Récit de la course : La Course de la Vente des Vins 2012, par BOUK honte-du-sport

L'auteur : BOUK honte-du-sport

La course : La Course de la Vente des Vins

Date : 17/11/2012

Lieu : Beaune (Côte-d'Or)

Affichage : 871 vues

Distance : 21.1km

Objectif : Pas d'objectif

7 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Un NEGATIVE-SPLIT du Bouk !


Un NEGATIVE-SPLIT du Bouk !


 

Cette année le périple exotique du club international ASPA MEYLAN nous emmène… A BEAUNE (21) pour le semi-marathon de la vente des vins !!!

Le Club est bien représenté avec ses 15 participants sur le semi, plus 2 participantes sur le parcours 10 kilomètres.

Je suis confiant pour la course : 3 sorties courtes + 1 sortie longue + 1 sortie piscine (ça c’est pour la semaine dernière) et QUE DALLE cette semaine ! En plus je suis décalqué, et en général ça sent bon la perf' ;-)

 

Retrait des dossards à la Halle des Sports, dossard 2567 pour ptit Bouk, puis casse-dalle (mais à 11h45 c’est pô mon heure), puis on dépose les voitures et filons vers le départ avec le flot de coureur, à 2 kilomètres d’ici.

Nous assistons au départ du 10 kms, sous le parrainage de… MAGLOIRE !!! Au moins nous sommes deux à être équipés de lunettes de soleil avec ce temps tristounet ! Par contre je n’ai pas son (gros) manteau de fourrure et suis plutôt déguisé en trailer !

L’ambiance est décontractée et PAN c’est parti pour 21.1 kms !

Un petit coucou à MAGLOIRE et hop... C’est digne d’un mini-Marseille-Cassis, nous mettons 50 secondes à rejoindre la ligne de départ officiel et le premier kilomètre est serpentueux. Pas bien facile entre le monde et les virages plus que serrés.

Puis la route se rétrécit et nous voici sur un chemin dans les vignes, très vite je vois les connaisseurs qui passent carrément au-delà du mur courir dans les vignes : au moins plus de bitume et plus de bouchons !

Car c’est chiant ces bouchons !!! Je ne comprends toujours pas en quoi ça amuse les gens de se mettre bien devant quitte à se faire marcher dessus ensuite !!!

On est vite sorti de la ville et nous voici dans ces paysages mi-plaines mi-collines, entouré de vignes ! Et ces images de courses en ligne auxquelles je n’étais plus habitué, ces longues files indiennes que l’on voit au loin devant ! Hihihi du plaisir...

Je vois un drapeau au loin et le remonte, c’est le drapeau 1h45. Normal (mode présomptueux ON) !

Choses géniales : absolument pas de vent, température idéale. Et les premiers faux-plats font leur apparition. Km2, Km3, Km4, les positions continuent toujours d’évoluer entre ceux qui me remontent et ceux que je double.

On traverse Pommard avec une chanteuse, cool ! Mais ce sera la seule animation ! Triste !

Je reste à un rythme très régulier autour de 4’30 au kil, c’est parfait pour moi. La route est bizarre, on sent que les coureurs du 10 kil sont passés avant nous, c'est presque plus glissant qu'un chemin de boue !!!

Km6 je reconnais Marc ! Petit encouragement, Laetitia l’aurait doublé depuis… 15 kms ! Et surtout profiter, a priori les conditions météos sont « exceptionnelles » pour cette course !

Un T-Shirt « 20 kms de Paris » me passe, je l’accroche… puis le laisse filer. Tout comme certains accompagnateurs qui donnent une impression de facilité totale ! Rigolo, mais écœurant !

Et surtout le « c’est bien calme » adressé aux supporters de la route qui tout à coup font (enfin) du bruit ! Ou encore du monde qui fait « DENIS ! DENIS ! DENIS ! » auxquels je lance ensuite « MOI C’est JULIEN » et hop, des encouragements personnalisés (et gratuits)  ;-)

Km9, ravito, je zigzague et ne m’arrête pas (je sauterai tous les ravitos d’ailleurs, quelle perte de temps ahahah). Et nous voici à courir au beau milieu d’une propriété viticole, c’est chouette !!!

Et nous passons le km10, 45’45 puis la mi-course en 48’20. Tout va bien physiquement, et psychologiquement on est sur le chemin du retour. Si je pouvais faire moins de 1h36mn40sec ce serait l'idéal.

Sauf que maintenant c’est du faux plat, à chaque virage on croit en avoir fini mais NON ! J’essaie cependant d’en profiter pour gagner du temps en ne lâchant rien.

Et nous voici sur une espèce de route nationale surplombant le « vallon » ! Génial !! En fait le retour se fait sur le côteau, et sur notre droite on a tout le chemin parcouru à l’aller ! Super !!

Et voici Laetitia ! Petit mot d’encouragement mais elle est dans le dur. Et les kilomètres suivants sont parcourus remplis de « galvanité » !!! Et oui ça motive de doubler continuellement ! D’autant que je passe petit à petit ceux m’ayant passé dans la première partie du parcours : le « basketteurs en jaune », « le triathlète », le t-shirt « 20 kil de Paris », « Patrice » etc…

Je ne lâche rien dans les montées, relance sur les sommets et lâche tout en descente. Mais sur le plat, ce n’est plus pareil, c’est moi le maillon faible. Rigolo. Comme quoi le fractionné me ferait du bien ;-)

Plus loin c’est Marc que je rattrape, petit mot d’encouragement, il est dans la course. Pourvu qu’il ne me fasse pas un coup à la « cross des coteaux de crolles » !!!

On re-arrive à Pommard, enfin un peu d’ambiance, même si une grosse côte nous attend. Et là on a passé le kilomètre 15, on arrive au « money time », l'équivalent du mur des 30 bornes du Marathon, entre ceux qui ont tout donné avant et qui craquent, ceux qui n’étaient pas à fond, ou encore les gros finishers !

une é-nième côte se passe, même si les cuisses sont clairement en feu. Et les jambes lourdes. Et surprise, on redescend pour remonter un sacré coup de c**, court mais gros !

Ca revenait derrière (un mini-peloton), je profite de la descente pour m’accrocher à un jeune et ouf, il m’emmène dans la montée, tout à l’intérieur des virages !!! Collector

Nous voici au km 16.5, allez une petite demi-heure de course restante ! Descente sur Beaune où j’envoie de nouveau, enfin jusqu’en bas de la descente où ma théorie se vérifie cruellement ! Je revenais sur 2 mecs, et à peine le parcours redevient plat qu’ils me décrochent !! Ouille

Surtout qu’un faux-plat arrive derrière et il fait mal. Un type avec une pauvre veste adidas me dépose, j’ai les jambes lourdes, 18 kms, allez il en reste 3, allez.

Allezzzzz put***, mince, j’ai fait l’effort durant 18 kms, il ne faut rien lâcher, que je ne regrette rien. Donc je tente de m’accrocher aux bons groupes. La chose cool, c’est que le parcours est plat-plat, plus de difficulté en vue.

Et finalement, la fibre revient. Dans ces dernières looooooongues lignes droites, un seul mot d’ordre, reprendre celui de devant, un par un ! Chose pas agréable : « short-marathonien bleu » s’est accroché à moi, je tente deux-trois coups de bluffs mais rien à faire ! Et « Patrice » avec ses petites cannes qui me dépose (mais c’est pas pareil, on sentait qu’il se promènait !!).

On passe le km20, théoriquement plus qu’un gros kilomètre, mais on voit une looooongue ligne droite, alors je sais que l’arrivée est en ville, du moins au forum-gymnase des sports ?!?!

Là c’est THE money time, j’allonge, mode SNT ou fractionné où l’on débranche le cerveau, et l’ambiance de feu arrive, une arrivée de Tour de France, dernier virage et la voilà cette arche rouge au loin ! Je démarre le sprint dix fois trop loin mais au moins j’ai lâché mon marathonien, maintenant c’est juste histoire de glaner encore quelques places, et bien m’en prend !!!

OUF

1h35mn05sec en temps de course, 1h35mn55sec au temps scratch pour une 293ème place sur 2111 ! Je suis ravi !!! ET NEGATIVE SPLIT !!!

La recette typiquement choquante du Bouk (« honte du sport ») : un peu de foncier une semaine, mode fainéant la semaine de la course, décalqué le jour J ! Bref, il y a des jours avec, des jours sans (remember Tullins et les foulées natures de Crossey) et des grands jours avec !!! Mmmm

 Et direction encouragements des suivants avec un ptit coup à Fulgurex !

 

LA COURSE LES MOINS

Course moins moins festive que le Marathon du Beaujolais dont je pensais retrouver l’ambiance, une seule animation au 4ème kilomètre, et le départ laborieux avec ses virages à 270 degrés en ville !!!

LA COURSE LES PLUS

Les nombreux bénévoles sans qui la course n’est pas possible, le parcours bien que moins plat que ce que j’escomptais était vraiment, vraiment chouette ! Vive la Bourgogne !!!

 

Et la journée continuera avec une douche énergique, la visite des hospices de Beaune, un restau gastronomique et conduite d’auto-tamponneuses avec 2 grammes !!!

 

 



7 commentaires

Commentaire de le_kéké posté le 19-11-2012 à 17:25:18

Bien joué le bouk, ça se termine fort cette saison.
1h35 le semi c'est vraiment bon comme temps, finalement la course sur route c'est peut être ton truc finalement?? Sinon le coup de la scission négative (google translate) dénote une gestion calamiteuse de la course qui montre que tu aurais pu largement faire mieux en prenant plus de risques au début, la course à pied ça se démarre en trombe et se finit en rampant sinon c'est pas rigolo...

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 19-11-2012 à 17:27:34

C'est vrai que c'est étrange, mais c'est une réalité. Le BOUK est meilleur sur courses à saucisson qu'en trail. Ou alors la course sur route est moins élitiste ?
Et oui c'est vrai, je démarre toujours en mode "normal", de peur de souffrir ensuite... Une vraie tafiole ce bouk...!

Commentaire de les machine-gônes posté le 19-11-2012 à 21:20:58

Tant mieux si ça s'est déroulé sous de bons auspices, alors !
T'as manqué à Montagnole... ceci dit, on s'en fout vu qu'on était à Saint Héand.
Par contre, deux questions :
Qu'est-ce tu appelles une "pauvre veste adidas"?
Qu'est-ce tu appelles une "douche énergique" ?

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 19-11-2012 à 21:57:33

Je constate, non sans un petit pincement à mon petit coeur, que vous ne parlez pas BOUK seconde langue !!
- Une pauvre veste adidas, c'est la même que je portais comme tous mes amis au collège, une veste mal coupée, usée, avec une fermeture éclair qui ne marche plus, une veste couleur blanche et marine, mmmmmh voyez ?
- Une douche énergique, c'est une douche avec un jet qui vous détruit la nuque (et non pas autre chose bande de petits obsédés).
En espérant vous avoir apporté quelques éléments de réponses, chers M-G...

Commentaire de francois 91410 posté le 29-11-2012 à 09:40:23

Apparemment le parcours est toujours le même avec son départ improbable et ses bouchons (normal à Beaune), et puis cette dernière ligne droite au milieu de nulle part et qui n'en finit pas. L'année où je l'ai fait, le semi faisait même 22,6km (mais rectifié les années suivantes)... il y avait eu une belle polémique à la clé !! bravo pour la perf en tout cas, le profil étant pour le moins accidenté effectivement

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 29-11-2012 à 13:51:21

22.6 kms ? Tu m'étonnes !! Aaaaaah cette ligne droite, elle nous aura marqués !

Commentaire de Benman posté le 02-10-2015 à 16:45:19

t'étais où?
http://www.kikourou.net/photos/CRs/2012/CR13905/depart.jpg

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran