Récit de la course : Courchevel Xtrail - 54 km 2015, par JuCB

L'auteur : JuCB

La course : Courchevel Xtrail - 54 km

Date : 2/8/2015

Lieu : Courchevel (Savoie)

Affichage : 1206 vues

Distance : 53km

Objectif : Faire un temps

15 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Que du bon !!!

Ce trail mérite une affluence beaucoup plus grande : parcours de dingue par le tracé et les paysages + bonne orga. La date coince sûrement beaucoup de monde.

Parcours : Si vous cherchez du monotrace, du sauvage et du technique, ce trail est fait pour vous.
Le tracé est top top :
- très peu de route forestière excepté pour la montée à la Saulire, accès refuge du Sault et montée col des Saulces. La première se fait avec le lever du soleil, la seconde est un bon intermède, la 3e est vite oubliée dès que l'on bifurque sur le passage de Plassa
- des chemins très variés : du caillou, du gros caillou, de l'herbeux mais je me souviens surtout des cailloux gros et petits.
- des crêtes magnifiques : la Saulire-Col du Fruit et crête du Mont Charvet
- des descentes difficiles : col du Rateau et passage de Plassa
- des paysages de dingue tout du long : lever de soleil derrière le Mt Blanc et la Grande Casse, Peclet Polset dans le viseur, le Mont Blanc à chaque col, une vue à 360 de la Saulire, sans parler du lac du Rateau qui se jette dans un lapiaz.

Orga : de bonne qualité, des ravitos variés (j'ai apprécié les compotes)
un mail le vendredi avec la météo et rappel des consignes
bénévoles toujours aimables, disposés le long du parcours aux endroits délicats, de bonnes indications de course,
Un grand merci à eux pour leur investissement, leur temps et leurs encouragements.
Kdos : en bienvenue, un cache-oreille + des manchons pour les bras, sympa !!

Les trucs pas au top mais là je chipote
repas d'arrivée : bof bof, mais j'imagine pas évident de faire à manger pour 200 qui arrivent pendant 8h...
cadeau finisher, un mug + un badge... no comment
message pour le pantalon qui n'est plus obligatoire sur un bout de papier rose dans un coin... heureusement que ma femme était là pour le voir. La consigne pouvait être transmise au retrait du dossard.
pas de corde sur le névé sous le Rateau
pas d'accordéon au R3 (là, je chipote beaucoup mais JB m'en parlais depuis le Rateau)

Météo : grand et beau soleil. Pas trop chaud, il pleuvait la veille. Je n'ose imaginer le parcours sous la pluie, bien content que le soleil soit là.

Notre course :
Avec Le FaiZan et jbdelaruelle, on a tous l'objectif des 10h.
On a décidé de faire course commune : ce fut un régal !! Très plaisant de pouvoir papoter, de ne pas mettre les écouteurs, de s'encourager, de ne pas partir dans des pensées négatives, de simplement partager ce moment !

J'ai fait un road-book qui fait 9h54, JB en a un de 9h45.

Je retrouve mes 2 compères 10 minutes avant le départ : je reconnais Le FaiZan à son tee-shirt du DTN.
Attention, on a vu un gars courir avec une copie...

On fait les présentations dans le sas. JB la joue humble : "je viens de Paris et c'est mon 1er trail de montagne". Il a des bâtons tout neufs achetés la veille et s'étonne que ma Garmin 405 puisse tenir 10h.
Discours de l'orga que je n'écoute pas trop sauf qu'il n'y a plus de neige et hop, c'est parti.

Les sautoirs sont illuminés, des flambeaux ont été alignés dans la 1ère montée : ça en jette.
On trotte 30m puis on attaque la montée en essayant de ne pas se brûler...
Pas vraiment de bouchons mais de jolis trains dès le 1er single.
On papote, on papote... tout y passe : la génèse du groupe de Chambé, les règles du DTTN, les enfants, la SSEX, le Bouk évidemment, des autres aussi...

JB vient des Yvelines, un gars qui suit des 2 Sèvres : vu ma connaissance de la géographie, c'est region parisienne mais où, aucune idée... Je ne veux pas balancer mais je crois que pour le FaiZan, c'est pareil.
De temps en temps, je relance un peu et me fait chambrer par mes 2 pinsons qui ont la gueule toujours ouverte.
On sort rapidement de la forêt pour trouver nos premiers cailloux sur lesquels on gambade avec plaisir.

Toute la chaîne du Mt Blanc se dessine en ombre chinoise avec le jour qui se lève, pas un nuage à l'horizon. Ca va être une belle journée.

J'assure le rythme jusqu'au 1er ravito : 1h38 vs 1h40 au RB
Le FaiZan : "t'as prévu 15 min de pause ici ??
Moi : "non, rien..."
Apparemment, mon RB n'était pas clair...
On file direct sur le Rocher de la Loze qui domine une belle descente dans laquelle le FaiZan assure le tempo.

JB en pause devant la Grande Casse



La remontée sur Saulire se fait par une route en gravier, certainement une piste bleue l'hiver.
On monte avec JB, le FaiZan est un poil en retrait.
JB attaque son reportage photo et consulte son compte FB...
Un pote de la Réunion lui annonce qu'il (on) est 80e

Le soleil se lève derrière le Mt Blanc et la Grand Casse, illumine le Pic de la Saulire qui nous domine.
On en prend plein les yeux : c'est magnifique.






JB attaque bien, me décroche un peu : on se retrouve les 3 au 2e ravito : 3h06 vs 3h01 au RB.
10 min de pause prévu mais on n'en prend que 5, on repart à l'heure.

On quitte les pistes de ski pour un très joli single sur la ligne de crête jusqu'au col du Fruit.
On rattrape rapidement un gars qui chancelle littéralement : on prend des nouvelles.
C'est son 5e Xtrail : toujours un coup de barre à cet endroit, il gère...
La crête est superbe, on est en plein soleil, la vue est incroyable.
Il faut juste être vigilant : on est sur des blocs et on avance à un rythme d'escargot.
Sous le col du Fruit, une nouvelle descente sur pente herbeuse.
Petite pause au milieu pour que JB enlève ses premiers cailloux coincés dans les chaussures et moi pour mettre la montre en charge.
Le FaiZan qui a mal à une cheville depuis le départ propose que l'on ne l'attende pas (bien qu'il soit juste derrière)
Vu ce qui nous attend, je proposerai au pied de la descente à JB de filer.
4h vs 3h52 au RB

JB qui s'est bien renseigné sur le parcours annonce que ça court jusqu'au refuge du Saut.
Je suis un peu perplexe : devant nous, tout le monde marche et ça me plaisait bien de marcher...
JB ne court pas, il galope. J'essaye d'accrocher mais il me largue rapidement.
Il pacmanise grave, hallucinant. Notre parisien-1er trail de montagne file à vitesse V.
Pendant que moi, j'attache des wagons.

Au milieu du vallon, on franchit un petit raidillon dans lequel je rattrape une V1 qui prend l'aspi.
Grave erreur madame, mes compagnons ont vite compris qu'il ne fallait pas suivre de trop prêt la machine à vent que je suis...
Tel un gentleman, j'ai retenu autant que faire ce peu.
En réponse à mes excuses, elle m'annoncera que ce sont les risques du métier : j'en ai bien ri.

Mon JB lui galope toujours, se retourne régulièrement pour s'assurer que je suis de loin.
Quand j'arrive au refuge, il a déjà bien entamé la montée du col de Chanrouge.

Vue sur massif de Gébroulaz



C'est dans celle-ci que je me fais rattraper par le Pacman, il va encore plus vite que mon JB.
Donc Pacman parle anglais et me donne gentiment l'heure en me doublant.



Un coup d'oeil au col sur le Mt Blanc, pas de photo, JB a sûrement du en faire. (en fait non, il ne l'a même pas vu)

Au pied de la montée du Rateau, je retrouve JB qui a fini de vider ses chaussures : il a moins d'autonomie que moi avec ma montre, c'est pour dire...
Je lui demande de ne pas coller Pacman qui va beaucoup trop vite pour moi en montée.
Rapidement, on se retrouve au milieu de blocs énormes.
La montée est difficile mais je suis à l'aise contrairement à Pacman qui galère.

Téléphone prenant des photos de manière autonome...



Je prends la tête, JB suit et on grappille 2-3 places facilement.
Au col du Rateau, on nous annonce un passage délicat dans les cailloux après le névé : c'était quoi avant ? un passage sympa ?

Le névé est casse-gueule, je glisse un coup.
Pas vu le passage délicat : j'ai trouvé cette section bien plus facile que la montée.
Il ne faut pas se méprendre : ça reste technique et notre allure est considérablement retardée.

On passe près du lac du Rateau qui se déverse dans un lapiaz : superbe.

Enfin le 3e ravito. On fait les niveaux rapido, on est à la bourre par rapport au RB.
On repart 6 min après contre 15min de prévu.
Du coup, on repart à +6h00 vs 5h57 au RB.
Pas de FaiZan à vue... A postériori en regardant le pointage qui était juste avant le ravito, on a du le rater de 1-2 min pas plus.

La montée sur le col des Saulces se fait avec les 30kms.
Pas le même rythme, en tout cas pour moi,
JB enrage un peu de voir des jupettes nous larguer.
Il m'encourage, tente de me faire relancer sur les plats, me lance des piques "Alors, il avance comment le parisien ??"
Il en profite pour continuer son reportage photo, lire les messages d'encouragements de sa femme et parfaire sa connaissance de la montagne.

  • C'est des marmottes que l'on entendait siffler ?

  • Oui, mais avec les batons qui tapent, on n'en verra pas aujourd'hui

15min après, on en apercevait une courant dans un pré avant qu'elle s'arrête sur un rocher.

 

  • les oiseaux, c'est des choucards ?

  • Non, chocard ou choucas selon la couleur du bec, jaune ou noire


Bon gré, malgré on arrive au col et la bifurcation pour le passage de Plassa.

FB ou les SMS ont parlé, on est passé 65e au ravito
On quitte la route forestière pour un chemin à chèvre-vache qui monte plus raide.
C'est tout de suite plus clairsemé.
La forme est revenue petit à petit et les cannes vont mieux.
Je prends la tête dans la montée, avec vue sur les Marchets, on est au-dessus des Prioux.

Les glaciers de la Vanoise sont superbes : un régal pour les yeux.
On discute toujours, c'est cool.
JB avoue enfin son passé de marathonien : 2h55 le cochon !!
Rien de bien dur jusqu'au col, pas si difficile finalement ce passage.
6h56 vs 6h53 au RB, on est nickel.

Sauf que.... la descente, c'est pas le même topo.
Du caillou, des blocs, du gravier, on rattrape rapido Pacman qui nous (=moi) avait déposés dans la montée et qui n'aime vraiment pas ce type de terrain.
Une corde est posée sur une immense dalle bombée : le cachalot ??
On apprendra que c'est là que groscamion s'est éclaté le genou.
Franchement, casse-gueule.
Heureusement, avec mes dragonnes, je peux laisser filer la corde sans me brûler.

La descente qui suit est très très technique : je prends mon pied.
J'en profite pour prendre un peu d'avance sur mon JB qui me rattrapera au Col de la Grande Pierre ou sur la crête.
Je pacmanise enfin aussi : je suis content, j'ai fait des progrès en descente, l'entrainement paye au moins là-dessus.

On rejoint les 30kms au pied du col sur le Col de la Grande Pierre : pas le même rythme, mais cette fois, c'est l'inverse.
C'est plutôt la queue de peloton et on boulotte plein de monde.

A la fin de la montée, je rattrape une jupette, ma V1 du refuge du Saut.
Elle a du nous doubler au ravito... pourtant, on n'est pas resté long. (ou dans la montée suivante où j'ai eu mon coup de mou)

Par contre, le gars au-dessus, impossible à recoller...
J'encourage JB, je le chambre un peu aussi.
Il ne m'a pas rattrapé au col : je décide de l'attendre, les cannes sont bonnes, je devrais le suivre sur la crête.
Pointage manuel par un bénévole, il estime que l'on est autour de la 60e.
Ca colle avec notre impression.
7h42 vs 7h36 au RB, qui est en 9h54, ça devrait le faire pour les 10h, d'autant plus que j'ai prévu large pour le fond de vallée

La crête du Mont Charvet est superbe, JB m'éclaire sur les trous qui encadrent le chemin.
La vue est grandiose, je ne m'en lasse pas.
On fait une pause pour que JB vide ses chaussures : son autonomie augmente.
J'en profite pour mettre la montre en charge.
On se fait rattraper par un gars qui fait tchi-tchou-tchou.
On l'entend à 100m, un peu pénible. Vu comme il nous a déposé, on ne l'a pas supporté longtemps non plus...

Col de la Dent, nouvelle bifurc.
Je motive JB. Cette crête n'en finit pas, j'en ai plein le dos, lui plein les pattes. Il jongle avec les talons.

Col de la Chal : on a le droit à une bouteille de 50cl par tête mais pas le droit d'emmener la bouteille.
J'ai la flemme de poser le sac, je sonde la poche, ça semble jouer. 8km avant le vrai ravito.
JB en vide une dans sa poche par sécurité.
8h16 vs 8h06 au RB, +10min, merdoum

J'aperçois devant ma V1 dans un groupe de 3-4 plus un gars sac noir intercalé.

En haut, de la montée, j'ai le sac noir en visu mais on n'arrive pas à recoller.
JB s'en fout de remonter des places, il focalise sur les 10h.
Perso, remonter ou coller les autres m'assure que notre rythme est encore bon.
Enfin, la Dent du Villard, depuis le temps que belle-maman m'en parle (elle est du Villard du Planay...)
8h43 vs 8h26, aie, ça va être chaud pour les 10h et JB n'est pas au mieux.

La descente qui suit est facile mais longue, mais longue.
On aperçoit le lac en bas mais le chemin descend sans vraiment de pente.
Les lacets sont interminables.
On fait des pauses pour JB qui attend le plat final avec impatience : il serre les dents.
Les cuisses durcissent. Pour le coup, on est un peu moins dans le plaisir.
On croise beaucoup de promeneurs qui nous laissent gentiment passer en nous encourageant.
Au ravito, ma chérie est là avec les 2 bout'choux. Un bisou chacun et on file s'enquérir du nombre de km restant.
5.5 kms.... et 39 min : 7 min du km : ça va le faire, encore que... il reste un peu de dev
On grappille plus qu'on ne ravitaille.
9h21 vs 9h04 au RB

Un bout de route forestière à plat qui ravit JB avant de déchanter quand on bifurque dans la forêt et qu'il voit que ça descend à nouveau. On rattrape un V2, on prend des nouvelles. Il est tombé au cachalot... C'est à l'arrivée en rediscutant que je mettrais un visage sur son pseudo.

JB a repris des couleurs, on enquille bien.
reste 4km et 29 min : on est dans le rythme.
1km en 8'45, dur dur mais ça remontait...
On reprend sac noir.
Je motive JB pour boulotter les suivants, c'est tout plein de dossards oranges (ceux du 54)
Il s'en fout, il veut les 10h.
Il donne le rythme, course sur le plat, marche rapide dans les montées.
On boulotte grave, les mecs sont arrêtés.
On rattrape même le gars du col de la Grande Pierre, manque plus que ma V1.

Le final est haletant : JB est motivé à bloc par les 10h.
On refait les calculs au fur et à mesure de l'égrènement des kms.
2 km et 15 min, on a repris le retard.

On avance de plus en plus vite : JB me chambre sur mes capacités retrouvées de coureur de plat.
On avoine, je prends mon pied à finir comme ça, à bloc.

Un promeneur nous annonce l'arrivée à 500m, JB accélère encore.
On déboule sur le plan d'eau, coup d'oeil à la montre, c'est du tout bon.
Ma chérie et les enfants à vue, petit bonjour au Manak.
Les autres, y compris le speaker, regardent un gars sauter du 120m, c'est sûr que c'est plus joli que 2 branquignoles qui s'arrachent pour ???
On franchit la ligne ensemble : 9h55 vs 9h54 au road-book.
On a bien fait de s'arracher, on se congratule : on l'a fait en moins de 10h...

53.75km et 4034d+ Garmin vs 54km/4400d+ orga

On nous annonce 69e et 70e : what a f...
On a boulotté au moins 8 gadjos pour sûr, on devrait être autour de la 50e.
On s'en fout : les classements inter devaient être sur les séniors uniquement : seuls les moins de 10h nous importent.
En fait, pas de distinction à l'arrivée avec ceux qui ont pris le shunt au R3.
Tous les gars que l'on doublait arrêtés dans le final devaient en être.
Classements corrigés 2 heures après : 57 et 58 mais honnêtement, on ne s'est pas arraché pour, on voulait juste le chrono.

Il y a 10h05 : je ne connaissais pas JB.
Courir à 2, c'est top, j'ai pris mon pied tout du long excepté mon coup de mou dans le col des Saulces.
Merci JB pour ce moment de partage, pour m'avoir supporté dans tes et mes moments durs, pour avoir toléré mes vents réguliers.

Merci JB d'avoir fait la marche de récup, maintenant, j'ai googlisé Fabien Antolinos. Avec la SSEX et Chorier, ma culture trailistique s'accroît à la vitesse du JB dans le vallon du Fruit.
Merci aux personnes qui permettent ce type de rencontre via Kikourou (modos, calendos, résultos...)
Bravo Le FaiZan d'avoir fini seul.

groscamion, je croise les doigts pour la TDS.
Merci ma chérie pour cette fin de vacances idyllique.


Le badge finisher : c'est vraiment une idée aussi pourrie que ce trail est génial


JB sans son badge


15 commentaires

Commentaire de Philippe8474 posté le 03-08-2015 à 23:21:43

Énorme!
Chapeau Julien!! Maîtrisé!
Quel final!

Et merci pour les photos ça permet de voir ce que je n'ai pas vu l'an dernier!
En tout cas ça donne envie d'y retourner...

Pour le kdo finisher, l'an dernier on avait eu plus de chance, un magnifique tapis de sol :-)

Commentaire de JuCB posté le 03-08-2015 à 23:35:56

Merci bello
Je fais volontiers l'échange. Je serais bien content avec ton tapis à l'automne quand mes chaussures seront crottées.
Je confirme : trail à faire par beau temps. Mais est ce qu'il y a des trails à faire par mauvais temps...

Commentaire de oc12 posté le 04-08-2015 à 07:36:35

Beau cr. Mais si tu veux VRAIMENT bien manger après une course et pas avoir de badge, fais le trail du Caroux, attention il n'y a que 30 km mais beaucoup de coureurs "des Alpes" ont été surpris...

Commentaire de JuCB posté le 04-08-2015 à 08:47:40

Merci pour l'idée, je note.
Aucun doute pour moi qu'il existe des trails sympas en dehors des Alpes mais il faudra synchroniser avec les vacances... et cette année, j'ai eu droit au grand chelem avec Les Contamines, Pralo, pause à Bandol et final à Courchevel + madame qui m'a validé la montagn'hard pour 2016 sans que je ne demande rien.
Donc le Caroux, je ne vais pas le soumettre au vote de suite !!!

Commentaire de oc12 posté le 04-08-2015 à 10:24:51

T'imagines pas à quel point je te soutiens et te comprend, d'ailleurs d'ici à ce que la madame de moi me "valide" une course d'office, y a de la marge!!! Bonnes courses!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 04-08-2015 à 10:30:02

Génial ce récit !!!
Je me le note dans un coin pour le relire !!!

En tout cas vous en avez fait une belle course ! Tu vois, le Bouk est plein de préjugés (notamment concernant Courchevel...), mais si cette course est chouette à ce point elle risque d'intégrer le calendrier DTTN 2016, en tout cas elle devrait avoir mon vote.

Et désolé pour le badge...!!! Par contre le mug c'est toujours sympa, en tout cas plus qu'un 37ème T-shirt !!!

De bonne augure pour l'EB...

Commentaire de JuCB posté le 04-08-2015 à 11:11:17

Attends quand même les retours de la FaiZane et de Manak sur le 20km.
Le profil n'est pas le plus sexy du monde.
Le 33 ne rentre pas dans vos critères...

Je suis d'accord pour le mug.
@++

Commentaire de arnauddetroyes posté le 04-08-2015 à 11:12:43

belle course et félicitations pour ton Cr !

Commentaire de Corne de chamois posté le 04-08-2015 à 14:39:06

Bien jouez jucb !!!
Ca à l'air sympa !!!
Le manak nous a fait voir les photos du 20 kil ca à l'air sympa aussi

Commentaire de JuCB posté le 04-08-2015 à 19:12:50

attention, beaucoup moins de monde qu'aux Passerelles !!!
Tu risques de trouver ça un peu vide...
:-))))

Commentaire de groscamion posté le 04-08-2015 à 18:33:32

Bravo a vous belle course
Je suis completement d accord avec tes commentaires sur cette course.
Merci pour mon retablissement, genou un peu moins enfle aujourd hui mais douleures toujours presentent..je croise les doigts.
Au plaisir sur d autres courses, aborde moi car je ne suis pas physionomiste.
Encore chapeau

Commentaire de JuCB posté le 04-08-2015 à 19:09:11

"je ne suis pas physionomiste"
d'autant plus dur que je suis brun, 1m75, dans la tranche 35-45... donc j'ai pas mal de clones sur les courses. :-))
@+ pour sûr, en espérant un jour faire le wagon derrière toi !!!

Commentaire de jbdelaruelle posté le 05-08-2015 à 12:00:29

Super CR Jucb, j'ai complètement revécu notre course en le lisant :-)
Partager cette course avec toi fut une très bonne expérience et je remercie kikourou de nous avoir réuni! LOL

Commentaire de jbdelaruelle posté le 05-08-2015 à 12:28:27

j'avais pas réalisé que la photo de moi devant la Grande Casse c'était pendant un pause technique, et mon intimité alors!? MDR

Commentaire de JuCB posté le 05-08-2015 à 13:59:28

t'aurais pas balancé, personne ne l'aurai vu : la Grande Cascade devant la Grande Casse.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran