Récit de la course : Trail Caluire Rhône Saône - 16 km 2019, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : Trail Caluire Rhône Saône - 16 km

Date : 24/2/2019

Lieu : Caluire Et Cuire (Rhône)

Affichage : 548 vues

Distance : 16km

Objectif : Pas d'objectif

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

​Trail "nature" de Caluire


Trail "nature" de Caluire




Dur dur ce dimanche…

 

La veille je suis encore à espérer que la corne décline MAIS NON je suis embarqué dans ce trail nature de Caluire que même les lyonnais ne sont pas les premiers à recommander !

 

59 minutes de route et nous voici avec notre dossard, 21 €uros le 16 kilomètres avec crêpe et bière à l’arrivée. 16 kms et 400m de D+ au programme.

 

On a 1 heure à patienter donc on s’habille on va aux toilettes on écoute le speaker et c’est déjà le départ. La corne me vilipende « je suis jamais parti d’aussi loin » oui car ça fait du monde le 8 km et le 16 km partent en même temps !

 

Ca démarre mais on reste tranquille, je table sur 1h30 pour la corne et 1h45 pour moi mais la corne reste avec moi. Combien de temps ? Combien de temps ?

 



Déjà pleins de virages à 90° je suis perdu dans ce cheminement, puis dans une descente OH un bouchon ?! Un coureur indique « oui ils voulaient le faire à l’envers pour éviter ça mais ils n’ont pas eu l’autorisation », pas grave, ça donne un côté LUT à la course ! Surtout que 50 mètres plus loin c’est le même topo et on repart, certains repartent façon fractionné d’ailleurs, ridicule car la première côte qui suit ils marchent !! Ahah

 

A nouveau une montée, des marches, replat, et tiens : premier single, ça descend, et… les gens sont au ralenti ??? Bim je descends façon grandes enjambées de faizan avec la corne dans le sillage, on en dépose un paquet !

 

En bas nous voici au bord du Rhône, en face c’est la Doua, souvenir du Marathon de Lyon 2008, on avance au rythme de la course ni plus ni moins.

 



Km5 c’est le ravito, il tombe bien même si je fais mon consommateur de base : on a droit à de la cristalline et c’est tout !

 

Et c’est reparti pour une bosse, avant la bifurcation avec le 8 km et les traditionnels coureurs qui stressent en beuglant « c’est à gauche ??? c’est à gauche ??? »

 

Km7 on arrive en pleine cité avec des arceaux, la corne indique déjà être passé lors du LUT, ok, j’en profite pour l’assurer que je lui ferai pas un coup à la albacore façon Méaudre 2019. D’ailleurs je suis bien mais combien de temps ça va durer ?

 

Km8 un des meilleurs passages, le Fort de Montessuy ! Original

 



La suite est en faux-plat descendant, on imprime le rythme tout en papotant, ça va bien.

 

Km10 TIENS un single (oui parce qu’ils disent 66% bitume, euh, bon c’est plutôt 85% hein !), on irait bien un peu plus vite en descente mais on va pas prendre de risques, même si derrière ça met un peu la pression. Rigolo de voir les TROIS racines avec de la bombe couleur, si on faisait ça à Montagnole tout le sentier serait fluo !

 



En bas c’est le ravito et OUF cette fois il y a banane et coca, la corne saute, je le rejoins et vite ça me saoûle un peu car deux nanas ont sauté le ravito et sont donc à nos basques ! Non ! Du coup sur le long plat le long de la Saone je marque un rythme soutenu histoire de reprendre notre avance !

 

Et sans le savoir le sort de la course commence pile à ce moment. Au bout de la ligne droite, BIM on tourne à droite et BIM re-montée façon Mollasse, beaucoup de marcheurs mais il faut courir, tête rentrée, on s’aide des bras, mais en haut surprise la corne n’est pas/plus au contact ? Il bluffe ?

 

Je continue l’effort mais sans accélérer façon crucifixion, d’ailleurs ça fait un « S » ensuite, pas de Corne qui revient, et la ligne droite en faux plat qui suit offre du champs, la corne est à 10 coureurs derrière, je fais quoi, je stoppe l’effort ou je me sens bien et c’est l’occasion d’être devant ?

 

Je sais que si je file il ne m’en voudra pas et me sortira son traditionnel « t’as bien fait bouk » donc les 3 derniers kilomètres ce sera façon pacman avec un passage dans la boue (enfin) à 200m de la ligne d’arrivée et j’en termine en 1h30 !

 

Improbable non ? 5 ans et demi après le Trail Ubaye 2013 voici une inattendue victoire du Bouk (si on ne compte pas le challenge karting de l’été 2018). Mais ne nous inquiétons pas, la corne va se remettre à l’entraînement et ce sera pas pareil.



Moralité : je ne regrette pas cette expérience bitume lyonnaise, loin de là ! Encore une nouvelle course dans mon historique, vive le sport du dimanche

6 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 03-03-2019 à 21:04:40

oui, vive le sport du dimanche !!! mais, je confirme, y a bien mieux à faire en région lyonnaise ! vous venez nous voir à l'UBS ? un relais à 3 de Chambéry, ça aurait de la gueule !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 05-03-2019 à 11:01:41

On est encore jeune pour ce truc !!!

Commentaire de Benman posté le 05-03-2019 à 00:18:37

Corne de bouk, un sacré coup!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 05-03-2019 à 11:01:56

Pas de commentaires sexuels svp !!!

Commentaire de Gibus posté le 09-03-2019 à 18:39:41

ouh là, ils ont rétrécit la distance.
La 1° édition faisait 25 bornes.
Mais, t'avais pas la patate ce jour là ?

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 09-03-2019 à 20:43:02

Bah si ! C'est bien ce chrono pour un gras comme moi !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran