Récit de la course : Semi-Marathon Grenoble-Vizille 2014, par ilcourtlefuret

L'auteur : ilcourtlefuret

La course : Semi-Marathon Grenoble-Vizille

Date : 6/4/2014

Lieu : Grenoble (Isère)

Affichage : 917 vues

Distance : 22km

Objectif : Se dépenser

5 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La Révolution débarque à Grenoble

Plutôt de circonstance cette année ce semi-marathon dit "révolutionnaire" après une élection municipale qui a vu l'équipe sortante sortie et de quelle manière... Bref pas de politique ici juste un rappel historique de ce qui s'est passé il y a quelques 225 ans.

J'ai plutôt pas mal hésité à venir, tiraillé entre l'envie de découvrir une course appelée à devenir incontournable, et le fait que le printemps n'est pas vraiment la saison où j'atteins habituellement mon pic de forme. D'autant plus que je n'ai pas fait de préparation particulière, juste mes sorties hebdomadaires habituelles d'une petite heure. Par contre le cardio a l'air plutôt bon et la forme n'est pas si mauvaise alors... Au dernier moment, je m'inscris sur internet (le jeudi soir quelques 3h avant la clôture). Objectif: moins de 1h50 et le plus proche possible de 1h45 (sur une base de 21,6km, je ne sais pas encore que le parcours en fera tout juste 22!)

Histoire d'avoir bonne conscience, je fais une petite sortie vendredi soir pour vérifier que j'ai bien les jambes qu'il faut pour courir ce semi-marathon. Patatras! rien, que dalle, mal aux jambes, pas de souffle, une galère de 45 minutes qui me fait sacrément hésiter: est-ce bien raisonnable d'y aller? Je me console en me disant que la semaine dernière c'était bien mieux et que l'état de forme du moment est à peu près aussi prévisible que l'âge du capitaine (ou bien c'est l'inverse??). Du coup je décide que je mettrai mes vieilles chaussures de trail dans lesquelle finalement je ne me suis jamais blessé. Mais vu leur âge, il faudra bien que je finisse par m'en séparer. Même les fétiches ont une durée de vie limitée!

Dimanche matin: réveil difficile (normal je n'ai jamais le réveil facile surtout à 6h20). Je me traine, je suis en retard et j'arrive vers 8h15 au retrait des dossards et là, mauvaise surprise: je n'ai pas réalisé lors de mon inscription que les navettes étaient pleines et qu'il faudra revenir par mes propres moyens. Oups! Qu'importe j'y suis, j'y reste, ou plutôt j'y vais! Un petit échauffement tout doux dans le parc Mistral, c'est plutôt sympa et en plus il y a plein de points d'eau pour s'hydrater. Par contre j'ai toujours ces douleurs dans les jambes auxquelles je ne suis pas habitué. Et un coup d'oeil au cardio m'inquiète: 160??? Il a un problème cet appareil ou c'est moi qui suis nerveux?  Je reviens vers le départ et prends position dans le sas 1h30-1h45 (qui est le temps de référence sur un semi et non l'objectif entendons nous bien, et pour une fois j'ai l'intention de prendre un bon départ). Le nouveau maire (arrivé en vtt parait-il) fait un petit discours que j'écoute vaguement. Je suis hyper concentré et même sans rien faire ce foutu cardio est toujours autour de 140. C'est donc uniquement mental si je suis à ce niveau.

Pan! c'est parti, je m'accroche au wagon en essayant de trouver un bon rythme. 1er km en 4'50, 2nd en 4'45 et 3è en 4'30 je suis enfin lancé. On traverse Grenoble vers le Sud et déjà Eybens. A l'approche de la montée vers Brié et Angonne je commence doucement à lever le pied pour ne pas me cramer trop vite. Un premier ravito, un gobelet et je repars. La montée commence, je trouve le rythme autour de moi assez soutenu, je continue à m'accrocher et je fais l'effort même si quelques coureurs me doublent. D'habitude en montée c'est l'inverse mais je suis parti moins prudemment aussi donc le niveau est plutôt pas mal autour de moi. Globalement je suis dans le train. La montée est dure, puis se transforme en faux plat montant avant une deuxième pente rectiligne assez soutenue qui fait bien mal! A Brié, un orchestre de cuivres nous joue je ne sais quel morceau (que j'aime bien mais je n'arrive plus à m'en souvenir!), ça me donne le sourire et j'accélère légèrement. D'autant plus qu'un mec sur le côté nous lance: "vous êtes dans les 15!" les 15 quoi? Pourcent du classement ? ça ce serait vraiment une grosse surprise!

Juste après c'est le sommet, environ 9,6km et ravito. Gobelet à nouveau, je repars et je regarde le chrono à 10km : je suis à un peu plus de 51'. Nouvelle surprise, je pensait plutôt arriver vers 55 et ça confirme que je n'ai pas été prudent. On continue sur un faux plat, les 12km arrivent en tout juste 1h! J'ai repris mon rythme plein et je suis assez satisfait. L'objectif de 1h45 devrait être atteint! C'est alors que.... mon cauchemar survient. Dans une portion de descente soutenue vers Volnavey: les crampes! Mollet gauche, puis droit. C'est la cata, je n'arrive décidément pas à les éviter sur les sorties de plus d'une heure, et toujours en descente. Heureusement j'ai appris à les gérer: je relâche légèrement l'effort jusqu'à détendre les mollets, et j'hyperventile; J'ai l'impression d'être un boeuf apoplexique mais c'est la seule solution que je connaisse. Tant pis pour le style, et le chrono. 1km en 5', ça met un terme à mon objectif de faire un temps. Le reste de la course est une longue galère. Chaque fois que je crois pouvoir revenir dans le rythme, mes jambes me rappellent à l'ordre et je dois décélérer. Quelle frustration!! Pendant 5km environ je lutte et j'essaie d'oublier ce qui m'arrive, j'avance sans plus penser à rien. D'autant plus que la ligne droite vers Vizille est assez désespérante de monotonie. Arrive un moment où ce ne sont plus les crampes mais juste la fatigue qui m'empêche d'accélérer. Ce manque de préparation à l'évidence. Je finis au mental, le corps avance de façon automatique mais je suis vraiment dans le dur. le chrono me donne une arrivée prévisible vers 1h48, je tourne entre 4'30 et 5' par km mais je ne suis pas très sûr. Les trois derniers kilomètres (bouclés en 14' finalement) sont plus sympathiques avec l'arrivée dans Vizille et le Parc, on profite d'un cadre vraiment agréable. Avant l'arrivée un gars arrive derrière moi, j'accélère pour résister et garder ma place, question d'honneur. Il m'encourage et je finis une foulée avant lui. On se tape dans la main, bonne ambiance entre coureurs! Je finis en 1h47'47 au scratch (1h47'26 réel) soit dans le temps d'objectif et avec 400m de plus. Sans ces crampes qui m'ont quand même suivi pendant 10km, 1h45 aurait été largement à ma portée. ça m'apprendra à être mieux préparé et ne pas venir en touriste. Le classement est quand même flatteur, je finis dans les 20% au général ce qui est nouveau pour moi et confirme que tout doucement je progresse.

Au bilan la course tient ses promesses, le parcours n'est pas d'un intérêt grandiose en soi (Marseille Cassis par exemple reste incomparable) mais la montée et l'arrivée au Château de Vizille font oublier le reste. Et le thème révolutionnaire ajoute une touche sympa et colorée avec pas mal de déguisements et de bonnets phrygiens qui en font une compétition vraiment à part. Bravo à l'organisation, beaucoup de bénévoles souriants et efficace. Les infrastructures au départ et à l'arrivée sont également excellentes. Il faudra que je revienne l'an prochain je compte bien en faire un objectif de début de saison.

Et après une bonne douche j'ai même pu rentrer en navette! 

5 commentaires

Commentaire de Albacor38 posté le 06-04-2014 à 18:25:10

Belle course en effet Le Furet avec un sans faute côté organisation. Une météo idéale. Et une ambiance des plus sympatique ! Comme tu as bien fait de t'inscrire au dernier moment.

On a dû se croiser je termine à une petite 50aine de secondes derrière toi. Un mec en maillot vert et noir de la foulée des ramparts de chabeuil à l'agonie avec un bonnet phrygien sur la tête :)

Merci pour ton récit "camarade"

Commentaire de richard192 posté le 06-04-2014 à 18:43:24

Plus rapide que le Bouk pour le récit. ça mérite un bravo!
Pour la course également.

Commentaire de ilcourtlefuret posté le 06-04-2014 à 19:15:20

Oui Albacor en effet je suis resté un bon moment derrière toi entre Volnavey et Vizille, je désespérais de pouvoir te dépasser. ce qui a fini par arriver quand même un peu avant l'entrée dans Vizile disons entre 2 et 3 km avant l'arrivée. Moi j'étais en short bleu t-shirt blanc mais aucun signe distinctif à part une respiration un peu "forcée" :-/
Et merci Richard, le récit a été écrit au soleil dans mon jardin pour profiter de ce très beau temps tout en récupérant des forces!

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 06-04-2014 à 19:22:01

Bravo mon furet, oui c'était un grand moment, dommage pour les crampes, mais la fête était belle !!!

Commentaire de lisa38 posté le 08-04-2014 à 10:07:07

Bravo à toi !!! quel beau temps !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran