Récit de la course : La Lozérienne VTT 2014, par Rlan

L'auteur : Rlan

La course : La Lozérienne VTT

Date : 13/6/2014

Lieu : La Canourgue (Lozère)

Affichage : 541 vues

Distance : 152km

Objectif : Terminer

1 commentaire

Partager :

Lozérienne VTT

Et voilà, de retour d'un super WE en Lozère... et on peut déjà dire une chose : les gars, la bas, ont un terrain de jeu exceptionnel !!!!

La météo était avec nous (trop chaud par moment pour moi qui craint la chaleur). Seule une petite pluie dans la nuit a permis au parcours d'être humide juste comme il faut !

Notre équipe de supporter (nos parents, Fabi et Marielle) était présent au départ et à l'arrivé de chaque spéciale. Un grand merci à eux !

 

Au niveau de l'épreuve :

 

Vendredi 13…

 La canourgue    Escalier prologue

On a commencé le vendredi soir par un prologue mi citadin - mi chemin de 2km (départ chacun sont tour toutes les 20 secondes) ; avec des passages dans des petites ruelles pavées et glissantes par endroit, traversé de canal, descente d'escaliers (... et dire qu'on se faisait toute une montagne des 2,3 marches à Villars de Lans !!!) puis un coup de cul (100d+) au dessus du village.

Prologue

Le niveau était donné... on apprenait le lendemain que l'on était dans les 20 derniers du classement !

 

Samedi 14…

 

Le samedi une grande journée nous attend avec 6 spéciales et 5 liaisons pour 90km, 2000md+ et 2200 md-.

La première spéciale se fait en Mass START. Il s'agit d'une boucle de 8km avec 200m d+/d-

Massegros MassStart

On se place dans le dernier tiers. C’est parti comme des fous ! J’essaie de suivre le mouvement, mais les cuisses commencent déjà a brûler au bout de 1 ou 2 km. Très vite le chemin devient trop étroit et c'est le bouchon. Puis arrive la première descente de la journée sur un gros chemin très/trop roulant finissant par un virage à droite, bien pierreux... et ce qui devait arriver, arriva !... la roue avant chasse... résultat : le 4d tout déchiré..; des "blessures de guerre" au tibia, cuisse, avant bras et à la paume ! Ça commence bien ! Je repars tout de suite. Je crois que personne n'a vu ma belle chute !

 Le reste du parcours est un enchaînement de monté/descente sur chemin/single très roulant et très ludique ! Superbe !

 

La liaison se fait sur un chemin quasi plat. Ça roule doucement. J’en profite pour papoter avec des gars qui viennent de Rennes. On se retrouvera pratiquement à chaque fois sur les liaisons.

 

On arrive au départ de la spéciale 2 et là surprise : le départ n'est pas encore donné, tout le monde attend, se ravitaille... élite comme amateur. Je pensais que les spéciales allaient s’enchaîner plus vite. Non, l'organisation est super bien faite. Ils attendent le dernier pour commencer la spéciale suivante !

 

Pour la s2, on part par vague de 6 toutes les 20 secondes suivant l'ordre du classement du prologue. Il s'agit d'un parcours en foret d'une dizaine de km alternant de magnifiques singles plus ou moins technique et des passages sur chemins forestier. Je suis bien placé dans ma vague. Je reste calé dans la roue du 2nd. Malheureusement, trop pressé par la possibilité de grappiller quelques places, je vais "pincer" dans une descente un peu accidenté. 

Le temps de défaire la roue et la chambre à air, Fabien arrive et m'aide à regonfler le pneu.

C’est reparti ! Impossible de rattraper le retard mais je fais quand même monter le cardio.

Au 3/4 de la spéciale, dans un single technique, la chaîne saute. Je ne le vois pas et donne un grand coup pour relancer. Le vélo n'a pas aimé... la chaîne est vrillée sur une dizaine de maillons et un autre est complètement défoncé. Je fini tant bien que mal cette spéciale avec les vitesses qui ne cessent de sauter !

 

La liaison suivante s'effectue sur route et sur chemin. 16Km de montés/descentes relativement tranquille. 

On arrive au départ de la s3. Fabien me donne une chaîne neuve et pendant que je me ravitaille, ma "Team" répare le vélo (outrepassant totalement le règlement ;)) 

 

La s3 nous permet, après une longue monté sur un chemin large, de descendre dans les gorges du Tarn par un single étroit mais rapide devenant de plus en plus technique sur la fin. Mieux vaut ne pas regarder en bas ! ….Avec une arrivée dans les jardins du château de la Caze. Une pure merveille !!

Une vidéo d'un autre vététiste  : 

 

On rejoint La Malène par la route où nous attend un casse croûte et un repos bien mérité !

La Maléne

J’en profite aussi pour faire un passage au mécano pour raccourcir la chaîne. Celle-ci continue de sauter quand je force un peu sur les pédales.

 

Le départ de la s4 est donné. On voit partir la 1ère vague comme des fusées. Incroyable !

Cette spéciale a été pour moi la plus difficile. 9km - 240md+ dans les gorges du Tarn sous un soleil de plomb… avec le repas qui n’est pas encore digéré… ! Une véritable épreuve. Le sentier est très accidenté. Il faut sans cesse relancer… et mes vitesses ne font que sauter !!! Sans oublier toutes ces sections où l’on doit porter le vélo….

Spéciale 4

Spéciale 4

Tout le long, on surplombe le Tarn… et je n’ai qu’une envie… m’y jeter dedans !!! Heureusement la fin de la spéciale se fait en sous-bois. Enfin un peu de fraîcheur !

 

J’attends Fabien pour faire la liaison avec lui… les juges de courses nous demandent de rentrer par la route… il y a visiblement pas mal de retard.

 

On rejoint le départ de la 5ème spéciale dans l’un des plus beaux villages de France : Saint Enimie.

Saint Enimie

Après s’être rafraîchit à la fontaine, on « fait le plein » au ravitaillement qui nous attend sur le haut du village. L’organisation est parfaite. Les deux personnes qui tiennent le ravito sont d’une patience et d’une gentillesse sans limite. (ils nous suivent et sont présent à chaque départ des spéciales)

Le seul petit bémol concerne la diversité limitée du ravito… Ça ne peut être parfait non plus. ;)

 

Le speaker demande aux concurrents de se préparer pour la prochaine spéciale. Et quelle spéciale. Certainement celle que tout le monde redoute. 7 km pour 500md+. Soit 7km de monté pour sortir des gorges. Avec la chaleur qu’il fait, j’appréhende encore plus.

C’est parti ! J’essaie de trouver mon rythme. Entre le chemin assez technique et les vitesses qui craquent, ce n’est pas évident. Malgré cela j’arrive à m’accrocher...

Et plus on monte et plus je retrouve mes jambes ! Un nuage masque partiellement le soleil. La chaleur est de moins en moins étouffante. Je peux accélérer un peu. Et c’est avec une moyenne de 7.5km/h que je rejoins l’arrivé.

 

La dernière difficulté de la journée est derrière nous. On rallie « les crottes » par une chemin très roulant. La bas nous attend la 6ème et dernière spéciale… 4,5km pour descendre sur Chanac. La première partie est très technique mais ça passe bien. Je m’offre quand même le luxe de faire un jolie OTB (Soleil pour les non initié) en essayant de doubler une concurrente (sans gravité pour le bonhomme, par contre le triangle du VTT a bien morflé !!!). La seconde partie se fait sur un mini sentier tout en balcon. Ici, pas le droit à l’erreur. Enfin on termine par single sur lequel on peut tout lâcher !!!

 

Fin de la journée… Ouf !!!

 

Dimanche 15…

 

 La nuit à été très courte. Les douleurs m’ont empêché de dormir. De plus, on doit se lever tôt pour rendre le gîte propre et arriver à temps au départ de la .7ème spéciale

La météo a changé, Il fait bien plus frais que la veille. Fabien m’annonce qu’il renonce à prendre le départ. Les 90 bornes de la veille l’ont rassasié… au-delà de ses espérances. Bravo à lui !

 

Un petit tour à l’infirmerie aussi bien pour le bonhomme que pour le vélo (changement des pansements pour l’un et réglage du dérailleur pour l’autre), et me voila positionné en queue de peloton (cette spéciale se fait aussi en Mass Start).

Spéciale 7

C’est la 1ère fois que j’enchaîne deux grosses distances de suite. J’ai bien peur que les cuisses ne suivent pas ! Le départ est très dur. En général, il me faut 5 ou 6 km pour être bien et retrouver mes jambes. C'est-à-dire à la fin de cette spéciale. Celle –ci nous emmène 300m plus haut, au lac de Charpal, par un chemin large mais assez roulant.

 

Le lac se situe à 1350m d’altitude. Le vent est fort. Mes supporters trjs présents, enfilent les couches pour résister au froid ! Encore merci à eux et à ma petite femme d’être venu me protéger du vent pendant la longue attente du départ de la 8ème spéciale. D’une distance de 8km, elle fait le tour du lac. Le dénivelé est quasi nul.

 Lac de Charpal

On prend le départ, de nouveau par vague de six. Malheureusement, je laisse mes partenaires me doubler et avec le vent, il m’est impossible de les rattraper. Je laisse pas mal de force dans les 4 premiers km. Sans aucun résultat ; l’écart se creuse. Je dois me battre seul face au vent. Le retour est plus simple. On est protégé dans les sous bois. Mais le mal est fait. Plus de jus !!! Je n’arrive pas relancer et à suivre les autres. Je me laisse doubler car il reste encore plus de 40 km à faire aujourd’hui ; Autant garder des forces !

 

 

C’est donc un peu déçu par cette 8ème spéciale que je prends la direction de Goudard avec un groupe de 4/5 vététistes. Cette liaison est longue de 21km. Il n’y a pas de difficulté hormis 2 ou 3 montés rapidement avalés. Ça discute. Chacun explique ses péripéties. Les paysages que nous traversons, sont magnifiques et variés.Très vite on rattrape d’autre concurrents et tous ensemble on rejoint le départ de la 9 ème et dernière spéciale.

 

Sur le papier, c'est la spéciale qui me fait le moins envie. 20Km, 440 md+ et 710 md-.

Une succession de montés et descentes.

Go ! Je pars dans la dernière vague, dans un groupe d'une dizaine de vététistes.

Après un passage sur bitume, on commence par une descente rapide alternant single et chemin. Puis on emprunte un magnifique sentier dans les bois assez technique, dans lequel on doit régulièrement déchausser.

Arrive ensuite la grosse difficulté de la spéciale. Une monté très raid, caillouteuse ! Impossible à mon niveau et avec la fatigue de la faire sur le vélo. Il faut donc pousser sur 1 ou 2 km !!!

 

La suite de la spéciale est un enchaînement de petit single ou petit chemin sans difficulté majeur mais très casse patte. On a l'impression de faire le yoyo. Les sentiers sont très ludiques, très joueurs. Avec la fatigue, le plaisir est un peu parti et il me tarde d'arriver. Enfin, après avoir traverser un beau champ de ronces (je ne vais pas percer ici quand même grr !!!) on bascule sur Marvejols. Le sentier, en sous bois, est ultra rapide. J'entends le speakers dans la vallée. Et après quelques lacets, on entre dans la ville. Quelques descentes d’escalier (qui ne se feront pas sur le vélo !) et enfin, je passe la ligne d'arrivée devant mes fidèles supporters !!!

 

Fin de la course... Super !!!

 

Le temps de nettoyer le vélo et le bonhomme, on se retrouve tous dans la salle pour la remise des prix et surtout pour déguster un délicieux Aligot !!!

 remise des prix

Ce que je retiendrai de cette course :

 

- Encore un super WE en famille dans un jolie gîte. Malheureusement on a pas eu le temps de profiter de tout !!!

- une organisation, des bénévols et nos supporters au top !

- Des paysages et des parcours indescriptibles !

- le principe de la course en spéciale/liaison, est géniale. Se retrouver tous ensembles au départ de chaque spéciales rend l'épreuve moins élitiste.

- 152 km de vtt sans mal de c.. !!!

 

- A j+2, les douleurs dû à la chute sont toujours présentent... mais je retournerais volontiers faire une petite Rand-Auberge, Non ??? !!!

 

 

 Lozére

 

 

 



1 commentaire

Commentaire de Aurely42r posté le 18-06-2014 à 08:15:24

Bravo d'avoir bouclé cette Lozerienne.... Une première pour moi aussi, et j'ai aussi beaucoup aimé le concept

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran