Récit de la course : Trail du Josas - 35 km 2010, par steph05

L'auteur : steph05

La course : Trail du Josas - 35 km

Date : 11/4/2010

Lieu : Jouy En Josas (Yvelines)

Affichage : 1191 vues

Distance : 35km

Objectif : Pas d'objectif

2 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Le trail du Josas vécu de l'intérieur

Mon deuxième trail … J’ai tellement adoré l’Ecotrail, qu’il fallait que j’en fasse un autre. Et j’ai choisi le trail du Josas. Tout le monde m’en disait beaucoup de bien. Le 35km. J’appréhende peut-être plus que pour l’Eco, parce que 35 c’est court, alors si je marche, je risque d’être la seule. 35 c’est faisable en courant tout le temps (sauf dans les montées bien sûr !)

Préparation

Ma préparation physique est tout aussi réduite que pour l’éco, c’est-à-dire pas d’entraînement. Juste des randos et de la gym suédoise. Je n’aime pas courir toute seule dans Paris. Un trail c’est justement l’occasion de courir sur de beaux parcours, et d’être stimulés par les autres coureurs. Côté matériel, c’est beaucoup plus cool que pour l’éco. Juste la réserve d’eau est obligatoire. Je prends quand même mon sac (je l’adore, en plus il est trop beau !!!!). A peine 2L d’eau, et très peu sucrée (juste 50g de malto+fructose, alors que j’en avais mis 4 fois plus à l’éco). Mais là c’est court, donc moins besoin d’énergie. Et 2 gels au cas où. 

Les vêtements … Il fait beau, mais le matin il peut faire froid. Collant ou short ? Manches courtes ou manches longues ? Ce sera collant mais j’ai regretté. Et les deux tee-shirts superposés. Là aussi j’ai regretté, j’ai enlevé le manches longues au bout de 5mn dans la première montée.

  

La course

Lever 6h20 (c’est tôt !!!), je termine mon sac, je déjeune rapidement et je prends un vélib’ pour aller à Issy-les-Moulineaux (il n’y a que 3.2km, ça me réchauffera !). Je rejoins Yann qui a la grande gentillesse de m’emmener à Jouy (merci Yann). On arrive sur place vers 8h, c’est bien il y a de la place pour se garer. On récupère les dossards. N° 18, waouh !!! Je m’enroule les pieds d’elasto pour éviter les frottements, et voilà.

On croise Olivier, mon partenaire de l’éco et d’autres personnes d’ovs que je ne connais pas.

8h55, on se met au départ.Briefing … « attention, 2 passages difficiles, vous aurez des cordes pour vous aider ». Ouh là là, c’est quoi ce truc ? « 2 ravitaillements, le premier à 9km, le deuxième à 20km ». C’est bien, ça fait de bons points de repères.J’aimerais bien tenter de courir tout le temps, ce qui me ferait mettre 4h. En plus je suis en forme, parce que la veille je me suis reposée, je n’ai rien fait d’autre qu’une petite balade dans Paris. Donc ça doit être possible. Et c’est le départ. Tout le monde part très vite, j’ai du mal à trouver mon rythme. Je me retrouve bien évidemment à la fin, mais ça m’est égal. Première montée, j’enlève mon tee-shirt manches longues. Au bout de 20mn, j’ai enfin trouvé mon rythme. Je me sens bien, j’arrive bien à courir. Le paysage est magnifique, c’est vraiment agréable.

1er ravitaillement, 9km en 1h05. Super, je suis dans mes temps. Je bois juste un verre d’eau. Et je mange un gel 5mn après, je me sens les jambes coupées. Je me sens rapidement mieux. Le fameux passage difficile et la corde … Heureusement qu’il y a la corde ! C’est marrant, tout le monde à la queue-leu-leu en train de s’agripper à la corde. C’est une montée très raide et glissante.J’ai l’impression que les montées sont très raides et courtes, et les descentes plus progressives. Du coup j’ai l’impression que ça descend tout le temps. Je trouve même le parcours facile, et très roulant. Donc je cours tout le temps, sauf dans les montées. Dès que ça monte, je marche et tout le monde me double. Et je les redouble dans les descentes, c’est marrant ! 

2ème ravitaillement, 18.5km en 2h15. Encore dans les temps. Et donc même si ça ne va pas et que je dois marcher, je finirai dans les temps puisqu’il me reste 16.5km à faire en 3h15, donc 5km/h. La classe ! Mais du coup, ça manque de stimulation. Pas besoin de me booster, je sais que j’y arriverai. Je ne suis pas encore dans l’esprit compet ‘, et « faire un temps ». Pour moi le but est de prendre du plaisir et de terminer. Je commence petit à petit à avoir de plus en plus de mal à courir bien. J’ai mal à une cheville (mais ça c’était inévitable), je commence à avoir mal à un genou, aux cuisses et aux fesses ! Alors je rentre en mode motivation. Je me repasse notre chanson à Seb et moi (et oui Seb tu vois, j’ai pensé à toi !) : «si on devait mourir demain … tu ferais quoi ? ». Et bien moi je me surpasserai en sport, et je terminerai ce trail. Bon alors c’est beaucoup moins motivant que l’eco, mais c’est motivant quand même. Et autre rituel de motivation « si je ne pouvais pas le faire, ou si j'étais blessée", je ferai tout pour être ici, alors je me dois de le finir. Et hop, ça repart.

Deuxième passage difficile, mais pas de corde. Une autre montée raide et glissante. On dirait qu’ils ont créé le chemin juste pour le trail tellement il est raide ! J’ai chaud, quelle idée d’avoir mis un collant. Je ne sais pas si j’aurai assez d’eau. J’ai mal partout. On arrive à Bièvre. J’avais mémorisé la carte, et là je sais qu’il doit rester dans les 5km. Ce que nous confirme un organisateur : il en reste 6. 6 c’est court, mais aussi très long. J’ai de nouveau les jambes coupées. Mais est-ce que je prends un gel maintenant ? 100kcal de sucres, est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Bon, je fais quand même un gros effort, 4h de course donc environ 1500kcal pour moi, donc je peux le manger. A la banane. On passe à Bièvre dans la gare, dans le souterrain, c’est marrant ! Le gel ne fait pas effet tout de suite, il me faut bien attendre 20mn. Et là je sens que ça va mieux. Dans une descente, j’aperçois un mec en tee-shirt bleu, on dirait Olivier. Mais oui c’est lui, mais qu’est-ce qu’il fait là, il aurait dû être arrivé depuis longtemps. Mal à une jambe, pas de chance. Je lui souhaite bon courage et je repars. On nous annonce 2km. Je suis avec 3 mecs, dont un qui n’avance pas, et que ses copains motivent en lui disant qu’il a 3 filles devant lui à doubler. Dont moi. Et comme je marche dans les montées il me double, et je le redouble dans les descentes. Ca devient un peu un jeu, et du coup je pense moins à mes douleurs. On passe sous un tunnel, je croise un mec à l’envers avec ses affaires, il me dit qu’il reste 300m. J’ai du mal à y croire. J’accélère, je donne tout ce qui me reste. C’était inespéré, courir pendant les 35km. J’en ai les larmes aux yeux. J’aperçois l’arche d’arrivée, la musique, troooooop bien. Je regarde ma montre, 4h07 donc je serai à peu près dans mes temps. Encore quelques mètres et c’est la fin, 4h09 à ma montre. Nico devait être à l’arrivée, mais bien évidemment il n’est pas là. Heureusement, j’ai les 3 mecs avec qui j’ai « joué » à la fin à prendre dans mes bras. Et oui, trop besoin d’affection dans ses moments là. Et bien évidemment aussi, je fonds en larmes. Trop trop trop contente.

Je croise Vivien et les autres d’ovs. Ils sont arrivés depuis longtemps, ils sont trop forts. Je vais à la douche, quel bonheur ! Nico arrive enfin, et on rejoint les autres pour manger. Bon buffet, des pâtes, des lasagnes, des gâteaux, des fruits. On mange tous ensemble, le groupe est très sympa, c’est agréable. Je ne revois pas Olivier, dommage, j’espère qu’il va bien. Enfin, je l’ai vu arriver, mais j’aurais bien aimé le revoir après.  

 

Après-course

C’est assez bizarre comme sensation. J’ai un peu mal, mais je ne me sens pas assez fatiguée. Je ne peux pas recourir parce que j’ai quand même mal, mais il me manque quelque chose. Peut-être que c’est la durée de l’effort, qui comme elle est courte ne me suffit pas. Je suis en général plus fatiguée après une rando de 35km, parce que ça dure la journée. Et signe que je ne suis pas épuisée, je ne me suis pas endormie au ciné !!! 

 

Bilan : course très belle à refaire …

2 commentaires

Commentaire de Jay posté le 12-04-2010 à 10:30:00

Bravo pour ta course et merci pour ton récit.
En effet, très sympathique course et un parcours très agréable . Meme soucis de chauffe avec un collant au genou.

Bonne récup' ,

Jay

Commentaire de caro.s91 posté le 13-04-2010 à 09:26:00

Bon, je vois que tu vas y prendre goût!!! et presque abandonner la rando pour la course !!! ou tout au moins mixer les deux! Bravo en tout cas et merci pour ce récit détaillé!

Caro

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran