Récit de la course : 10 km d'Héricourt 2016, par freddo90

L'auteur : freddo90

La course : 10 km d'Héricourt

Date : 11/12/2016

Lieu : Hericourt (Haute-Saône)

Affichage : 343 vues

Distance : 10km

Matos : Brooks Pure Cadence 4

Objectif : Faire un temps

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

10 km d’Héricourt, l’heure de la revanche

  

Le goût de l’effort

 

Après les promenades natures du Girotrail et du Trail des Ducs, retour aux basiques : un 10km route pour se donner une dernière fois. J’ai encore la motivation pour ce type d’épreuve, mais je suis surpris du nombre d’amis ou collègues qui ne veulent plus aller sur ce genre d’épreuve, parce qu’ils n’ont plus envie de se faire mal ou parce qu’ils sont passés au trail.

A force de ne faire que des sorties en endurance, je suis passé de 10 à 11km/h sur mes sorties à 140 pulsations moyenne sur un an et quelque. Du coup, je me sens bien, obligé que je fasse mieux que mes 40’30 de l’an dernier, et pourquoi pas aller titiller mon record, 39’45 qui date de 2010. Et puis bon, l’an dernier j’ai signé le meilleur temps de ma boîte sur cette course, j’ai un titre à défendre lol

2 courses…

Le hic dans tout ça, c’est qu’il y a aussi un 5km une heure avant les 10km. Plusieurs amies sont inscrites sur le 5, avec les 30min en objectif. Après quelques réflexions, je me dis que ce serait quand même dommage de rester spectateur… alors je me décide, je m’inscris sur les deux distances. Je jouerai les Lutin à coacher ces dames avant de faire ma course. 5km c’est un peu long comme échauffement, mais ça devrait passer.

La course d’échauffement

Je retrouve les filles dans le gymnase au chaud, j’arrive au dernier moment… ben ouais j’ai pas d’échauffement à faire J J’envoie par contre les filles en faire un léger quand même. Nous nous plaçons sur le fond pour le départ, et go ! Je perds immédiatement Emilie et Amandine, mais je comprends vite qu’elles n’ont pas l’intention d’essayer de me suivre.

Je pars donc avec Sandrine, qui a l’habitude des courses, et voudrait bien chopper ces 10km/h. Il y a aussi Stéphanie sa sœur, et une de leur copine, Karine. Je fais gaffe à ne pas m’enflammer, et consulte régulièrement ma montre pour être sûr de l’allure.

 

Nous avons deux petites boucles à faire, Karine et Stéphanie papotent, Sandrine reste concentrée, et moi je fais le métronome. Fin de la 1ère boucle, je leur rappelle qu’à la prochaine il faudra tourner direction l’arrivée.

Stéphanie finit par lâcher, ça faisait déjà quelques centaines de mètre qu’elle avait plus de mal à discuter J Quant à Karine, c’est elle qui nous lâche, elle a du jus. Je reste donc avec Sandrine, il reste 2 km, et visiblement ça commence à être dur.

Le retour vers le centre ville se fait sur un faux plat descendant, ça va encore, mais après pour le dernier kilomètre il va falloir s’arracher. Je l’encourage, fais le décompte des 700, 500 mètres restant, « allez on voit le virage de l’arrivée là-bas, il nous reste 2 min ». C’est dur mais Sandrine tient, je l’encourage, on ne lâche pas maintenant !

Le passage de la ligne se fera un peu au dessus des 30 min, mais sa montre lui indique 10.2km/h de moyenne, pour elle c’est mission accomplie.

Je fais demi-tour juste avant la ligne d’arrivée pour tout de même finir avec Emilie et Amandine, qui en termineront en 33’11.

L’entracte

C’est bien beau… mais maintenant il me reste 25min avant le départ du 10km. Pas trop le temps de profiter à l’arrivée, je file à la voiture me changer un coup, virer la veste thermique pour un coupe-vent sans manches, un buff plus léger au lieu du bonnet Kikourou, changer de dossard et de puce.

Un bref échauffement avec quelques accélérations, et je me place pour le départ.

Ma course

Je suis quelques rangs derrière les élites, ça me va bien. Je ne veux pas partir trop vite, je me souviens du post de Nine14 sur les filières énergétiques en début de course, on va essayer de rester sage.

Le départ se fait avec pas mal de coup de coude, nous sommes presque 900, et surtout cette course est réputée pour sa densité de coureurs sous les 40 et 35 min. J’essaie de prendre mon allure sans me fatiguer inutilement, je ne cherche pas à zizaguer pour dépasser, et manque de tomber à cause d’un mec qui se rabat juste devant moi en voulant me doubler, restons concentré !

Au passage du 1er km, j’entends 4’08 d’après mes voisins. Je ne regarde ma montre qu’au passage des kilomètres : je sais qu’à chaque fois, sur cette course, je finis avec 150m de plus à ma montre, donc il faut que je me fie au chrono avec les km de l’organisation, et un poil de marge si je compte sur la montre.

Je me sens bien, j’essaie de garder mon allure avec une économie de course. Après le 3ème passage de la journée dans le centre-ville pour moi, nous partons sur la grande boucle, que nous ferons deux fois.

 

A la fin du 2ème km, je dois être en 8’15, un peu en retard par rapport au 4min/km pour mon objectif, mais ça ne m’inquiète pas. Nous sortons un peu du centre, de grandes lignes droites avec peu de spectateurs, heureusement avec tous les coureurs autour de moi il me reste de la motivation.

Jusqu’au 5ème km, je continue sur mon rythme, et je finis celui-ci en 20’30 je crois. C’est le moment de se décider. J’ai de la ressource, alors go, je décide d’accélérer pour aller chercher les moins de 40 minutes, si j’explose tant pis. 4ème passage dans le centre-ville, je connais tous les trous de la route par cœur…

La remontée commence, car c’est aussi là que ceux et celles partis trop vite peinent. Nous repartons vers les lignes droites désertes, je me motive intérieurement, ne rien lâcher, je peux le faire ! Mais il va falloir sérieusement se cracher dans les mains, et se faire mal.

Au 7ème km, juste avant de revenir vers le centre, je suis encore 20 secondes en retard par rapport aux 4min/km. Je me fais le calcul, 3 km pour reprendre 30 secondes histoire d’avoir un peu de marge, ça fait donc 3’50/km, gogogo ! 

Ça devient quand même dur, et je suis content de retrouver mes supporters et supportrices en revenant en ville, il ne me reste plus que la petite boucle faite deux fois sur le 5km, j’ai le parcours dans la peau.

A la fin du 8ème km, ça redescend un peu, puis une partie dans un lotissement, la remontée vers la rue principale, allez on ne lâche pas ! Une fois revenu sur la rue principale, c’est le faux plat descendant jusqu’au centre, je continue à garder mon allure.

Enfin le dernier km, je suis en 36’04, donc il me reste 3’56. Le bénévole placé là nous encourage, « allez les gars vous avez les 40 minutes ! » Non de non, allez c’est parti, j’accélère encore, c’est là que je vais battre mon record, j’ai le physique et la motivation !

Je repasse devant les amis, les encouragements font vraiment du bien, 5ème et dernier passage dans la rue du centre, allez allez ! J’en finis avec cette rue, on tourne, 500m avant l’arrivée. Le décompte fait avec Sandrine sur le 5km me sert bien, en voyant le virage de l’arrivée, je sais que je serai sous les 40 minutes !

Je continue l’effort, je finirai en ayant tout donné non de non ! Je reprends un dernier coureur en jaune fluo, virage, et la dernière ligne droite avant l’arrivée. Alors que je pense que c’est joué, je m’aperçois que le jaune fluo veut me la faire à l’envers et revient à ma hauteur. Ah non pas question, un dernier coup de jus, je finirai devant !  

 

C’est enfin l’arrivée, 39’40 à ma montre, youhou ! Voilà, 6 ans après je suis repassé sous les 40 minutes. Je suis d’autant plus fier de moi, qu’en 2010 j’avais fait 39’45 après des mois d’entrainement sérieux (AS, VMA 30/30) pour semi et marathon, alors que maintenant je ne fais plus que des sorties plaisir ! Et surtout, à la même période il y a 4 ans, je sortais tout juste de l’hosto avec ma jambe cassée. Je garde aussi mon titre sur la course dans ma boîte, 1er sur 24, c'est mon championnat de bac à sable à moi ! Et dernier point de satisfaction… je marque mon entrée en V1 par un record perso, yeah !

 

Voilà, il me reste une dernière course en mode « plaisir » avec mon groupe de coureurs du lundi soir pour finir l’année, et à prévoir pour l’an prochain ? J’avoue que revenir sur un marathon me titille, je n’en ai fait qu’un en 3h34, un temps que je pense pouvoir battre, ce serait sympa pour mes 40 ans ? J

A+.

Fred

 

4 commentaires

Commentaire de seb90 posté le 20-12-2016 à 18:05:38

Bravo, une course bien gérée, y'a qu'à voir la courbe pour s'en assurer!

Commentaire de freddo90 posté le 30-12-2016 à 20:41:48

Merci, on va dire que ça a bien suivi ce jour-là ;-)

Commentaire de Benman posté le 26-12-2016 à 23:06:07

Y'a pas d'âge pour les records! Bravo

Commentaire de freddo90 posté le 30-12-2016 à 20:42:33

Euh peut-être... mais ça fait toujours plaisir d'attaquer une nouvelle décennie comme ça :-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran