Récit de la course : La Ronde du Bosmont 2016, par freddo90

L'auteur : freddo90

La course : La Ronde du Bosmont

Date : 28/3/2016

Lieu : Andelnans (Territoire de Belfort)

Affichage : 356 vues

Distance : 10km

Objectif : Se dépenser

6 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Avec une bonne perruque...

Depuis la dernière fois…

 

Je m’aperçois que ces derniers temps je ne me donne plus la peine de faire de récit après mes courses. Bon, ce n’est pas une grande perte, il n’y a rien de folichon ou d’exceptionnel dans mes sorties, mais finalement j’aime bien ces récits marqueurs de temps, l’intérêt étant d’y revenir quelques temps après pour voir les évolutions, comment on se sentait quelques mois ou quelques années en arrière.

 

Jouvence

 

Qu’ai-je fait depuis mon dernier récit du Circuit des Grands Crus en mars 2015 ? Ben j’ai rajeunit !

 

En septembre 2015, sur le semi-marathon du Lion, je suis descendu à 1h39, comme en 2009.

En octobre c’était le Girotrail en 2h23 (2h33 en 2011). J’ai fini ces deux courses avec des crampes aux mollets, ce qui m’ennuie un peu, moi qui ai l’habitude de finir fort là je n’ai rien pu faire d’autre que gérer.

Pour finir 2015, j’ai topé 40min30 sur les 10km d’Héricourt, ce qui était aussi mon temps de 2009 : un véritable élixir de jeunesse la reprise du sport !

Et la satisfaction, c’est d’avoir ressorti ces temps alors qu’en 2009 je m’astreignais à un programme d’entrainement avec de la VMA et tout, là ça doit faire 3 ans que je n’ai pas fait une séance de 30-30…

 

2016

 

J’ai un peu de mal à épingler mon 1er dossard cette année, entre les WE où je ne suis pas disponible… et ceux où je n’ai pas envie de me lever aux aurores ! Alors cette Ronde du Bosmont tombe bien, un 10km avec un départ à 10h30, un lundi de Pâques, parfait pour éliminer un peu de chocolat.

En plus en remplissant le kivaoù je voir que Gibus sera présent, le 1er kikoureur que j’ai rencontré en octobre 2012 au Belfortrail.

 

Pas de pression…

 

Des fois on est trop stressé… et des fois pas assez ! Je me force presque pour me mettre un peu de pression pour préparer mes affaires la veille, essayer de penser à tout, mais je vais vraiment l’esprit tranquille au départ, j’arrive tout de même à me conditionner un peu en me rappelant à moi-même qu’un 10km, il faut cracher un peu ses poumons, ce n’est pas ma sortie peinard habituelle du WE.

 

Le matin, le temps n’est pas terrible, mais il ne pleut pas, c’est déjà ça. J’arrive 45min avant le départ et croise quelques coureurs déjà à l’échauffement, je ne comprends pas trop pourquoi commencer à courir autant à l’avance ? Ils ne vont quand même pas faire 45min d’échauffement ?

Au retrait des dossards, je retrouve Gibus, on discute un peu, puis retour à la voiture pour finir de me préparer… et il commence à pleuvoir !

 

Le parcours emprunte 2 km de sentiers en forêt, du coup j’en arrive presque à un questionnement de Saintélyon, chaussures route ou trail ? Des photos de la course que j’ai vue, ça reste du sentier gentil, donc ce sera route !

 

Je commence mon échauffement, retrouve des amis de l’Urban Training de Belfort, ça fait plaisir, impeccable, je fini par quelques accélérations histoire de, et j’essaie de trouver le départ…et le sens du départ J

 

Ma course féminine

 

Je suis placé au 3-4ème rang, ça me va, tranquille, de toute façon c’est intime, nous sommes 160 au départ. Allez hop un coup de pétard et ça décolle, plutôt rapidement d’ailleurs. La route est large, pas de risque d’embouteillage… mais c’est un 10km, faut se donner, alors je suis à peu près le rythme. On voit ma casquette Kikourou suivie de près par le buff de Gibus ;-)

 

Je me retrouve côte à côte avec ma collègue Mélanie, qui sur de type de course peut signer un podium. Il y a 3 féminines devant nous, et je commence à penser à gérer un peu, parce que les 3’50/km je les tiendrai pas toute la course, et qu’il y a encore des montées à avaler. Voici les 4 premières autour de moi : 

 

Je ralentis donc aux alentours de 4min/km après ce premier km, les positions se stabilisent un peu, et puis au bout de 2 km direction les bois et la montée principale du parcours. Je passe devant Mélanie, regarde un peu si elle veut prendre ma roue, mais apparemment non, bon je continue sur mon rythme.

 

Je me retrouve en compagnie de la 3ème féminine, qui fait la course avec un mec pour la coacher. Je repense au sujet sur les féminines assistées en course, c’est vrai que par rapport à Mélanie qui court seule ça me paraît un peu juste. En même temps, le mec ne me paraît pas d’une grande aide. Certes il encourage sa coureuse, mais un peu trop je trouve, elle n’a pas l’air de pouvoir envoyer plus, alors à part la griller dans les 5 premiers kilomètres je ne vois pas l’intérêt.

Et pis… au bout de 5 min, je trouve que ça saoule franchement ! A la place de la fille, je pense qu’au bout d’un moment je finirais par balancer le mec dans un fossé à force de l’entendre « allez ! » « vas-y », « la 2ème est pas loin » en boucle et en permanence !

 

Nous arrivons vers le sommet de cette butte du Bosmont, le chemin devient boueux, quelques passages un peu glissant, je fais gaffe à mes appuis, on va éviter de se re-péter une jambe… En sortant du bois, nous retrouvons la route et une descente, j’accélère un peu pour repasser sous les 4min/km et je distance la 3ème et son coach. Je me force à profiter au maximum de cette descente.

 

Une fois en bas, nous en sommes au 5ème km, je regarde un coup le chrono, 20min54sec, hum si je veux faire moins de 40 min il va falloir gagner une minute par rapport au rythme de 4’/km, ça va être chaud, il faudrait que ça descende tout le temps.

 

Je rejoins la 2ème, que je double un peu après, lors d’une petite remontée. Et là je me dis que les 40 minutes c’est mort, ben on va quand même essayer de donner le maximum !

 

Après cette remontée, c’est reparti pour une descente, à nouveau j’accélère pour profiter au mieux de celle-ci, et je reviens un peu sur la 1ère. Une fois en bas, nous reprenons la fin du semi-marathon du Lion que je connais… et le petit coup de cul qui va avec, ce qui me démoraliserait presque. Bon allez, je connais, on serre les dents et puis ça passe.

 

J’ai du mal à vraiment revenir sur la 1ère, et au 8ème km, une fois de retour en ville… je m’aperçois que j’ai mon lacet droit qui se défait. Le boulet, à force de pas avoir de pression, j’ai oublié les fondamentaux et le double nœud… Bon ça a quand même l’air de tenir comme ça, alors je vais essayer de finir sans m’arrêter.

 

Par contre nous passons à côté de l’arrivée… mais devons refaire un dernier tour de la ville avant, argh ! Le lacet tient plus ou moins, je maintiens le rythme, j’ai du monde devant moi à rattraper, allez on tient !

 

Nous attaquons enfin le dernier kilomètre. Bon là gamin, va falloir se lâcher. Et pis je me dis que plus je finis vite, moins il y a de chance que mon lacet se défasse complètement. Je suis revenu sur la 1ère, nous sommes environ en 3’50/km… et la boucle de mon lacet s’est maintenant complètement défaite, avec le rythme de la foulée peu de chance que je marche dessus mais j’essaie de faire gaffe.

 

L’arrivée est enfin dans le coin, un dernier virage qui arrive, je me pose la question de l’attitude par rapport à la 1ère, je fais le gentleman ou j’envoie ? Bah c’est une course, je ne gênerai pas le classement féminin car la 2ème est très loin, et me dis que le respect ce sera de la traiter comme tout le monde, alors c’est parti pour le sprint après ce dernier virage !

 

Je termine juste devant elle, la félicite pour la victoire… et elle me rend les félicitations pour notre sprint, j’adore qu’une course se finisse comme ça, avec ce mélange de combativité et de respect une fois la ligne franchie !

 

41min 5 secondes au final, je suis content de moi pour un 10km avec 50-60m de dénivelé et 2km sur chemins humides, surtout que je n’avais pas couru depuis 2 semaines. La 2ème arrivera une minute après, et finalement les positions n’auront pas bougée, Mélanie arrive 4ème. C’est dommage, avec une bonne perruque, un cuissard long pour cacher les poils et une petite modification de l’orthographe de mon prénom, je pouvais faire un podium :D

 

Je reste vers la ligne pour voir les autres concurrents arriver, faire un bout de debriefing avec Gibus qui retourne dans la famille… et puis c’est le moment de rentrer pour moi aussi, pour un bon bain chaud parce qu’il a plu pendant toute la course !


C’était finalement bien sympa malgré ce manque de soleil, ça m’a fait une bonne sortie en ce WE de Pâques, reste juste à profiter de l’aprem tranquille ;-)


A bientôt.

Freddo


6 commentaires

Commentaire de Gibus posté le 02-04-2016 à 15:10:34

Bravo Freddo pour ton chrono.
Super content de t'avoir revu.
La prochaine fois, en étant + en forme, on courra ensemble.

Salut

Commentaire de freddo90 posté le 04-04-2016 à 16:39:03

Pas de soucis si tu repasses dans le coin ;-

Commentaire de Eric Kb posté le 03-04-2016 à 00:07:18

La course aux féminines c'est pas réservé au Lutin normalement? Merci pour le récit!

Commentaire de freddo90 posté le 04-04-2016 à 16:39:26

Mouarf, c'est vrai que j'ai pensé à lui...

Commentaire de Benman posté le 04-04-2016 à 01:08:42

Bravo pour ce podium! Tu peux chanter : "où sont les femmes"!

Commentaire de freddo90 posté le 04-04-2016 à 16:40:52

Euh je ne me permettrais pas, c'était la vérité d'un jour, sur un parcours avec plus de dénivelé je sais que ma collègue pourrait me mettre à l'amende...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran