Récit de la course : La Savoyarde 2010, par Davidou le minou

L'auteur : Davidou le minou

La course : La Savoyarde

Date : 7/3/2010

Lieu : La Feclaz (Savoie)

Affichage : 993 vues

Distance : 73km

Objectif : Pas d'objectif

8 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

La Savoyarde 2010

La Savoyarde 2010

 

          Cette année, la distance passe encore une fois à la vitesse supérieure : au départ, c'était un simple marathon poplaire, puis l'année dernière ils nous ont concocté une course de 60km... et aujourd'hui, c'est tout simplement 73km qui nous attendent (et oui, comme le département ).

           Bon, je n'ai pas particulièrement suivi un entrainement pour une si longue distance, mais ça reste mon challenge pour cette année. J'ai la caisse et je suis assez exité à l'idée de battre mon record de distance (50km), enfin une "transjurassienne" à domicile. Surtout que si la distance est légèrement inférieure (73 pour 76), le dénivelé lui promet d'être à la hauteur.

            Mon père et mon oncle Gilles prennent le départ avec moi, ainsi que Cyril, la marmotte_parano . Le temps est vraiment pas terrible, couvert et très froid, avec parfois des chutes de neige. Mais la glisse semble quand même excellente, ce qui est rassurant pour une telle distance.

             Le départ est donné, et ça change, pour une fois ça part cool. Je n'étais pas très bien placé au départ, mais avec cette bonne glisse, je remonte facilement le peloton, et je fini par me retrouver au niveau de Cyril (Gilles et Papa derrières). "Brrr, ça caille hein ??" je le suis un petit moment, ne sachant pas vraiment quel rythme prendre... ça se gère comment 73 km ??? ... Puis finalement je le laisse partir un peu, je sais qu'il est bien meilleur que moi, et je ne veux pas me cramer. Je décide de boire un coup... ET LA, CATASTROPHE !!! LE CAMEL BACK EST DEJA GELE !!! MERRDEEEUUUU !! Ca fait même pas 10 min qu'on est parti, et je ne peux pas boire, mais je vais jamais finir la course, moi l'abonné aux crampes . J'essaye de donc de mordiller l'embout, de têter avec insistance, longtemps... je m'essoufle et beaucoup de coureurs me reprennent. Je souffle dedans, je plie le tube dans tous les sens pour casser la glace... rien à faire, y a pas une goutte d'eau qui sort de ce truc. Grrr, pourtant je sais qu'il faut boire régulièrement lorsqu'il fait froid, mais ça faisait un moment qu'on avait pas vu des températures négatives... et puis ça a gelé si vite... J'essaye alors de le glisser le tuyau sous mes vêtements, mais c'est délicat en skiant, je suis obligé de m'arrêter. Et toujours des skieurs qui me passent. Et finalement Gilles qui arrive. Je décide donc d'oublier ce pbl de Camel Back, je prendrai un verre à chaque ravito, et on verra bien... Le groupe de Gilles me remonte et se met dans mes traces, je m'applique pour bien avancer sans trop me fatiguer. Gilles passe devant. Puis on attaque la noire du Revard, une montée très dure, qu'on devra faire deux fois ! Pfff, c'est chaud, mais je tiens le coup, je me sens bien. Je redouble Gilles dans la descente et je m'échappe avec 2 skieurs. Ils avancent fort, et je lutte pour rester avec eux. Mais derrière y a personne, et ça m'arrange bien de me faire tirer. Le brouillard et le froid sont intenses mais ils envoient. Dans la descente vers St François ma glisse évolue et j'accroche par intermitence. Très désagréable, je suis obligé de forcer un peu plus pour garder mon groupe. On retrouve un type qui se joint à nous. Une fois en bas, je sais qu'une TRES longue montée nous attend, et le skieur leader du groupe impose un rythme soutenu. Je me pose vraiment la question de savoir si j'ai raison de l'accrocher, et au milieu de la montée, profitant d'une pose ravito, je le laisse s'échapper. On reste donc notre groupe de 3 pour finir ce premier tour. L'un d'eux mène plus souvent que moi, il est bien meilleur, je ne peux pas prendre le risque de le tirer autant, je m'excuse auprès de lui dans une descente car je glissais un peu mieux (ou j'étais plus lourd ). L'autre en profite pour m'interpeler, on avait terminé à quelques secondes l'année dernière, je ne l'avais pas reconnu.

 

          Au passage du 2e tour, je vois Gilles au loin, il n'est pas loin. Si je veux le battre avec plus de marge que l'année dernière (arrivée au sprint), il va pas falloir que je chôme. Et pourtant après une montée et une partie roulante, on voit un groupe qui revient derrière avec Gilles. On a du ralentir ou alors ils ont la caisse. 2 skieurs me doublent même. Un s'envole, on s'accroche au 2e. Gilles est une dizaine de mètres derrière. Ce passage est long sans ravito, je commence à craindre la suite. Arrive la deuxième montée noire du Revard, au pied un ravito, je m'arrête et cette fois-ci enchaine 2 verres de thé chaud, faut pas que je prenne de risques. Mais Gilles passe sans s'arrêter ainsi que le meneur du premier tour, et ils me prennent 100m. Gilles le double même, et attaque la montée à fond. Pfffutain, faut surtout pas que je le laisse s'échapper, et je tire bien dans mes réserves, et doucement dans la montée, je me rapproche. Il continue sa remontée et passe les types qui m'avaient doublés précédemment... pfff, là c'est chaud, si je dois commencer à doubler des gars qui je n'avais pas pu accrocher... Mais je m'accroche toujours et je les double à mon tour, et on arrive finalement en haut ensemble... Je reprends alors un peu d'avance dans la descent qui est maintenant TRES technique, une piste verglacée de 1m50 de large bordée de 2 bourrelés de neige fraiche. Et au milieu, des skieurs peu à l'aise, les derniers de la boucle du 30km partis après nous. Je me faufile aussi bien que je peux, ça fait un peu "boarder cross" et en plein milieu d'une chicane, un type quasiment à l'arrêt, je crois que je l'ai envoyé dans le décort . En bas je reprends un thé pour combler le manque, mais je sens que les tricpes deviennent tendus... Aïe... Je me souviens que j'ai des cachets de sporténine contre les crampes, je prends donc vite 2 cachets, un peu déçu de pas y avoir penser plus tôt et de ne les avoir pris en "prévention".

           Je suis obligé de ralentir pour me détendre, et Gilles reviens sur moi et me passe. Je m'acroche donc une fois de plus, y a pas moyen, je le laisserai pas partir . Mais j'ai vraiment les bras endoloris, et j'essaye de ne pas trop les utiliser, priviligiant un maximum les jambes que je sens plutôt bien. Et finalement j'arrive quand même à le tenir, tout en doublant toujours des participants du 30. Ca y est, on est à St François, maintenant c'est une dernière montée difficile, puis c'est roulant jusqu'à l'arrivée. je me cale donc derrière Gilles, et le double même au milieu de la montée, espérant creuser le trou maintenant. Mais la surprise, au sommet, les orienteurs nous font tourner à droite !  Aïe, il reste encore une boucle que j'avais pas prévue. Je me calme un peu, ça monte, ça "dos d'âne", puis ça descend, puis ça remonte et là mon bras gauche se tétanise complètement. AAïïïeeee!!!! Gilles me redouble, j'étends mon bras, et je continue à skier, qu'avec les jambes et le bras droit, je ne le laisserai pas partir. En haut c'est de nouveau roulant, j'arrive à diminuer les efforts au niveau des bras. Un skieur arrive par derrière. C'est Dawa Sherpa, et oui !! On se retrouve donc à trois. Je sens que Gilles ne lachera rien, et comme je ne lacherai pas Gilles, le rythme remonte encore. J'ai beaucoup de mal avec mes bras tétanisés, mais je me bas. Il reste à peine 5 km globalement descendant, et la glisse est bonne. Dawa prend la tête du groupe et on l'accroche. J'apprécie de la voir skier, ça technique est excellente ! Pour la deuxième fois en 2 semaines, j'ai encore l'impression d'être aux JO

          Au loin les encouragements de Pauline, la Schtroumpfette74 (soeur de la Marmotte parano). Arrive la descente finale très technique, Dawa très agile garde la tête, mais un virage plus délicat lui fait perdre de la vitesse et Gilles le repasse. J'essaye de coller Gilles mais Dawa me gêne un peu, je reste derrière. Puis Gilles accélère encore, pfff, mais comment il fait !!!!!!!!!  Je lutte et garde toujours la distance, mais je suis INCAPABLE de me mettre à leur niveau. On passe devant les parents et je n'entends que les encouragements de Jean Claude. On reste à la queu leu leu jusqu'à l'arrivée mais y a rien à faire, je suis vide, et j'ai beau donner tout ce que je peux, je suis incapable de les doubler, et on termine les uns derrières les autres. 3h29.30 pour 73 km !!! Ou la la, c'est pas possible, y avait pas 73km.

 

           J'ai qu'une chose à dire : BRAVO GILLES !! Je suis halluciné, épaté, impressionné. T'es plus fort que moi. Pour les lecteurs, je tiens à préciser qu'on a quand même 30 ans d'écart (30-60). Je suis également super fier de terminer avec Dawa. Un grand moment pour moi. J'aurais même bien aimé le battre .

           Je retrouve ma petite femme et ma soeur qui nous ont malheureusement ratés sur l'arrivée. Dommage, du coup pas de photos. Puis Papa arrive 10 min après. Son GPS annonce 67 km et 1000m D+ !! Ah oui, quand même, c'était plus court que prévu, mais sacrément difficile. Ca me fait une moyenne de 19.2 km/h, je pensais pas pouvoir aller aussi vite sur une telle distance.

Avec mon Papa à l'arrivée
Les supportrices
   
Maman                                                                                       Les beaux parents

On termine cette "magnifique" journée au resto en famille. Un agréale moment partagé avec mes parents, mes beaux parents, ma soeur et bien évidemment ma plus grande supportrice : la Minette.

 

Bon bizarrement, je n'apparais pas dans les résultats officiels ... heureusement que j'ai 2 bons repères pour connaitre mon classement.

8 commentaires

Commentaire de BOUK honte-du-sport posté le 07-03-2010 à 21:33:00

Ils ont de beaux restes les seniors !
Belle course quand même, fallait être vraiment motivé aujourd'hui !!

Commentaire de maï74 posté le 07-03-2010 à 22:26:00

Quel suspense !... Ta vitesse moyenne est impressionnante, on en était loin du côté des hauts plateaux du Vercors !...
Bravo c'est de bon augure pour les Glières !

Commentaire de Schtroumpfette74 posté le 07-03-2010 à 22:55:00

L'épisode du camel back gelé m'a fait sourire, mais je reconnais qu'avec les températures négatives c'est pas facile de gérer sa propre boisson... J'espère que tu as bien remercié tes supporters et supportrices, car aujourd'hui ils et elles ont du bien souffrir du froid...
Et puis surtout un grand BRAVO pour ta belle course ! Tu verras, la Transju en intégral ça passe tout seul :-)
On se verra surement aux Glières.

Commentaire de @lex_38 posté le 08-03-2010 à 08:05:00

Et voilà que monsieur se met à faire des ultras à 20km/h en titillant Dawa! Si ça c'est pas magnifique!
L'ambiance avait l'air sympa en tout cas!
A bientôt j'espère!

Commentaire de Petit Nuage posté le 08-03-2010 à 10:11:00

Bravo champion. Épatant ce temps de course, tu me fais rêver.
dur dur l'épisode du camel back...
La prochaine fois tu nous bouffe Dawa tout cru ;)
bises

Commentaire de lulu posté le 08-03-2010 à 12:35:00

Bravo, belle course !!
Plus qu'à te faire nationaliser Moldave et à toi les JO avec Dawa à SOTCHI !!???

Commentaire de marmotte_parano posté le 08-03-2010 à 16:42:00

Hey David ! Jolie course malgré l'épisode cameback !
Tu finis à moins de 5min de moi. Mon récit arrivera bientôt mais je suis très content de ma course ! Donc bravo à toi d'avoir fini aussi proche !

Commentaire de le_kéké posté le 08-03-2010 à 21:34:00

Bravo le minou, perf incroyable, il fallait visiblement aller là bas plutôt que dans le vercors pour trouver de la glisse. Sinon pour le camel ou les bidons, pour ne pas que ça gel il suffit de leur mettre un peu d'apéro anisé et hop le tour et joué ;-)
(Et puis il faudra nous prouver que tout ce que tu dis est vrai car moi sur les résultats j'ai vu le minou = abandon, alors c'est facile de raconter que je me tire là bourre avec Dawa alors qu'on s'est fait bronzer en terrasse ...)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran