Récit de la course : La Foulée de Saint Claude 2008, par CROCS-MAN

L'auteur : CROCS-MAN

La course : La Foulée de Saint Claude

Date : 4/5/2008

Lieu : Meyrargues (Bouches-du-Rhône)

Affichage : 1095 vues

Distance : 11.3km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La foulée de St Claude à Meyrargues ( 18 km Aix en Provence)

Encore une belle journée pour cette nouvelle matinée de course dans ce paisible village de Meyrargues près  de Aix en Provence.

Un peu plus de 11 km à parcourir entre route et chemins. Le tracé est valloné avec une belle difficulté au 5ème km et un bon casse pattes au 10,5 km avant l'arrivée.

Après un bon échauffement, je me dirige vers la ligne de départ où plus de 280 partants attendent le top; Il est 10h et le starter retentit. Le premier km est en descente et tous partent à fond, j'étais bien placé sur la ligne de départ mais ça double de tous les côtés. Heureusement que je commence à avoir l'expérience des courses  et je me dis qu'il ne faut pas s'affoler et que l'on ne court pas un 1000 m mais bien 11, 3 km et que l'on en a au bas mot pour 55 mn de temps moyen et que tous ces lapins vont finir par se calmer.

Le premier km passe en tout juste 4 mn et la cadence est encore vive; après un petit tour dans le village, nous attaquons à présent les chemins de terre. Les 3 premiers km sont avalés en 12,5 mn et la cadence commence à ralentir face au premiers reliefs. Je suis dans mes temps mais une douleur au tibia me gêne et j'essaie de l'oublier en me décontractant dès que ça descend.

Le premier ravito est là et je decide de faire une pause avant la grosse difficulté. Une pate de fruit, un bon verre d'eau, le compte tour qui est bien redescendu et ma douleur qui s'estompe: Zou, c'est reparti; ça grimpe et ça grimpe.

Alors que la majorité s'évertuent à monter en courant, je gère mon effort en alternant la marche et la course; 16'12 de 3 à 6 km, dur dur.

J'arrive enfin au sommet et là, je me rappelle le pub du type dans sa voiture avec son GPS qui le mène en haut d'une route en lacet qui lui dit "c'est parti mon KIKI", Et bien c'est pareil et je me dis "c'est parti mon KIKOU". Je dévale en roue libre tant que je peux doubler pour essayer de rattraper ma mauvaise prestation d'ascension; le chemin est chaotique et je me dis qu'il n'est pas étonnant que je souffre des chevilles après la course vu le traitement que je leur impose. Le 6 à 9 km se fait en 14'23 et mon GPS m'annonce une pointe de vitesse à plus de 20 km/h. Lorsque c'est plus ou moins plat, j'ai l'impression de ne plus avancer. Un junior me dépasse et me remercie de l'avoir boosté  dans la descente et je l'avertie d'en garder un peu sous le pied pour la dernière côte du chateau avant l'arrivée et sur ce, il part devant. Je commence à fatiguer sérieusement et je vois que mon objectif de 51' s'éloigne.

Courage, je fais le 9 à 10 en 4'01 au pied de la la dernière montée, c'est dur et je marche pour en garder pour le sprint final. Sommet  atteint, 1 petit km encore de descente et je lache tout, nous entrons dans le village et l'arrivée est au bout de la ligne droite; je me lance dans un sprint de fou pour passer devant un dernier participant (il a du me prendre pour un malade) et c'est fini: dernier 1300 m en 5'35 et je suis cuit, déçu de ne pas avoir atteint mon objectif mais bon, j'ai tout donné.

Et voilà les amis, dimanche c'est Fos pour 10 km alors à la prochaine.

 

 

1 commentaire

Commentaire de NICO73 posté le 07-05-2008 à 21:22:00

Tu devrais mettre pour devise, toujours à Fond !

Tu continu tes courses à un rythmne de fou, bravo pour ta course qui contenait une grosse difficulté !

A plus

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran