Récit de la course : Raid du Golfe du Morbihan - 178 km 2008, par fastoch

L'auteur : fastoch

La course : Raid du Golfe du Morbihan - 178 km

Date : 27/6/2008

Lieu : Locmariaquer (Morbihan)

Affichage : 2069 vues

Distance : 178km

Objectif : Terminer

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

17H00
C'est parti !
... pour le Tour du Grand Raid du golfe du morbihan.
Ah non je mélange un peu tout, il ne faut pas dire Tour (trop habitué à faire le tour de montagnes), car cette fois on ne pourra pas faire de tour,  enfin presque ...
Et puis le Grand Raid c'est plus loin, sur une ile , on verra ça plus tard
Donc juste "Raid du golfe", ça suffit ...

 cimg2193.jpg

 cimg2200.jpgPas besoin de ticket !

 


Il fait beau sans faire trop chaud, on discute tranquillement comme si on partait pour un petit footing de fin d'après midi en bord de mer : bref c'est le bonheur... les paysages sur cette presqu'ile de Locmariaquer sont vraiment superbes. Il faut dire que je ne connais pas du tout ce coin de Bretagne donc cette course est l'occasion de découvrir : j'ai pris l'appareil photo donc je prends quelques photos à la volée

 

cimg2208.jpg

Déjà premier ravitaillement : je remplis le bidon et file.
Bon ça y est cela fait 1h30 que je cours et mine de rien ça se sent un peu quand même. Même si on trottine il est évident qu'on part toujours un peu vite ...Et puis je n'ai pas énormément d'entrainement "course à pied", pas de préparation spécifique (juste du Déniv en ski de rando et en trail : normalement ça donne un peu l'endurance mais peut être pas le meilleur entrainement pour ce genre de course ...)   je sais qu'il va falloir gérer l'effort sur cette course : contrairement aux trails de montagne auquel je suis habitué, ici ce ne sont pas les cotes qui peuvent nous ralentir : en gros on pourrait quasiment tout faire en courant donc il faut trouver un autre moyen !
.

 

cimg2217.jpg 

 


Dans mon cas, je sais que c'est en marchant que je récupère bien et ça me permet de soulager les articulations (et puis contrairement à de nombreux coureurs, j'aime bien marcher ...! )
Je n'avais pas trop prévu le coup mais je cale le timer de ma montre sur 16 minutes, le déclenche, marche pendant deux minutes puis court pendant les 14 minutes qui restent.
Pas évident à ce niveau de la course de faire ces changements de rythme : on court pendant un moment au niveau d'autres coureurs qu'il faut accepter de laisser filer ensuite ... on se fait dépasser par des coureurs...  J'hésite un moment mais je décide de respecter scrupuleusement mes "temps de pause marche" quelque soit le terrain : du coup je me retrouve parfois à marcher en descente (et parfois même sur bitume alors que tout le monde court...) : certains coureurs se retournent l'air de dire : mais keskifout là lui ?
M'enfin je sais que tout ça va se tasser .
Autre inconvénient : impossible de se caler avec une autre personne et donc de discuter plus de 10 minutes.


Ravitaillement du Bono le long du port : trés sympa ... mais ça repart doucement : tout le monde est déjà assez éprouvé par ce parcours assez casse patte.

 cimg2222.jpg


Pour oublier tout ça, je recale mon timer et c'est reparti toujours avec ces deux minutes de marches. J'en profite souvent pour bien
m'hydrater
Le soleil se couche  mais la température reste très douce.
 
 cimg2258.jpg
 
      cimg2266.jpg
 
Arrivée à LamorBaden km 52 en 5h43, je n'ai pas déposé de sac  à ce ravitaillement donc je bois une demi soupe et ne m'attarde pas trop. 
C'est maintenant à la lueur de la frontale que l'on avance : généralement j'adore courir la nuit mais là je vais devoir réviser un
peu mon opinion.... une première alerte après le ravitaillement du Moustoir (km 67) où on se fourvoie sur une centaine de mètres en
rentrant dans une propriété privé !

Demi tour on rattrape vite le bon chemin .

Je passe le pointage d'Arradon puis on longe le bord de mer , quelques centaines de mètres plus loin, je suis un coureur qui prend à gauche
puis ... bizarrement un fléchage jaune sur la droite alors que les flèches étaient roses jusqu'à présent. Je suis rattrapé par un autre
coureur donc rassuré sur ce choix de chemin surtout qu'on aperçoit au loin une rubalise sur un arbre. Mais 2 km plus loin une intersection et
aucune indication ... étonnant et surtout on ne sait pas trop dans quelle direction aller. On revient sur nos pas pour questionner des
habitants : vous avez vu passer des coureurs : Oui mais dans les deux sens ...!

Je m'aperçois alors que la rubalise que l'on avait vu n'est pas la même que celle de la course et ce balisage jaune nous fait tourner en rond !
Bref on est paumé !

Les habitants nous orientent vers le centre du village d'Arradon où on a le loisir d'admirer la belle église... En fait on est plutôt énervé
par cette fourvoyade...  

On récupère enfin le bord de mer et le vrai chemin  

Beau détour d'au moins 3 km et bien 35 à 45 minutes de perdu : pas très agréable...surtout qu'à ce moment les jambes commencent à être moins
dynamiques, la fatigue est bien présente : plutôt vanné à l'entrée dans Vannes....

Et il faut encore faire un grand détour par le bout du canal avant d'atteindre le ravitaillement de LamorBaden

Malheureusement juste un podologue, pas de massage, ce sera donc un plat de pâtes, un café et une nouvelle paire de chaussette en
compensation ...

Plus par précaution car j'ai une paire de chaussure de route que je ne connais pas trop sur du long (testé sur des sorties de 30 km) et il
vaut mieux anticiper les éventuels frottements.

Je repars avec l'espoir de voir finir cette nuit : un peu assez de galérer avec le balisage qui est globalement assez léger ...

cimg2282.jpg

Effectivement le jour pointe, de belle couleurs à l'aube. De mon côté, je m'accroche à mon rythme marche/course en évitant de trop forcer sur
les difficultés et en allongeant la phase de marche ( généralement 3 minutes parfois 4)  : étonné car je ne pensais pas pouvoir poursuivre
au delà des 100 km ce type de progression :

assez contradictoire en fait : les jambes font mal , les genoux coincent, les pieds tiraillent dans tous les sens mais c'est encore un
plaisir de pouvoir courir

 Malgré tout, au petit matin les kilomètres se font plus long que d'habitude, certains en bord de route pas très intéressant, des belles
lignes droites en forêt : j'y remédie en écoutant un peu de musique.

cimg2283.jpg

Enfin le ravitaillement de Sarzeau km 145 : c'est un peu l'hécatombe : on s'affale sur les tables pour partager ses petits problèmes
Heureusement les bénévoles sont aux petits soins : même pas besoin de se lever et on se fait servir comme au restaurant : quel luxe !

...finalement je ne suis pas si mal : mal aux jambes, genoux douloureux mais pas de problèmes aux pieds, pas de problèmes digestif

allez c'est reparti pour une trentaine de kilomètre. au feeling cette fois-ci, je m'accroche à un autre coureur et on progresse doucement en
discutant : tiens on pourrait peut être arriver en moins de 24h .
Jusqu'à maintenant je n'avais pas trop regarder le chrono, maintenant on peut y penser même si je visais plutôt entre 25 et 28h.
cimg2288.jpg
 

 

 Les chemins sont encore parfois un peu tortueux : des marches à descendre (en technique "pas-chassé" pour moi car ça ne passe plus de face ...) des racines à enjamber, des petites traversées les pieds dans le sable.
Dernier ravitaillement : tiens on m'annonce dans les 22 premiers : bizarre j'en étais resté plutôt dans les 40 mais c'est vrai que cela fait bien 45km que j'avais pas eu de nouvelles.
Bon on décolle assez vite du ravito mais la mise en route est ensuite assez lente ...
Je finis avec un autre coureur sur les 3 derniers kilomètres : on s'amuse à filer le plus vite possible : un bon 12 km/h qui nous amène devant l'arche d'arrivée ... mais des gens de l'organisation nous font des grands signes : on s'est encore trompé et on allait passer l'arrivée dans le mauvais sens ...!

Ouf, terminé
23h30 de promenade c'est long mais en même temps le temps passe vite...
Content d'avoir terminé et surtout d'avoir réussi à bien gérer cette course. Sur les grosses épreuves précédentes j'avais toujours eu un gros coup de moins bien dans les dernières heures et cette fois je pense avoir été plus régulier en fin de course. Même si j'estime cette course un peu moins exigeante musculairement qu'un ultra-trail de montagne de type UTMB, il faut quand même du jus et puiser dans ses ressources pour aller au bout.
J'ai essayé d'imaginer la course avec des conditions météo difficile (comme cela a été le cas les deux années précédentes avec la canicule et la pluie) .... là ça doit être vraiment l'enfer.
Le lendemain, après la récupération de la voiture, le Castor m'appelle car il faut monter sur le podium : tiens dans les 20 premiers, seulement deux séniors.
Donc une coupe (ça brille mais je n'ai pas encore compris à quoi ça pouvait bien servir) et une bourriche d'huitres (ça au moins on sait ce qu'on va en faire) pour garder un bon souvenir de cette superbe course.


 

 

 


Mes temps de passage :

Crach (17 km)
01:44:47
59eme

Le Bono (34 km)
03:36:51
65eme

Larmor-Baden (52 km)
05:43:40
55eme
05:50:49
33eme

Arradon (72 km)
08:21:08
21eme

Vannes - Larmor-Gwened (94 km)
11:40:44
36eme
12:10:12
29eme

Séné - La pointe du Bil (110 km)
14:11:37
30eme

Noyalo (124 km)
16:01:39
29eme

Sarzeau (144 km)
19:02:26
27eme
19:21:10
26eme

ARZON - Porh Nèze (158 km)
21:07:44
24eme

Port du Crouesty - Arrivée (177 km)
23:31:52
20eme  

6 commentaires

Commentaire de L'Castor Junior posté le 10-07-2008 à 00:34:00

Euh, j'espère que tu as réglé son compte à la bourriche d'huîtres : ces bestioles supportent encore moins la canicule que nous :p
Bon, sinon, intéressant de voir que tu as repris ta recette de la Mauritanienne (alternance marche/course). Ca a, une fois de plus, porté ses fruits.
Et toi, au moins, tu as pu finir en courant tandis que je me suis traîné comme un malheureux (tu me reprends un quart d'heure sur le dernier tronçon...).
Heureux et fier, en tout cas, d'avoir pu partager ce podium avec toi :-))

Commentaire de agnès78 posté le 10-07-2008 à 06:35:00

impressionnant de facilité et d'humilité, nico, comme toujours... merci pour ce beau récit agrémenté de splendides photos et BRAVO pour cette course gérée d'une main de maître...
Bonne continuation sur les chemins cet été
Au plaisir de te rencontrer à nouveau
grosses bises
agnès

Commentaire de Mustang posté le 10-07-2008 à 09:00:00

bravo pour cette excellente gestion de course!

Commentaire de Jerome_I posté le 10-07-2008 à 11:13:00

Et bien tu as courru beaucoup plus de km que pour le 24h en Decembre... Super perf, bravo. De plus en se perdant et courrant 3-4km de plus.

A bientot dans l'équipe UTMB...

Jérome

Commentaire de BENIBENI posté le 10-07-2008 à 12:05:00

Moins de 24H et tu marches parfois ! Chapeau ! Eux...Apprends moi à marcher please...

Commentaire de gdraid posté le 10-07-2008 à 13:29:00

Très belle course Nicolas !
Bien gérée, mais cela ne m'étonne pas.

Je garde dans mes meilleurs souvenirs, le très bon résultat du montagnard, lors des 200km de la Mauritanienne de mars 2007.

Bien amicalement !
Jean-Claude

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran