Récit de la course : Marathon des Alpes Maritimes Nice - Cannes 2009, par Gl0bus

L'auteur : Gl0bus

La course : Marathon des Alpes Maritimes Nice - Cannes

Date : 8/11/2009

Lieu : Nice (Alpes-Maritimes)

Affichage : 673 vues

Distance : 42.195km

Matos : Moins de 4h...

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

Deuxieme Marathon aprés celui de la Liberté entre les plages du débarquement de Normandie et Caen. Décidement je m'abonne aux marathons côtiers mais aprés tout, la mer offre des paysages agréables

 

Arrivée à Nice le vendredi soir, c'est l'occasion de laisser les enfants à la maison et de partir en couple faire un petit week end dans cette charmante ville. Le temps n'est malheureusement pas au rendez vous et je commence à m'inquiéter de la météo du lendemain car de grosses gouttes d'eau bien froides viennent régulièrement rafraichir l'aprés midi. 

Nous avons touvé un hôtel trés sympa (le Rex, rue Massena) à deux pas du débart, pas cher et surtout, permettant de revenir aprés le marathon prendre une douche avant d'aller prendre l'avion. C'est bête, mais ca change un peu la vie ;-)

Nice présente un avantage certain, la proximité culturelle et géographique avec l'Italie permet d'associer le régime pâte / riz (rizzotto) assez facilement avec la gastronomie locale.

Levé à 6:45, sorry mais le dimanche, marathon ou pas je ne peux pas me lever plus tôt que pour aller au bureau ;-) . Petit déjeuner avec un bol de musli au yaourt. J'ai essayé le Gatosport au 20km de Paris; au bout de 3km je commençais à avoir la dalle. Donc retour aux valeurs anciennes, le tout est de trouver l'aliment le mieux adapté à soi. Arrivée au départ c'est la foule, 10 000 coureurs, je retrouve la sensation du 20km de Paris avec les contraintes qui vont avec : impossible de retrouver dans la cohue le couple d'amis qui sont sencé partir dans le même sas que moi. (4:00).

Puis tout va assez rapidement, le départ est donné, je me retrouve rapidement à 100m du meneur 3:45  ce qui me convient bien puisque cette fois-ci je compte reduire mon temps de 19minutes et passer de 4:18 en Normandie à "en dessous de 4:00".

 

Elvis n'est pas mort...  et il court des marathons ;-)

 

La course est rapide, je me sens bien et fini par boucler les 20km en 1:45 soit 1minute de moins que les 20km de Paris. Le semi passe en 1:53, il y avait un ravito avant et j'ai fais une cht'it pause. Il faut dire qu'on nous sert des gobelets et que je suis quasiment incapable de tenir un gobelet en courant sans m'en mettre partout et encore moins de boire avec sans m'étouffer. Autant j'ai fini par m'habitué à la bouteille pendant mes sorties autant je ne vois pas trop comment m'entrainer avec un gobelet. Il va falloir que je trouve un truc ;-)

La fatigue commence à venir mais je prend soins depuis le 5ème kilomètre de bien me désaltérer et manger des pates de fruits. Les problèmes se font sentir au 25eme kilomètre. La première côte est passée relativement sereinement, j'ai levé le pied comme on me l'a conseillé mais je ne m'attendais pas à trouver derrière d'autres côtes qui sont finalement assez cassantes.

Le temps passe lentement, mon allure a carrément chutée et je suis obligé de faire des pauses aux ravitos pour me regonfler à la banane / orange + coca.

Cela fait quelques temps que le drapeau du meneur 3:45 à disparu au loin, je ne m'en inquiète pas trop quand tout d'un coup j'aperçois à nouveau son drapeau à 100m. Stupeur... puis compréhension, et horreur. C'est le drapeau du 4:00 qui m'a doublé sans que je m'en aperçoive. (Certainement lors d'un ravito). La peur me donne des ailes. Je ne vais tout de même pas passer au delà des 4:00 ! Je repars plein gaz assez étonné de retrouver de l'énergie et double le meneur 4:00 puis essai de me fixer en amont. C'est difficile, il faut tenir et il reste tout de même 7km à faire. Ma progression est relativement rapide, mes calcules m'indiquent que ca va être tendue pour arriver en dessous des 4h, il ne me reste presque plus de marge de manoeuvre et mes ressources commencent à diminuer. Il faut donc tenir, et c'est de plus en plus difficile. En chemin j'ai une petite envie de pipi... qui ne vient pas, enfin si, mais que de temps perdu...

 Je m'accroche, arrive à rester dans le flot jusqu'à Cannes et au 41eme km...ma montre podomètre m'annonce "Low Memory". Plus de chrono, je suis largué, je ne sais plus combien de temps il me reste. Etant parti en amont du meneur, mon chrono est sensiblement différent de lui. Je ne peux donc pas m'y fier... et j'essai dans la cohue de garder ma vitesse en me demandant où j'en suis. 

 

Sur Canne la foule est nettement plus dense. Les gens crient mon prénom indiqué sur mon dossart. C'est sympa mais je n'ai pas le temps d'en profiter, il y a ce couperet... 3:59 ou 4:00 ce serait tout de même bien de finir avec un 3 devant même si ce n'est que psychologique. Voici enfin le portique d'arrivée; Je ne l'attendais plus et n'arrive pas trop à réaliser que c'est enfin fini... le chrono officiel indique... 4:01:30... je sprint et passe à 4:02 en me demandant combien j'ai d'écart avec le chrono officiel... et bien pour finir j'ai fais 4:00 et 23 petites secondes. Va falloir que je m'entraine à faire pipi plus vite ;-)

 

 

Résultat : J'ai tout de même réduit mon temps de 18 minutes et je pense que je vais essayer d'éviter cette course futile à la seconde de trop pour me concentrer sur des volumes un peu plus raisonnables. Aprés tout il faut aussi savoir profiter de son marathon et je suis un peu passé à côté du mien avec cette course finale éperdue.

Je ne cesse de me demandé si j'ai été trop rapide au début. D'un côté je l'ai payé sur la suite mais pour descendre en dessous de 4h00 il faut bien commencer par faire le semi en moins de 2h00. Bref j'en conclu qu'il me faut plus d'entrainement (ca ne sera pas difficile) et plus d'endurance.

 Petit point organisation : J'ai l'impression de ne pas avoir vu beaucoup d'animations musicales. Le temps maussade pesait peut-être un peu sur mon humeur. Le système de ravito tous les 5km accompagné d'un point éponges et eau tous les 5km intercalé (donc un point tous les 2,5km) est vraiment agréable pour gérer les besoins en liquides.  Par contre mauvais point pour l'attente épuisante d'une demi heure pour récuperer nos consignes. Nous n'avions même pas la place pour effectuer nos elongations. Et depuis le marathon... le SMS de résultats le lendemain, toujours pas de photos... on sent l'essoufflement. C'est dommage, l'accueil au village du Marathon était excellente et efficace.

 

4 commentaires

Commentaire de Supermassive posté le 12-11-2009 à 11:19:00

Bravo pour ce chrono! Les "moins de 4 heures", ce sera pour le prochain!
Je suis d'acc' avec toi, la musique manquait, surtout en comparaison aux 20 kms de Paris, mais le reste était parfait.
A plus sur une prochaine course

Commentaire de Japhy posté le 12-11-2009 à 17:29:00

je veux bien ta progression pour mon deuxième!

Comme quoi, ces ballons ont du bon, et permettent de nous réveiller un peu!

Commentaire de loicm posté le 12-11-2009 à 19:08:00

le prochain coup c'est sûr tu exploses les 4h00 !! Bonne recup !!

Commentaire de CROCS-MAN posté le 21-11-2009 à 09:19:00

Bravo pour ta course, ce sera encore mieux au prochain.
Merci pour ton récit.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran