Récit de la course : Cross des Myriades 2008, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Cross des Myriades

Date : 30/11/2008

Lieu : St Priest (Rhône)

Affichage : 969 vues

Distance : 6.8km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le cross c'est où dite ?

Le cross c'est où dite ? 

Le cross des Myriades est le plus grand cross du Sud Est.

L’ayant fait il y a 4, 5 ans, je m’étais promis d’y revenir.

C’est cette année que je décide de faire une longue saison de cross alors me voilà à St Priest en ce dimanche matin.

 

J’ai décidé avec Yorick de faire le prologue car les autres courses sont l’après midi. Tant pis, je cours sans étiquette.

 

L’inscription est gratuite comme souvent dans les cross. Nous retirons notre dossard et faisons un petit tour pour reconnaître le parcours. Ma mémoire d’éléphant me fait défaut et je ne me souviens pas du parcours en entier.

 

C’est normal car depuis l’année dernière un stade de foot en synthétique trône au milieu de l’ancien départ. Le départ et l’arrivée sont maintenant au même endroit et en plus le circuit est inversé.

Les montées seront les descentes et vice et versa.

 

Nous retournons à la voiture garée tout près de l’entrée du parc sans avoir salué vite fait Pascal de Photogone qui se prépare pour tirer le portrait des crossmen.

 

Nous partons pour nous échauffer en effectuant la grande boucle. Plein de coureurs font le tour à l’envers dans le sens des années précédentes.

 

L’heure du départ approche et nous allons chausser les pointes.

 

Deux trois accélérations sur le stabilisé et nous nous rangeons près de la ligne sous l’ordre du starter. Un petit coucou à Christine de Balan qui va faire 3 tours comme toutes les féminines. Pour les autres c’est également une petite boucle plus quatre grandes. Toutes les courses masculines font 6,800 kms.

 

Nous ne sommes pas beaucoup prêts à en découdre.

 

Le coup de feu est soudain comme souvent et je m’élance assez rapidement.

 

 

Au bout du terrain de foot nous montons dans l’herbe puis bifurquons sur la droite.

 

Cela descend et nous longeons les barrières d’un autre terrain. L’allure est rapide et je coupe un peu les gaz. Virage à droite et cela remonte un peu sur la pelouse en dévers.

 

Nous quittons la grande boucle pour revenir par le petit tour vers le stade. Nous sommes tous à la queue leu leu. Je me fais un peu doubler, c’est normal après mon départ un peu rapide. Je stabilise ma place à la fin de ce tour de chauffe.

 

C’est parti pour quatre grandes répétitions.

 

 

Mathieu alias Thunder est là sur le côté et m’encourage.

 

Nous montons sur le macadam , dur dur avec les pointes. Pas top donc, mais à l’allure que l’on tient cela ne dure pas trop longtemps.

 

A droite nous repartons dans l’herbe sur une partie plate. Cela redescend légèrement et un demi tour sur la gauche nous attend juste après un gros arbre. Un gars devant rate son virage, glisse et se ramasse en roulé boulé. Il se relève et repart comme si de rien n’était tel un cascadeur. On en est tous car cela glisse bien dans ce tournant.

 

Ca remonte et je baisse la tête en attendant de voir arriver l’arbre suivant. Ca marche nickel et j’avale ainsi la montée sans peine. Demi tour en haut et on redescend sur une partie pas facile pour les chevilles. L’herbe abrite des sillons dans le sol.

 

Nous virons à droite sur une petite droite sur laquelle il ne faut pas s’endormir. On finit la descente entre les arbres que l’on frôle. Il y en a deux au milieu que l’on prend suivant l’humeur, à droite ou à gauche.

 

Une grosse flaque de boue nous attend à l’entrée du parc. Au taquet je rentre dedans. Hé hé hé.

 

Nous revenons vers le final, le stade. Le speakeur commente la course en décrivant le devant de la course. Cool : acteur et auditeur en même temps.

 

La deuxième boucle nous tend les bras, on s’y engouffre gaiement.

 

La répétition est la même. On évite la bouche d’égout. On tire sur les bras dans la montée qui use les pointes. La tête baissée dans la montée. Le petit signe à Pascal et son gros appareil.

 

 

Le speakeur a l’air plus loin cette fois dans son scénario, dans notre scénario. Cela s’étire, cela se tire.

 

Re les barrières du stade de foot. Le petit coucou à Mathieu. La montée a l’air plus dure d’un coup. Je me fais lâcher par mon compagnon de visu. Je maintiens mon rythme dans la partie sinueuse herbeuse. Toujours cette tête basse pour ne pas voir la cocote. J’allume dans la descente pour recoller, ça marche.

 

Il faut tenir maintenant. Le virage après la boue est mieux négocier que celui de toute à l’heure.

 

 

C’est parti pour un tour. C’est l’ultime. L’herbe est humide là bas au fond du parcours et le terrain se dégrade. On double des retardataires.

 

La montée en dure, le zigzag dans les arbres, la montée, la descente, l’arbre sur la droite cette fois, la boue, le virage et au bout c’est deux fois sur la droite et c’est fini. 

 

 

Un coup d’œil vite fait derrière, c’est bon. Devant c’est trop loin.

 

Je termine sur le stabilisé 15°. Yorick termine pas loin 20°, il a fait une belle course aussi.

 

Un petit salut à Mathieu, puis après une bonne douche nous repartons, de la lactique plein les jambes.

 

5 commentaires

Commentaire de CROCS-MAN posté le 19-12-2008 à 13:46:00

Salut Gibus,merci pour ton CR, on voit les pros du cross.Bravo pour ta course.

Commentaire de jepipote posté le 19-12-2008 à 22:26:00

depuis quelques temps je prends beaucoup de plaisir à lire les CR de cross.... vivement mon tour!!

Commentaire de Mamanpat posté le 20-12-2008 à 10:51:00

Sympa les cross ! Ca doit bien déchirer ça !

Bravo en tout cas, toujours aux avants postes !

Commentaire de Eric Kb posté le 20-12-2008 à 15:36:00

Photos de pro pour Cr de pro ça le fait!!!
A plus
Eric

Commentaire de franciss posté le 22-12-2008 à 18:46:00

Une longue saison de cross !?!... ben alors, tu nous prépares quoi pour 2009 ?

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran