Récit de la course : L'Hivernale de Méaudre 2016, par ilcourtlefuret

L'auteur : ilcourtlefuret

La course : L'Hivernale de Méaudre

Date : 7/2/2016

Lieu : Meaudre (Isère)

Affichage : 746 vues

Distance : 12km

Objectif : Se dépenser

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

trail blanc, vraiment?

Normalement en février je fais du ski. Mais ça c’est en temps « normal ». Cette année, il faut bien dire que la météo capricieuse nous fait tourner en bourriques et après deux sorties skating en janvier dans le Vercors il faut se rendre à l’évidence: il fait chaud, la neige fond et il va falloir trouver d’autres activités hivernales. Tant mieux pour le vélo et la course mais moi qui voulais soulager un genou douloureux, je suis un peu embêté quand même.


ça c'était avant le réchauffement climatique!

Bref, il y a cette course qui a l’air fameuse, l’hivernale de Méaudre, dans un pur esprit « course au saucisson ». Et en plus le kivaou est bien fourni donc je me tâte et au dernier moment (comme souvent) je m’inscris.
 
Les derniers entrainements que j’ai pu faire étant assez bons (malgré cette douleur au genou droit que je traine depuis septembre), j’y vais plutôt en confiance et avec l’idée de me frotter au gratin des kikoureurs. Et surtout si je peux montrer au Bouk le travail qui lui reste à fournir pour revenir sur le devant de la scène, ça me ferait bien plaisir!
J’arrive donc le matin sur le coup de 9 heures, je prends mon dossard et les petits cadeaux de l’orga (des produits locaux bien sûr) et je file m’échauffer.
 
 
Un échantillon des fameux produits locaux
 
 
Là je croise un bonnet reconnaissable sous lequel s’exhibe l’animal sus-cité. Contrairement au tour des Coulmes il me reconnait rapidement et me présente à quelques personnages bien connus de ses récits (j’ai retenu le chasse-neige mais ma mémoire des noms décidément ne vaut rien!). je les laisse et finis mon échauffement. Là, le speaker (ou la speakerine?) annonce un report de 10 minutes du départ. Comme il fait 7-8° et que je suis en collant et manches longues j’ai déjà chaud, du coup je profite de ce laps de temps pour revenir à la voiture, me débarrasser de la veste et enfiler un t-shirt léger. On verra que c’était moyennement inspiré….
Au départ je suis dans la masse, j’ai du mal à décoller mais finalement après un début glissant la file s’allonge et ma foulée aussi. C’est là que le Bouk, que je n’avais pas vu, me lance « je vais te fumer! » Il ne sait pas encore que mon plan c’est de mettre de la distance entre nous rapidement et de ne pas le laisser revenir. Jamais. Impensable. Je sais qu’il est un redoutable finisseur depuis une mésaventure à la montée des 3 communes et aussi que c’est un descendeur d’exception. Comme l’essentiel des descentes est en 2ème partie du parcours, j’ai tout intérêt à prendre le large et partir loin et vite.

Après un bon km de plat en 4’45 malgré les bouchons du départ, on entame la plus grosse montée de la course. Je n’ai pas de super sensations à ce moment mais je ne cherche pas à gérer, on verra bien plus tard. Le parcours se fait en sous bois, c’est agréable mais ça manque furieusement de neige tout ça. Cela me rappelle un peu il y a un an au jour près  le maxi-cross de Bouffémont, un terrain varié tantôt glissant tantôt plus roulant, mais avec plus de cailloux. Normal , c’est le Vercors quand même!

Dès que les montées sont un peu fortes je reprend quelques grappes de coureurs mais j’ai encore du mal à relancer et dans les descentes je suis prudent donc je ne gagne plus rien. Au premier ravito je décide de prendre (déjà) une pause et un coca pour mieux ré-attaquer. Je fais ma course un peu dans ma bulle mais j’apprécie les chemins et l’ambiance très Vertacorienne…. agrémentée de quelques animations dont il ne faut rien dire. Tout juste qu’on nous avait annoncé au départ que le thème en serait les 7 péchés capitaux. Enfin 2 seulement mais pas des moindres: la gourmandise et la luxure. On a donc eu le plaisir de croiser quelques créatures bien exotiques au milieu des bois ...

 
la gourmandise était bien là

 
des traileurs s'adonnant à la luxure dans les forêts du Vercors
 
Plus la course avance et mieux je me sens et j’arrive enfin à relancer dans les faux plats, le souffle est arrivé et les jambes tirent moins qu’au départ. Par contre dès que ça descend je vois parfois passer quelques flèches devant moi. Comme je suis lancé pour de bon, je zappe le 2ème ravito et on entame la longue descente. La température a commencé à descendre et un gars me demande si je suis réchauffé, mais jusque là je lui dit que tout va bien. Ce qui ne va pas durer: la pluie commence à tomber, et elle est fraiche. De plus en plus fraiche. On sort de la forêt et ça devient pire, le t-shirt colle, j’ai de l’eau dans les yeux qui fait ruisseler le sel de la sueur (car oui j’ai transpiré….). Ça pique un peu et je dois fermer les yeux, pas évident pour trouver sa foulée! D’autant plus qu’on arrive dans un champ de patates bien irrégulier où il ne faut pas trébucher. Un autre coureur que je dépasse alors me demande si je veux son « buf », c’est comme ça que ça s’appelle? gentil de sa part mais je n’ai plus qu’une envie, c’est de me mettre au chaud le plus vite possible ce qui me motive pour accélérer. 
 
 
 Maintenant je sais ce que c'est qu'un "buff"
 
 Enfin on arrive sur une grande piste plate et bien régulière pour rentrer sur Méaudre, un bonheur. Les écarts entre les coureurs ne bougent plus trop, mais sur la fin je suis juste derrière une des flèches qui m’avait passé dans la dernière descente. Je ne suis pas trop mal mais lui a l’air bien aussi, alors je prends son rythme. On fait alors du 4’24 au km quand même. Finalement je sens un petit mieux qui me permet de le lâcher, j’ai alors un coureur en bleu assez loin devant mais je ne l’aurai pas. On finit dans le même champ qu’au départ, ça glisse un peu mais j’ai la pêche et je monte allègrement la petite côte pour passer l’arche. 1h08 et quelque, cette année le parcours était rapide grâce, ou à cause des conditions.
 
 
La pluie continue de tomber dru, et comme je n’ai pas assez couru je sprinte me mettre à l’abri et au chaud.
 
Dans mes rêves je ressemble à ça avec mon t-shirt blanc tout mouillé
 
 
 
Mais le Bouk aurait préféré ça sans doute. 
 
 
De bonnes douches nous attendent sauf que…. deux vestiaires, lequel choisir? en face ou à gauche? je prends celui de gauche et commence à patienter qu’une des 2 douches se libèrent quand…. des filles arrivent qui réclament leur vestiaire! zut et re-zut. un vestiaire mixte ça ne se fait pas? Ben non alors même si je n’ai déjà plus rien sur moi, une serviette autour de la taille et le sac à la main je rejoins l’autre vestiaire avec mes comparses.  On se fait de la place comme on peut et même s'il n'y a que deux cabines elles sont assez grandes pour vérifier la solidarité des traileurs....
 
le retour n’est pas moins épique que la course, la pluie s’est transformé en neige pendant ma douche et c’est une neige épaisse, collante, et très abondante. Plusieurs fois la voiture part dérapage malgré les pneus neiges et je croise quelques automobilistes en perdition entre Méaudre et Lans. J’espère que tout le monde sera rentré à bon port cette fois ci mais je ne regrette finalement pas d’être parti très vite, même si j’aurais bien aimé profiter de l’après-course. Ca fait un motif pour revenir en 2017 ! 
 
Avec un peu de chance on y croisera de gentilles sorcières....
 

8 commentaires

Commentaire de Albacor38 posté le 07-02-2016 à 20:55:54

Diantre ! Il nous faudra attendre encore un peu pour savoir si le Chasse-Neige a mis une tôle le Bouk :) ... En tout cas Furet toi tu as encore progressé ! 4'24 dans le final que j'imagine bien gras : respect !

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 07-02-2016 à 22:37:15

Gras ? non justement la piste de la fin était bien compacte on pouvait tenir une bonne cadence, ca faisait du bien après des chemins un peu casse gueule par endroits. Quant à mes progrès ils sont modestes mais constants. A ce rythme dans 20 ans je vise un podium chez les veterans ; -)

Commentaire de samontetro posté le 07-02-2016 à 21:37:27

Non seulement tu fumes le bouk à l'hivernale, mais tu le fumes aussi sur kikourou côté récit!
Il va va pas aimer le bouk!
Coté "7 péchés capitaux" il y avait aussi une "potion magique" (dirons nous) de prévue. Mais le tonnelet a eu une avarie et nos joyeux drilles n'ont pas pu rattraper la situation... le prochain coup!
Je suis sûr que ça vous aurait réchauffé et sans doute ramené le Bouk aux avants postes de la course ce type de potion!

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 07-02-2016 à 22:39:06

Mince dommage pour la potion.... mais le reste etait au top et il y avait même une petite sorcière finalement. Par contre pas d'ours malgré les rumeurs ?

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 07-02-2016 à 22:08:20

C'est un peu le problème de cette course... C'est que c'est tellement bien qu'il faut sans doute se pré-inscrire dès à présent pour 2017 ?? Hein montepatro !!

Bon, sinon, merci pour le récit cher Furet, 9 minutes oui j'ai du travail, la Montée des 3 Communes c'est du passé on dirait...!! En espérant que ton genou ne se soit pas trop fait sentir et dernière chose cette fois tu as la palme du t-shirt blanc saucisson du jour !!

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 07-02-2016 à 22:40:40

Et encore tu n'as pas vu l'etat du t shirt à l'arrivée : mouillé comme un t shirt miss camping dis donc !

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 08-02-2016 à 15:33:01

CLASSE avec les photos !!!

Commentaire de samontetro posté le 08-02-2016 à 15:42:35

Ah ouiii!

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran