Récit de la course : Trail de Breil sur Roya 2010, par Free Wheelin' Nat

L'auteur : Free Wheelin' Nat

La course : Trail de Breil sur Roya

Date : 7/3/2010

Lieu : Breil Sur Roya (Alpes-Maritimes)

Affichage : 798 vues

Distance : 20km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

On est peu de choses...

Allez, "un petit" 20km avant l'objectif principal, à savoir le Ventoux dans 2 semaines...

J'y vais d'autant plus volontiers que nous allons retrouver après trop longtemps un presque grand frère qui, en plus, nous fait le cadeau de nous garder les petits
Sur place il fait moins froid qu'à la Galinette (-6°C), mais c'est quand même du -1°c avé le vent et un ciel pas sympa.
Les retrouvailles font que zhom et moi nous échauffons tardivement , donc peu, et ce sera duraille pour attaquer la dénivelée positive qui va durer 5km ...
C'est d'abord de la route et nos jambes lourdes attaquent laborieusement les (au moins) 10% de pente.

On attaque rapidement un monotrace (20%?...) en forêt parsemé de feuilles mortes de feuillus (ça me dépayse agréablement, ras le bol des pins et des mélèzes..) et parfois de grésil .

On attaque le monotrace et une dame me passe devant ... mais mais mais... c'est "Madame Plus" en personne!
Vous vous rappellez la pub Balhsen avec le type qui jette ses coudes en l'air , Monsieur Plus? Ben c'est exactement ça !
Elle ne rigole pas Madame Plus... Cette dame ( Brigitte de Spiridon,VF2, je le saurai plus tard ) a une vitesse d'ascension qui me laisse rêveuse, chapeau...
Oh, mais oui, je la reconnais, elle m'avait doublée lors du trail de la Peira sur le dernier raidillon!!
Je ne modifie pas trop mon allure (pfff, au moins 30% quand même...), mais je reste en observation ... Je double des femmes qq hommes, et (sympa!) elle s'arrête puis me laisse passer.

Pendant quelque temps elle semble ne pas vouloir me laisser prendre le large comme ça, je l'entends juste derrière pendant un moment.
Moi je mouche, elle, elle tousse... (c'est pratique ce repérage auditif , ça évite de se retourner pour surveiller!)
Ca me tracasse un peu quand même au bout de qq minutes et j'accélère (façon de parler , c'est sûrement du 40%, là!!)
Je la distance et attaque les crêtes .
Mince, le grésil me gifle les joues et les lèvres et les rafales en bousculent certains.

Je plains les rares qui se baladent en short et T shirt...
Avec quelques hommes , on se tire la bourre sur l'étroit passage. Certains n'aiment pas qu'une nana les double c'est marrant!
D'ailleurs, c'est curieux comme phénomène, mais on finit par ressentir l'état d'esprit de la personne que l'on va doubler-que l'on double-que l'on a doublé...
Cela va du "neutre" la plupart du temps à la franche hostilité (pas dur à comprendre quand ça se met à souffler fort derrière lol).
Le moment me sied peu pour ce jeu justement puisque cette descente est bien casse pattes avec ces pierres tranchantes qu'on dirait posées sur le côté.
Mais je ne cède pas ( ) et je finis par aviser le ravito qui termine ce tronçon monotrace et débute la longue portion de piste légèrement descendante.

Et là, ma seconde nature Barbara Gourde reprend le contrôle et je vais un peu à droite, un peu à gauche, opère un 360° entre le camion des pompiers et le ravito en gloussant "c'est où? c'est où?" Je vais à droite ou à gauche? Heeeeelllllppp!!!
Les bénévoles figés par le froid finissent par réaliser ma détresse et m'indiquent la gauche
Pfiouuuu je commençais sérieusement à ressembler à un lièvre pris dans les phares moâ....



Allez zou, du quasi plat, on lâche les chevaux !
Ahem... Pas trop quand même, le garmin (que pour une fois je daigne consulter) affiche plus de 14km/h !
Je ralentis, je crois que ça vaut mieux... Et là tournent dans ma tête des paquets de chiffres , l'allure 2 de la dernière séance qui s'était transformée en allure 4 voyons l'allure 2 c'est 1km/h de plus que la 1 mais non c'est pas poss je fatigue presque à la 1 alors que je pulvérise la 3 je ne comprends plus...
Enfin, si, je comprends que je ne suis plus dans la course, on verra tout ça après Le Ventoux, cours Forrest cours...
Finalement, c'est normal que mon esprit divague un peu, le paysage n'est pas génial et la piste un chouia monotone, c'est triste au possible avec la brume qui planque les sommets...


Je rejoins un petit bonhomme qui se retourne une fois, puis deux et qui me lance , "hé, tu es première !"
Ca patine un peu sous la boîte cranienne, puis "huuuuuuuuuu", naaaaan? C' est pas vrai???"
M'enfin, pas plus que ça ... Etant assez adepte du "un tiens vaut mieux que deux tu l'auras" ;-) ,je ne m'emballe pas et j'attends l'arrivée ...
On entame la discute (sympa !) et j'apprends que ce monsieur a fait un paquet de kilomètres et de dénivelée, a fait plusieurs fois les templiers, l'utmb et d'autres courses bien péchues....
Je suis flattée que cette personne daigne échanger qq mots avec la tite débutante naive que je suis ... et quand là il m'annonce qu'il est l'organisateur du grand raid du mercantour, je suis fière que je n'en peux plus!
Nous parlons bien sûr du drame de l'année dernière et il m'apprend que , finalement, il n'y a pas eu d'autopsie, le procureur ayant considéré que l'organisation n'était pas en cause. Ce type a du morfler pas croyable suite à la mort de ces trois traileurs... Y'a un petit silence dans la conversation, là...
Il me parle des raccourcis du parcours "ah ben là, tu passes par là et tu gagnes 500m...par la là presque 1km5".
Extra , Monsieur Fadini...

Je commence doucement à le précéder et il me lâche quelquechose comme "vas y, m'attends pas " , et je repars .
J'ai dû être pendant ce temps un peu en sous allure , mais je m'en fous, j'ai passé un trop bon moment à discuter avec un sacré bonhomme.

Ca remonte puis a nouveau, un monotrace suffisamment pénible pour me coincer un caillou dans la chaussure et me tordre la cheville
Ho, m...! ça fait deux fois en deux épreuves!!
Et là, c'est très douloureux , je boîte sur une bonne dizaine de mètres quand même. Là je me dis qu'il n'y aura
pas de 3ème fois si je continue... J'ai peur de l'entorse mais la douleur s'estompe.
J'ai à peine ralenti, mais j'ai le souffle coupé d'un seul coup . Re m..e ...

L'environnement revient dans mon champ de vision, et, oh ... merveille... je passe sous des rameaux dont l'un d'entre eux porte quelques boutons roses qui éclosent.
On aurait dit un dessin japonais... Voilà aussi pour quoi je cours... Pour le privilège d'avoir capté un petit clin d'oeil de la nature qui
m'offre la délicatesse d'un rameau à peine fleuri ou le vert qui pète d'une herbe toute fraiche au milieu d'une montagne toute froide .
...

Je repasse côté vallée de la Roya qui coule loin en bas.
L'arrivée est proche, mais je fais gaffe ou je mets les pieds, le sentier est pavé limite glissant et JE VEUX FAIRE LE VENTOUX !!
Je déboule sur la route, repasse à côté du plan d'eau, et ayé! Deuxième féminine la Nat !

Un peu en demi teinte ce trail...
Me trouver déconnectée de la course à plusieurs reprise ne m'a pas plu du tout, j'ai failli une fois de plus y laisser le pied...
Ca fait drôle , même si on le sait au départ , de réaliser que c'est trop facile mettre le doigt (ou le pied!) sur la bricole qui peut tout faire capoter...
Et bon, ce temps minable qui nous plombe le moral depuis tout cet hiver commence à me peser JE VEUX DU SOLEIL!!

M'enfin, c'est pas une cheville en vrac et un manque de vitamine D qui vont me faire reculer face au Ventoux qui se profile, hé hé...



 

1 commentaire

Commentaire de Jay posté le 16-03-2010 à 11:11:00

très sympathique récit et bravo pour ta seconde place...
C marrant, je me suis laissé divaguer aussi à la lecture de ton récit , comme quoi tu as du bien penser à autre chose pendant ta course.. :-D

Bonne récupération et bon courage pour le Ventoux !

Jay

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran