Récit de la course : Trail de la Nartuby 2010, par Free Wheelin' Nat

L'auteur : Free Wheelin' Nat

La course : Trail de la Nartuby

Date : 17/1/2010

Lieu : Chateaudouble (Var)

Affichage : 737 vues

Distance : 17km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

l y a un an pile j'attaquais mon premier trail , La Nartuby...
Je ne sais plus qui nous a dit, en gros, à Gab et moi, que commencer avec un trail pareil, c'était : soit se dégoûter à vie , soit débuter une grande histoire...
Je vous laisse deviner dans quel état j'ai fini ce premier trail, qui, loin s'en faut, ne fut pas le dernier...

Donc avec l'Homme nous voici décidés à y retourner et s'éclater puisque c'est le dernier prévu
Et, comble du luxe, je réserve une chambre d'hôte, youpiii!
Ben pas youpi au final, le Chateaudouble près duquel j'ai réservé se trouve ...dans la Drôme!L'hôtesse morte de rire quand je lui annonce que je dois annuler...
Moi un peu aussi, mais je le cache un peu question d'être correcte.

Tant pis , réveil prévu le lendemain pour 4h, qui se trouve "chanter" à 3... Hem... Toi le chat, tu me lacères encore le pied à 2h du mat, je te tue.
Rien ne nous arrête, nous partons (en retard), stoppons d'urgence sur la bande du même nom sur l'autoroute (décidément les vessies masculines ont une autonomie pitoyable... ) mais arrivons tranquillou sur place.

Pas de connaissances particulières en vue ...

C'est parti...

Notre souci du moment, se placer devant et sortir rapidement de la meute pour éviter l'étranglement habituel après la côte qui démarre le trail.
Là je suis proche de l'explosion , nous sommes partis comme des balles... Je double rapidement un monsieur qui bipe dangereusement(va exploser??) , Dieu merci le bip est rapide mais régulier, m'enfin, limite flippant...
Petit bonheur, pas de bouchon, mais le rythme reste vraiment rapide, je m'inquiète un chouia mais la file est longue derrière. Pas question donc de ralentir ,c'est roulant!
Gaby m'avait pronostiqué première du couple, mais comme d'hab' il joue les filles de l'air (parapentiste, le gars) et part devant .
Vais pas m'épuiser à le rejoindre, c'est du monotrace , je me trouve déjà rapide, et normalement la tradition veut que ce soit l'homme qui court après la femme . Respectons là, donc.

Je retrouve vraiment avec plaisir ce parcours. C'est à la fois nouveau et connu, c'est marrant comme impression.

J'aperçois un petit groupe de filles devant, elles filent vite elles aussi mais peu me chaut, j'ai envie de me faire plaisir, et surtout , nous n'en sommes qu'au début, j'attends les descentes...
Ca commence à grimper dur , ça marche devant moi, pas de souci, je moutonne et colle gentiment ma prédécesseuse (trice tresse comme vous préférez) en attendant la première descente qui tue.
Effectivement, c'est l'effectif féminin qui morfle en premier: une entorse à zéro peu après le début de la D-, c'est quand même raide et ça glisse pas mal, c'est très humide.


A un moment, va savoir pourquoi je me mets à chanter pour moi-même quelques strophes de Boby Lapointe (Aragon et castille).
Si le gars devant moi a entendu , il a dû se poser des questions sur ma santé mentale alors que nous dévalions à vitesse respectable ce monotrace plus proche d'un toboggan aquatique que d'un sentier...

Première montée sérieuse: bon , rien à dire, on se calme et on grimpe ... On passe le Site d'escalade et ses échelles sur la paroi, un gars avec un bras en écharpe redescend , déçu...
Son handicap ne lui a pas permis de passer cette phase plutôt verticale. J'étais ecoeurée pour lui...

Je discute par moments avec mon successeur, puis un moment je manque de m'arrêter net quand j'entends après un grand silence "nous n'avons jamais été aussi proches..."
Bref silence inquiet de ma part puis un timide "pardon"?
Le type réagit et poursuit sa phrase " proche de la fin de cette montée?"
"heu, pfff, aucune idée" (ne me demandez jamais où j'en suis , je cours et c'est tout)

L'ascension se poursuit et,là, c'est grandiose, j'attaque une dalle humide bien piétinée, mais je me rate sur le premier pied, zzlliiipp, je lance l'autre mais je me rate encore et je commence à sérieusement à ressembler à Scrat ripant sur la glace avec la noisette au bout du nez....
Et là, mon soupirant me plaque deux magnifiques mains sur mon auguste postérieur pour éviter un joli jeu de quille inversé, et zlip zlip zlip , je continue à faire du sur place sur mon rocher avec le pauvre gars en train de mettre ses mains comme il peut où il peut pour stopper la glissade!!!
Et moi morte de rire à lui dire merci, lui plutôt gêné s'excusant, et moi re morte de rire, qui lui dit, "ah ben vous aurez une sacrée anecdote à raconter sur le Trail de la Nartuby! "
Je ne sais pas ce qu'a pensé la dame juste devant moi... Lui non plus, j'aurais bien aimé le revoir histoire de continuer la rigolade!

Yeees, la fin et le ravito qui introduit le "plateau". Je double la dame au bandeau bleu, m'arrête brièvement pour boire. Elle repart du ravito devant moi, soit, pas de problème.
Et là je vois je vois Gab à qui je crie "hééé attends moi!!", là j'accélère (imprudemment, mais vive l'amour) et la laisse sur place pour aller rejoindre mon compagnon.
On discute un peu, c'est roulant, et du coin de l'oeil ... j'avise la dame qui me redouble. Hmmmm...
"Heu, j'y vais là mon homme" . Je le laisse mort de rire ...
Il arrivera quelques minutes après moi, et la dame quelques secondes après lui.

Les montées-descentes qui suivent glissent tout autant mais ça va, je tiens le rythme... Dernière descente que je maîtrise mieux cette année et j'aperçois la côte qui m'avait laissée sur place l'année dernière .
Je ne la subis pas cette année et me régale de pouvoir la gravir sans trop souffrir.

Les derniers kilomètres m'ont fait doubler des gars que j'ai tenté de reveiller un peu, mais qui visiblement avaient trop forcé trop tôt...
Je discute avec le dernier que je rattrape, tout content de ne plus se retrouver tout seul. Il me déçoit quand je le vois "couper" pour rejoindre directement la route...
Je finis par le doubler quelques mètres avant la ligne d'arriver. ca t'apprendra...


Résultat des courses et je regarde enfin la montre, 2h30!!
Mince, presque 40mn de gagnées sur l'année dernière, j'hallucine... j'apprends peu après que je ne suis "qu'à" 14 minutes de la première. Ben mince...
J'aurais bien ri si l'on m'avait prédit pareil score la veille...
Woaw... un podium... 7ème féminine et 2nde V1 (mais 3ème sans le scratch). Il me fait plaisir celui là.
Mais pas autant que les deux hommes de la maison!
J'ai encore du mal à réaliser pour ma part...

Ah, pour finir le Haîku du jour: (les Haikus sont aussi humoristiques )
"La pierre glissante
Mains sur mes fesses
Merci Monsieur!"

1 commentaire

Commentaire de caro.s91 posté le 05-02-2010 à 18:09:00

Une course sympa, un récit qui l'est tout autant, au final une superbe progression et une bien belle place. Bravo. :-)
Caro

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran