Récit de la course : L'Aurélien Trail - 40 km 2013, par patfide

L'auteur : patfide

La course : L'Aurélien Trail - 40 km

Date : 9/5/2013

Lieu : St Maximin La Ste Baume (Var)

Affichage : 957 vues

Distance : 41.31km

Objectif : Terminer

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

L’Aurélien Trail : Première victoire dans la défaite.

J'ai mis un moment a savoir si j'allais oui ou non écrire un compte rendu. J'ai enfin choisi. 

 

Le jeudi 9 mai, ce déroule L'Aurélien Trail à St maximim la Sainte baume. Deux tracé possible. Un 15 km et un 42 km. Je choisi de m'inscrire sur le 42. 

J'ai débuté la Cap depuis environs 3 mois et je sais que m'attaquer a ce Trail compliqué ne sera pas une chose facile. Mais ma motivation est au maximum et je me sents bien physiquement donc on va tout donner.

 

Je pars de chez moi a 6h15. Après 35 min de route, j'arrive a St maximim. Pas de problème d'indication, ni de parking.  Je vais tranquillement chercher mon dossard ainsi que le tee-shirt technique (simple mais qui sera parfait pour les entraînement). Je ne connais personnes et je vais donc me préparé a la voiture. Je discuté un peu avec les personnes garé a côté de moi. Ils viennent pour faire leurs sortie longue et me prennent un peu pour un fou (je pense qu'ils ont raison ^^). Célà ne me décourage pas le moins du monde et je file donc m'échauffé du moins aussi bien que je le peux.

 

7h45. Tout le monde se rend sur le ligne de départ pour les dernières consignes. Tout semble ok. Juste faire attention au 24 km car une grosse descente en ébouli nous attends (chouette j'adore ces descente) et j'espère être encore en forme pour la descendre. 

 

8h. Top départ. Sa pars lentement et le rythme me conviens bien. Je reste en bout de file et je me crame pas. Après 1 km de route on prend un sentier qui commence a nous faire montée. Puis au environs du 3 km, les choses sérieuse commence. Une grosse monté se dresse devant nous. Tous le monde devant moi marche donc je fais pareil. Mais jambes ont l'air bien et je monte tranquillement. En plus de sa, nous sommes dans un sous bois donc pas de chaleur le top. La fin de la monté est plus roulant et je me cale derière un autre coureur. On discute un peu de tout et de rien (bizarre lui aussi me dis que je suis fou) je vais finir par les croire a force.

 

Je me sents toujours bien le rythme est un peu plus rapide mais e devrais tenir encore longtemps. On arrive au 1er ravito (ma première grosse erreur). Je me dis qu'il faut bien s'alimenté est je prends donc de la banane, des oranges et même un peu de cake. 

 

Je repards tranquillou. Une grosse descente nous attends. Je me laisse porté dans la descente est refait mon retard sur mon ancien camarade qui lui, ne c'était pas arrété. Je me cale sur sont rythme (deuxième grosse erreur). Sont rythme est rapide est mon cardio monte en flèche. On arrive en plus de sa, dans la deuxième côte du jour. Plus dur encore que la première. Et là, c'est le drame. Je commence a me sentir vaseux (mal de ventre, crampes intestinale, envie de vomir). Je continu quand même a pousser sur les jambes. On verra bien si sa se calme ou pas. 

 

Mais je sent que sa va pas se calmer. Je ralenti le rythme, essaye de boire. Mais rien ni fait. Je pousse tranquille jusqu'au second ravito. Je prends rien a pars deux quartier d'orange et je repards. Puis la lutte mentale commence. Je continu ou j'arrete?? 

Non, je continu. Je suis pas venu pour abandonner après seulement 19 km. Célà dis c'est déjà ma plus longue course ^^. Mais je continu j'alterne marche et trotinement. Je suis de plus en plus mal. J'arrive plus a manger ou a boire et je commence a le sentir dans les jambes. 

Je fais des pauses régulière et je continu encore. On continu de monté mais cette fois on s'attaque au Mont aurélien. Il m'aura pas lui et j'y arriverais. Je fini pars arrivé en haut mais j'y est laissé mais dernière force. Je sens que je suis bloquer au niveau de la gorge. Seule solution vomir. Je me fais donc vomir un bon coup. Et finalement sa fais du bien. Je repards donc. J'arrive enfin a la fameuse descente d'ébouli et le je lache les watts. Mon seul moment de plaisir dans cette course.

 

J'arrive au ravito vidée et déprimé. J'écoute les bénévoles qui parle des abandons (déjà beaucoup de monde sur la touche). Célà me redonne de l'espoir car finalement, je souffre mais je suis encore là. Après environs 15 min de repos je décide de repartir sous les applaudissement des bénévoles. Petite monté puis un peu de plat et la le drame puissance 1000. Un côte de 6 km. Juste d'y pensé je me sents mal. 

 

Je commence la monté de l'enfer. Mes jambes me porte plus. Je fais des pose tout les 60 m. Je bois autant que possible. Cette monté est mon enfer. Je pense ne jamais arrivé en haut. Je hurle de rage car je pense a abandonner. Je pleure de douleur car mes jambes souffre. Je cris de rage car j'ai envie d'aller plus loins. Au bout d'un temps interminable j'arrive enfin en haut mes c'est peine perdu je suis réduit a la marche lente. Et même comme sa je souffre. Mais mon mental me dis que continuer le plus loins possible. Et puis il faut le dire personne a l'horizon. 

 

Je cherche le dernier ravito mais il me semble ne jamais arrivé. Je me donne au possible pour avancé. Je tombe sur un bénévole qui est là pour indiquer le chemin. Je m'éfondre devant lui. Gentiment il me propose de l'eau ou du sucre. Il finira par me donner un de ces gel. Je reste plus de vingt minute avec lui. Il me dit que le ravito est a deux km et que là il y aura un 4x4 qui pourra me redescendre. Il me propose d'attendre le serre file est de descendre avec eux. 

 

Le gel ma redonné quelques force et je décide d'aller seul au ravito. Mes jambes on moins mal et mon moral va un poils mieux du fait de la proximité du ravito. Je continu donc en marchant et trotinant même. Lorsque j'arrive au ravito je suis vide. Je rends mon dossard et me laisse tombé au sol. La fin de l'aventure pour moi. 

 

J'aurais tout donner. J'aurais repousser mes limite mental et physique. Je sais aussi que sens mon erreur de ravito et mon departs rapide j'aurais pu terminé. 

Je suis donc très fier de moi. Même si c'est un abandon pour moi c'est une victoire. Peut de monde après seulement 3 mois de course a pied on tenté un truc aussi fou moi si. Et j'ai presque réussi ^^ 

 

Avec le recul, je me dis que j'ai pris beaucoup de plaisir a me repousser comme sa. Puis sa m'apporte de l'expèrience. 

 

Je souhaite aussi remercier tout les coureurs qui m'on proposé de l'eau ou a manger. Certains m'on même proposé de me tenir compagnies pour que j'arrive a trotiné avec eux. 

Je dis aussi merci au bénévoles qui font un travail énorme est qui nous remonte le moral a chaque fois qu'on les croise. 

Merci a vous. 

 

2 commentaires

Commentaire de Rudyan posté le 16-05-2013 à 22:35:33

Bravo pour ton courage! Ceci étant, cela peut être dangereux de brûler étapes, sans compter que le plaisir doit toujours être présent (c'est pour ça que l'on court). Tu devrais peut-être te forger sur qqs courses plus courtes (entre 20 et 25kms).
Maintenant repose toi bien , ton corps en a sûrement besoin!

Commentaire de patfide posté le 17-05-2013 à 09:25:31

Merci. Avec le recul, j'ai quand même pris du plaisir a courir. J'ai effectivement choisi de passé par quelques course de 25 km pour m'habitué au ravito et hydratation.
Pour le repos on repassera lol j'ai repris les entrainement 2 jours après. Trop besoins de courir pire qu'une drogue ^^

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran