Récit de la course : Triathlon de Belfort CD 2013, par freddo90

L'auteur : freddo90

La course : Triathlon de Belfort CD

Date : 2/6/2013

Lieu : Belfort (Territoire de Belfort)

Affichage : 930 vues

Distance : 20km

Objectif : Terminer

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

I'll be back...

Revenir...


L’année 2012 s’était mal finie pour moi, double fracture tibia-péroné sur la Saintélyon, suivi de 3 mois de convalescence avant de pouvoir remarcher sans canne. Mais à partir du moment où j’ai vu que je n’aurais pas de complications, je me suis posé la question d’un retour à la compétition, ou du moins à une compétition.


Sans idée précise, je regarde par-ci par-là le calendrier. Une tendinite au releveur de la jambe blessée me convainc que limiter autant que possible la course à pied. Oui mais alors, quoi faire ? Et puis l’idée se fait plus précise, portée aussi par le hasard du calendrier : le 2 juin, 6 mois jour pour jour après mon accident, auront lieu les versions “découverte” et Courte Distance du triathlon de Belfort. Je l’ai déjà fait en relais il y a 2 ans, avec la partie CAP du CD, mais cette fois-ci je veux le faire seul.


Dès le mois de mars, c’est donc parti pour 2 séances de natation par semaine, le principal problème pour moi étant de nager les 1500m de ce courte distance. Je progresse, passe de 100m de suite à 200, puis 300, puis 400... oui mais même en considérant la sortie à l’australienne, et le fait que je n’aurai “que” 2 boucles de 750 m à faire, le compte n’y est pas. Et côté CAP, je préfère toujours continuer à temporiser.


A la mi-mai, je prends ma décision, je m’inscris via mon entreprise au triathlon “pour tous”, soit 300m de natation, puis 18km de vélo et 3.5km de CAP pour finir, ça va être dans mes cordes. Au boulot, Anne, chargée des inscriptions, me demande si je suis bien sûr de moi, j’ai ressorti un certificat médical de juin 2012... oui, ça va le faire, au pire la CAP se fera en marche rapide !


Le compte à rebours


j-6 : depuis la mi-mai, un temps pourri s’abat sur la région, et même sur tout le pays j’ai l’impression. J’apprends que 15 jours avant, au triathlon de Montbéliard, pas mal d’athlètes ont abandonnés pour hypothermie, j’entends parler d’une quarantaine de couverture de survie sorties par les sauveteurs... gloups !


j-5 : ça commence à parler de modification du tracé. Mes collègues inscrits sur le championnat du monde open pensent qu’ils ne nageront que 1.5km au lieu de 4, et que pour le triathlon pour tous la natation sera supprimée


j-4 : j’ai réalisé ces derniers qu’à part quelques courses en jouant au foot avec le fils de mon ami, je n’ai pas recouru depuis décembre. Je me lance donc pour 4km autour de l’étang des Forges de Belfort. Le 1er km est dur, la douleur le long du tibia monte, aïe, je continue quand même... et bonne surprise, après cette remise en course douloureuse, tout se calme, je fini mes 4 km sans douleur particulière, youpi ! Bon je suis 20 pulsations au-dessus de mes habitudes pré-accident, j’ai l’impression qu’il me manque un poumon tellement je souffle, mais ça va le faire !

Dans le même temps, mon collègue inscrit sur le long me dit qu’il a nagé 700m dans l’étang du Malsaucy, lieu de la course, et que malgré sa combi intégrale, c’était frais, il cherche même une cagoule néoprène pour parfaire son équipement. De mon côté, je n’ai qu’un shorty, oups, ça risque d’être faire dimanche !


j-3 : la décision de l’organisation tombe : pas de natation du tout pour le championnat du monde et le longue distance, l’eau est trop froide au regard de la température de l’air. Mais par contre, la natation est maintenant pour le triathlon pour tous ! Argh, c’est quoi ce binz ?? Bon je pourrai narguer les collègues inscrits sur le LD, mais quand même quoi ! Je profite d’un rayon de soleil le midi pour aller reconnaître le parcours vélo, je connais la plupart des routes, mais je ne les ai jamais enchaînées dans le sens prévu pour la course.


j-1 : nous venons d’avoir 2 jours de temps pourri, pluie et 10-12°C, là je commence à douter. Je vais chercher mon dossard, le site du Malsaucy est en configuration Eurockénnes avec un mois d’avance, la boue est déjà là ! On se croirait plus au départ d’un trail ou d’un cyclo-cross... Au moment de retirer le dossard, j’aperçois l’affiche : “Natation annulée pour toutes les épreuves du dimanche”. Ah, sauvé, un peu frustré quand même, mais soulagé aussi :-) La natation est donc remplacée par 1.5km de CAP pour nous.

Le site du Malsaucy le samedi soir : 


Un souvenir, tout propre pas servi :-)



L’avant course


Sans affaire de natation à gérer, je me rends au départ en vélo, avec tout dans mon sac à dos. La veille, j’ai préparé mon vélo aux transitions CAP-vélo-CAP : j’ai remonté mes cale-pieds, pour faire le vélo avec mes baskets et n’avoir à gérer que mon casque et une veste pour le vélo.


Je suis parti avec un collant long, t-shirt manches longues, mais j’ai prévu au cas où un cuissard court, t-shirt manches courtes et les manches de ma veste de vélo sont dézippables. Et un peu avant le départ, le soleil arrive enfin. Changement en vitesse en profitant des cafouillages sur l’heure de départ (9h, puis 9h30 car trop de monde au retrait des dossards, puis à nouveau 9h, puis finalement 9h30, toutes ces annonces en 45min...), je raccourci tout !


Nous partons pour la petite boucle de CAP depuis l’endroit le plus étroit des chemins du Malsaucy, bizarre... Pour cette partie, la stratégie est simple, arrivé au vélo sans douleurs, donc on gère, je vise 5min/km. Je rejoins quelques collègues sur la ligne de départ, on papotte tranquillement en attendant et en essayant d’entendre les consignes


C’est parti


Allez go, je pars tranquille, quasiment depuis le fond, un peu frustrant de devoir gérer et ne pas se lâcher, mais je veux être en forme pour le vélo. J’arrive au parc à vélo en 207ème position, nous sommes environ 270 sur la course, 5’11”/km de moyenne, j’ai bien géré.

Je gagne presque 20 places lors de la 1ère transition, le temps d’enlever la casquette, mettre mon casque, la veste et c’est parti pour la chevauchée fantastique !


Je me fais plaisir sur le vélo, les jambes sont là ! Je remonte du monde, sans gloire face à ceux venus avec un VTT, un peu plus fier de moi lorsque la monture doublée est à la hauteur de mon vélo. Il y a 6km pour arriver au sommet de la bosse du parcours, puis cela redescendra presque tout le long ensuite.

Au basculement, j’ai déjà repris quelques places grâce à la montée, et je continue dans la descente, à la fin de celle-ci je rattrape Anne, en l’encourageant bruyamment, pour la rassurer sur le fait qu’elle a bien fait de m’inscrire !

Je continue à doubler, affine les trajectoires, que de plaisir, je sais que c’est là que je peux faire quelque chose.


Au final, je reviens au parc à vélo avec 30km/h de moyenne, et surtout avec 70 places de gagnées ! Je reprends encore une vingtaine de place sur la transition, et ressort 101ème pour la dernière boucle de CAP.


Cette fois-ci je pars plus rapidement, mais pas de quoi non plus me lâcher, je me suis fait plaisir sur le vélo, je suis déjà content de moi, on ne va pas gâcher 6 mois de convalescence réussie pour gagner quelques places anonymes. Alors je déroule, la montre me donnera 4’48”/km de moyenne. J’accélère un peu à 800m de l’arrivée, mais rien de transcendant.

Un bel appui sur cette jambe presque réparée 


Nous sommes à 300m de l’arrivée, je sens que le mec derrière moi va vouloir me poser une mine, bon pas grave, je suis là pour gérer... oui mais fait chier quand même, j’ai été raisonnable jusqu’ici, et maintenant j’en ai marre ! Je me lâche, et c’est parti pour faire l’arrivée au sprint, je me donne enfin sur la CAP, ça fait du bien ! D’ailleurs ma montre a bien enregistré ce pic de fierté sur le final :-)


J’en fini en 59min et quelques secondes, sous les encouragements de mes collègues, surpris de ce retour, 3 mois après m’avoir vu revenir au boulot avec ma canne de grand-père ( ou Dr House, selon les sensibilités TV ). Je suis heureux, essoufflé mais content. J’attends mes autres collègues à l’arrivée, je ne boude pas mon plaisir pour annoncer mon temps, c’est un peu égoïste, mais après tout c’est MON retour, alors je savoure !


Après


Voilà, l’après midi de la course, certainement frustré par le peu de temps de course, et surtout désireux de profiter du retour du solei, je repartirai pour une vingtaine de km en vélo. Le lundi, ma jambe se plaindra un peu de ce dimanche chargé, mais rien d’anormal ou de persitant. Reste maintenant à savoir quelle sera ma prochaine course, mais avec encore ces vis vers le genou et le clou dans le tibia, il n’y aura pas de grandes courses à pied...


A bientôt.

Fred


4 commentaires

Commentaire de L_Olive posté le 07-06-2013 à 10:23:02

dommage que la course fût scindée ainsi... la prochaine c'est la bonne ! bravo et beau retour

Commentaire de freddo90 posté le 08-06-2013 à 21:42:45

Merci, et maintenant oui, reste à retrouver un triathlon découverte à ma portée...

Commentaire de a_nne posté le 19-06-2013 à 22:12:56

Bravo pour ce retour gagnant !

Commentaire de freddo90 posté le 21-06-2013 à 12:12:56

Merci !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran