Récit de la course : Saintélyon 2008, par gilou01

L'auteur : gilou01

La course : Saintélyon

Date : 7/12/2008

Lieu : St étienne (Loire)

Affichage : 1672 vues

Distance : 69km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

                samedi 6  18H00  patrick dit le coatch et michel passe me chercher direction gerland

on arrive a st  direction les dossards puis on se cale et l attente commence 22H30 le repas finis on se change et direction le bus pour poser les sacs il est deja 23H30 on se dirige vers la ligne plus que 5 minutes  1 minute de silence pour lolo décidement bien solidaires tous ces traileurs et traileuses ca fait plaisir de voir ca

00H00  on decolle ca part toujours aussi vite  je suis michel et le coatch au bout de 10 minutes je leur demande on va pas un peut vite la

michel :oui il me semble que ca part vite mais tous le monde nous double

le coatch : non ca va on est juste un peur froid encore.

Enfin ca y est, on quitte la route et attaquons les montées et descentes, on commence à doubler, un coup d'oeil derriere moi un serpent lumineux se forme, pour l'instant tout va bien on cours ds les montées, le rythme ne baisse pas, les jambes tournent bien donc ok, nous voici bientôt rendu au ravitaillement

01H31 ca confirme ce que je pense, on est partit vite, un verre d'eau et on repart, montée et descente dans la boue soudain je tourne la tête le coatch à l'air moins bien, je me mets a ces cotés et là merde mauvaise nouvelle il a de nouveau mal au talon, il veut lever le pieds et me confirme qu'il ns rattrapera plus tard, je reprends mon rythme et annonce la mauvaise nouvelle à michel, il est certain qu'il ne tiendra pas le rythme jusqu'à l'arrivée, je l'encourage et l'invite à continuer à me suivre, je passe devant à mon rythme et m'assure que michel me suis, mais non il n'est plus derriere moi, vu la descente sinueuse et boueuse et il ne doit pas etre bien loin. On arrive au 2eme point relais

 02H42j'avale 2 et 3 tucs, du coca et ca repare, michel n'est plus là, les sensations sont bonnes le moral ok les jambes suivent et la vie est belle, je garde le meme cap direction Soucieux, j'ai apercu trop tard le ravitaillement de st genoux donc je ne m'arrete pas et je prendrai un gel plus loin, tjrs un bon rythme je monte et bascule ds les descentes à vive allure, j'en profite pour doubler et d'un coup PLUS RIEN, ni le moral ni les jambes le gel semble necessaire mais rien n'y fait je suis mort, et j'appercoi le prochain ravitallement de soucien, mais ca me semble long,

04H24au ravitaillement je me jette sur le saucisson et pain et encore sauc et pain, verre de coca, tuc mais rien n'y fait je n'ai pas le moral et les jambes sont lourdent, ce qui me rassure c que c pour tout le monde pareille, bien marqué, je reprends sauc et pain et continue en marchant, j'avance quant meme et c bon signe et je medite que je suis fautif car j'ai mal géré mon alimentation, je reprends la course et continu en pestant mais je reprends un bon rythme et je reprends espoir, j'ai fait le plus dur et je n'ai plus qu'a rejoindre l'arrivée, je double et me fais doubler mais par des relayeurs, j'encourage les gars en solo que je rencontre et j'éspère qu'il le fasse aussi pour les autres, enfin l'arrivée au ravito de beaunant, je fonce sur la soupe comme tous les ans, et felicite le cuisto qui me réponds c normal ma soupe est connue par les gens de st qui viennent a pieds juste pour la gouter m'encourage et je reparts, je monte la cote de beaunant en marchant d'un bon pas, quelques relais la monte en courant mais s'arretent au bout d'un moment, la pente est plus douce, je me remets a courrir, enfin en haut, je redescent, surprise le parcours à changé et je le trouve plus casse patte que l'année derniere, les cuisses explosent, les escaliers sont descendus en trottinant, direction place carnot, c le dernier ravito je ne m'arrete pas un signe de main pour remercier les benevols, je passe le pont et enquille les quais, il me reste 4km de douleur et souffrance, mes douleurs empirent, je trouve les mètres de plus en plus long, je suis les relais pour finir et enfin j'appercoi le dôme de gerlans, dernier virage mes gones sont là, ils m'encourgent : vas y papa fonce, lève les jambes, accelere puisqu'on arrive à te suivre, ils rigolent et se foutent de moi (Sale gosses), les chiens font pas des chats, encore 25 mètres, ma femme me prends en photo, je prends la pause et fait le coq et je me fait doubler pendant ma poste photo, j'ai manqué la 300eme place, vais je en déprimer ? Je cours les 25 derniers mètres de plaisir C FINIT ENFIN FINIT, le chrono affiche 06H45, CONTENT MAIS TROP CUIT POUR APPRECIER, je me ravitaille, recupère mon Tshirt et fonce sous la douche en esperant soulager mes cuisses par l'eau chaude, que néni, j'ai tjrs mal au jambes, pas de différence, j'appel le coatch et il m'apprends qu'il à abandonné à Beaunant, il ne peut plus poser le pieds au sol, on va venir le chercher. Michel lui finit en 7h40 super temps pour ca 1ere St Lyon, vivement l'année prochaine pour remettre ca et prendre autant de plaisir a courir

 

 

 

 

5 commentaires

Commentaire de mickael11 posté le 11-12-2008 à 17:25:00

merci pour ton commentaire.
A mon tour, je te felicite pour ta course !
Bravo , belle perf et beau mental !

Commentaire de hagendaz posté le 11-12-2008 à 20:23:00

belle 1er saintélyon!

Commentaire de lulu posté le 12-12-2008 à 13:59:00

Bravo gilou.......
Mal gérer son alimentation...digne d'une vraie bleusaille !!!!!
Encore félicitations et rdv au cross d'amberieu !?

Commentaire de Gibus posté le 17-12-2008 à 09:00:00

Bravo pour ton bô chrono
bonne récup

Commentaire de vial posté le 17-12-2008 à 22:16:00

pour un chrono comme ça ça vaut le coup de souffir
bravo
michel

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran