Récit de la course : Trail Caluire Rhône Saône - 25 km 2015, par Gibus

L'auteur : Gibus

La course : Trail Caluire Rhône Saône - 25 km

Date : 22/3/2015

Lieu : Caluire Et Cuire (Rhône)

Affichage : 936 vues

Distance : 25km

Objectif : Pas d'objectif

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un TRS intéressant

Un TRS intéressant


Depuis Le Lyon Urban Trail, le LUT, et le Sainté Trail Urbain, le STU, je suis à l'affût des urban trail

Cela tombe bien, il y a la première édition de celui de Caluire.

Vu le profil de cette ville, ça promet d'être vallonné.

Je suis inscrit sur le 25 kms avec presque 1000m de D+.

 

Nous ne sommes pas beaucoup sur la ligne de départ et en plus il faut compter ceux qui font le 13 kil et les 25 en relai à deux.

Je fais la connaissance de Cocororinette, qui fait le relai, et de Papakipik.

 

Cela part dans les rues avoisinantes sur du dur déjà quand on voit les pentes à descendre ou à remonter.

Je trouve que cela part vite et le profil du début me faisant peur, je ralentis et prends un rythme pépère.

 

Après cet enchainement de montagnes russes, nous montons quelques marches avant de redescendre le long du Rhône.

 





Nous sommes près de l'accès du TEO (Trans Est Ouest)  et du périf de Lyon.


 

La pancarte annonce 5 km. Je regarde mon compagnon du moment. Il est dubitatif comme moi : pas trop au bon endroit, un peu trop tôt.

 

Nous quittons le fleuve et rentrons dans la ville.

Escaliers en colimaçons rigolos.

 

Le parcours est vraiment sympa. J'adore ce genre d'épreuve. Cela change du reste. Blasé le Gibus ?








Nous sommes en haut dans une cité et nous passons dans une travée d’arceaux.

 

 

Plus loin, nous traversons un parc et les deux parcours se séparent.






Nous taillons à gauche. Je me retrouve seul. Personne devant, personne derrière, j'étais tout seul à l'enterrement ?

 

Une longue descente va nous faire rejoindre la Rhône. Ah il y a du monde derrière.

Nous sommes sur le trottoir longeant le cours d'eau.

Bifurcation à droite. Nous entamons les marches. 220 me dit Madame Photogone après m'avoir tiré le portrait, je les ai comptées.

 

Un petit groupe me rattrape, je reste avec eux, gravissant à l'aise ces marches.

 

Nous arrivons au ravitaillement à l'Oratoire. Joli point de vue sur Lyon.

Boulevard Bonnevay, le crayon, l'opéra.

 




Je repars avec un groupe dont une fille.

Je tchatche un moment avec son copain en passant sur la place où l'on passe aux dix kilomètres de Caluire après la voie verte.

 

Cela redescend et il me quitte pour rattraper sa copine qui est parti là bas au loin.

Nous somme maintenant le long de la Saône.

 


Je manque de me tromper en ne longeons pas l'eau et rentrant là où il y a des bateaux.

 

Purée, je n'ai plus de place sur ma carte mémoire de mon APN. Tans pis, j'en ai pris quelques une quand même.

Belle île Barbe en vue.

 

Nous remontons sèchement sur une route. Tout le monde marche.

Un gars me rattrape et me demande si ça va. Oui, c'est simplement la sueur qui me chatouille le mollet. Je vais faire le reste de la course avec lui.

 

Nous passons devant la mairie, superbe endroit, et débarquons sur la voie verte.



Quelle est longue. On ne l'emprunte qu'un petit peu lors des 10 kil.

Je suis avec mon compagnon de route et croisons pleins de joggeurs. Bel endroit encore une fois.

 

Nous remontons sur le pont, traversons quelques carrefours et redescendons le long de la belle Saône.

Je rattrape plein de coureurs qui en ont leur claque.

J'ai un bon rythme et je ne regrette pas mon départ sage.

 

La terrible montée est là à droite. D'abord en sentier puis en macadam. Au milieu trône un caniveau. Mon compagnon, qui s'appelle Gwenael, est plus fort que moi quand ça monte.

Nous alternons petite course et marche avec appuis sur les quadri.

Quelle est longue, en plus elle lève la tête dans ses derniers mètres.

Ouf ça y est, nous traversons le carrefour. Il reste trois kilomètres.

 

Je repars de plus belle attendant l'autre coureur.

Photos Gibus et Asc Caluire

On fait un bout ensemble mais cela me démange et je le lâche de quelques mètres.

 

Passage sur la route et nous en terminons. Plus de 2h30 avec à peu près 600m de D+ au lieu des 962 annoncés. Par contre un bon 25 kms au compteur.

 

Je retrouve Cocorosinette ravi avec son relayeur et aussi Kirikou69.

Nous buvons un coup ensemble au ravito.

Un petit coucou à la famille Photogone et je taille me changer car ça caille un peu.

 

J’adore vraiment ce genre d’épreuves et celle là, elle est bonne.

 

 

 

Plein la tête, mes p’tites basquettes sont toutes fumées et toutes crottées.

Alors j’me sauve dans le matin gris, d’l’adrénaline jusqu’à lundi.



5 commentaires

Commentaire de Arclusaz posté le 08-04-2015 à 20:51:32

eh, eh, merci pour les photos, je cours souvent par là à midi (bon, je n'ai pas le temps de passer partout ). Dommage, ils ne vous ont pas fait emprunter "mon" bois secret sous l'oratoire.

Commentaire de Kirikou69 posté le 08-04-2015 à 21:19:15

Super récit comme d'habitude mais avec moins de boue que les précédents récits: les trails urbains ça change des cross.
Ravi d'avoir fait ta connaissance.

Commentaire de millénium posté le 09-04-2015 à 13:03:36

superbe ce récit bien imagé , merci (et bravo)

Commentaire de Jean-Phi posté le 09-04-2015 à 15:55:05

Merci pour les photos, ça donne sacrément envie ! A part au LUT, je ne cours que peu souvent dans ces coins. Je pense que j'en serai l'an prochain ! ;-)
Bravo pour ta perf en tout cas

Commentaire de Cocorosinette posté le 09-04-2015 à 22:50:31

Super récit. Content d'avoir fait ta connaissance. Au plaisir sur un autre Trail urbain (tiens, il y a en un dans 10 jours ;-p )

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran