan 2017, 15:13

tu as raison, je ne suis pas "blessé" à proprement parler! Mais j'ai ces petites douleurs qui apparaissent, avec lesquelles je dois composer, tout en m'inquiétant à chaque fois qu'elles deviennent de vraies "blessures".
Je n'ai pas encore la sagesse pour m'en accommoder! :)

Messagepar jojostq » sa fiche K
» 11 Jan 2017, 21:42

Je suis un peu comme beaucoup de monde ici niveau blessure.
J'ai commencé à courir de temps à autre dans les chemins, puis régulièrement de manière à réussir à courir 15km avec 300-400m de D+ (je cours uniquement pour mon plaisir).
Puis, voulant progresser je me suis acheté une paire de running pour la route en complément; et la grossière erreur pour moi, car les chocs sur bitume m'ont déclenchés des douleurs aux tibias au point que je ne peux plus courir plus de 5km sans avoir de grosses douleurs aux tibias (même quelques jours après, rien que le fait d'appuyer sur les tibias est douloureux).
J'ai testé plusieurs sortes de chaussures (asics nimbus, decath kiprun, hoka one one,mizuno) et rien ne me correspond.
Il ne me reste plus qu'à trouver un podologue compétent ou stopper carrément la càp :cry:

Messagepar Cidrolin » sa fiche K
» 11 Jan 2017, 22:05

jojostq a écrit:Je suis un peu comme beaucoup de monde ici niveau blessure.
J'ai commencé à courir de temps à autre dans les chemins, puis régulièrement de manière à réussir à courir 15km avec 300-400m de D+ (je cours uniquement pour mon plaisir).
Puis, voulant progresser je me suis acheté une paire de running pour la route en complément; et la grossière erreur pour moi, car les chocs sur bitume m'ont déclenchés des douleurs aux tibias au point que je ne peux plus courir plus de 5km sans avoir de grosses douleurs aux tibias (même quelques jours après, rien que le fait d'appuyer sur les tibias est douloureux).
J'ai testé plusieurs sortes de chaussures (asics nimbus, decath kiprun, hoka one one,mizuno) et rien ne me correspond.
Il ne me reste plus qu'à trouver un podologue compétent ou stopper carrément la càp :cry:


Bonsoir
Je compatis.
Le plus gênant, je pense, c'est quand on est en plus un "jeune" coureur (en ce qui me concerne je totalise 3 ans de course à pied, dont quasiment 2 ans en touriste complet), on en vient tôt ou tard à penser que notre corps a visiblement un souci avec ce sport.
J'ai pour ma part déjà essayé les semelles, sans résultat. Je n'ai pas le courage, ni les moyens, de trouver la perle rare parmi les podologues, si les semelles sont vraiment la solution.
Je suis actuellement en train de changer de foulée pour moins talonner, je sais que la phase de transition peut être délicate, encore faut-il qu'il y ait vraiment une phase de transition, et non une impossibilité de courir.
As-tu mal, désormais, quand tu cours, quelle que soit la surface, ou bien tes douleurs sont-elles déclenchées uniquement par le bitume ?

Messagepar jojostq » sa fiche K
» 11 Jan 2017, 22:14

Maintenant j'ai systématiquement mal :evil:
J'ai investi dans une paire de mafate speed 2; le faible drop permet de moins attaquer du talon.
Ça a tiré un peu sur le tendon d’Achille au début mais maintenant ça va mieux.
Mais il n’empêche que j'ai toujours mal aux tibias et ça m'empêche de courir.

Messagepar Cidrolin » sa fiche K
» 11 Jan 2017, 23:27

jojostq a écrit:Maintenant j'ai systématiquement mal :evil:
J'ai investi dans une paire de mafate speed 2; le faible drop permet de moins attaquer du talon.
Ça a tiré un peu sur le tendon d’Achille au début mais maintenant ça va mieux.
Mais il n’empêche que j'ai toujours mal aux tibias et ça m'empêche de courir.



Je ne voudrais pas dire de bêtise, mais il me semble que, de toute façon, maintenir la course à tout prix avec une périostite risquerait de causer une fracture de fatigue.
A priori, c'est aussi un problème très répandu, et qui se soigne, donc il faut rester confiant, sur le moyen terme. Après, il peut y avoir un si grand nombre de causes que ça en donne presque le tournis.
En ce qui me concerne, avec ma tendinite et ma périostite, j'ai déjà dû renoncer à deux trails que j’affectionnais particulièrement.
Je pense aussi que dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres, il est difficile d'accepter l'idée que nous ne sommes pas tous faits du même métal. Certains s'entraînent comme des brutes depuis des années sans la moindre blessure, et d'autres (comme moi) ont un rapport particulièrement chaotique avec la course pied.

Messagepar jojostq » sa fiche K
» 11 Jan 2017, 23:42

Moi je dois être en mousse :mrgreen:
Jevais arrêter d'insister et me rabattre sur le vélo pendant quelque temps.

Messagepar Jax » sa fiche K
» 12 Jan 2017, 09:08

Je comprends un peu vos réactions. Je ne vais pas me plaindre car cela fait quasiment un an que j'arrive à maintenir une bonne activité, en ayant du m'arrêter une paire de fois (1 semaine ou 15 jours) pour des douleurs un peu plus présentes. actuellement j'ai mal à une cheville mais je peux courir.

Je crois que l'idée de la pause longue n'est pas mauvaise. Quand j'ai commencé à courir, j'y suis allé fort et je me suis fait une tendinite d'insertion au tendon d'achille. Tous les protocoles de soins y sont passés: infiltrations, kiné, semelles, ostéo, ondes de choc... Bref, jusqu'au jour où j'en ai eu marre de toujours espérer, toujours tenter des reprises à chaque fois sans succès. Finalement, j'ai laissé tomber. Pendant 3 ans je n'ai plus couru. Cela ne fut pas si difficile car cela a coïncidé avec un nouveau boulot qui me prenait tout mon temps, une nouvelle compagne...donc un changement de vie en gros.

Puis un jour j'ai repris, sans prétention, juste pour voir, et ça allait. Je pense que ces 3 ans de pause m'ont été très bénéfiques mais plus sur le plan mental que physique. Je me suis épuisé psychologiquement à essayer de guérir de ces tendons que j'ai presque le sentiment que j'en ai guéri quand j'ai arrêté d'y penser...

Aujourd'hui j'essaye d'être philosophe par rapport aux blessures et de me dire que ça finira bien par passer. Mais c'est pas toujours évident!

Messagepar PhilippeG-538 » sa fiche K
» 12 Jan 2017, 15:59

Jax a écrit:...Je crois que l'idée de la pause longue n'est pas mauvaise. Quand j'ai commencé à courir, j'y suis allé fort et je me suis fait une tendinite d'insertion au tendon d'achille. Tous les protocoles de soins y sont passés...


Ce que je constate avec mon entourage de multiples coureurs (tout âge confondu et profils multiples) est que plus tu commences jeune et plus ton corps s'adapte rapidement en acceptant toutes les contraintes avec une récupération très rapide 8)
Plus tu commences tard et plus tu seras obligé de respecter une progressivité dans l'augmentation des distances, l'accumulation des séances et/ou augmenter les temps de récupération.

Regardez votre cas, passif sportif ou non, manière d'aborder la course à pied ?
Regardez les cas de blessures parmi votre entourage de sportif...

Chaque cas de blessure est particulier mais je pense lié à un manque de récupération ou accumulation de contraintes en oubliant le respect de la progressivité qui est difficile à cerner sauf avec l'expérience :wink:

PrécédentSuivant Retour vers [CàP] Course à pied, trail, marathon, route

Accueil - Haut de page - Version grand écran