Récit de la course : 10 km Perrier-Vergèze 2009, par patcastelnau

L'auteur : patcastelnau

La course : 10 km Perrier-Vergèze

Date : 11/4/2009

Lieu : Vergeze (Gard)

Affichage : 1116 vues

Distance : 10km

Objectif : Pas d'objectif

3 commentaires

Faire connaître ce récit sur Twitter :

Faire connaître ce récit sur Facebook : Partager

Histoire d'eau !

Water polo, cross sans pointes, Koh Lanta : telles furent les expressions employées par les vainqueurs de la course pour qualifier cette 35ème édition des 10 km Perrier. Réduite au minimum, la partie bitumée ne dura qu'à peine un km et déjà, sous les trombes d'eau, se profilaient flaques, petits ruisselets et boue. Je pensai à Nicolas, mon équipier non-voyant avec lequel j'avais fait 56' l'année dernière au sec. En voyant les premières grosses parties gadouilleuses après le km 2, je me dis qu'aujourd'hui il aurait été impossible de le guider dans de telles conditions. Après le 1er ravito du km 4, cela devint l'Enfer, une sorte de Paris-Roubaix pédestre d'un kilomètre où l'on s'enfonçait pratiquement jusqu'à la cheville en cherchant d'hypothétiques bas-côtés ou en courant au milieu des fourrés de petits chênes kermès qui égratignaient les jambes.

S'ensuivirent deux belles petites côtes où je laissai pas mal de jus, heureux d'atteindre le 2ème ravito, synonyme pour moi de deuxième souffle. En effet, je savais que les petits sentiers qui arrivaient me permettraient de retrouver le rythme perdu. Je m'appliquai jusqu'au 8, bien servi par deux concurrents dont je suivais la monotrace au milieu des grandes flaques du chemin qui n'avaient, heureusement, plus rien de glissantes. On se sentait alors parfois comme au milieu d'une rivière de 3000 speeple.

Je profitai enfin du dernier km largement en faux-plat descendant pour doubler (grâce à mes kilos en trop !) mes deux prédécesseurs. Je gérai le passage sous le tunnel, la petite côte et le tour de stade. Un bon Perrier, une bonne douche, et ... un lot de poids (un banc de jardin en pierre de 120 kg) au tirage au sort des dossards : je me suis ré-ga-lé ! Même si bien sûr, du côté des organisateurs (toujours aussi super le club de Vergèze!), le temps n'était pas au rendez-vous et avait découragé de nombreux coureurs.

 

3 commentaires

Commentaire de dom sportif du week end posté le 12-04-2009 à 01:16:00

Bravo Pat pour ce récit. C'est exactement ce que j'ai vécu et ressenti également aujourd'hui. Et dire que l'année passé on avait eu trop chaud !!! Et bravo plus généralement pour ton rôle de guide que j'admire sur chaque course où je vous ai croisé tous les deux.
Sportivement.
Dominique

Commentaire de Dav26 posté le 12-04-2009 à 13:25:00


Merci PAT ce cr decrit bien les 10 km de vergeze edition 2009 on fait partie des 138 courageux qui malgré tout avais le sourire,on peux remercier les organisateurs vraimant pas top d'organisser dans de telle condition.
en 2010 fera soleil !!!

Commentaire de fab30 posté le 15-04-2009 à 14:02:00

merci du compte rendu et effectivement fallait un petit grain pour se lancer dans ce bourbier mais quel plaisir a la fin...

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Accueil - Haut de page - Version grand écran