Récit de la course : Le Grand Raid des Pyrénées - Le Tour des Cirques 2015, par bouh17

L'auteur : bouh17

La course : Le Grand Raid des Pyrénées - Le Tour des Cirques

Date : 21/8/2015

Lieu : Vielle Aure (Hautes-Pyrénées)

Affichage : 833 vues

Distance : 120km

Objectif : Terminer

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Pfff que ce fut laborieux

Après une année 2014 pas franchement folichonne, que je considère comme une année blanche, très peu de courses, besoin de repos, de faire autre chose, il faut dire que les 3 années d’avant ont été pleines, coté dossards et coté joies de faire du trail.
Je reste donc sur un échec au 160 du GRP en 2014, arrêté par le médecin au 75ème. Je me suis relancé sur 2015 avec pour principal objectif l’Euskal Trail 120 en mai. Plutôt en forme, de bonnes sensations, mais la aussi, j’arrêterai plutôt par précaution au 72 ème, alors que la course sera définitivement stoppée 1h30 après, raison de sécurité des coureurs.
Soit…. 2 échecs successifs, je décide de profiter de mon bon début d’année coté forme pour m’inscrire 2 mois avant sur le GRP 120, le Tour des Cirques, bien décidé à terminer celle-ci ! Je peaufine ma prépa en restant sur mes acquis du début d’année, avec des sorties Off vers le pays basque entre amis, Pas adepte du plus « j’en fais, meilleur je suis », je cotoie des gens qui sont à 17h de prépa semaine, pour la même course…. Gloupssss . Bon, 1/ j’en suis bien incapable, coté boulot , famille…. 2/ Je préfère le qualitatif :op


Coté logistique, je descend seul cette fois, et ce sera Camping !
Enfin, à J-3, je répond au message de Caro et Michel qui viennent de trouver une maison, à 200m du départ, ni une ni deux, Yesss, et je ne regrette pas, cela m’a permis de faire connaissance avec des Kikous : Laurent, Caro, Michel, … et d’autres rencontrés sur la zone de départ et pendant la course aussi, franchement très sympa.



J’arrive donc la veille, récup des affaires et soirée tranquille entre trailers, on parle trail bien entendu, expériences diverses, craintes aussi, météo…. C’est l’heure du dodo. Pour une fois que le départ n’est pas très tôt, ben , c’est pas pour ça que je vais bien dormir, je tourne toute la nuit sans trouver mon sommeil, pfffff, rageant…
6h30, lever, on se retrouve avec Caro pour le p’tit déj, un ami doit nous emmener vers Piau, nous gagnons 1/2 heure le matin, au lieu de prendre les navettes. Enfin sur l’aire de départ, derniers Sms d’encouragements, il va faire chaud, il est à peine 9h et le soleil tape déjà….
5.4.3.2.1 top départ……


9H Piau


Une petite boucle de 8.5km, pour moi sans grand intérêt, montée régulière, et petite descente sèche sur retraverser la station de Piau, boucle faite en compagnie de Caro, qui part tranquillement, ce qui me permet de rester à ses cotés. Le cardio est bas, les sensations ne sont ni bonnes ni mauvaises, juste content d’être la.
Coté matos, pour la première fois, je pars sans Gps, enfin, si, j’ai la trace sur mon Tel, ce qui me permettra de temps en temps de vérifier où j’en suis sur le parcours, et j’ai une montre altimètre, je ma base pour les valeurs d’altitude pour suivre ma progression. J’ai noté sur mon roadbook les données alti en bas et en haut des cols. Une expérience plutôt concluante de ce coté.



10h22 Piau 2


Traversée rapide de Piau, maintenant direction Gedre km25.
Le peloton s’est étiré, il fait beau, la vue est dégagée, l’allure est bonne, je ne tape pas dedans, les descentes sont d’un pas léger, sauf, une bonne gamelle, avec une roulade en prime, sans bobo heureusement, et dans les montées je me permets de doubler un peu, sans m’affoler.
Passage du Port de Campbiel et ensuite très longue descente jusqu’à Gedre.



13h17 GEDRE


15 minutes d’arrêt ici, je mets de la crème sur mes pieds, refais le plein en haut, car le profil montant qui arrive en pleine chaleur risque de faire mal..


Montée en 2 temps, avec une première partie plus raide, mais à couvert, tant mieux, il commence à faire chaud. A ce moment, je rate la source, définie comme point d’eau. Mais un panneau source, pour moi ce n’est pas un point d’eau officiel, enfin, du moins habituel, comme beaucoup d’ailleurs…ce n’est pas très grave en soi, mais il aurait fallu le signaler comme tel à ce moment.

 

La première partie de la montée faite, passage et joie vue sur le lac des Gloriettes, des encouragements des promeneurs, et reprise de la montée direction la Hourquette d’Alans, la ça cogne, les corps chauffent, le niveau d’eau diminue, mes forces aussi, j’aperçois Miss Pacman Sab derrière moi qui grapille des mètres, nous basculerons ensemble au sommet. Dernière gorgée je suis à sec, heureusement j’aperçois la cabane d’Espuguette en contre bas. La descente est facile, je redouble Sab avec un p’tit mot gentil :o)

Arrivé à Espuguette, besoin de me poser un peu, je sens que j’ai pioché. Je refais le plein, m’hydrate, reCrème sur les pieds qui ont chauffés eux aussi. 15/20 minutes ici. Une soupe avant de partir direction Gavarnie cette fois. Petit Sms à Bubulle qui grogne contre le suivi live…. Lol


Une belle descente, toute en sous bois, comme j’aime… j’ai repris du poil de la bête et descend assez rapidement, virage à gauche, et hop montée vers Gavarnie pour la photo. Sab me repasse au pointage de Gavarnie, à peine le temps de prendre une photo je redescends vers le ravito.

A 500m du ravitaillement, je m’arrête boire une Orangina au bar de l’autre coté du pont, en regardant passer les autres coureurs… On n’est pas bien la ?? ;o)


19h25 Gavarnie.


20 minutes d’arrêt.
Je vais mieux que lors de la montée vers la Hourquette d’Alans, mais je n’arrive pas à avaler mon bol de pâtes. J’en ai envie pourtant, qq chose cloche, je le sais…. Je me rabats vers une banane, un peu de jambon, mais c’est compliqué à avaler.
Je ressors, regarde le profil, nous allons maintenant vers Trimbareille, avec une succession de montées descentes. Je reprends une ptit groupe de 3 / 4 trailers, l’avancée est régulière, un coup de fil avant la tombée de la nuit à la famille, qq sms aux enfants, je me dirige tranquillement vers mon chemin de croix…
La nuit tombe, frontale sur la tête un groupe d’environ 10 trailers s’est formé. Les éclairs fusent, mais pas de pluie, ça tonne… Puis arrive la dernière montée avant Trimbareille, et la, plus de force, vertiges, je laisse passer le groupe, m’éloigne de qq mètres du sentier plein de fougères, j’éteins la frontale, noir total, je dois m’assoir, les hauts le cœur arrivent, vomissements pendant 15 minutes, rien qui sort, je suis cuit…. 15 lonnnnngues minutes à me remettre, je repars, fais 500m m’arrête à nouveau, à bout de force, le cardio s’emballe très vite. Y’a rien qui passe.
5 minutes d’arrêt allongé par terre… que les étoiles sont belles…. il ne fait pas froid, heureusement pour moi.
Je repars à nouveau, et à 300m du sommet, je m’allonge encore à regarder le ciel, en attendant de récupérer le peu de force qu’il me reste. Un autre trailer est à peu près dans le même état, je le double, il me redouble lors de mes arrêts. J’attaque enfin la descente, la, je manque par 3 fois de m’étaler au sol, je ne suis plus lucide. Cette fois, je m’écarte du sentier, dans un terrain en pente, près d’un arbre, je vais m’arrêter cette fois + de 20 minutes, si je peux somnoler un peu….
Pas de sommeil, j’entends et vois les lumières passer, je décide une fois pour toute de filer (filer est un bien grand mot à cet instant) vers Trimbareille, que j’atteins, non sans mal. Direction le médecin.


00h41 Trimbareille


La tente des secours est bondée, 2 personnes en train de vomir près du ravito, le pompier responsable à l’air dé-bor-dé, il appelle le PC pour qu’on lui envoie des navettes, il ne sait plus où mettre les abandons… il me regarde, me dis qu’il n’a rien pour moi, et dès que la navette est la, je dois lui donner mon dossard et rentrer… euh…. Ben, nan, pas possible, je veux me reposer, mais il n’est pas prévu d’abandonner, en tout cas pas ici… Je chope un lit de camp à l’extérieur pour 15 minutes sous une couverture. Je ne suis pas loin de la base de vie, je suis au plus bas, ça peut pas être pire de toute façon, mais j’ai de l’avance, même si elle fond, alors le programme maintenant :
1 montée (qui semble dure sur le papier), 1 descente, 1 montée plus courte et une descente jusqu’à Luz. Je vais y arriver à cette base. La famille d’à coté me cherche un thé, que je boirais à moitié, c’est mieux que rien. Le trailer n’est pas bien, je lui glisse un mot d’encouragement avant de partir, je ne saurais pas s’il a arrêté ou non.
Je repars donc, dans les bois, elle est bien raide effectivement. Je suis au ralenti, mais je grimpe.
Vers la fin, il y a un passage avec une main courante, 2 bénévoles sont la pour prévenir, à ce moment, je m’assois, l’un d’eux vient me voir me demande si ça va, et Vlan, c’est reparti pour des vomissements, cette fois c’est de la bile. Il restera pendant 10 minutes avec sa loupiotte, à me soutenir, quand j’y repense…. Un seul trailer me doublera pendant cet arrêt, signe que ça ne va pas vite quand même. J’atteins le sommet, plus que 3 étapes….. La descente est tranquille, un thé pris avec des locaux au milieu de la descente, toujours sympa ces moments….légèrement sucré, il passe….Je bois un peu d’eau, remontée et passage de la croix de Sia, …. Enfin, la dernière étape avant Luz, je suis dans ma bulle, sur le passage des marches avant d’arriver sur la partie bitumée, j’ai à nouveau des remontées, des frissons, mais je continue mon chemin et arrive à Luz.

 

4h29 Entrée Luz


Je prends mon sac, et file directement voir le staff médical, on me donne un Vogalene, tension, basse, mais on a vu pire, test de glycémie, elle est basse mais ça va…. Je prends qq instants, sur le lit des médecins, bois un peu de coca/eau, et essaie d’avaler un peu de compote. Je vais rester un moment, pour tenter de me refaire une santé. Lorsque je dis que je vais continuer, ils sont surpris, mais encore une fois, je me dis que le plus dur est derrière, alors, je prends le temps, mais je repars !
Visite chez la podologue, tant qu’à y passer du temps, autant me faire chouchouter… Les pieds ne sont pas trop mal, pas d’ampoules notoires, un ongle qu’elle va piquer avec la seringue, et la, je me redresse, la regarde et lui dit : Euh, faut arrêter tout de suite !, Elle lève les yeux, interrogatifs … Je dois sortir, je vais vomir !
Je me lève, et file à l’arrière direction la sortie, les médecins me secondent voyant ma rapidité pour aller dehors…. Avec une poche….Bon, j’ai eu un coup de chaud, mais ça va mieux…. Je retourne la voir pour qu’elle finisse son travail, et qu’elle a le tempsde me soigner car je ne vais pas repartir. ….mais c’est fini oui ?! Je lui annonce avec un sourire que je repars ;o) Ses gros yeux en disent long….
Allé, un petit massage des jambes, un dodo de 15 minutes, je me change, mange ½ compote, prend de l’eau pure avec 2 morceaux de sucre dans un de mes bidons, perd mes chaussures + genouillère + boosters + chaussettes, et bien oui, ils n’étaient plus à l’endroit où je les avait posés…. 10 minutes de perdues à les chercher avec une bénévole, sans résultat, j’enfile mes chaussures de rechange (heureusement d’ailleurs) , j’ai d’autres préoccupations, nous verrons ça plus tard. Mais pas glop quand même.
Sms à Bubulle , qui m’encourage, merciiiiii
Il fait jour, je repars seul vers Tournaboup.


6h29 Sortie Luz


2h d’arrêt, c’est long mais j’en avais besoin, oublié les temps prévus, les plans de route, je prends comme ça vient, l’objectif est de finir, je finirais….
La partie jusqu’à Tournaboup je la connais, elle n’est pas compliquée, mon estomac tient bon, mais je ne ferai que marcher sur ce chemin, je ne prends pas de risques. Un peu avant Tournaboup, j’interpelle une petite mamie, assise devant sa maison, et lui demande gentillement si elle peut me dépanner d’un peu d’eau et de sirop, j’ai envie de varier le gout. Quelle gentillesse, du sirop fraise, un bonheur pour moi à ce moment. Quelques mots avec le Papy, qui me dit que je suis pas arrivé, oui, je sais mais j’en prends le chemin, et le quitte en lui promettant de repasser pour le ricard la prochaine fois, la bouteille étant posé sur le buffet , petite parenthèse, qui me fait bien penser que je suis sur sur la bonne pente…


9h24 Tournaboup Entrée

Je rentre dans Tournaboup, je vais manger… si si…. Un peu…. Mais liquide, un peu de soupe, une compote, un thé sucré, de l’eau plate et gazeuse, le tout en faible quantité, mais je m’alimente, c’est bien la le principal. Et repars pour la grosse montée.


9h41 Tournaboup sortie


Jusqu’à Pountou, c’est tranquille ; la pente s’élève à ce moment jusqu’au lac de Coubous, je connais aussi cet endroit, j’y suis allé en famille il y a 2 ans, mon dernier qui avait 4 ans, l’a monté, alors je me dis que si un gamin de cet âge le fait…. Je profite du soleil pour une petite photo au bord du lac.

La partie qui suit est cassante, avec le passage du col de Tracens, dans la pierraille, et la descente qui suit, en tout cas au début, est pareille. Nous avons droit à la Gore Tex, la pluie s’invite pour le passage du col. Je vais mieux et continue mon chemin pour voir la cabane d’Aigue Cluses, où nous retrouvons les trailers du 80 et du 160. J’avale une compote (j’en peux plus des compotes) j’ai envie d’une bière fraiche….
Un p’tit mot avec Pinafle, je repars en me disant : plus que 2 montées et 2 descentes. Et un p’tit message à Bubulle avant de repartir.
Direction la Hourquette Nere, je suis mon bonhomme de chemin, un peu de pluie, pas longtemps, et retour du soleil. Je passe assez facilement la Hourquette à 13h45. Une photo des lacs, j’ai trouvé cette descente assez longue le long du ruisseau, des racines, ce n’est pas très pentu, je suis avec 2 autres personnes, on se suit, l’allure me va bien. Nous arrivons enfin à ce fichu lac de l’Oule, qui s’est fait désirer, j’avoue.

 

Bifurcation vers la gauche, remontée en pente douce vers Merlans, site annonciateur que je vais la finir cette fichue course ! (je site un des sms de la fille, supporter de choc, merci Elisa :o))


15h57 Merlans


Je m’assois quelques minutes, les visages sont marqués, je ne dois pas avoir l’air frais non plus mouahhh. Je repars assez vite, plus que 180m de D+ pour le col du Portet, et avaler les -1400 qui me séparent de l’arrivée. Les premiers km de la descente sont raides, je ne prends aucun risque, après ce que je viens d’endurer, les cuisses chauffent, ça descend ça descend…..
Plus que 5 km, la pente s’adoucit je cours pour la totalité des derniers kilomètres, la pluie refait son apparition, le tonnerre gronde, peut faire ce qu’il veut, on me l’enlèvera pas celle-ci.


Derniers bois, puis du bitume, derniers hectomètres, le foule est la,et je franchis enfin cette ligne à 18h24, après 33h24 de course, soulagé… heureux.

 


Je pars poser mes fesses près du ravitaillement, quelques larmes, mes nerfs lâchent, quelques minutes rien que pour moi….les messages arrivent….
Je rentre aussitôt, j’ai besoin d’une douche.

Alors j’ai galéré certes, mais je l’ai fini, c’était mon principal objectif, finir ce Tour des Cirques, je me l’étais imaginé autrement, mais les aléas font les choses différemment, à aucun moment je me suis vu arrêter, ça faisait 2 ans que je n’avais pas souffert de problèmes gastriques, coup de chaud ? alimentation pas nette ? on ne saura pas, au vu des nombreux cas similaires au mien, et à peu près au même endroit…. ?!
Pas de problème musculaire, une toute petite ampoule, la prépa était pas si mal, je resterai sur le qualitatif plutôt que le quantitatif, ça me réussit comme formule.
Plus rien de prévu en 2015, du vélo, un peu de cyclocross, pourquoi pas, histoire de changer.
Merci à la fine équipe des Kikous pour ce trèèèèès bon Weekend c’était un réel plaisir de vous rencontrer, et aux suiveurs « live » du forum (specially Bubulle , cool man ;o).

 

5 commentaires

Commentaire de caro.s91 posté le 30-08-2015 à 18:14:01

Bravo, tu l'as fait. Tu l'as fini, malgré la chaleur accablante. Tu peux en être fier.
Ravi d'avoir fait ta connaissance et partagé un gîte pour lequel nous avons été chanceux !!! :)

Caro

Commentaire de float4x4 posté le 30-08-2015 à 18:48:13

Hé beh, tu as l'air d'en avoir soupé... tu la mérite bien cette médaille. A voir tes photos, le beau temps t'aura permis de t'en mettre plein les mirettes, plus que l'an passé en tous cas... malheureusement c'est aussi cette chaleur qui a du déclenché la pompe à vomis que chez de nombreux concurrents...

Commentaire de bouh17 posté le 01-09-2015 à 08:30:27

Merci Caro pour le WE ;o)
Bravo pour ton super GRp Float4x4 :o)

Commentaire de Sabzaina posté le 03-09-2015 à 12:20:19

J'aurai dû rester avec toi, j'aurai peut-être fini...

Bravo à toi Hervé, bien contente d'avoir pu discuté un peu avec toi, tu t'es débrouillé commeun chef. Et merci pour ce CR :)

Bises

Commentaire de bouh17 posté le 03-09-2015 à 21:54:05

Merci Sab, et pour le bout de chemin, ravi d'avoir fait ta connaissance également. Tu allais trop vite pour moi en ce vendredi après midi ;o))
Pour ta course, ce n'est que partie remise, tu as sans doute pris la bonne décision, et n'oublie pas: "ce qui ne te tue pas, te rend plus fort".... @ une prochaine sur une autre aventure.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran