Récit de la course : L'Aurélien Trail - 28 km 2014, par patfide

L'auteur : patfide

La course : L'Aurélien Trail - 28 km

Date : 4/5/2014

Lieu : St Maximin La Ste Baume (Var)

Affichage : 717 vues

Distance : 27.4km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Je passe enfin la ligne d'arrivé.

L'aurélien Trail : la défaite du chat noir. 

Pour vous remettre en mémoire les faits. La saison dernière j'avais présumé de mes forces et je m'étais inscrits sur la plus grande distance. A savoir 42 km et 2600m D+. Grave erreur pour un débutant t'elle que je l'étais. J'avais finalement abandonné au 36 km car je ne pouvais plus avancé. 
Cette saison mon entraînement était bien meilleurs et ma motivation suite au bon résultat les semaines précédentes était au maximum. Le seul petit hic : mon entorse de la cheville pas encore remise et la douleur au genoux suite à ma chute. Je vous cacherais pas que mon volume d'entrainement des semaines précédentes avait été revu à zéro.

La vielle de la course, Sabfer un joueur de VéloManager (jeux en ligne) m'annonce qu'il participe aussi à la course et sur la même distance que moi. A savoir 27.4 km pour 1250m D+. Je n'ai pas fait l'erreur de m'inscrire sur le 44 km cette année. Je lui propose donc de ce retrouvé le lendemain et de faire une partis de la course ensemble. 


Nous voila donc dimanche matin. Mon réveil sonne à 5h30 (faut être con pour ce levé si tôt un dimanche). Après une rapide préparation, je prends la route direction St Maximin la Ste Baume. J'arrive à 7h05 et comme l'année dernière, il y a beaucoup de monde. Je dois faire la queue pour récupéré mon dossard. J'arriverais à l'avoir à 7h30 autant dire que l'échauffement sera minime. Entre temps, j'essaye de croisé sabfer mais impossible de ce voir. T'en pis on verra plus tard. 
L'échauffement terminé, je file rapidement sur la ligne de départ. Les sensations ne sont pas top mais maintenant qu'on est là, on fera pas demi tour. Je vise environs 4h/4h15, chose qui devrais être largement jouable. 
Alors que j'attends patiemment le départ, un coureur s'approche de moi et là surprise Sabfer. Nous discutons rapidement de trail et de VM puis vu que nos objectifs semble être les mêmes, ont décident de courir ensemble. 

Départ :
Le départ est donner à 8h pile. Nous partons tranquillement en fin de peloton. Aucune raison d'aller vite vu ce que l'on vise. Les deux parcours partent en même temps donc cela fait du monde devant nous. A vu d'oeil 450 personnes . 
Les premiers km sur bitume ce passe facilement et il ce trouve que j'ai finalement de bonne sensation. Il va falloir confirmé ça dans les montée à venir.

Km 2 à 7 : 
Les sensation sont toujours excellentes et je profite vraiment du paysage et de la course. Je suis toujours au côté de Sabfer et le fait de discuté fais passer le temps plus vite. Les premières montées sont avalées facilement et au pas (léger embouteillage). Puis retour sur du plat puis re-monté. Toujours aucun signe de mes douleurs alors dès que le terrain redeviens plat, je décide de commencé à remonté un peu de monde histoire de faire du bien au moral. C'est aussi à ce moment là, que je laisserais Sabfer à ça course. 

Km 7 à 10 : 
Les deux courses se sont enfin séparé est maintenant nous savons vraiment contre qui ont lutte. De mon côté, je remonte toujours au classement. Les montée sont avalé avec beaucoup de facilité et le peu de descente ce passe très bien. Les paysage sont vraiment superbe et le temps magnifique. Vu que je cours sur un rythme inférieur à celui de d'habitude, j'ai largement le temps d'en profité. Je m'autorise même quelques petit arrêt pour regardé au loin. 

km 10 à 14 : 
Nous arrivons maintenant dans une longue descente en sous bois. Très belle et très roulante. Courir sur de la terre noire change des habituelles pierres ou bitume de certaines courses. En plus de ça, ça préserve les articulations, autant vous dire que j'en suis ravis. Je continus a reprendre des coureurs, je trouve même ça bizarre car j'ai vraiment pas l'impression de courir vite. 
Puis une nouvelle montée courte mais raide fera son apparition. C'est pas la première fois que je la vois car l'année dernière c'est elle qui avait éteint mes dernières forces. Cette année ce ne fût pas le cas. Je montée tranquillement en profitant du paysage et en constatent que l'on pouvais aussi prendre plaisir à montée. Le petit points d'ombre est qu'il commencé à faire chaud.

Km 14 à 18 : 
Je remonte beaucoup moins de monde maintenant. Les écarts sont réduits et vu que je ne veux pas me livré, je garde ma place. Le soleil commence à vraiment taper et j'en souffre un peu. La descente précédente c'est fait dans la poussière et je peux vous garantir que j'en est manger beaucoup.
Le ravito du km 18 est un bonheur. J'en profite pour prendre deux minutes de repos et j'en profite aussi pour grignoté un peu. Mes jambes commence à être lourdes donc il va falloir faire attention.

Km 18 à 23 : 
Rien de compliquer à première vu mais un enchaînement de montée casse patte et de descente roulante comme j'aime pas. Ma cheville commence à légèrement en souffrir donc je ralenti un peu tout en essayant de garder la place que j'ai. A l'heure actuelle, j'ai vraiment l'impression de plus avancé mais en discutant avec d'autre coureurs, je me rends compte que c'est pareil pour eux. Pas grave, je sais déjà dans ma tête que je terminerais cette course, le tout est de savoir en combien de temps. 

Km 23 à arrivé : 
On dit souvent que les derniers km compte double ben pour moi ils ont compté triple. J'avais l'impression que l'on arriverais jamais. Une dernière descente bien raide avant de retrouvé du bitume m'oblige à marcher mais pas à cause de douleur c'est surtout psychologique. Je voulais assuré et surtout pas me blessé pour finir la course en pleine forme. Une fois le bitume sous les chaussures, c'est simple. Il reste 1 km. Je vois un coureur 150 m devant et personne derrière. C'est donc la place que je garderais. 

L'arrivé : 
J'avais demander à ma femme de m'attendre avant l'arrivé car je sais que mon fils (3 ans bientôt) adore courir. C'est donc avec beaucoup de plaisir qu'à 50 m de ligne mon fils et venu me rejoindre pour passer la ligne avec moi. Beaucoup de bonheur. 


Au final, ce fût une course que j'ai vraiment apprécier. J'ai passer la ligne en 3h54min53s et j'ai fini en 160 ème position. 
Je suis content car au final, j'ai eu aucune douleur et j'ai eu aucune chute. J'ai couru à un rythme qui m'a permis de profité du paysage et de la convivialité des autres coureurs. 



1 commentaire

Commentaire de kkris posté le 06-05-2014 à 22:56:24

bravo, tu as bien géré pour profiter du parcours, c'est le plus important.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran