Récit de la course : Trail des Lavoirs 2010, par miles247

L'auteur : miles247

La course : Trail des Lavoirs

Date : 13/6/2010

Lieu : Chevreuse (Yvelines)

Affichage : 655 vues

Distance : 63km

Objectif : Pas d'objectif

1 commentaire

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

TDL_2010

premiere experience de distance au dela du marathon avec ce trail annonce a 63 puis releve a  67 kilometres au final.
A Chevreuse,
sur une butte teletubbies, les organisateurs du trail avaient pose leur petit podium avec une petite expo et un stand barbecue. anbiance tres decontractee. une expo photo de coureurs au Nepal avec des jambes comme ca sur un trail de 300 kilometres relativisent nos 67 kilometres a venir ...
je prends le dossard le jour d'avant et il n'y a pas grand monde.
le matin , un petiit soleil.nous sommes tous egaux sur la ligne de depart. evidemment le melange des coureurs solo et ceux en relais pouvaient deregler les chronos ( ce serait peut etre mieux de faire un depart decale de 5 minutes entre les solos et les relais, histoire de ne pas emballer la machine trop tot )
on s'engouffre immediatement dans la foret avec des bons deniveles. parfait pour se mettre en jambes. les rubalises sont partout et on ne risque pas de se perdre (quoique j'ai quand meme rate un virage a mi-course) un type devant moi court en chantant tout le long; tiens c est une idee ca!
A clairefontaine, je degaine ma camera et me l'installe sur la tete, vous pouvez voir deux videos sur le site dailymotion.com/emile27 (ayant des soucis actuellement pur mettre des videos sur kikourou je tente mais ca ne marche pas, le lien vous y mene neanmoins)


a l'arrivee dans certains  ravitos, on se rend compte que la route est finie pour certains alors que pour nous les solos c est  tout seul jusqu'a la fin....enfin facon de parler parce que entre coureurs, ca s'aide aussi.  Au dernier ravito, plus d energie je marche un peu, les trailers m'encouragent, me disent de ne pas laisser tomber. ca prete a confusion parce que certains sont relayeurs et sont tout frais.c'est marrant d'ailleurs de voir au 60eme kilometres les benevoles se faire saluer seulement par les relayeurs alors que les solos n'ont plus la force de parler. l (en tout cas, c est mon cas).  Dans une grande montee vers la fin, mon camelpak s'accroche dans un arbre en travers et je dois me depareiller de mon sac pour m'en sortir, comme si j'avais un parachute coincé....Apres un coup de pompe,  Claude avec qui nous faisons presque tout le parcours ensemble (lui s'arrete moins longtemps aux ravitos mais je le rejoins) me dit de m'accrocher a son pas et ca marche. j'arrive a terminer avec son moral mais il a des crampes et s'arrete un peu et me laisse partir . (on terminera a quelques minuteds d'ecart)
Ce coup d histoire d'emboitage avait bien marche mais mon guide est parti.
C'est la qu'un ange apparait.a  point nomme; la premiere feminine, anglaise de surcroit, a l'air toute fraiche, courant comme une gazelle et m'enjoint de la suivre. je lui emboite le pas et ca fait du bien. pas de boue, un visage totalement decontracte et une repartie enjouee. Qui croirait qu'elle aie 64 kilometres dans les pattes?
On arrive a Chevreuse. beaucoup de rubalise, histoire de bien nous faire comprendre que l'arrivee ce n'est pas tout de suite: il y a effectivement une montee au chateau de la madeleine, histoire que les equipes relayeurs se reforment pour deux kilometres et passent la ligne d'arrivee ensemble, une bonne initiative pour le team spirit mais nous les solos on s'en passerait bien...
dans la montee, l'ange continue de trotter et s'envole de mon horizon.
dans la descente, je recolte un rameau. Je traverse la rue puis le long de la riviere (les derniers metres) je tombe sur des supportrices surprise qui sont venue de Paris pour mes derniers metres. Vive los angeles!!!
Finished. Ca a quand meme dure 7 heures a une allure d'environ 10km/heure...!
je m ecroule et reprends mes esprits sur la butte des teletubbies. dix minutes plus tard, je me redresse et vais pouvoir manger un poil en retard un bon repas du dimanche avec des aliments bien reels (les gels au bout d'un moment, ca devient dur)...

Quelques heures plus tard, je me promene dans les bois sur l'autre rive de Chevreuse. Quelques chevaux passent et quelques coureurs aussi; ca donne envie. 

1 commentaire

Commentaire de caro.s91 posté le 18-06-2010 à 08:29:00

Merci pour ton récit et bravo pour cette course au delà du marathon! Visiblement cela s'est bien passé même si tu as un peu coincé vers la fin, tu n'as pas traîné en route, et tu as fait la connaissance en course d'Alexandra P, une fille très sympa.
Caro

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran