Récit de la course : Les Foulées Sanrémoises 2007, par franciss

L'auteur : franciss

La course : Les Foulées Sanrémoises

Date : 5/5/2007

Lieu : St Remy (Ain)

Affichage : 906 vues

Distance : 10km

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Apprenez à une taupe à nager...

Savez-vous ce que c’est que d’être myope « comme une taupe » ? Je parle bien entendu de myopie forte (- 7,75 et – 8,50 pour les spécialistes), de celles qui induisent qu’il ne vous  viendrait même pas à l’idée de conduire sans vos lunettes, qui fait de vous un lunetto-dépendant…Et bien je peux vous assurer que ce samedi 5 mai, pour les foulées sanrémoises, c’est la première fois que je suis obligé de retirer mes binocles pour courir… trop de flotte ! les nuages s’amoncelaient depuis le début de l’après-midi sur cette partie de l’Ain et nous n’y avons pas échappé… 

Petit retour en arrière : il y a 15 jours, je m’étais lancé avec un franc succès (ironie quand tu nous tiens…) dans l’escrapade de Journans : 560 m de dénivelé sur 10 kilomètres. 1 h.01 plus tard, je m’apercevais que le trail est encore difficile pour moi et que la récupération ne serait pas chose la plus facile qui soit. Je ne me trompais pas vraiment à ce sujet car le premier entraînement qui suivi (3 jours plus tard) fut douloureux et il fallut un minimum de 5 jours pour que mes cuisses me pardonnent cette hérésie sportive !Ainsi, je suivais donc un entraînement plutôt tranquille en vue de 3 courses à venir (des 10 kilomètres) en 3 semaines. Finalement, ce samedi 5, la forme me paraît au rendez-vous. Clin d'oeil

Je m’inscris, récupère un magnifique tee-shirt arborant le logo de la course (beau souvenir…) et pars m’échauffer avec mon GPS tout nouveau-tout beau (pour les jaloux, c’est un GARMIN Forerunner 201 acquis pour 61 euros sur e-bay !). Au fur et à mesure des courses réalisées dans la région, les visages se révèlent plus connus et je tape la discute avec : des parents d’élèves actuels ou anciens, un partenaire de badminton, des coureurs (et coureuses) de prestige… Sourire

25 minutes plus tard, nous nous alignons sur la ligne et au coup de sifflet, les chevaux s’élancent !

Comme d’habitude, c’est plutôt rapide et il m’est d’avis que 3 kilomètres plus loin, certains vont commencer à déchanter. Ma montre me donne mon temps au kilomètre et les 2 petites boucles de début se courent sur un rythme très correct (pour moi…). J’ai déjà déposé quelques coureurs même si certains en ont fait de même avec moi (ceux-là, je ne les reverrai plus…). Alors 2 boucles ça va, mais il ne faudrait pas abuser… nous en entamons une troisième  et je commence à me demander si nous n’allons pas en taper 10 de suite ! Mais ouf ! notre itinéraire varie et nous voilà à travers la campagne : faux-plat, quelques descentes et bosses, rien de très régulier ; le rythme n’est pas facile à prendre alors je me concentre sur ma foulée surtout que je me retrouve bien seul dès le kilomètre 4 et pratiquement jusqu’au bout…Surprise

C’est alors que les choses se gâtent, ou plutôt le temps ! D’une pluie fine, nous passons rapidement à l’averse soutenue puis au déluge ! Je sais bien que le port de lunettes peut se révéler gênant en ce cas, mais j’ai déjà couru plusieurs fois sous la pluie et je l’ai toujours supporté…jusque là ! Il pleut de plus en plus fort et je n’y vois plus rien, alors il ne me reste plus qu’une solution : retirer mes lunettes que je garde en main et tenter de suivre la route tant bien que mal.

Je peux vous assurer que les 5 derniers kilomètres ne sont alors pas vraiment simples : je me tape toutes les grosses flaques, rate un signaleur qui se trouve obligé de me crier dessus pour m’indiquer que je me suis planté de route, me trouve embourbé sur un bas côté… bref, le bonheur !

Seul avantage, réel et non dédaignable, la température est fraîche et me convient parfaitement.

La grande boucle se termine par une côte à gros pourcentage, heureusement courte, et nous repartons pour un deuxième tour. Cette fois je fais attention à l’embranchement mais je n’évite toujours pas mieux les grosses flaques (difficile de les mémoriser !). Au 8ème kilomètre je double un coureur (j’ai d’abord pensé à une coureuse mais dans les derniers mètres, son fessier ne m’a pas laissé de doute…) et cela fait vraiment du bien : motivation en hausse, j’en oublierai presque le tee-shirt qui doit peser son kilo tout mouillé ! La côte se présente à nouveau mais un souffle soutenu me parvient plus nettement : un coureur se rapproche et ça va être serré !Horreur !

Accélération dans la côte, il me semble l’avoir découragé mais dès le plat revenu, le coureur se porte à mon côté et me dépasse… « bravo ! » lui dis-je pensant rendre les armes dans ces 200 derniers mètres mais en quelques secondes de réflexion intense, je me dis que c’est tout de même trop con d’avoir fait toute la course devant lui et de céder sur les derniers hectomètres alors fmarthin déclenche le turbo et les gambettes s’actionnent en grandes enjambées pour terminer pile poil à l’arraché devant cet outrecuidant second… Oups !

Très sympa cet « outrecuidant » et il me remercie même d’avoir mené devant lui tout au long des 10 kil. Et ben de rien ! La flotte ne s’arrêtant pas, je regagne alors rapidement ma twingo volante, non sans avoir demandé à l’organisateur de me faire parvenir par mail les résultats de la course pour la publier sur mon site favori (mais quel est-il ? je me le demande…). 

Un bilan qui se révèle finalement plutôt flatteur pour moi (« y en a qui se contentent de peu » diront peut-être certains…) : 45’29 (à ma montre)… me laissant espérer des possibilités de 44 minutes voire un peu moins pour la semaine prochaine…si le temps et la forme le permettent. 

 

Merci à vous de m’avoir lu, merci aux organisateurs (encore un Sou des écoles laïques comme on les aime), merci à mon épouse de me laisser du temps pour m’entraîner et courir et merci enfin à mes enfants pour leur soutien (« t’as pas gagné papa ?!? »)

4 commentaires

Commentaire de hérisson posté le 05-05-2007 à 23:31:00

Salut Francis ; quel sale temps en effet !
C'est en début d'après midi que je décide de me rendre à St Rémy histoire de faire une sortie rythmée ; je me suis pointé sur la ligne au dernier moment tout occupé que j'étais à parler triathlon avec un collègue-spectateur. A l'arrivée inutile de te dire que je n'ai pas traîné sous ces trombes d'eau ! Bon du coup je ne sais pas mon résultat et nous n'avons pas eû l'occasion de nous saluer : ce n'est je l'espère que partie remise...
Que dit ton super joujou concernant la distance : perso je l'ai trouvé un peu court ce 10 (?)
Bravo en tout cas pour ton chrono et bonne récup : normalement les cuisses devraient être moins douloureuses qu'au lendemain de Journans !

Commentaire de NoNo l'esc@rgot posté le 06-05-2007 à 03:42:00

Francis, on t'avait pas prévenu que c'était finalement
un 10 km nage libre ? Fallait prendre le masque et le tuba !
Sérieusement, on a pas idée de prendre le départ dans ces
conditions :-( T'es vraiment mordu. Moi, je serai même
pas venue, vu la météo annoncée !!! En tout cas bravo pour
le chrono, dans ces conditions, c'est plutôt excellent !

NoNo_myope_aussi_mais_pô_trop !

Commentaire de gdraid posté le 06-05-2007 à 08:28:00

Merci fmarthin pour ce récit sous la pluie !
J'en ai les yeux mouillé, obligé d'essuyer mes lunette pour te lire jusqu'au bout.
Bravo pour ta perf, sans lunette, et sans doute les bras tendus, pour éviter les chutes...
JC

Commentaire de Gibus posté le 08-05-2007 à 20:17:00

Bravo pour ta perf
C'est vrai qu'il faisait un temps pourri ce samedi après midi
Pour ce qui est des courbatures, tu n'es pas le seul : tous ceux que j'ai vu au trail de Douvres ce dimanche, et qui étaient à Journans il y a 2 semaines, avaient encore quelques douleurs ces derniers jours.
T'auras au moins arrosé ton nouveau GPS.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran