Récit de la course : L'Izernight - 11 km 2010, par franciss

L'auteur : franciss

La course : L'Izernight - 11 km

Date : 30/10/2010

Lieu : Izernore (Ain)

Affichage : 911 vues

Distance : 11km

Objectif : Pas d'objectif

4 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le récit

 

Sur le cul !

Ce samedi soir, c'est donc l'Izernight ! A la veille de célébrer Halloween, nous voilà donc amenés à rencontrer araignées, citrouilles et sorcières à l'Est du département, sur les versants du Mont Berthiand…

2 courses sont au menu : un 24 km 800D+, l' IZERNIGHT ; un 11 km 200D+, les 3 colonnes… auxquelles s'ajoute une marche nocturne.

Voyons, voyons…la journée a été fort pluvieuse mais nous serons à l'abri dans les sous-bois ; la température est clémente (aux environs des 10°) mais l'humidité est pénétrante. En conséquence, j'opte pour le "breath-thermo" à manches longues, un collant mi-saison avec une petite poche pour y ranger le sifflet obligatoire et ma clé de voiture. Je n'emporte pas d'eau : pour 11km avec peu de dénivelé, une petite heure devrait suffire (55 minutes serait même plutôt bien dans mes cordes actuelles) et un ravitaillement est prévu au km 6.

Je me mets en route à 17h.00 pour me réserver 1 heure avant le départ (le temps de retirer mon dossard m'étant pré-inscrit et de m'échauffer convenablement).

Arrivé sur place, je croise les marcheurs qui s'élancent du parking du gymnase ; il y en a un grand nombre ! L'idée est forcément séduisante mais le caractère favorable des échos à une marche de nuit n'était pas gagné d'avance pour Lulu et Cie, aux manettes de l'organisation du jour.

Je me gare, me rends au bâtiment des inscriptions et là…Oh stupeur ! Une pu… de file d'attente ! Aïe, Aïe, Aïe !!! Apparemment, il devait être prévu de faire des queues séparées mais là je ne vois qu'un gros tas de coureurs-marcheurs marquant des moues dubitatives quant à l'obtention du précieux sésame…

Lulu me confirmera par la suite avoir été débordé par le grand nombre d'inscriptions : c'est donc un mal pour un bien ; et puis cela fait chaud au cœur après les annonces récentes de l'annulation du semi de Bourg en Bresse et la der des der de la Roc et Gravillons.

Bref, après ¾ d'heure de stagnation, j'obtiens ma frontale (cadeau de luxe !) et mon dossard. Il nous a entre temps été annoncé un recul des départs : le 23 à 18h.45 et le 11 à 19h.00.

Je retrouve sitôt après Denis : Il est visiblement sur le mode no-fatigue, no-stress… il n'a pas ici d'objectifs particulier, juste du plaisir…

Je m'échauffe une petite demi-heure, avec une veste de CAP (la température descend un peu et j'ai froid !). Le départ du 23 est donné avec une détonation d'artificier : c'est sympa, original et ça marche fort !!!

Nous sommes aux alentours de 150 coureurs pour le 11 : je me place en milieu de peloton en attendant le 2ème coup de canon.

BBBOOOOUUUUMMMM !!!!! C'est parti !

Contrairement à d'habitude, ça ne part pas trop fort (la nuit !?!) ; je remonte facilement des grappes de coureurs (une bonne trentaine) sur les 2 premiers kilomètres tout en bitume… la forme est là : l'échauffement est une bonne chose !!

Dérive à droite et premier single : c'est du tout plat mais très étroit…ça glisse pas mal ; je m'accroche au coureur qui me précède mais la boue est glissante et je manque de m'affaler une première fois… nous pénétrons dans les bois de Mordor (euh…d'Izernore).

Oups…Oh ! Put… de m… Oups… Aïe, Aïe, Aïe… Nondidiou d'nondidiou…

Oups…Oh ! Put… de m… Oups… Aïe, Aïe, Aïe… Nondidiou d'nondidiou…

Oups…Oh ! Put… de m… Oups… Aïe, Aïe, Aïe… Nondidiou d'nondidiou…

Mais c'est quoi ce parcours !?! Nous nous offrons une course de ski-boue qui aurait pu être fort amusante si mon sens de l'équilibre était au point mais alors ce n'est vraiment pas le truc qu'il faut me demander !!!

Ce qui devait arriver, arrive donc : je me plante ! une fois sur mon auguste postérieur devenu rouge de honte (à moins que ce ne soit l'hématome-grosse tomate) et une fois sur le coude (eh ben ça fait 'achement mal !!!). Dans ces circonstances abracadabrantesques les coureurs sont sympas : ils doublent avec moult précaution, préviennent des branches basses (même si nous n'avons pas tous la même définition de ce qu'est une branche "basse" !), racines, flaques et autres. Bien que prévenir des flaques pouvait se révéler assez drôle : il n'y avait quasiment que ça ! Il eut mieux valu pouvoir annoncer leur profondeur ("moitié de godasse !" ; "jusqu'au genou"…)…

Je me rends rapidement compte que ma loupiotte manque singulièrement de puissance (tikka +) et je suis heureux d'être alors suivi par un coureur au fort éclairage. De plus, la frontale a tendance à maintenir la condensation de sueur sur les lunettes de vue : pas évident tout ça !!

Nous croisons régulièrement des marcheurs qui sont autant d'obstacles bien malgré eux : se retournant pour nous voir arriver et nous soutenir (c'est toujours gentil, ça…), ils nous aveuglent avec leurs frontales ou lampes de poche, comme si je ne galérais pas déjà assez !!!

A l'approche du 6ème kilomètre, je me refais un peu la cerise, nous sortons du bois maudit (je remercie au passage les coureurs m'ayant gentiment poussé au cul dans les bosses boueuses où j'ai inauguré une première : courir en reculant !).

Ah tiens ! Une voiture sur le toit en plein milieu du chemin ! Ils sont allés chercher loin dans la mise en scène de la soirée !

Enfin, le retour sur bitume : bon ben c'est par où, à droite en montant, à gauche en bas ??? "OH ! Francis !! C'est par là !!!" Mazette ! Mais c'est mon Pascal-Photogone ! Merci Pascal… et désolé pour le sourire mais là j'en ch… carrément !

Ce ptit manque indicatif aurait dû me mettre la puce à l'oreille… je m'arrête quelques instants au ravito (6 km et près de 40 minutes… mais qu'est-ce que je suis venu faire dans cette galère ! bon, en même temps je dois encore largement être dans la première moitié de coureurs ) ; je repars et nous quittons rapidement la route pour nous enfoncer sur un chemin étroit dont la pente s'accentue rapidement… un coureur me suit, proche, mais cède du terrain avec le dénivelé… le parcours est casse-gueule ; c'est toujours un single qui mène…à plus rien !!!

Ah ben tiens c'est bizarre ça ! On se retrouve à 3 sur une espèce de plateau herbeux… Merde ! y a un hic ! Nous savons pertinemment à la vue du kilomètrage que nous devons continuer à grimper…on cherche un peu et puis on aperçoit quelques loupiottes au loin. On s'engage sur un nouveau chemin : ouf !

Ah ben tiens ! Les loupiottes se rapprochent… Oh et puis y en a 'achement beaucoup ! Mais qu'est-ce que c'est qu'ce bince !

Ouh là ! c'est une grosse trentaine de coureurs qui redescend vers nous : tout le monde s'est admirablement planté !!! Nous sommes obligés de rebrousser chemin jusqu'à l'embranchement post-ravito !! 2 km de trop, 150D+ et 16 minutes pour rien… c'est con…

Retour donc sur bitume (3 bosses au front plus tard), nous trouvons enfin le bon chemin : il monte à sec sur quelques centaines de mètres. Je ne sais pas si c'est l'agacement, mais je bouffe tout ce qui marche sur 2 pattes ! je monte à bonne vitesse, tourne à gauche… "eh c'est par là, à droite !" m'indique…un coureur (ben oui, le signaleur planté là il m'a bien vu mais il n'a fait que cela : il m'a vu… ça devait être chouette de me voir me planter)…J'enquille donc sur la bonne direction, remets un coup d'accélérateur et puis  : CRAC ! crampes aux ischios ! Sal… de sal… obligé de m'arrêter, j'essaye bien de repartir un peu mais c'est trop douloureux (ou alors je suis trop douillet)… je pense que la grande nervosité dûe à la difficulté du parcours et mes soucis d'équilibre-glissades-bugnes-bosses m'ont beaucoup tendu… je vais donc jouer au yoyo avec quelques coureurs pendant les 3 bornes suivantes, heureusement sans difficultés particulières (je m'arrête et tente de faire passer les contractions, ils me doublent, je repars, les rattrape, crampe à nouveau…super intéressant !).

"On en est où là ?" lance un coureur au signaleur. "A droite…" lui répond-il. "Ben ça ne me dit pas où on en est çà !! GRRRR !" … Décidément !

J'estime que nous sommes dans le dernier kilo ; je tente le tout pour le tout, tant pis pour les crampes… je reprends une bonne dizaine de concurrents (perdus avec nous tout à l'heure ou simplement plus lents…) et ça passe.

1 h. 28' et des poussières pour 13 km et 320 D+… c'est pas la cata çà ??? et pourtant je n'ai vraiment pas chômé !!!

Quelques instants plus tard, c'est le premier du 23 qui arrive… il a dû passer au sec lui !!!

Message envoyé à Lulu :

" Mon Lulu, c'est avec un grand plaisir que je suis venu et si cela a été particulièrement dur pour moi (ce n'est peut-être pas le cas pour tout le monde ), je crois que nous avons tous senti la vraie bonne volonté qui a pu animé toute ton équipe
Alors évidemment, cela va me faire des histoires à raconter !! Mais bon, c'est aussi ça la course, non ?

Maintenant, si tu le veux bien
, il me semble que certains points importants peuvent être sensiblement améliorés pour la prochaine édition (la séparation des queues d'attente à l'inscription avec davantage de bénévoles sur ce poste (il me semble que ce sont surtout les préinscrits qui grognaient... ) ; la superposition des marcheurs avec les coureurs que je juge malheureusement dangereuse de nuit et surtout le rôle des signaleurs : la grande majorité d'entre eux étaient muets à notre passage, ce qui ne rassure pas vraiment et énerve un tantinet ).
Pour le parcours, l'abondance de pluie récente n'a certainement pas arrangé les choses, mais c'est un point difficile : il plaira à certains et en rebutera d'autres...
Pour l'erreur de parcours sur le 11, je crois que nous avons tous suivi à la queue leu leu l'auteur d'une regrettable méprise...la faute à pas de chance, à moins qu'un morceau de rubalise empêchant l'emprunt de ce chemin ait pu nous en empêcher


Pour rester sur une note positive parce que globalement vous l'avez bien mérité : une formule originale et séduisante, un accueil sympa (ravito de luxe, feu d'artifice génial...), un site qui s'y prête vraiment... que de bons éléments pour une longue vie à venir !"

4 commentaires

Commentaire de Eric Kb posté le 31-10-2010 à 21:29:00

Quand je lis ça, je me dis que je devrais faire la STL .... nan je rigole !!!! courir de nuit c'est n'importe quoi euhhhhh sauf quand il y a des balises à trouver alors c'est du grand n'importe quoi !!! :-) Et merci pour le CR

Commentaire de Gibus posté le 31-10-2010 à 22:47:00

Nondidiou d'nondidiou
quelle sortie...

Commentaire de Mamanpat posté le 01-11-2010 à 07:35:00

Ca avait l'air horriblement bien !!!
Du bon vrai trail en somme !

2 de mes Brut de Fleurs étaient de la partie, le bain de boue semble leur avoir plu !

Bo, Hallowen Francis !

Commentaire de Sylvain01 posté le 01-11-2010 à 11:17:00

Merci Francis pour ce long CR.

Ça c'est du vrai trail !
Il parait que la boue c'est bon pour la peau...

Je pense qu'une bonne reconnaissance ne serait pas de trop sur un tel circuit de nuit.

Et chapeau à tous les finisher :)



Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran