Récit de la course : Off - La Montée au Rachais 2009, par Belet

L'auteur : Belet

La course : Off - La Montée au Rachais

Date : 7/10/2009

Lieu : La Tronche (Isère)

Affichage : 1098 vues

Distance : 3.8km

Matos : Chaussures Pegasus Clima +
Short Odlo
T-Shirt Adidas

Objectif : Se dépenser

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le Rachais Xpress

   "40min d'efforts + 30min de récup, C'est va pas te faire de mal! ".


   Ça, c'est ce qu'on appelle un attrape nigaud. C'est donc suite à un échange de mail avec Guillaume que je me retrouve mercredi à 18h à la mairie de La Tronche, alors que je devrais être en train de faire du jus pour mon 10km de Dimanche. Sur le moment je ne réalise pas vraiment, la propagande du sanglier a bien fonctionné sur mon cerveau ramolli aux endorphines du midi. C'est quand je vois tous les autres avec leurs bâtons que je me maudit, mais dans quoi j'suis encore venu me fourrer?


   La sortie du jour est ce qu'on appelle un OFF, une course sans en être une, organisation minimum, rien à gagner, juste le plaisir d'être là au milieu de quelques paires de fondus. L'équipe du Gresivaudan Xpress organise comme ça un challenge de 5 à 6 sorties chaque rentrée, des montées brutes à quelques sommets autour de Grenoble/Chambery. Celle du jour nous amène au sommet du Rachais, surplombant la Bastille, 815m d'ascension depuis Grenoble.

   Sur place je retrouve Nico, bonne surprise. Pour l'avoir vu à l'oeuvre sur ce type de parcours (un challenge "Pas du Touet" lors d'un OFF Kikourou), je sais qu'il va avoir l'occasion de prendre sa revanche sur les 200m de la veille ou j'étais plus à mon aise. Gaetan arrive aussi, puis Guillaume, NicNic. Pour ma première participation je ne connais ou reconnais pas grand monde, mais on sent le truc d'habitués, bonne ambiance, les gens sont contents de se retrouver. Dans 5mn ils auront tous la bave aux lèvres, pour autant de plaisir :)


   L'échauffement est minimum, juste quelques pas dans la première cote pour me rappeler que je ne suis pas sur mon terrain. C'est parti. Les 64 gros cuissots attaquent le pentu, je pars prudemment avec Guillaume et Nico en vue, enfin pas longtemps. C'est d'abord un morceau bitumé au milieu des maisons, puis rapidement un chemin abrupt à flanc de colline. Enfin à flanc est pas vraiment le bon mot, ca grimpe à la perpendiculaire des lignes de niveau, on a rapidement une belle vue du Grenoble.

Grenoble (Credit: Nico)


   Les 15 premières minutes sont donc un enfer pour moi. Trop raide. Le summun étant des marches en rondins de bois ou j'ai l'impression de lever le pied au dessus de mes hanches. On parle pas de courir évidement. Façon rando ca ne me poserai pas de problème, mais allez vite sur ce type de profil, je ne sais pas faire. J'ai les jambes qui ne peuvent pas suivre la cadence des autres. Mais comment ils font? C'est les bâtons, tout vient certainement des bâtonsAllez, tant pis, je prends mon mal en patience, et pis quelque part c'est surement un bon entrainement.


   Presque un quart d'heure pour le premier kil et 300m d'ascension. Dans le dur je suis les autres dans une coupe inutile qui me fait chauffer les cuissots (pas de parcours établis, premier rendu en haut par les chemins qui l'arrange), puis le terrain change, s'adoucit franchement, suffisamment en tout cas pour que je me remette à courir. Ouf. Bon on est toujours dans de la pente à 15% mais je me cale sur une petite foulée qui va bien, là ou la plupart marchent encore. Je récupère quelques places, jusqu'à une dizaine, le moral va mieux.

Arrivée (Credit: Nico)


   Les deux kils suivant en 18mn, encore un gros 300m de grimpé. J'ai quand même bien puisé dans mes réserves et je recommence à coincer. On attaque un long chemin de biais qu'on avait pris avec Guillaume en Avril, je crois me souvenir qu'il reste quelques bon raidars et ca m'achève. J'ai plus le gout de me faire violence. Je reperds 5 places et une grosse minute dans le final, pas si pire finalement, et atteins le sommet en 44'16. Julien Chorier a été le plus véloce en 33'16. Respect.

 Arrivée (Credit: Nico)


   Quelques blablas à l'arrivée, il fait chaud sur Grenoble mais à 1000m et avec un leger vent, le frileux que je suis comprend qu'il ne faut pas que je traine longtemps sur place. On attaque la descente avec Guillaume et Julien. J'ai devant moi le 11ème du GRP 2009 et derrière le 3ème de l'UTMB 2008. Entres autres hein, les palmarès sont trop longs. Je t'explique pas comment je bisque :))))


   Le début est relativement cool même si les chemins bien secs sont piégeurs par endroit, les 2 énergumènes discutent de truc improbables de plus de 30h, joker. J'apprendrais au passage que Killian est à peine plus grand et fait le même poids que moi. J'savais bien que j'avais du potentiel :p. La nuit tombe vite et le final si raide devient bien technique, on y voit plus grand chose. J'improvise dans la figure libre, ca me calme un peu, le sanglier prend inévitablement le large, c'est fou ça. Il est temps que ca se termine, j'ai les jambes en coton, 23mn de descente sympathique.


   Premiers en bas, on donne notre temps à un des organisateurs qui a poireauté gentiment en gardant nos affaires, merci à lui. Heuu dis, un challenge de descente, c'est pas envisageable, j'srai p'tet mieux classé? Les autres arrivent petit à petit, pas vu les derniers qui ont du finir par nuit noire. Je traine pas, obligations familiales oblige.

Grenoble nocturne (Credit: Nico)


   J'apprends avant de partir qu'un OFF du OFF est improvisé semaine prochaine à Chamrousse. Arghhh comme c'est tentant. :)


Carte du Parcours:

Sur Openrunner: Merci à Julien pour la trace GPX


Chiffres:

  • Total: 44'16, Dist = 3.8 km - 816m D+, Vam = 1111m/h


Résultats: 64 arrivants

 

1er: Julien Chorier, 33 mn 16 s - 1479 m/h

2ème: Cyril Guignoux, 34 mn 10 s - 1440 m/h

3ème: Nicolas Perrier, 34 mn 15 s - 1436 m/h

.

29ème: Florence Marguet, 40 mn 48 s - 1206 m/h (1ere Fem.)

32ème: Médian - 41 mn 21 s - 1198 m / h (tous des bourrins)

.

45ème: Moi, 44 mn 16s - 1111m/h

Courbe:

4 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 11-10-2009 à 13:13:00

ça c'est du concentré de D+. Merci pour ton récit.

Commentaire de Davidou le minou posté le 11-10-2009 à 22:52:00

Ah ça fait mal, hein ??
Cette année je n'ai eu droit qu'à une seule séance de sado masochime xpress.

C'est qu'en plus d'en prendre plein la tronche physiquement, on morfle aussi moralement, car les autres volent devant alors qu'on est sur le point d'exploser.

Bravo, et comme tu dis, c'est un super entrainement. Et puis l'ambiance est tellement bonne, ça rattrape tout !!

Commentaire de Estive 73 posté le 13-10-2009 à 09:32:00

Oui, c'est ça : séance SM garantie !
J'ai découvert ça il y a qq semaines à La Roche du Guet : une séance par saison, ça suffit !
Merci pour le CR !

Commentaire de Gibus posté le 16-10-2009 à 22:32:00

Bref mais pentu ce truc
bravo l'ami

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran