Récit de la course : Trail du Chambon - 62 km 2016, par poucet

L'auteur : poucet

La course : Trail du Chambon - 62 km

Date : 2/10/2016

Lieu : Eymouthiers (Charente)

Affichage : 1092 vues

Distance : 62km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Trail des Gorges du Chambon : il était une fois dans l'Ouest

Trail des Gorges du Chambon :

Il était une fois dans l’Ouest



C’est en fouinant le calendrier Kikourou que j’ai dégoté le Trail des Gorges du Chambon. A l’occasion d’une petite visite à notre fille Amandine installée sur Angoulême, je cherchais une petite épreuve pour découvrir la région en version sportive. Les informations trouvées sur le site de l'organisation m’ont rapidement convaincu.

Pour ce TGC le Team 16 Club Multisport a posé son camp au Chambon, superbe zone de loisir aménagée dans un univers de verdure à la limite du Périgord. Un endroit un peu perdu qui respire la tranquillité et la simplicité de la campagne. Une possibilité d’hébergement sur place nous était proposé pour la veille de la course. J’avais retenu cette option, partageant le repas et la chambre avec quelques jeunes traileurs du cru. Danièle et Amandine passaient la soirée entre filles et devaient me rejoindre le lendemain pour profiter des multiples animations inscrites au programme. En plus des différentes distances proposées au trailers de tous poils, il y avait également des circuits VTT et des randonnées pédestres.

La présence de France 3 au départ montre tout l’intérêt porté à l’événement dans la région. Si la presse locale fait état d’une affluence record pour cette dixième édition (800 participants en tout) la pratique du trail me semble pourtant être encore assez confidentielle par ici. Nous étions seulement 49 inscrits sur le 75 km du jour et ses 1900 D+, une distance qui paraîtrait anodine dans nos contrées mais qui est pourtant la plus importante en Charente.

Mais on devine que les organisateurs ont déjà bourlingué et connaissent parfaitement leur sujet, qu’ils mettent tous leur cœur a faire découvrir leur terroir et à nous proposer une belle course. Je n’avais encore jamais connu un briefing aussi précis, aussi bien maîtrisé, avec projection diapos à l’appui pour chaque détail à connaître … Plus tard j’ai apprécié la qualité du balisage, avec des panneaux directionnels bien visibles et parfaitement implantés aux différentes bifurcations. Trop peut-être même, ce qui aura certainement donnés des idées à quelques cow-boys runner’s peu scrupuleux, qui n’ont de trailer que l’accoutrement dernier cri.

Même en petit comité un départ à la frontale reste toujours un instant magique. Les premiers kilomètres sur les petits sentiers joueurs nous auront rapidement réchauffés et mis dans le rythme de la journée. Avec la puissance retrouvée de la Ferei visée sur la tête, c’est un pur bonheur partagé au cœur du petit peloton. Pas de bouchons au au Chambon. En dépit de quelques talus et passages un peu technique, les bâtons sont a jeter aux oubliettes et les coureurs sont à la fête.

Au levé du jour le ciel était un peu couvert, les nuages menaçant, nous avons même eu droit à une petite bruine. Mais rien de bien méchant, tout s’est rapidement arrangé et nous avons pleinement pu profiter des bucoliques vallonnements proposés par un parcours toujours agréable, varié, virevoltant.

Comme a mon habitude je suis parti tranquillement et hormis au départ donc, j'ai progressé à mon rythme, pépère et solitaire. Les ravitos bien placés étaient minimalistes mais suffisant pour un trailer averti. J'ai particulièrement apprécié de trouver du salé au 35ème km. Peu après, sur l'un des nombreux croisements parfaitement sécurisés rencontrés tout au long du parcours, à la sortie d'un village, un bénévole m'indique que je suis 22ème. Nous étions alors a peu près à la mi course. A partir de là j'ai commencé a remonter régulièrement, doublant des concurrents déjà un peu entamés. Peut être une dizaine ? Classique ….

J'ai eu le plaisir de retrouver mes filles peu avant de revenir au Chambon pour le second passage. Les miss terminaient enchantées la jolie randonnée de 12 km, et moi il me restait 20 bornes pour accrocher le TGC75 à mon tableau de chasse. 

Pas évident de repartir alors qu'on se trouve sur le site d'arrivée, a deux pas des douches et du stand à bières. Si j'avais su … Mais bon, malgré une logique sensation de fatigue les jambes n'étaient pas vraiment déglinguées et il n'y avait donc pas de raison objective de faire le p'tit slip dans l'Ouest.
Le dernier ravitaillement arrive assez rapidement, j'interroge les bénévoles pour connaître l'écart avec mes prédécesseurs. La réponse désabusée annihile mes espoirs de revenir et je me fais donc à l'idée de terminer tranquillou …

Pourtant au détour d'une nouvelle grimpette, slalomant entre les bouses des locataires des lieux, voilà que aperçoit deux points bariolés en ligne de mire. Il n'en faut pas plus pour remettre un petit coup de carbu. C’est ainsi que je rattrape les deux jeunots au niveau de dernier point d'eau. Ils ont l'air bien entamés et me demande ce que m'indique ma montre … Sur ce je leur donne l'heure, normal quoi. Ben non. En fait les gars voulait ce qu'il restait jusqu'à l'arrivée.

Le Poucet a beau être rustique au niveau équipement, selon mes estimations de chrono je pensais bien qu'il ne devait plus rester grand chose. Effectivement je reconnais rapidement des paysages déjà vus et le panneau "il vous reste 3 km" arrive très vite. Là il ne reste donc qu'a envoyer tout ce qu'il reste. Je sens qu'un des jeunes essaie d'accrocher derrière et il faudra insister un bon moment pour faire le trou. Le temps de sentir les cuisses qui piquent … J'ai plaisir a trouver les ressources pour terminer sur un bon tempo, pas loin de reprendre le gars devant. J'imagine alors être pas loin du top 10.

Et là surprise en passant la ligne : Poucet 23ème !!! Les mines déconfites de quelques coureurs locaux croisés après confirmeront mon impression … Il est vrai qu'avec les circonvolutions autour du Chambon et les croisements non surveillés il était aisé de prendre la tangente. Ceci dit, en parcourant le classement quelques jours plus tard je constate que je suis maintenant 18ème, ce qui est, ce qui est déjà moins pire !!!! 31 classés au final, c'est bien maigrichon ...

classement TGC 75

Mais bon, je ne fais du trail "que" pour le classement et l'idée réjouissante du casse graine et de la bière promise prend vite le dessus. Las, en arrivant à la tente "repas" j'ai eu comme une impression bizarre et désagréable de ne pas être le bienvenu. Plus de saucisses, faudra repasser. Et plus de bière non plus, et là c'est même pas la peine de repasser... Et encore, j'ai eu du bol. Amandine et Danièle se sont fait apostrophées en récupérant leur plateau repas au prétexte que le tarif demandé à l'inscription n'était pas suffisant ....

C'est peu dire que la satisfaction d'une belle journée de trail a été rapidement refroidi. Nous avons donc quitté ces lieux pourtant idylliques sans trop nous attarder, avec une étrange impression de fête un peu gâchée.

Dommage. Tout est réuni au Chambon pour faire de ce TGC LA place forte du trail en Charente … L'équipe d'organisation saura sûrement régler les quelques petits détails soulignés plus tôt et attirer un peloton un peu plus nombreux pour les prochaines éditions.

Reportage France 3

 

4 commentaires

Commentaire de richard192 posté le 10-10-2016 à 23:01:11

J'y suis allé il y a quelques années sur un format plus réduit (37km) mais qui avait tendance à repasser sur sa trace. Pas facile d'augmenter le nombre de bénévoles pour suivre un 75km. Je pense qu'ils visent trop haut.
Tout le monde ne peut avoir l'équipe des Gendarmes et voleurs de temps même si le terrain y ressemble beaucoup.
Merci pour le récit et bravo pour la perf.

Commentaire de poucet posté le 11-10-2016 à 07:09:31

Ben j'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de bénévoles sur le parcours, tous les carrefours (parfois insignifiants) étaient sécurisés par une, voir deux personnes.
C'est vrai que lorsqu'on regarde le parcours de cette année, ça parait tarabiscoté ... Mais bon, c'est toujours des traces agréables et ça peut être intéressant pour les suiveurs (qui sont cependant encore moins nombreux que les coureurs).
On sent qu'il y aurait moyen de faire quelque chose de très bien.
@++++

Commentaire de Philippe8474 posté le 11-10-2016 à 08:30:03

En tout cas tes récits sont toujours agréable à lire (je lis beaucoup mais ne commente pas souvent :-s
Et malgré les petites déconvenues de l'arrivée (qui peuvent vite gâcher le ressenti), bravo pour ta course et la jolie perf!

Commentaire de poucet posté le 11-10-2016 à 13:10:47

Oui la fin était un peu déroutante, et j'ai pour habitude de dire ce que j'ai sur le coeur ... Mais ça n'efface pas tout le travail d'excellente qualité fait par l'équipe d'organisation, souligné par ailleurs tout au long de mon récit.
@+

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran